#AvecLisée : Nous sommes déjà 800 !

Ma campagne s’est ouverte lundi matin aux aurores. En moins de 48 heures, vous avez été plus de 800 à m’offrir votre aide, notamment en indiquant votre disponibilité en cliquant sur :

J’embarque

C’est donc devenu notre campagne. Vous êtes, non, Nous Sommes de Montréal et de Québec, d’Ungava, de la Côte-Nord, de Chaudière-Appalaches, d’Estrie, d’Outaouais, de Mauricie, d’Abitibi et d’ailleurs.

Nous sommes des membres actuels, membres d’exécutifs du parti. Nous sommes nombreux à dire que nous prenons maintenant notre carte, après l’avoir abandonné auparavant. Ou alors à la prendre alors que nous ne l’avions jamais eue.

Nous sommes certains des 1000 qui avaient cliqué sur J’embarque la dernière fois, et qui en redemande cette fois-ci. Nous sommes des pressés de l’indépendance, mais des pressés de réussir, avec méthode et en chassant les libéraux du pouvoir.

Nous sommes du secteur de la santé ou de l’entreprise, professeurs ou ouvriers, retraités ou tout juste devenus en âge de voter. (Précision importante, il vaut avoir 16 ans pour voter dans la course au leadership. Seize ans, l’âge que j’avais lorsque j’ai participé à mon premier congrès du Parti québécois.)

Nous sommes prêts à consacrer des énergies à faire signer les formulaires pour se qualifier à la candidature (probablement 1500 membres en règle à faire signer); nous sommes disposés à participer au financement de la campagne, nous sommes volontaires pour être de l’équipe web ou d’organisation ou de recrutement des bénévoles ou de contribution à la plateforme… et plus si affinités !

Nous bénéficions déjà de l’appui de plusieurs voix fortes:

Camil Bouchard, l’ex-député péquiste de Vachon et le père de la politique de l’enfance qui nous a donné, entre autres, les CPE. Il a écrit dès lundi un texte magnifique, ici: Lisée tire le tapis sous le pied des Libéraux.

Éric Bédard, l’historien qui fut président des jeunes péquistes, choisit aussi notre stratégie. On peut le lire ici.

Mathieu Bock-Côté, un des penseurs contemporains du mouvement indépendantiste, exprime son accord avec la proposition, dans son texte Référendum, cesser de faire semblant !

D’autres ont annoncé leur contribution pour bientôt.

Mais ce qui importe par-dessus tout est l’implication des citoyens, comme vous. Si vous êtes des nôtres, convainquez vos amis. Ce matin, en moins de 48 heures, nous sommes 800. C’est magnifique. Nous devons maintenant être contagieux.

Voici la vidéo envoyée à ceux qui m’ont appuyé jusqu’ici:

J’embarque



20 réflexions au sujet de « #AvecLisée : Nous sommes déjà 800 ! »

  1. Peut-on avoir une mise à jour du nombre de militants inscrits pour Jean-François Lisée en date du 24 mai, SVP?
    Combien sommes-nous, maintenant?
    Quand aurons-nous à signer la fiche de mise en candidature?
    Merci.

    • Bonjour Michèle,
      On va faire une mise à jour sous peu du nombre, mais ça progresse bien.
      Pour les fiches de mise en candidature, nous ne les aurons que dimanche prochain, au moment de l’adoption des règles de la course par la CNPP.
      Il faudra alors faire très vite et nous aurons besoin de vous.
      Merci pour votre engagement,
      Jean-François

  2. J’aurais aimé cliquer sur « J’embarque », mais le fait que vous endossiez et publicisiez les appuis de personnalités aux idées de droite comme Mathieu Bock-Côté et Éric Bédard m’empêche de vous appuyer. Je vous croyais de gauche…

    • Pour faire l’indépendance, il faut rassembler tous les indépendantistes, de droite de centre et de gauche. Je suis social-démocrate assumé, sans inhibition, et mon choix pour la primaire démocrate était Bernie Sanders, ce que j’ai écrit publiquement. Cependant je sais aussi qu’il faut inviter tous ceux qui convergent avec nous vers l’indépendance à travailler ensemble, même si on est en désaccord sur d’autres question importantes.
      Pour moi c’est ça, le leadership.
      Jean-François

  3. Il n’est pas donné à tous de s’impliquer directement sur le terrain pour des raisons personnelles souvent.

    Ceci étant, par les blogues, des personnes comme moi vont encourager votre candidature sur le net et surtout je prendrais une carte pour être membre possiblement afin de voter pour que vous soyez chef en sachant qu’il faut un mouvement Lisée qui démarre passablement comme pour Sanders aux É.U lui dans un cadre plus élevé si ce n’est que le système des primaires est ce qu’il est. Gagner absolument encore que par défaut il faut chauffer les idées des autres candidats sinon que..

    Le mouvement Lisée doit démarrer avec beaucoup d’appuis publics et un ébauche de programme un petit peu articulé afin de soutenir l’idée d’abandon du référendum en 2018.

    Évidemment, il ne suffit pas pour JFL de proposer la sortie de la mécanique stérile pour que sa candidature lève davantage encore.

    Déjà, votre candidature dépasse le glamour à la Justin qui tente la majorité des députés péquistes qui font le deuil difficilement de PKP en appuyant A.Cloutier.

    Si le PQ veut penser encore: seule votre candidature par votre expérience et votre vision du Québec peut l’empêcher de se dissoudre dans l’électoralisme du faire semblant.

    Je pense acheter éventuellement une carte pour être membre du parti afin de voter pour vous. Vous avez un combat important devant vous face à A.Cloutier évidemment.

    Qui lui même A.Cloutier n’aura pas non plus l’aura de PKP.

  4. Cher monsieur Lisée,

    Je fais partie des 1000 qui ont « embarqué » avec vous la dernière fois et je ferai partie de l’équipe des 1500 qui vous épaulera cette fois-ci également. Je suis une indépendantiste inconditionnelle et pressée. Je vote PQ depuis 1973 et je vais continuer à le faire (malgré ses ratées) parce que je crois encore que c’est le seul véhicule qui pourra nous mener à la souveraineté tout en restant progressiste, écologiste, créatif et réaliste. Je suis partisane de la gauche efficace et je suis toute excitée à l’idée que nous pourrons peut-être commencer bientôt à mettre en place notre beau projet de société. Sur le coup, j’ai eu un pincement au coeur quand vous avez dit qu’il n’y aurait pas de référendum dans un premier mandat. Tout en sachant que vous avez parfaitement raison, je ne vous aurais pas suivi si vous n’aviez pas dit la phrase magique  » Nous commençons maintenant à préparer l’indépendance pour 2022″. Le temps n’a plus d’importance si nous sentons que nous commençons dès maintenant cette marche réfléchie, organisée et stratégique qui nous mènera à notre autonomie.
    Ne serait-ce que pour faire connaître vos idées devant cette tribune qui sera fortement médiatisée, il valait le coup de vous lancer. Vous serez trois ou quatre candidats de grande valeur et j’ai bien hâte de suivre cette course . Vous ne pouvez pas vous imaginer comment ça peut me faire du bien d’entendre parler d’indépendance positivement dans les médias et ce, pendant plusieurs semaines.
    Je vous souhaite donc une bonne course et vous avez toute ma confiance.

  5. A. Je suis avec vous, mais ma santé ne me permet malheureusement pas de prendre d’engagements précis.
    B. Je suis membre du PQ auquel j’ai fait un don de 100, 00$. Recueillez-vous d’autres fonds dans le contexte d’une course à la chefferie?
    C. Référendum le plus tôt possible autour de 2022 ou élection référendaire cette même année

  6. Bonjour.

    «« Jean-Martin Aussant a fondé ce parti indépendantiste après avoir claqué la porte du PQ de Pauline Marois, en juin 2011. Sa tentative de se faire réélire député de Nicolet-Yamaska, au scrutin de septembre 2012, avait échoué. Aussant avait abandonné la politique — et la direction d’ON — à l’été 2013 en évoquant lui aussi des «raisons familiales», comme Pierre Karl Péladeau. Il avait ensuite accepté un poste chez Morgan Stanley Capital International, à Londres.

    L’économiste de 45 ans est revenu au Québec en juillet dernier, deux ans après s’être exilé au Royaume-Uni. Il est devenu directeur du Chantier de l’économie sociale. Cet organisme sans but lucratif fait la promotion de plus de 7000 entreprises qui emploient 150 000 personnes et injectent 35 milliards par année dans l’économie québécoise — plus que l’industrie minière ou le secteur de la construction. »»

    Chantier de l’économie sociale. Cet organisme sans but lucratif fait la promotion de plus de 7000 entreprises qui emploient 150 000 personnes et injectent 35 milliards par année dans l’économie québécoise — plus que l’industrie minière ou le secteur de la construction. »»

    Tien, le potentiel….. faire connaître et le promouvoir.

    Établir le chemin vers le coopératisme autogérée.

    Doit faire parti de l’agenda référendaire.

    • Le texte est un extrait tiré de l’article.

      La course est lancée au PQ
      Véronique Hivon se rangera-t-elle derrière Alexandre Cloutier?
      4 mai 2016 | Marco Bélair-Cirino – Correspondant parlementaire à Québec

      http://www.ledevoir.com/politique/quebec/469894/la-course-est-lancee-au-pq

      Article souligner par: (sur:http://jflisee.org/leadership-chasser-les-liberaux-reussir-lindependance-dans-cet-ordre/#comments)
      Le 18/05/2016 à 6 h 06 min,
      Marie Y. L.
      a dit :

      Comme j’étais naïve de croire que QS serait plus enclin à négocier avec vous. La réponse ne s’est pas fait attendre :

      « Pour qu’il y ait convergence, le PQ devra proposer une « démarche claire dès le premier mandat » en faveur de la souveraineté, affirment Françoise David et Andrés Fontecilla, co-porte-parole de Québec solidaire (QS). En table éditoriale au Devoir dans le cadre des 10 ans de la création de QS, ils insistent aussi pour que le PQ adopte une plateforme résolument progressiste en vue d’une éventuelle alliance au scrutin de 2018. »………
      http://www.ledevoir.com/politique/quebec/469894/la-course-est-lancee-au-pq

      J’espère que cette course ne tournera pas au vinaigre.

      Le PQ a le potentiel de faire un virage qui permettrait la diversité politique avec QS pour orienter une alternative, mais radicale dans son agenda de passage pour une société…

      Allons-nous perpétuer l’esprit du Vieux Monde dépassé par les avancés extraordinaires du siècle dernier avec les conséquences qui émergent de partout, ou amorcerons-nous à l’instar des révolutions progressives en Amérique Latine misent à mal par le vieil esprit, la pensée mercantile conservatrice dont le PLC de Trudeau sait jouer de l’image et de la forme.

  7. Comment ne pas embarquer avec l’expérience, le jugement, et la préparation de l’indépendance ! Je suis déjà embarqué dans ce beau bateau et je vais tâcher d’amener le plus de gens possible. Merci ! Courage, nous sommes ensemble. On sort des mots et on agit #avecLisée !

  8. Enfin un plan réaliste . . . !
    Pour marquer un but, il faut parfois faire le tour du filet.
    Un peu plus long, mais plus sûr !!

    • Bonjour Monsieur paiement,

      J’ai écouté la vidéo avec intérêt et je connais l’importance de la vallée du Saint-Laurent pour le potentiel économique du Québec. La possibilité pour un Québec indépendant de profiter de sa situation stratégique est exactement le genre de dossier que l’institut de Pierre Karl nous permettra d’étudier en profondeur.

      J’espère pouvoir vous compter dans notre équipe,
      Bien cordialement,
      Jean-François

  9. M. Lisée.
    Le Québec serait déjà un pays depuis 1976 si René Lévesque ne s’était pas laissé convaincre par Claude Morin des vertus du référendisme.

    Ce n’est pas parce qu’à deux reprises nous avons utilisé cette voie qu’elle est devenue moralement obligatoire.

    Comme le constitutionaliste Turp le rappelle justement, vous n’êtes pas sans savoir qu’en régime parlementaire le gouvernement a tout à fait le droit de procéder à une sécession unilatérale.

    Votre proposition de reporter le référendum à 2022 a le mérite d’être claire, mais elle n’est pas stratégiquement avantageuse.

    Avez-vous considérez de revenir à l’article 1 du PQ original, soit celui de 1968 à 1973?

    Plus de référendums volés, plus d’amalgammes entre l’indépendance et le bon gouvernement, simplement accepter d’être patients et avoir les coudées franches pour réaliser l’indépendance une fois élus majoritairement!

    Je vous remercie de prendre le temps de me lire et j’espère de tout coeur que vous aurez l’obligeance de répondre à ma suggestion.

  10. Je vous avais conseiller de ne pas vous présenter mais misère j’ai tord après avoir vu les réactions des autres partis……je suis membre et je vous appuierai !

  11. Je trouve votre position et analyse de la situation actuelle très lucide et courageuse.Cependant si dans le premier mandat vous ne proposiez pas un plan pour la préparation de la réalisation d’une consultation sur l’avenir du Québec dans le mandat suivant, le bon gouvernement pourrait enterrer le projet de l’indépendance pour une décennie.Il est donc nécessaire de proposer un plan dans ce sens dans votre premier mandat.Par exemple proposer la formation d’une commission non partisan pour l’étude de la situation constitutionnelle actuelle du Québec et les options proposées pour l’avenir et une loi pour la formation d’une assemblée constituante élue pour la rédaction de la constitution du Québec.
    Je vous appuierais si vous proposez un tel plan pour le premier mandat du gouvernement du PQ ou la coalition des parties indépendantistes.
    F.Babaï
    Professeur retraité de l’université de Montréal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *