Pour une politique agricole qui favorise la stabilité, la relève et la souveraineté alimentaire

Proposition #18 du candidat Jean-François Lisée

Le point de départ de ma réflexion en matière d’agriculture, et plus largement d’alimentation, est qu’il ne s’agit pas d’un simple marché. Ces secteurs développent des produits essentiels – tout comme l’eau ou l’électricité – et ont un impact majeur sur l’aménagement du territoire, le mode de vie et le bien-être. Pour cette raison, un discours simpliste souhaitant imposer sans plus réfléchir le libre marché dans le secteur de l’agriculture et l’agroalimentaire néglige son caractère stratégique pour le Québec. Le deuxième principe qui guide de ma réflexion est la nécessité pour les agriculteurs de pouvoir compter sur un environnement stable, durable et prévisible, où l’État intervient pour garantir un système solide de partage des risques.

Faire du Québec un pôle d’attraction mondial pour un enseignement supérieur de l’excellence et de l’égalité des chances

Proposition #17 du candidat Jean-François Lisée

On s’appesantit beaucoup sur les carences de notre système d’éducation supérieure. Il y a beaucoup à faire pour l’améliorer, c’est sûr, et je présente ici plusieurs propositions en ce sens.

Mais cette insatisfaction permanente ne doit pas cacher un fait réel : nous avons construit au Québec, avec les Cégeps, notre réseau universitaire et nos instituts de recherche, un outil remarquable qui dame régulièrement le pion à nos concurrents étrangers en termes d’attractivité des étudiants, d’obtention de budgets de recherche, de qualité de nos diplômés.

Je ne proposerai donc pas seulement ici des bonifications d’un réseau qui a déjà fait ses preuves. Non, je compte au contraire fixer pour notre éducation supérieure un objectif plus ambitieux que la simple réparation des tuyaux qui coulent et des dégâts causés par les quatre ministres libéraux qu’elle a récemment subis.

Ma vie secrète, suite et fin (du moins, pour l’instant !)

La série de Ma vie secrète est complète. La voici.

Dans la vie politique, c’est comme dans la vie tout court. Il faut prendre les choses au sérieux, sans se prendre, soi-même, trop au sérieux.

C’est ce que tentent de transmettre ces petites capsules sans prétention, sur ma « vie secrète » de gars finalement plus-comme-les-autres que vous pouviez le penser.

Une consommation légère de fin d’été, avant de plonger dans les débats…

Surendettement: aider les Québécois à l’éviter… et à en sortir

Proposition #15 du candidat Jean-François Lisée

La proposition en bref:

S’attaquer résolument au surendettement des ménages
1) préparer, au secondaire, nos jeunes à la jungle du crédit
2) forcer les commerçants à indiquer le coût réel du prêt en gros caractères
3) limiter la durée du prêt en la liant à la garantie offerte par le fabricant
4) offrir un programme de consolidation de dette appuyé par l’État qui permettra un taux raisonnable (par exemple 5%) plutôt que les 15% réclamés par les banques.

La proposition au long:

Les Québécois bénéficient depuis plusieurs années de taux d’intérêt très faibles. C’est une bonne chose pour ceux et celles qui empruntent, mais c’est aussi un risque important pour les consommateurs, les entreprises et l’économie. L’endettement atteint aujourd’hui un niveau record. En excluant les prêts hypothécaires, il s’élève aujourd’hui à 17 800 $ par personne. C’est légèrement en dessous de la moyenne canadienne (21 580 $), mais l’augmentation est rapide (3,8 % l’an dernier). Cet endettement croissant se traduit également par un taux de défaillance des ménages en hausse. Au Québec, 2,1 % des comptes sont en souffrance depuis plus de 90 jours. C’est toujours mieux que le Canada (2,7 %), mais l’écart se resserre peu à peu.

Ma vie secrète enfin révélée !

Dans la vie politique, c’est comme dans la vie tout court. Il faut prendre les choses au sérieux, sans se prendre, soi-même, trop au sérieux.

C’est ce que tentent de transmettre ces petites capsules sans prétention, sur ma « vie secrète » de gars finalement plus-comme-les-autres que vous pouviez le penser.

Une consommation légère de fin d’été, avant de plonger dans les débats…