Lettre ouverte à M. Denis Coderre: Montréal fait partie du Québec

Monsieur le maire, cher Denis,

Vous me savez partisan d’une réelle décentralisation des pouvoirs et d’un statut pour la métropole. Je m’y étais engagé lorsque j’étais ministre de la métropole et l’ai appuyé comme chef du Parti Québécois. J’estime d’ailleurs que la loi votée par le gouvernement libéral est encore trop timide. En habitation, par exemple, j’aurais aimé donné davantage de latitude à Montréal pour mieux répondre aux besoins criants de logements sociaux et abordables.

Je dois cependant exprimer mon désacccord total avec votre tentative d’utiliser le statut de la métropole pour vous soustraire aux lois de l’Assemblée nationale portant sur la laïcité et le vivre-ensemble.

Monsieur le maire, Montréal fait partie du Québec. Les Montréalais sont membres de la nation québécoise.

VERS DES VICTOIRES !

Du 5 au 7 octobre, vous avez un rôle à jouer pour l’avenir de notre parti et du Québec. Celui de choisir le chef d’un des plus grands partis de l’histoire du Québec. Du parti qui a permis les plus grandes avancées linguistiques, sociales et économiques de notre nation. Du parti qui veut donner aux Québécoises et aux Québécois les moyens de faire encore mieux : l’indépendance.

Vchasser_reussir_fb-1ous avez soif de victoires. Comme celles et ceux qui se battent au quotidien pour les plus démunis, qui tentent de créer des entreprises, et qui veulent faire connaître notre histoire. Comme celles et ceux qui veulent un Québec sans pétrole, les professionnels de la santé qui veulent soigner plus et mieux, tous, veulent des victoires. Tous en ont assez des reculs. Tous et toutes, veulent réussir.

Huit propositions pour oser réussir la Métropole

Proposition #22 du candidat Jean-François Lisée

Deux constats s’imposent. D’abord, la Métropole québécoise est sortie de l’une de ses plus grandes crises politiques, notamment grâce à l’action vigoureuse du gouvernement Marois pour assainir les contrats publics, appuyer l’UPAC dans ses enquêtes et ses arrestations, réformer le financement électoral municipal, puis accompagner Montréal et Laval dans des temps difficiles, maintenant révolus.

Le second constat est que la relance de la Métropole est freinée par de mauvaises décisions du gouvernement Couillard, dont l’incurie en matière d’éducation, d’habitation, de santé et d’économie ont des conséquences néfastes sur la Métropole, notamment sur l’Est de l’île.

En habitation, un rapport du Directeur de santé publique (DSP) de Montréal sur les conditions de salubrité du parc immobilier de la métropole révélait en septembre 2015 que les problèmes d’insalubrité à Montréal touchaient 38 % des appartements en location. Les risques pour la santé publique sont réels, notamment pour nos enfants. Plutôt que d’accélérer les programmes de rénovation et de construction de logements sociaux, les Libéraux ont réduit de moitié (de 1150 à 550) le nombre d’unités construites chaque année.

Indépendance : voir la réalité en face, pour la transformer

Rien ne me ferait plus plaisir que de croire que nous puissions réaliser rapidement l’indépendance, que la victoire est à portée de main. Mais je crois qu’il incombe à un leader de bien lire la réalité, même si elle est désagréable. Sinon, on ne peut pas la transformer.

Ma collègue Martine écrit : « La logique qui mène à reporter l’indépendance à un hypothétique deuxième mandat repose sur l’idée que les Québécois ne seraient pas prêts. Même Jean Charest a affirmé que le Québec indépendant serait viable économiquement. »

« Les Québécois pas prêts » et « un Québec viable économiquement » sont deux choses distinctes. D’ailleurs, les analyses remises au président des États-Unis affirmaient dès 1977 « la viabilité d’un Québec souverain en termes économiques »[1].  La question, complètement différente, est de savoir si une majorité de Québécoises et de Québécois sont prêts à dire oui.

Pour une vraie culture de la culture au Québec

Proposition #21 du candidat Jean-François Lisée

Le Québec ne manque pas de créativité ni de créateurs. Sa production culturelle par habitant est exceptionnelle, quels que soient les indices de comparaison utilisés.

Le problème de fond réside dans la petitesse du marché. Notre offre culturelle suffirait à assouvir la soif de 80 millions de consommateurs, qui pourraient ainsi en assurer la rentabilité. Il faut s’en réjouir et la soutenir. Mais nous sommes huit millions et nous refusons de diviser par dix la qualité et la quantité de nos produits.

L’intervention de l’État québécois en soutien de l’effort culturel a été, est et sera par conséquent un élément permanent de notre vie culturelle. Globalement, je propose de faire passer sur un horizon de 6 à 8 ans le budget de la culture de 1 à 2% du budget global de l’État. La question posée est de savoir quel est l’aménagement le plus porteur, le plus efficace, le plus équitable.