3 péages sur les ponts fédéraux de Montréal ? Quels dommages ?

Avec mes collègues Martine Ouellet et Stéphane Bergeron, j’ai réclamé ce jeudi que le gouvernement québécois se penche sérieusement sur les impacts qu’aurait le scénario envisagé cette semaine par Ottawa d’imposer des péages non seulement sur le futur pont Champlain, mais également sur Jacques-Cartier et sur Honoré-Mercier.

 

Il est particulièrement inquiétant que le ministre responsable des Transports et ministre responsable de la région métropolitaine, Robert Poëti, affirme ne pas vouloir lire les études actuellement disponible et ne semble pas intéressé à avoir des munitions, ne semble pas intéressé à vouloir documenter l’impact négatif qu’aurait ce péage ou ces péages sur la région métropolitaine.

Puisque maintenant il est avéré que le gouvernement fédéral songe à un péage sur trois ponts, nous lui demandons de commander une étude québécoise du ministère des Transports à des exports locaux ou internationaux sur l’impact qu’aurait un péage sur trois ponts sur la congestion routière et sur l’économie de la région métropolitaine. Que le gouvernement du Québec ait ces munitions, que le gouvernement du Québec documente l’impact d’une décision aussi grave prise unilatéralement par le gouvernement fédéral. Nous souhaitons que le gouvernement du Québec se mette à se tenir debout, à se préoccuper de la chose, à documenter les impacts et à pouvoir débattre avec le gouvernement fédéral sur la base de faits scientifiques avérés.

 

Nous avons également interrogé le ministre Poëti à l’Assemblée ce jeudi:



14 réflexions au sujet de « 3 péages sur les ponts fédéraux de Montréal ? Quels dommages ? »

  1. Moi ça me coûte plus de $45.00 de péage pour aller à l’Ile du Prince Edouard, sur un point qui en a couté 8 milliards…Québec devrait acheter les 3 ponts fédéraux pour $1.00 et les rafistoler eux mêmes…et essayer de le faire sans péage…Je gage que Québec ne pourrait pas le faire. O.K. je suis un peu en avance, je pensais à ce plan pour après la séparation de votre province du reste du Canada.

    • Jacques, que les paquebots paierai leur juste part. Ce n’est pas juste les automobilistes qui en tire profit des ponts. Qu’on élimine le sénat, la monarchie, la duplication des ministères (santé, revenu, etc) et on n’irai pas en guerre en Iraq, tout à coup l’argent , ça se retrouve dans nos mains. Qu’on ouvre les yeux et prend la responsabilité joyeuse d’un état indépendant!

  2. Je trouve déplorable que l’actuel gouvernement semble encore se mettre à genoux devant le Patron Fédéral. C’est terrible de penser que nous serons dans les filets des libéraux provinciaux pour encore quelques années. Pendant ce temps les serviteurs de M. Harper sont heureux et font payer très cher au Québec qui n’a pas tendance à voter Bleu.

  3. Ces histoires de péage sur les ponts qui mènent à Montréal font voir clairement que la Canada (pays dont nous faisons partie de force) contrôle notre territoire. Le contrôle d’Ottawa sur le fleuve Saint-Laurent sépare le territoire du Québec en deux entre le nord et le sud en laissant des voies ouvertes de Montréal vers l’Ontario (voie maritime et voie routière). Le Saint-Laurent est large et ne se traverse pas partout aisément. On a pu construire des ponts à Montréal, à Trois-Rivières et à Québec, nulle part ailleurs. Instaurer des péages pour traverser à Montréal et pour en revenir, c’est «assécher» Montréal, c’est lui porter un coup analogue à ce que fut la canalisation du Saint-Laurent qui a fait perdre à Montréal son statut de métropole. C’est beaucoup plus qu’une affaire de congestion routière.
    Ajoutez maintenant à cela le passage par train, par pipeline ou par pétroliers géants, de la «merde pétrolière» de l’Ouest et nous allons voir comment se met en place une occupation sournoise du territoire québécois par le gouvernement d’Ottawa. Les cowboys de l’Alberta mènent et décident. Il faut donc parvenir à sortir du Canada au plus sacrant.
    Autre symbole de l’occupation canadienne: les milliers de boîtes postales aux couleurs criardes que nous pourrons bientôt voir à tous les coins de rue. Les commandites, c’était de la petite bière. Déjà le long des routes de campagne (la 132 notamment), le paysage est parsemé de ces horreurs. Nous sommes de plus en plus envahis, que ce soit économiquement ou culturellement.
    Il faut que les Québécois comprennent que s’ils ne réagissent pas, leur destin est en train de leur échapper. Pour qu’ils comprennent, il faut que sans relâche on leur montre tout le mal qu’Ottawa leur fait subir. C’est pas mal plus important que de discuter s’il va y avoir ou non un référendum, Vous avez quatre ans pour attaquer, jour après jour, les politiques fédérales et montrer précisément comment la constitutiion «canadian» de 1982 nous empêche de décider nous-mêmes de ce qui nous convient et de ce qui ne nous convient pas.

  4. Ç’est à se demander si dans les autres provinces, ils ont des ponts fédéraux et si on leur impose la même chose. C’est complétement offensant et je ne comprends pas pourquoi les québécois en acceptent autant d’Ottawa.
    Je pense ici aux fois que les conservateurs ont mis le Québec en danger comme le transport dans le St-Laurent du pétrole provenant des sables bitumineux et qui ne fera que transiter dans notre province de seconde catégorie à leurs yeux.
    Plus capable d’autant d’arrogance d’Harper et les siens et surtout du laisser-aller de Couillard et son équipe.
    Quand est-ce que les Québécois vont se réveiller et se donner un pays, en votant leurs lois, en choisissant leurs priorités, et en partageant leurs richesses?

  5. Le gouvernement fédéral ne cesse depuis des années de démolir nos structures économiques afin de nous rendre de plus en plus dépendant du Canada. En ce moment, il profite très bien de la déstabilisation de tous les chiens de gardes (de nos systèmes) pour imposer des normes qui n’existent pas nulle part ailleurs dans le Canada. La lenteur de la réflexion du pont Champlain au risque de mettre plusieurs vies en péril, le démantèlement de l’aéroport de Mirabel (volontairement inutilisé depuis le dernier référendum), les coupures extrêmes ajoutées à celles du gouvernement provincial actuel. Les Québécois sont tellement attaqués de tous les côtés qu’ils ne voient même pas ce qui se passe. La seule solution est de trouver le bon messie avec la seule priorité de protéger nos acquis. Nous sommes très loin de faire un front commun dans ce sens malheureusement.

  6. Il est bien connu, que pour un fédéraliste, libéral de surcroît, défendre les droits du peuple Québécois, c’est faire de la « chicannnnne »…
    Ils préfèrent jouer dans le rôle de tapis sur lequel Ottawa s’essuie…
    Nous les avons encore pour quatre longues années…
    Pathétique!

  7. D’un côté de l’Île, il y en a plusieurs ponts. Ils sont à des hauteurs normales et aucun échangeur extrêmement compliqué.

    Pourquoi ces ponts élevés à la hauteur des besoins de qui et pourquoi ?

    Ces ponts Jacques Cartier, Champlain et Mercier doivent être sur-élevés pour permettre aux bateaux de circuler vers les Grands Lacs.

    Ces ponts sont ainsi faits pour desservir les intérêts de ceux qui vont et reviennent des Grands Lacs ?

    Combien paient-ils pour leurs passages ? Paient-ils leur juste part ?

    Qui a fait cette étude et pourquoi ne pas la publier ?

    • Vous avez raison.
      Juste à considérer le pont Champlain.
      Ce pont, à cause de la voie maritime, va coûter environ 5 milliards de dollars, dont un peu plus de 1 milliard venant des contribuables québécois.
      Une estacade à 8 voies carrossables et deux voies ferrées nous coûteraient un peu moins de 500 millions de dollars. Dix fois moins. Et nous serions bien mieux équipé..
      Alors nous devons payer pour permettre aux bateaux de se rendre à Brockville, Toronto, Hamilton. Ces bateaux permettent à ces villes d’avoir des industries prospères, industries qui seraient demeurées au Québec sans la voie maritime.
      On a le front de nous obliger à fournir notre cote-part par nos impôts et, en plus, on veut nous le faire payer à l’usage. Et pendant ce temps, le fédéral engrange les cotisations exigées des usagers de la voie maritime.
      Où sont nos vaillants politiciens en ce dossier?
      Nos 75 plantes vertes, bleues et rouges à Ottawa?
      Où est le PQ en ce dossier?
      Ce qu »il faut relever ce ne sont pas des études mais l’injustice d’imposer un péage aux Québécois.

  8. Il me semble qu’un politicien sérieux qui aborde le sujet du péage sur les ponts devrait aussi nous donner son avis sur l’étalement urbain.

  9. En somme Poéti ne veut pas gouverner …. Couillard non plus … Ils veulent simplement aider le fédéral à tout gérer ici ! … Comme des bons serviteurs qui respectent l’autorité et qui savent quelle est leur place ! …

    Soyons doux et humbles de coeur ! … Ainsi les problèmes disparaîtront d’eux mêmes par la grâce de la divine providence ! …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *