Les suggestions de lecture de Noël de mes amis de l’opposition

Les débats à l’Assemblée peuvent être acrimonieux, c’est l’évidence. Mais il faut reconnaître les moments où les députés, de tous les partis, s’entraident de plusieurs façons, grandes et petites.

Grandes, comme les projets de loi adoptés à l’unanimité contre la corruption, pour la réforme du financement des partis, la motion pour le maintien de l’aide canadienne à la Palestine, j’en passe.

Petites, comme la publicité gratuite que deux membres de l’opposition ont fait à deux de mes bouquins. Cachotiers, ils ne m’en avaient même pas avisés à l’avance ! Et ils l’ont fait juste avant les emplettes des fêtes ! Voyez plutôt:

Il y a même débat. Gérard Deltell semble préférer lire Le Tricheur dans sa version longue, tel que publié en 1994. Christine Saint-Pierre, plus moderne, semble plaider au contraire pour la version courte Le Petit Tricheur, publié plus tôt cette année.

Mes conspirations au 357c

Oui, oui, j’avoue, je passe à table: je suis passé à table. À celle du 357c, le club privé de Daniel Langlois dont mon ancien patron et néanmoins ami Lucien Bouchard est membre.

Lui avocat, moi universitaire et blogueur, nous avons conspiré ensemble à deux ou trois reprises. Comme nous en avons pris l’habitude, nous nous sommes lancés à l’assaut l’un de l’autre, tentant de s’influencer mutuellement sur des questions d’intérêt national: les accomodements raisonnables, le taux marginal d’imposition, le niveau de productivité du Québec, les points de passage vers la souveraineté, les frais de scolarité, cent autres sujets.

Nous avons fait l’un envers l’autre un lobby insistant en faveur de tel livre qu’il faut lire, tel film qu’il ne faut pas voir, tel voyage qu’on voudrait faire.

Photo compromettante: Boisclair/Parisella/Lisée

Un cadeau pour les amants de conspirations. Sur cette photo, prise en avril 2008, on voit le futur ministre des relations internationales avec l’alors-futur délégué général de Jean Charest à New York, John Parisella, et le futur délégué général de Pauline Marois à New York, André Boisclair.

Une photo digne du Da Vinci Code ? (En plus: crédit photo Gesca !)

Circonstance aggravante: cette photo fut prise lors d’une rencontre organisée par La Presse à la Place des Arts, où André Desmarais Jr a présenté l’ex-vice président Al Gore.

Votre mission, cher internaute, est d’inventer une théorie conspirationniste dont la photo est l’élément principal.

Vous pouvez prendre en compte que: les Desmarais sont présents dans Total, lui même présent dans les sables bitumineux.
André Boisclair fut consultant pour les entreprises de gaz de schiste.
Pourtant, Al Gore est opposé aux sables bitumineux et critique les gaz de schiste.