La droite québécoise monte! Et si c’était le contraire?

enjoy_capitalism-largeC’est dans tous les journaux: la droite québécoise monte. Elle connaît un automne fulgurant.

Un demi-millier de libertariens en liesse à Québec. Un nouveau (futur, virtuel) parti de centre droit. Des sondages qui montrent que des idées de droite sont reprises par l’opinion publique. La cause est donc entendue. À droite toute !

Toute ? Non. Mettez-moi fermement dans la colonne des dubitatifs (ou des libertaro-sceptiques). À mon avis, cette démonstration reste à faire. Car il y a le bruit. Il y a les choses. Certes, le bruit de droite monte. Mais les choses sont plus têtues que le bruit. Étudions posément les données disponibles.

Le bruit: le volume de la droite monte

Qu’à l’automne 2010, la droite, notamment libertarienne, soit plus audible que jamais me semble indubitable. Un des précurseurs du mouvement, Martin Masse, conseiller du très visible député Maxime Bernier, le souligne dans son très intéressant billet de ce lundi:

Bock-Coté et la solitude du Gaulliste québécois

fin-de-cycleQuelle joie de lire Fin de cycle, de Mathieu Bock-Coté ! Joie d’être mis en présence d’une intelligence vive, au verbe précis, aux concepts assumés. Joie de retrouver sur la page un interlocuteur engagé, engageant, inquiet pour son peuple et son pays rêvé, soucieux de son passé comme de son avenir. L’exact contraire du cynique.

On voudrait débattre avec lui, page après page, car sa prose mobilise l’émotion autant que l’intellect. Et suscite, chez ce lecteur-ci en tout cas, moins d’approbations que de désaccords. Ce billet ne fera donc pas justice à l’ensemble des questions qu’il soulève.

Le problème avec les Fins

Fukuyama, qui avait fameusement prédit en 1992 la « Fin de l’histoire » s’en mord sûrement encore les doigts. Et lorsque Mathieu Bock-Coté a remis son manuscrit, l’an dernier, le Parti québécois semblait en lambeaux, l’appui a la souveraineté avait quitté les 40% pour s’aventurer dans les 30% et on trouvait des députés péquistes pour craindre la disparition prochaine de leur parti – prédiction reprise par Mathieu dans son ouvrage.

Que conserver du conservatisme ?

Pendant les vacances, quelques billets de blogue choisis, en rappel.

Mes-Aïeux-2-300x300-150x150La chose mérite d’être rappelée : les radios avaient d’abord refusé de programmer la chanson de Mes Aïeux, Dégénérations, lors de sa sortie en août 2004. C’est le public qui l’a imposé et en a fait, deux ans plus tard, le champion des palmarès.

L’historien Éric Bédard ouvre son excellent recueil Recours aux sources avec un essai sur Dégénérations : sa genèse, sa place dans la culture musicale, son message, les explications données par ses auteurs, son originalité dans le reste de la production de Mes Aïeux. Un travail de mise en contexte riche et signifiant. De la belle ouvrage.

Bédard s’en sert comme d’une pièce à conviction majeure dans son plaidoyer pour sortir la politique québécoise de son obsession pour l’avenir ou pour le présent et mieux l’enraciner dans une continuité historique où « l’avant » a encore un sens. Il écrit:

Mettre la droite KO (1): Sur votre ordi !

Pendant la saison estivale, quoi de mieux qu’un bon match de boxe !

Je vous présente donc, non 15 mais 11 rondes, grâce au montage fait lors de ma présentation d’une conférence dans le comté de Gouin.

Aujourd’hui, l’intro et la « médiocrité »

La suite demain

Pour vous procurer l’ouvrage.

PubliBlogue: Jean Charest fait la pub de La droite K.-O. !

Bulletin spécial: le chef du Parti libéral du Québec, M. Jean Charest, a lu ce jeudi en Commission parlementaire un bon extrait du livre « Comment mettre la droite K.-O. en 15 arguments» . (Voir ici, ça commence à « Au cours des 10 dernières années, comparé au pays du G7, le Québec brille, »)

Je tiens à remercier M. Charest pour cette publicité inattendue, juste avant les achats de cadeaux pour la Fête des mères et des pères. Les citoyens libéraux doivent désormais se sentier dédouanés de faire cet excellent achat.

J’avais déjà, dans le passé, remercié personnellement M. Charest pour avoir mentionné Le Tricheur pendant un discours de campagne électorale. Je lui rappelle que je viens de publier « Le petit Tricheur« . S’il pouvait en signaler  l’existence une ou deux fois d’ici les fêtes susmentionnées, je lui en serais doublement reconnaissant.