L’étrange racisme non-systémique des Québécois (extrait de ma dernière balado)

 


Ma nouvelle balado est en ligne


Cette semaine, j’examine une réelle bizarrerie:

Les Québécois veulent la laïcité mais, selon de nouvelles données très récentes, ils sont à plusieurs égards moins racistes que les Canadiens !

Abonnez-vous aux balados Lisée101 pour aussi peu que 99¢/semaine pour le comprendre
(Psst: ne le dite pas aux trudeauistes !)


Écoutez des extraits des balados précédentes:

Pourquoi le Québec devrait taxer l’Alberta


Laïcité: Pourquoi le Canada va dire Non !


Pourquoi j’ai honte de Charles Taylor


Découvrez aussi mes balados Lisée202 sur l’histoire du Québec

Disponibles:

Kennedy et le Québec. Pourquoi, de tous les présidents, il connaissait le mieux le nationalisme québécois.

Aussi: Aux sources de la grande chicane politique québécoises.

et  Le problème avec nos héros.

————————————————-

(Texte) Pourquoi le Québec devrait taxer l’Alberta


Avis: ceci est le texte d’une balado hebdomadaire Lisée101.  Ces textes sont publiés huit jours après qu’ils aient été rendus disponibles aux abonnés de la balado.
Prenez huit jours d’avance,
participez au financement du blogue et des balados en vous abonnant ici !


Les chiffres sont clairs, 80% des Albertains pensent que le Québec vit à ses crochets. Leur nouveau premier ministre, le fringant Jason Kenney, a été élu sur une vague de ressentiment contre tous ceux qui refusent de voir les bienfaits du pétrole albertain et en particulier ces Québécois qui se paient des programmes sociaux haut de gamme avec l’argent de la péréquation albertaine.

Mais si c’était le contraire ? Si, malgré l’absolue certitude des Albertains d’être floués par les Québécois, c’était les Québécois qui étaient floués par les Albertains.

Cela va vous surprendre, et cela risque de provoquer une rupture d’anévrisme chez Jason Kenney, mais les pièces au dossier sont considérables. Prenons-les une à une.

Pourquoi le Québec devrait taxer l’Alberta (extrait de ma nouvelle balado)

Ma nouvelle balado est en ligne

 

Jason Kenney veut polluer gratuitement. Cela me donne une idée…

Au menu:

l’Alberta, l’environnement, la péréquation et une proposition pour verdir le Québec grâce à l’Alberta !

Abonnez-vous pour aussi peu que 99¢/semaine et comprenez pourquoi c’est l’Alberta qui floue le Québec et non l’inverse.

Écoutez un extrait ici:

 

 


Toujours disponibles:

Écoutez un extrait de:
Laïcité: Pourquoi le Canada va dire Non !

Abonnez-vous ici.


Aussi:

Pourquoi j’ai honte de Charles Taylor.

Les arguments du grand intellectuel sur la laïcité ne résistent pas à l’analyse.

Écoutez-en un extrait ici :

Pour obtenir le livre applaudi par la critique, en version imprimée, audio ou numérique, allez sur laboitealisee.com ou cliquez sur l’image ci-haut et obtenez mon dernier ouvrage, avec une réduction de 10% et une dédicace personna-lisée 😉

Comment faire des milliards à la mode Albert Frère et Desmarais ?

Comment s’enrichir, lorsqu’on est déjà riche, en siphonnant des centaines de millions à des institutions publiques ? Denis Robert (qui a mis au jour le scandale Clearstream) et Catherine Le Gall démontent patiemment le mécanisme privilégié par Albert Frère (principalement) et son partenaire de longue date Paul Desmarais.

À travers quatre transactions économiquement inexplicables réalisées pendant les années 2000, les journalistes d’enquête ouvrent le sac à outils de ceux qu’ils appellent des prédateurs – car ils ne créent pas de produit, de service, de valeur, seulement des échafaudages financiers qui leur rapportent gros et qui vident les caisses d’institutions publiques.

Des questions sans réponse

Pourquoi l’équivalent français de la Caisse de dépôts achète-t-elle à Albert Frère sa chaîne de fast-food Quick et, surtout, pourquoi l’achète-t-elle plus de deux fois sa valeur ?

Bombardier : La pire décision possible…encore une fois

Monsieur le premier ministre,

comme chef de l’opposition officielle, je suis pour ainsi dire payé pour m’opposer à vous. Je vous écris cependant aujourd’hui, non pour m’opposer, mais pour supplier. Arrêtez. Arrêtez de nous faire honte au sujet de Bombardier. Ne faites plus rien. Ne dites plus rien. Nous n’en pouvons plus.

Le comble a été atteint ce mardi. Vous étiez aux côtés du PDG d’Airbus auquel, dans un moment de panique injustifiée, vous avez accepté de donner – oui de donner – 50,01 % du joyau de technologie québécoise qu’est la Série C. Ce PDG, qui a reçu gratuitement la perle technologique des avions mi-courrier et qui peut désormais en piller la technologie pour ses propres appareils, n’était pas rassasié. Il en a rajouté en affirmant devant vous que les fournisseurs québécois de Bombardier devaient se serrer la vis pour que lui, qui sera le grand gagnant de toute l’affaire, fasse encore davantage de profits !