A propos Jean-François Lisée

Il avait 14 ans, dans sa ville natale de Thetford Mines, quand Jean-François Lisée est devenu membre du Parti québécois, puis qu’il est devenu – écoutez-bien – adjoint à l’attaché de presse de l’exécutif du PQ du comté de Frontenac ! Son père était entrepreneur et il possédait une voiture Buick. Le détail est important car cela lui a valu de conduire les conférenciers fédéralistes à Thetford et dans la région lors du référendum de 1980. S’il mettait la radio locale dans la voiture, ses passagers pouvaient entendre la mère de Jean-François faire des publicités pour « les femmes de Thetford Mines pour le Oui » ! Il y avait une bonne ambiance dans la famille. Thetford mines est aussi un haut lieu du syndicalisme et, à cause de l’amiante, des luttes pour la santé des travailleurs. Ce que Jean-François a pu constater lorsque, un été, sa tâche était de balayer de la poussière d’amiante dans l’usine. La passion de Jean-François pour l’indépendance du Québec et pour la justice sociale ont pris racine là, dans son adolescence thetfordoise. Elle s’est déployée ensuite dans son travail de journalisme, puis de conseiller de Jacques Parizeau et de Lucien Bouchard, de ministre de la métropole et dans ses écrits pour une gauche efficace et contre une droite qu’il veut mettre KO. Depuis quatre ans comme député de Rosemont, il se bat pour les dossiers de l’Est de Montréal en transport, en santé, en habitation. Dans son rôle de critique de l’opposition, il a donné une voix aux Québécois les plus vulnérables, aux handicapés, aux itinérants, il a défendu les fugueuses, les familles d’accueil, tout le réseau communautaire. Il est aujourd’hui candidat à la direction de notre parti. Il compte apporter de la vision, de la clarté, et ce mélange de pragmatisme et de passion qui est devenu sa marque de commerce.

Pourquoi le PQ en 2018?

Dans sa chronique de mardi, « Pourquoi le PQ? », le chroniqueur Michel David cite un jeune péquiste qui aurait souhaité voir sa résolution adoptée par une majorité de ses collègues lors du congrès des jeunes, dimanche dernier : « Actuellement, on a décidé de repousser l’indépendance, on a décidé d’y aller mollo sur le débat identitaire. Un parti doit avoir une marque de commerce pour gagner et se démarquer de ses adversaires. Si on recule sur la langue, ça va être quoi, la marque de commerce du Parti Québécois, en 2018? », a-t-il demandé.

La question est bonne. La réponse aussi, et elle figure précisément dans le programme dont les 13 000 jeunes membres du PQ et l’ensemble des 90 000 membres sont appelés à discuter ce printemps et qu’ils adopteront, dans sa forme finale, lors du congrès de septembre.

Le PQ propose aux Québécois des réponses fortes et claires à tous les grands enjeux qui les concernent et auxquels ni le PLQ ni la CAQ ne peuvent répondre adéquatement.

Des rencontres dans Rosemont et des gains pour le PQ – La Semaine du Député de Rosemont

Un congrès national réussi, des jeunes inspirants! 

Le Congrès national des jeunes du Parti Québécois (CNJPQ) s’est tenu la fin de semaine dernière.  Le CNJPQ peut compter sur un exécutif national uni, motivé et qui travaillera d’arrache-pied pour moderniser notre aile jeunesse et donner une voix forte à la jeunesse québécoise d’ici l’élection 2018! Vous pouvez prendre connaissance des propositions adoptées lors de ce conseil national ici.

Caucus de Montréal

caucus MTLLa semaine a commencé en force avec mes collègues du caucus de Montréal, Maka Kotto, Nicole Léger et Carole Poirier, réunis pour discuter des enjeux montréalais stratégiques. Nous avons notamment parlé du tracé du prolongement de l’avenue de Souligny vers l’ouest visant à faciliter l’accès au port de Montréal et à désengorger la rue Notre-Dame. Ce dernier doit être revu et corrigé.

Un exécutif élargi dans Rosemont

Les Superhéros de la persévérance scolaire et l’intolérance de Couillard – La Semaine du Député de Rosemont

Les Superhéros de la persévérance scolaire 

Dans le cadre des #JPS2017, Alexandre Cloutier et moi sommes très heureux de souligner le travail de nos Superhéros de la persévérance scolaire: Pierre Lavoie pour le défi Pierre Lavoie et l’équipe du Services éducatifs du Carrefour communautaire de Rosemont l’Entre-Gens. . Ces personnes viennent en aide aux jeunes et les épaulent dans la poursuite et l’atteinte de leurs projets d’étude, notamment par l’aide au devoir dans une dizaine d’écoles ainsi qu’auprès des jeunes d’une habitation à loyer modique de Rosemont. Ils aident aussi des jeunes adultes à raccrocher aux études et les parents à acquérir les outils nécessaires pour aider leur enfant. Il est primordial d’aller au bout de ses études pour donner le meilleur de soi-même, et c’est en venant en aide à ces jeunes, mais aussi à leur entourage, que ces bénévoles changent le monde une réussite à la fois. Cette dynamique équipe de Rosemont fait une énorme différence dans la vie de nombreux jeunes et c’est pourquoi ils sont mes Superhéros de la persévérance scolaire cette année.

Partielle dans Gouin – Un geste concret pour la convergence des forces indépendantistes et progressistes

L’objectif du Parti Québécois d’ici 2018 est de rassembler le plus largement possible, afin de remplacer les libéraux en 2018 par un gouvernement honnête, dynamique, vert et tourné vers le bien commun.

Nous aurions pu faire une belle bataille dans Gouin, qui a été longtemps représentée par le Parti québécois. Mais il faut voir plus loin qu’une simple partielle et prendre des décisions en fonction d’objectifs plus importants pour le Québec. Remplacer les libéraux en 2018 par un gouvernement servant le bien commun, préparer le Québec à un rendez-vous avec l’indépendance en 2022. Pour y arriver, il faut additionner nos forces, apprendre à travailler ensemble, dans le respect de nos différences. Présenter un candidat dans Gouin, ce serait mobiliser les militants péquistes et QS de l’île de Montréal les uns contre les autres au moment même où nous réfléchissons, chacun de notre côté, au principe de la convergence. Ce serait contreproductif.

Rentrée parlementaire et rencontres dans Rosemont – La Semaine du Député de Rosemont

La semaine dernière c’était la rentrée parlementaire à l’Assemblée nationale. Il a beaucoup été question d’économie, notamment avec Bombardier et le projet REM. Une coalition historique pour une réforme du mode de scrutin a également été menée avec brio par Véronique Hivon !

La Chambre de commerce de l’Est de Montréal, un acteur incontournable de l’Est de Montréal

16763909_10158173912695623_887578430_oLundi matin, j’ai eu l’occasion de rencontrer la présidente-directrice générale de la Chambre de commerce de l’est de Montréal, Christine Fréchette et David Labrosse, conseiller aux affaires publiques et gouvernementales, qui m’ont fait part de leurs idées et de leurs projets d’avenir pour Rosemont et plus globalement l’Est de Montréal.  Nous avons échangé sur le nécessaire développement du transport en commun dans l’Est, sur l’environnement et l’efficacité énergétique, le développement économique et social, l’importance des PME dans nos quartiers, l’aide à l’exportation et la francisation pour les entreprises ainsi que les infrastructures de santé situées dans Rosemont. La rencontre fut très productive! En soirée, je les ai retrouvés lors d’une activité de réseautage de la Chambre au Club Soda. Une excellente occasion d’échanger avec les acteurs du milieu sur notre vision commune d’un développement responsable, vert et humain pour l’Est de Montréal.