11 réflexions au sujet de « Balado Lisée101: Extrait de « Pourquoi j’ai honte de Charles Taylor » »

  1. Je viens d’écouter un petit bout de : « J’ai honte de Charles Taylor », un très beau texte et je vais certainement allez ma balader avec J. F. Lisée.
    Pierre Labelle
    Gatineau Qc.

  2. Bref ce que fait Charles Taylor c’est de la masturbation intellectuelle pour tenter justifier ses positions qui nient le droit du peuple québécois à choisir un État laic où les religions ont leur place dans la sphère privée.

    Pour cet anglo-québécois les Québécois doivent se ranger derrière le modèle multiculturaliste canadian* sous peine de se faire traiter de racistes et de xénophobes. Ça n’arrivera pas . Comme le disait même le très fédéraliste Robert Bourassa ( le naufrageur) 🙂 après l’échec de l’accord du Lac Meech:

    :*le Canada anglais doit comprendre de façon très claire que, quoi qu’on dise et quoi qu’on fasse, le Québec est, aujourd’hui et pour toujours, une société distincte, libre et capable d’assumer son destin et son développement.

  3. Je ne peut comprendre qu’il est agi de cette façon, comment a-t-il fait pour renier sa propre enquête je vais être comme vous M. Lisé je vais être poli moi aussi j’ai honte. Jean- François j’ai eu l’occasion de te rencontrer lors d’un congrès du local 2000 des employés de Hydro-Québec tu était l’un de nos invités et tu nous avait donner une conférence et après tu m’avait dédicacé un de tes livres  » comment mettre la droite K.O. » même je dirais qu’il est encore d’actualité. Je te laisse en espérant que un jour j’aurai encore la chance de te rencontrer Ne lâche pas

  4. L’histoire du Québec des 60 dernières années c’est une lente et progressive laïcisation à l’américaine sans loi et toujours ouverte et respectueuse du pluralisme des options. Comme le faisait remarquer Parizeau, les religieuses ont progressivement enlevé leurs voiles sans qu’on les y oblige par une loi.

    • En effet, j’ai observé de près et longuement, en famille mais pas à l’école. À l’école au secondaire et plus avant le collégial, c’était les soutanes.

      Psychologue marquant des années 40 à 70 environ, B. F. Skinner a écrit un roman utopique en 45 et réussi à éditer en 48 sous le titre de Walden Two. Il y s’agit d’une communauté expérimentale conçue et construite selon une ingénierie comportementale. Les psychologues s’y présentent à un philosophe punching bag devant deux couples, participant comme éventuelles recrue.s.

      Frazier l’instigateur de la communauté croit que l’homme a créé Dieu et non l’inverse. À la limite cependant, il se prend un peu pour Jésus et un concurrent plausible à Dieu en matière d’ingénierie de l’humanité.

      La pratique religieuse n’y est pas réprimée mais elle n’y a pas d’avenir comme la cigarette, l’alcool, le sport professionnel, la loterie, la musique étourdissante et la démocratie. Bon, j’y mets un peu du mien.

      Je vois des cous qui s’allongent comme ceux de girafes à qui Dieu aurait dit: « vous ne ferez plus jamais l’amour ».

      Je parle du Dieu des chrétiens; il y a aussi celui des juifs et celui des musulmans. Il peut y avoir d’autres Dieu unique, j’en sais peu sur ça.

      Ma chatte y perd son latin.

  5. PAYER PAR NOUS ET PAS ETRE CAPABLE DE FAIRE ADOPTER SON RAPPORT ,JE N ÀI PAS HONTE JE SUIS EN …… D`AVOIR PAYER LE RAPPORT TABLETTE. AU MOINS NOUS AVONS UN POINT DE DÉPART
    SALUT FRANCOIS

  6. Bonjour Jean-François,

    Je partage ta honte.

    Je suis surpris qu’une personne ne parle pas du fait que le Québec fut un lieu de guerre de religions.

    Une des armées a utilisé le pouvoir économique comme arme de guerre. Il le pouvait et leur religion (protestant) le permettait.
    L’autre armée a utilisé la démographie (forte natalité) comme arme de guerre (catholique).
    Cette arme a obligé, voir condamné des milliers de femmes catholiques (très majoritairement francophones) à subir le poids du patriarcat religieux catholique.
    Ces femmes ont élevé leurs filles en leur enseignant « l’indépendance », envers les hommes, envers la religion.
    Cela a fait du Québec un des endroits où les pratiques religieuses ont diminué le plus brusquement et le plus massivement au monde.
    Comprenons que ce sont nos grand mères qui ont cessées de fréquenter l’église et c’est grâce à elles si aujourd’hui, le Québec est un des endroits où le statut de la femme est le plus avancé au monde et que le Québec est un des endroits ou la séparation de l’Église et de l’État est le plus inscrits dans notre culture.
    Cette avancée sociétale est précieuse. Nous sommes un des meilleurs endroits pour accueillir toute personne souhaitant vivre dans une culture peu influencée par le religieux. C’est rare et précieux un endroit de cette nature.
    Alors, défendons cette avancée sociétale et parlons-en positivement, avec fierté car le courage de nos grands-mères nous a donné un cadeau inestimable que peu de citoyen du monde peuvent profiter.

    • Vive le Québec ! Moi aussi je suis fière de notre pays. Je suis arrivée en 2004 et je l’aime comme vous, maintenant. Affirmons-nous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *