Après Charest: la stratégie non-québécoise des conservateurs

Le retrait de Jean Charest de la course au leadership du Parti conservateur vient de modifier du tout au tout la dynamique de la course. Certes, son absence rendra les débats beaucoup moins intéressants. Surtout, l’abstention d’un candidat-vedette venu du Québec va recentrer la stratégie conservatrice vers un des scénarios de succès potentiel: un scénario qui exclut le Québec.

L’histoire récente des hauts et des bas des conservateurs au Canada permet de tirer deux grandes leçons.

 


Ceci est le texte de ma balado hebdomadaire Lisée101 sur l’actualité politique. Ces textes sont publiés huit jours après avoir été rendus disponibles aux abonnés de la balado. Alors, prenez huit jours d’avance,  abonnez-vous ici.


En 2011, Stephen Harper a réussi à faire élire un gouvernement majoritaire conservateur avec seulement cinq sièges au Québec. Il n’en aurait eu aucun que sa majorité aurait été intacte. Il y a donc un chemin de la victoire conservatrice qui passe par le délestage, dans la stratégie politique, du poids québécois. Face aux libéraux, Harper présentait un Parti conservateur nettement plus à droite, mettant en vitrine la monarchie, les militaires, la foi, la réduction du déficit, des programmes sociaux, une politique étrangère pro-américaine et pro-israélienne décomplexée. Quand il a perdu le pouvoir en 2015, son parti passant de 188 à 99 sièges.

En 1984, Brian Mulroney, lui, avait réussi à faire élire brillamment le Parti conservateur à deux reprises, en s’appuyant sur une alliance des nationalistes québécois et des conservateurs de l’Ouest. Il l’avait cependant fait en poussant son parti vers le centre, au point où la différence avec les libéraux était très difficile à saisir. Ce recentrage, et la forte prise en compte des thèmes québécois, a cependant provoqué une crise telle que lorsqu’il a quitté le pouvoir en 1993, son parti est passé de 169 députés à seulement 2.

Bref, les conservateurs, comme les libéraux, finissent toujours par perdre le pouvoir, mais la leçon de Mulroney est beaucoup plus amère que celle de Harper.

Se délester du Québec

Se lèvent donc des voix, au Canada anglais, qui poussent le parti à adopter une stratégie non-québécoise et qui y voient plusieurs avantages.

Dans le Globe and Mail, l’auteur Kenneth Whyte souligne avec force qu’il a toujours été impossible, pour n’importe quel parti, d’obtenir une récolte importante au Québec si le chef du parti n’était pas lui-même un Québécois. Il rappelle aussi que, sauf dans le cas de Brian Mulroney, il a toujours été impossible de dominer électoralement l’Ouest du pays avec un chef venu du Québec.

Pire, c’est sous des premiers ministres venus du Québec, soit Mulroney et Trudeau père et fils, que la grogne de l’Ouest a été la plus forte.

Il faut donc choisir. Or la tendance démographique est nette: le poids relatif du Québec dans le Canada baisse. Le poids relatif de l’Ouest dans le Canada augmente. S’il faut semer, il vaut mieux le faire là où la croissance est la plus forte.

Puisque telle est la voie de l’avenir, explique-t-il, il est souhaitable, certes, mais absolument pas indispensable que le futur chef du Parti conservateur parle le français.

Je le cite:

 » Le fait d’accepter la réalité de la situation électorale du Parti conservateur, ce qui est plus facile aujourd’hui compte tenu de la dormance du danger séparatiste, ouvre un nouveau monde de possibilités. Seulement 18% des Canadiens parlent à la fois français et anglais. Le parti n’a plus à mettre de côté le talent politique provenant de 87% des canadiens (et 90% des non québécois) qui ne parlent pas français.
[Son chiffre est inexact. Selon StatCan, 70% des Canadiens ne parlent pas français, ce qui est déjà beaucoup, mais en effet 90% des hors-Québec]

Il pourrait aussi cesser de délayer son message sur des questions aussi importantes que la liberté religieuse, la gestion de l’offre ou SNC-Lavalin dans l’espoir d’obtenir un illusoire succès au Québec. »

Un premier ministre unilingue anglais, propose Whyte, reviendrait à la pratique convenue avant les années soixante, de nommer un lieutenant francophone pour le Québec, tout simplement.

Tourner le dos au Québec, pour ne pas laisser tomber les conservateurs sociaux

L’argument est repris autrement dans le National Post par un ancien conseiller de Stephen Harper, Sean Speer.

Une grande partie des commentaires entendus au Québec et en Ontario depuis le départ d’Andrew Scheer est que les conservateurs se sont portés trop à droite sur des questions sociales, comme l’avortement et le mariage gay, ce qui a empêché une partie des électeurs centristes de voter pour eux.

La solution, selon plusieurs, serait que le parti conservateur devienne plus semblable aux libéraux sur ces questions. Speer affirme que c’est de la pensée magique.

Les succès des conservateurs aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne indiquent plutôt que le bon dosage pour élargir la base de droite est de tabler à la fois sur le conservatisme social et sur le ressentiment face aux marchés et à la mondialisation, deux éléments aux antipodes de la politique libérale.

Quel intérêt auraient les conservateurs à tourner le dos à leurs électeurs et à leurs militants actuels, qui ont des positions sociales plus à droite, demande-t-il ?

« Cette stratégie, écrit-il, pourrait au contraire nous éloigner encore davantage du pouvoir, sachant que les canadiens socialement conservateurs forment une proportion disproportionnée des volontaires, des dons et des votes conservateurs. Environ un tiers des députés actuels sont pro-vie, c’est une bonne évaluation de la position de l’électorat conservateur. »

Comme toujours, il y a la proie et l’ombre. La proie, c’est la base électorale actuelle du Parti conservateur, dominant dans l’Ouest, parsemé en Ontario et ailleurs. L’ombre, c’est la promesse d’électeurs québécois ou autres qui seraient charmés par un parti conservateur, disons, moins conservateur.

On comprend des stratèges de préférer la proie. Le problème est cependant que, même à l’extérieur du Québec, les conservateurs sont fondamentalement minoritaires. Combinés, les libéraux, le NPD et les verts forment une majorité permanente.

Les conservateurs ont donc le défi de rester eux mêmes tout en se faufilant entre leurs adversaires. Ce chemin passe, comme l’avait fait Harper, par une percée en Ontario. Les conservateurs, même sous Harper, n’avaient pas ouvertement joué sur un délestage du Québec et de ses enjeux dans l’espoir d’en tirer des bénéfices hors-Québec. Cette tentation est maintenant plus séduisante que jamais.


La bande annonce de ma dernière balado Lisée101:

La bande annonce d’une récente balado Lisée202:

 



2 réflexions au sujet de « Après Charest: la stratégie non-québécoise des conservateurs »

  1. Ce passage (…) Les succès des conservateurs aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne indiquent plutôt que le bon dosage pour élargir la base de droite est de tabler à la fois sur le conservatisme social et sur le ressentiment face aux marchés et à la mondialisation, deux éléments aux antipodes de la politique libérale. (…)

    Penser politique au Québec et forcément au Canada puisque le Québec n’est pas libre c’est aussi considérer la globalisation en oubliant le terme ensoleillé (trop positif) de mondialisation.

    On pense encore en termes de gauche et droite même si la globalisation met à mal cette dualité ou polarité. La nouvelle gauche sociétale selon le terme français qui pense communautés et minorités plutôt que démocratie nationale voit la nation comme pleine de -vilains défauts- et nous en avons une idée par QS et les affirmations radicales hostiles de la présidente des Femmes du Québec ces jours ci. L’insistance ici sur les femmes radicalisées (néoféminisme) dans ces groupes évacuant la réalité générale du Québec.

    Si la gauche au Québec qui prend auprès des jeunes influencée par la mode franco-américaine continue de douter de la nation ici. Alors, cette vision ci haute de ce journaliste canadien sera juste dans le sens que la -nation sera une vue de droite-.

    Le cours exemple d’Éthique religieuse a fait des dégâts mettant l’accent sur des groupes religieux ou précis éliminant la notion civique liée à une nation et à son histoire. Seul l’environnement naturel trouvant un sens collectif chez des -progressistes- qui rêvent d’une nouvelle table rase en étant plus proches en fait d’utopies pointues toxiques que des suites plus positives de la révolution française.

    Observation tout de même qu’avec le dernier sondage. QS est à 11% et ne profitera pas nécessairement des nouvelles générations pour faire l’équivalent du PQ en 1976. Car le propre d’une certaine fragmentation de notre époque c’est justement qu’une génération ne saurait mettre tous ses oeufs dans le même panier. Il y a encore un bloc de jeunes souverainistes qui n’entend rien à la gauche tendue d’origine des campus américains.

    Du côté du Canada plein du multiculturalisme issue de la souche idéologique des Trudeau. Un mariage idéologique est dans l’air qui est que les conservateurs tenteront encore de réaliser entre le conservatisme des minorités religieuses et le conservatisme social des anglophones une sorte d’association possible qui se ferait contre le multiculturalisme plus progressiste des libéraux et contre le progressisme classique des Québécois provenant de la révolution tranquille car bloquant les succès du PC au Québec depuis trop longtemps.

    Pourtant, s’il advenait une véritable poussée anti-Ottawa qui se fasse dans l’Ouest liée à une insatisfaction des larges concessions faites pourtant par les libéraux envers l’industrie pétrolière albertaine. Le fantôme du Reform Party pourrait venir hanter les conservateurs qu’ils soient sociaux conservateurs ou conservateurs de gauche.

    Les Canadiens sont largement unis contre le Québec trop différent. Il y a ce motif d’unité du Canada anglophone qui les soulagent de leurs divisions entre eux. C’est presque comique. Le NPD fédéral lui avec en plus cette petite touche d’ex soviétisme centralisé et fédéraliste insoupçonnée en lui -de gauche- ne saurait s’intéresser réellement aux Québécois. Voir la série Tchernobyl sur les -charmes- du centralisme. Et à qui Québécois, on reprochera toujours de ne pas être -humanistes et universaux- chez les libéraux, y compris conservateurs et néodémocrates.

    -L’universalisme canadien- étant collé énormément sur celui des Américains, on se doute que chez les anglophones, l’universel a toujours une couleur très locale là comme ailleurs. Les cultures nationales, les religions ont une supériorité d’influence sur l’universel en tant que pureté de raison dominante et de pureté juridique.

    Cet universalisme n’a pas de pieds à terre et s’il devenait peut être dominant, il serait toxique dans la lignée d’Orwell et de la littérature catastrophiste de science fiction type Blade Runner de Philip K.Dick.

    On appelle ça les apprentis sorciers. On en trouve un p.m à Ottawa.

  2. En Suisse, un gouvernement sans la présence d’un groupe linguistico-géographique important serait impensable. De plus, quatre partis sont représentés au gouvernement (qui ne compte que sept personnes!).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *