Carrés rouges + Pastagate = Davantage de touristes à Mtl ???

Chers lecteurs, nous interrompons le lancinant commentaire
anti-modèle québécois des détracteurs professionnels du Québec pour vous transmettre ce bref message d’intérêt public.

Commentateur de droite apprenant que le taux de chômage est inférieur au Québec

Commentateur de droite apprenant que, malgré les péquistes, les touristes affluent à Montréal.

C’est quand même bizarre! On nous a dit que les manifestations étudiantes de 2012 avaient été terribles pour la réputation internationale de Montréal, que le Pastagate, à l’automne 2012, faisait de nous la risée du monde entier, on nous traite de xénophobes non-stop dans la presse canadienne-anglaise depuis l’élection du PQ il y a un an — ce qui n’est pas très gentil —  l’arrestation de nos maires pour corruption et gangstérisme fait le tour du monde.

Résultat: Les touristes se bousculent pour venir nous visiter !

Et pas n’importe lesquels: les touristes américains, donc anglophones. Et les touristes d’affaires ! (Qui ne semblent nullement affectés par « l’angoisse fiscale » qui affecte durablement les chefs libéraux québécois.) Et pas dans n’importe quel contexte: un contexte international difficile, où il est ardu d’augmenter sa clientèle. Montréal n’attire pas plus de touristes en surfant sur la vague, mais en nageant à contre-courant de la tendance mondiale.

Mais ne me croyez pas sur parole. Lisez plutôt le communiqué émis ce mardi par Tourisme Montréal:

Pour la période de mai à septembre (2013), le tourisme dans la métropole a connu une croissance. Les statistiques hôtelières pour le Grand Montréal, les entrées aux frontières du Québec et le trafic de passagers à l’aéroport de Montréal sont en hausse. Destination dynamique, Montréal a connu une saison profitable sur le plan du tourisme d’affaires et des croisières. De plus, le succès de plusieurs événements et attraits a contribué à la vitalité touristique de la métropole et à son attractivité.

Les statistiques hôtelières pour le Grand Montréal1 révèlent que, pour la période de mai à septembre, le taux d’occupation moyen des hôtels se situe à 77,50 %, soit une augmentation de 2,17 points de pourcentage par rapport à l’an dernier. Quant à lui, le tarif moyen des chambres a atteint 148,54 $, comparativement à 143,27 $ l’an dernier, ce qui représente une variation de 3,68 %.

Pour les mois de mai, juin et juillet, les entrées de touristes internationaux (États-Unis et autres pays) aux frontières du Québec2 ont connu une hausse modérée de 1,1 %. Notons un retour encourageant des touristes américains avec une augmentation significative de 2,5 % du nombre de visiteurs en provenance des États-Unis. Une baisse de 1,4 % a cependant été enregistrée pour les voyageurs d’outre-mer, attribuable notamment à la morosité économique qui touche l’Europe et plus particulièrement le marché de la France. Le trafic de passagers à l’aéroport Montréal-Trudeau, quant à lui, a augmenté de 3,8 % pour la période de mai à août, par rapport aux mêmes mois de l’année dernière.

« À l’heure où certaines destinations peinent à attirer de nouveaux voyageurs, Montréal tire son épingle du jeu grâce à sa créativité et à la collaboration exceptionnelle entre les partenaires du milieu. Le travail concerté des attraits, des festivals, de l’hôtellerie et du monde des affaires nous permet de générer une croissance, même dans un contexte hautement compétitif », a souligné Yves Lalumière, président-directeur général de Tourisme Montréal.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer que Montréal ait connu une bonne saison touristique. Entre autres, le marché des croisières est plus dynamique que jamais avec 50 500 passagers internationaux accueillis dans le port cet été. Montréal se positionne ainsi comme une destination de premier plan pour l’embarquement et le débarquement de passagers sur le fleuve St-Laurent. Le tourisme d’affaires a également contribué à l’achalandage des hôtels et des commerces, puisqu’au cours de l’été 2013 (de mai à septembre), Montréal a été l’hôte de huit congrès majeurs de type multi-hôtels, qui ont généré la venue d’un peu plus de 23 000 délégués dans la métropole. Le mois d’octobre s’annonce déjà fort prometteur avec la venue de plusieurs congrès et événements à Montréal.

Quoi ? Le mois d’octobre s’annonce fort prometteur ? Malgré la Charte des valeurs ?

Bien sûr, Tourisme Montréal veut s’attribuer tout le crédit en affirmant que les touristes ont été attirés l’exposition Chihuly au Musée des beaux-arts de Montréal (210 000 visiteurs à ce jour) ou par le festival OSHEAGA qui a fait danser plus de 135 000 festivaliers, 12,5 % de plus que l’année précédente, ou par les Mosaïcultures Internationales de Montréal, avec près d’un million de visiteurs, ou encore le musée Grévin, inauguré en avril dernier et déjà visité par 100 000 amateurs de vedettes en cire.

Et, c’est certain, Tourisme Montréal parlera de ses offensives de vente, de promotion et de relations de presse afin de stimuler le tourisme, en particulier dans certains créneaux de voyage comme la gastronomie, les vacances en famille ou le sport, tout en continuant d’être une destination prisée des touristes LGBT. Je suis même convaincu que mon dynamique collègue du Tourisme, Pascal Bérubé, vous dira que c’est son action de promotion, avec la campagne QuébecOriginal, qui explique la bonne cuvée 2013.

Mais soyons sérieux. La raison pour laquelle les touristes, même d’affaires, même unilingues anglos, veulent venir nous visiter, c’est parce que nous sommes extrêmement intéressants !

Nous revenons maintenant à notre programme régulier.

Note en petits caractères :

Les billets « Temps durs pour les détracteurs du modèle québécois » ne prétendent pas que tout est parfait au Québec, loin s’en faut. L’auteur a d’ailleurs proposé, dans ses ouvrages et sur ce blogue, des réformes nombreuses et importantes visant à surmonter plusieurs des importants défis auxquels le Québec est confronté. Cependant, la série permet de percer quelques trous dans le discours ambiant qui tend à noircir la situation globale du Québec qui, pourtant, affiche d’assez bons résultats comparativement aux autres sociétés semblables.
Ce contenu a été publié dans Temps dur pour les détracteurs du modèle québécois par Jean-François Lisée. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Jean-François Lisée

Né à Thetford Mines le 13 février 1958, Jean-François Lisée obtient une licence en droit de l’Université du Québec à Montréal en 1979 et une maîtrise en communications de la même institution en 1991. Il poursuit des études à Paris en 1981 au Centre de Formation des journalistes de la rue du Louvres avant de devenir journaliste indépendant pour divers médias québécois et français, dont le Soleil, la Presse et Radio-Canada, et il publie quelques textes dans Le Monde, Libération et l’Express. À la fin des années 1980, il est correspondant à Washington pour La Presse, L’actualité et l'hebdomadaire français L'Événement du jeudi. À la même époque il signe des textes d’opinion dans le Washington Post, le New York Times et l’International Herald Tribune. Il est rédacteur en chef adjoint de L’actualité de 1990 à 1992. En 1994, au lendemain de l’élection du Parti québécois, il devient conseiller du premier ministre Jacques Parizeau et participe à l’élaboration et à la mise en oeuvre de la stratégie référendaire de 1995. À la suite de la démission de M. Parizeau, il exerce les fonctions de conseiller politique sous Lucien Bouchard et ce, jusqu’en 1999. De 2001 à 2004, il est chercheur invité au Département de science politique de l’Université de Montréal puis à Sciences Po Paris. En 2004, il co-fonde le Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal (CÉRIUM), dont il demeure le directeur exécutif jusqu’en 2012. En 2007, il conseille la chef du Parti québécois, Mme Pauline Marois, relativement à un projet de loi sur l’identité, duquel émaneront des propositions de Constitution et de citoyenneté québécoise, puis de Charte de la laïcité. M. Lisée est l’auteur de nombreux essais remarqués sur la politique et l’identité québécoises. En 1990, il publie Dans l’œil de l’aigle, sur l’attitude américaine envers le mouvement indépendantiste québécois. Un essai qui lui vaut le Prix du gouverneur général. Il fait aussi paraître Le tricheur et Le naufrageur (1994), sur la vie politique québécoise au lendemain de l’échec des accords du Lac Meech, Sortie de secours : comment échapper au déclin du Québec (2000), Nous (2007), Pour une gauche efficace (2008) et Comment mettre la droite K-O en 15 arguments (2012), puis le livre, Des Histoires du Québec (2012). De 2009 à 2012, il commente régulièrement l’actualité politique, sociale et économique sur un des blogues politiques les plus lus de la Francophonie. Ministre, il continue à tenir un blogue à jflisee.org Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre.. En août 2012, il se présente comme candidat du Parti québécois dans la circonscription de Rosemont et est élu le 4 septembre

21 réflexions au sujet de « Carrés rouges + Pastagate = Davantage de touristes à Mtl ??? »

  1. Monsieur le ministre
    Votre commentaire est intéressant et vous faites bien de souligner que les manifestations étudiantes + pastagate n’ont pas éloigné les touristes. Je suis heureuse des derniers résultats parus dans le communiqué de Tourisme Montréal que j’avais lu ce matin dans ma revue de presse. Permettez-moi cependant de vous indiquer que votre affirmation : « Montréal n’attire pas plus de touristes en surfant sur la vague, mais en nageant à contre-courant de la tendance mondiale » n’est pas exacte, car l’Organisation mondiale du tourisme nous indique au contraire que le tourisme est en croissance dans le monde.

  2. Mr Lisée,
    C’est très loin de mon intention de donner du crédit au gouvernement que j’ai moi-même tant détesté, qui est le gouvernement Charest mais le tourisme des bateaux de croisière lui revient. Ayant travaillé pendant 6 ans sur les bateaux de croisière, ces compagnies prévoient plus de deux ans à l’avance leurs destinations. Un simple coup d’oeil sur leur sites de réservations vous le prouvera. Pour cette clientèle, la seule chose que le Québec peut se féliciter, c’est de ne pas leur avoir fait peur de sorte qu’ils n’aient pas changé leur itinéraire à la dernière minute. Pour le reste, félicitations.

  3. C’est un constat très rafraichissant et imaginons ce qui arrivera après un bon ménage municipal et quand nous auron un pays. Bonne semaine

  4. Merci de souligner l’état de santé du tourisme étranger au Québec. J’ai été singulièrement frappé par le fait que les Mosaïcultures internationales de Montréal aient fait grimper à un million le nombre de visiteurs cet été l’achalandage du Jardin botanique de Montréal. Plusieurs personnes qui ont visité ces Mosaïcultures ont été frappées par l’abondance de visiteurs asiatiques et l’intérêt qu’ils portent à ce type de présentation. Il faut retenir que d’ici un certain nombre d’années, le tourisme international qu’accueillera Montréal sera probablement composé d’Asiatiques fortunés plus nombreux que les Nord-Américins et Européens combinés. À 73 ans, je fréquente le Jardin botanique depuis mon enfance et j’ai toujours été frappé par l’intérêt que suscite le Jardin botanique chez les Asiatiques. Ces gens-là plus que d’autres font la preuve que Montréal n’est pas seulement une ville-complètement-cirque, pas plus qu’une ville-juste-pour-rire, ou qu’un refuge international par excellence de jazz-et-autres-musiques-apparentées. Il est fort à parier que les Asiatiques à venir viendront plus à Montréal pour son contenu d’intérêt de sciences naturelles que pour ses manifestations émanant du Quartier des spectacles. Pourquoi alors ne pas convertir le stade olympique en une sorte de muséum des sciences de la nature se greffant au Jardin botanique, au Biodöme – deux institutions déjà reconnues mondialement -, è l’Insectarium, au nouveau Planétarium et au Parc Maisonneuve. Le tourisme international se trouverait alors en présence d’une Cité internationale des sciences de la nature de première grandeur.

  5. Le tourisme est en croissance à Montréal, Une plus qu’excellente nouvelle! Mais attention que les touristes viennent nous visiter pour les bonnes raisons! Montréal est une plaque tournant de la prostitution en Amérique (voir les articles d’Isabelle Hachey dans la Presse) ce qui attire énormément de touristes.. Tourisme Montréal et Loto-Québec ont même vendu le côté sexy de Montréal aux Américains! Dégoûtant! Bien que la tâche pour redresser Montréal et lui redorer son blason soit colossale, et que je salue votre travail pour le faire, j’espère sincèrement qu’une politique sérieuse et solide pour enrayer ce fléau soit dans vos projet à moyen terme.

  6. Ce qu’il faut savoir :
    – Le Québec possède une offre touristique vieillissante dont la rentabilité ne permet pas son renouvellement ce qui fait de nous des proies.
    – Les hausses momentanées sur 2 ou 3 ans ne change rien à la baisse continue de l’achalandage mondial
    – La clientèle d’affaires américaine ne peut à elle seule compenser les pertes pour l’ensemble des autres marchés.

    Je veux bien que l’on cite nos bons coups temporaires mais de là à en faire un symbole de réussite !

    Je suis une petite entreprise touristique et mon marché grandi par mes efforts pendant que mes voisins se meurent et se tire dans le pied à coups de prix coupés car ils ne peuvent rafraîchir leur offre.

  7. Et le p’tit Newtown, devenu muet? La Lauzon de rire, occupé ailleurs? Les étudiants, partis dans’l’nord? Les « nouveaux arrivants » qui traitent de chiennes les Québécoises, toujours en parade de « xénophobie » dans les rues?… Allons, un gouvernement, même minoritaire, doit afficher sans retenue son projet de réforme de statut, dénoncer les embûches des « rapetisseurs » et foncer dans toute l’autonomie dont il est capable.

  8. Je crois de plus en plus que nos voisins anglais sont jaloux et qu’ils ne savent pas trop comment se démarquer. Bien difficile pour eux de se trouver un modèle?

  9. Le Québec-bashing fait partie d’un plan concocté par le fédéral dans les années 50 pour diviser les québécois et les empêcher d’accèder à l’indépendance.

  10. Les touristes d affaires américains sont présent à Montréal car nous sommes en périodes de liquidités monétaire donc propice à la prise de propriétés. Souvenez-vous de la Place Royale à Québec dans les années 90 elle était propriétaire par un grand % par des us . L’important pour le moment est de trouver du liquide $ pour effacer des dettes du min des finances dont je demande depuis plusieurs annees un ménage. Souvenez-vous un simple example le 0.25$ pendant 25 ans sur les cigarettes pour le stade. Il a fallut en informer le ministére de la péremption de la taxe et il ne savait plus ou ce montant était diriger. De plus existe-il un trésor au Qc car avec la dette accumulé c est a s en demander pourquoi il y existe un conseil et si ce conseil a la bienveillance de retourner ses bonds du trésor us aux us ce serait une bonne affaire car ils sont preneurs en ce moment. Pour vos autres statistique l augmentation a mtl du tourisme en comparaison a 2012 est simple la démonstration n est plus dans les rues.

    Questions embétante? Aimez-vous aller au Mexique example Cancun pour vos vacances? Probablement oui. Aimeriez-vous y vivre avec leur salaire et leur niveau de vie? La hauteur de la comparaison est un peu grande mais porte à la réflexion.

    Frederic PIneau

  11. Bravo pour votre analyse. De toute façon on restera toujours par notre singulière différence culturelle au sein de cet Amérique du nord, un milieu attirant et intéressant à découvrir. Une raison de plus pour la conserver et la maintenir cette différence ou ce caractère unique.

  12. Ça fait longtemps que le ROC joue au Bonhomme Sept Heures avec le Québec. On devrait créer une grosse mascotte de Bonhomme Sept heures et la promener à Montréal, Québec et dans les plus grandes villes du Québec chaque fois que nos voisins jouent au prophète de malheur.

  13. Bien, pour ceux qui disaient que nous étions nés pour un petit pain, je dirais que nous possédons la boulangerie au grand complet.

    Les épouvantails n’épouvantent plus personne. . .

  14. Il est toujours surprenant monsieur Lisée de constater que certains se sont donné une mission de rapetisser le Québec continuellement ….. Il ne savent plus quoi inventer …. Ces gens doivent avoir des ulcères d’estomac …..

  15. Voilà! Pas aussi négatif qu’on le laisse paraître, au contraire! Mais pourquoi cet acharnement de vouloir détruire l’image, la réputation et la crédibilité du PQ et des québécois(es) à ce point?! C’est taper à coup de marteau mais nous tiendrons peu importe car nous sommes de nature solide, persévérant et tenace! En attendant, la réalité de ces faits et chiffres feront taire les langues sales! Excellente information M. Lisée, ça fait du bien!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current ye@r *