Mario Beaulieu: La chance au coureur

Mario Beaulieu est désormais chef du Bloc québécois. Il a clairement affiché ses couleurs — indépendance d’abord, défense du Québec ensuite. Il s’est battu, a serré des mains, vendu des cartes, obtenu des soutiens et, au final, l’a emporté avec 53% des voix. Le report sur sa candidature d’une partie des troupes d’Option nationale n’est pas étranger à son succès. Et il n’est pas anodin qu’un groupe indépendantiste dissident revienne au bercail, du moins celui du Bloc, après une période de brouille avec le PQ.

Le NPD au Québec: ce qui monte vite redescend plus vite encore

Le site threehundredeight vient de mettre à jour son tableau des sondages portant sur les élections fédérales. On peut observer ici combien le NPD, orange, a profité des mois d’hiver pour faire de la luge sur l’électorat québécois:

glissade

Et le Bloc, en bleu pâle, fait du trampoline…

Le site fait également une projection de circonscription
à partir de ces chiffres. (Le nombre de sièges actuels
est dans la parenthèse)

Wikileaks: Quand Ottawa prédisait une victoire de Marois

PC_081106marois-pauline-economie_8-150x150En avril 2009 le conseiller aux affaires québécoises du Conseil privé (le ministère du premier ministre Harper) Eric Ferguson, a expliqué à l’officier politique américain à Ottawa ce qui suit:

La chef du PQ Marois est bien placée pour gagner la prochaine élection provinciale, car le premier ministre libéral Charest est au pouvoir depuis 2003 — une longue période en politique québécoise — les électeurs voudront donc un changement.

Sondage: Les Québécois versent une larme pour le Bloc

Le Bloc est-il donc déjà complètement sorti de l’esprit des électeurs, qui lui furent fidèles pendant six élections ? On a vu dans le premier volet de notre sondage L’actualité/Crop qu’une élection tenue à la mi-juin aurait été pire encore que celle du deux mai pour le parti qui a dominé la politique fédérale au Québec pendant 20 ans.

Message de Duceppe: Mon choix, c’est Marois!

duceppe-et-marois-150x150On se doute bien que Gilles Duceppe a apprécié le sondage CROP de ce mercredi. Que 35% des Québécois le voient chef du Parti québécois si Pauline Marois devaient tirer sa référence, dont 66% des électeurs péquistes.

Après avoir été éjecté de son comté par ses électeurs (y compris Amir Khadir), Gilles a dû passer, enfin, un bon moment.

Au-delà de la bonne humeur, est-il tenté ? J’ai voulu le savoir et me suis fait dire, par un intermédiaire sûr, que son message était le suivant: