(vidéo) Avec le PLQ, le SLR n’est plus sur les rails !

C’est une chose que de vouloir revenir sur une décision qui a été prise par un gouvernement précédent. C’en est une autre de le faire… puis de faire semblant qu’on ne le fait pas.

C’est le tour de force que tente d’accomplir le ministre des transports, Robert Poéti, au sujet du projet de Système Léger sur Rail qui doit relier Montréal et la Rive-Sud sur le futur Pont Champlain.

La décision de choisir le SLR, plutôt que des autobus, a été prise l’an dernier, avec l’appui de tous les élus concernés… et du parti libéral.

M. Poéti fait semblant qu’il ne le sait pas, comme l’atteste notre échange à la période de questions ce lundi:

Notez que le ministre tente d’affirmer que la décision de choisir, ou non, un SLR doit être prise l’an prochain, lorsque sera rendu public le rapport du bureau de projet mis sur pied par le gouvernement du Parti québécois.

Très chère Pauline

Très chère Pauline,

La politique est ingrate. Ça, tu le savais. Tu l’avais vécu. Plusieurs fois. Tu t’étais relevée. Plusieurs fois. Tu nous avais, tous, relevés. Et depuis 18 mois, c’est tout le Québec que tu as relevé, le sortant des marais de la collusion, de l’immobilisme, de la résignation. Tu n’en a pas été récompensée. Loin s’en faut. Mais nous savons tout ce que tu as réparé, tout ce que tu as fait, tout ce que tu as mis en branle.

Nous savons, et nous le dirons sans relâche, combien ta compétence et ton énergie ont été notre boussole pendant ces 18 mois. Combien ta bonne humeur, ton écoute et ton esprit de décision nous ont servi de modèle, pendant ces 18 mois — et à l’avenir pour notre vie entière.

Bilans de missions — 2012-2014

Voici une partie des communiqués émis pour les missions internationales lorsque j’étais ministre des Relations internationales et du Commerce extérieur

Le ministre Lisée effectue une première mission à Washington

WASHINGTON, le 11 décembre 2012 – Le ministre des Relations internationales et de la Francophonie (MRIFCE), Jean-François Lisée, entame aujourd’hui une mission de deux jours à Washington, sa première dans la capitale américaine. Le ministre Lisée présentera à ses nombreux interlocuteurs, politiques, gouvernementaux et médiatiques, les priorités du gouvernement québécois et rappellera l’importance qu’accorde le gouvernement du Québec au renforcement de ses liens avec les États-Unis.

Le ministre s’entretiendra avec plusieurs personnalités influentes œuvrant dans des secteurs d’intérêt pour le Québec, tel le représentant de l’État du Massachusetts et grand défenseur des énergies renouvelables, M. Ed Markey. La lutte aux changements climatiques et les dossiers énergétiques figurent parmi les sujets à l’ordre du jour. M. Markey est l’un des auteurs du projet de loi américain sur le marché du carbone.

Demain la Métropole: ce que propose l’équipe du Parti Québécois

Pourquoi disons-nous cela ? D’abord parce que nous avons été très actifs, ces derniers 18 mois, pour réparer les erreurs libérales et agir pour l’emploi, la culture, les infrastructures, la santé:

Plateforme 2014-2018 Réussir Montréal, Réussir à Montréal

Une plateforme concrète et détaillée !

Nos engagements principaux sont résumés dans notre plateforme, publiée en début de campagne.

Nous avons ajouté pendant la campagne plusieurs engagements:

1. Annuler la hausse Libérale de tarif d’électricité pour la STM, et lui économiser ainsi 400 000$ par an;

2. Ajouter 10 millions de dollars pour la décontamination des sols, établir une banque de terrains pour des habitations familiales, donner à la ville le pouvoir de conduire les promoteurs à prévoir une proportion d’unités familiales dans leurs projets (détails ici);

3. Reconnaître en un mois les diplômes des nouveaux arrivants et leur offrir une aide financière pendant qu’ils se mettent à niveau pour leurs équivalences professionnelles (détails ici);

Les corrompus contre-attaquent: la Marois, « elle va y goûter »

Qui a intérêt à ce que Pauline Marois ne soit pas première ministre lundi soir?

Disons-nous les vraies vraies affaires. Depuis 18 mois, elle a mené une offensive sans merci contre tous les corrompus du Québec. Les Gilles Vaillancourt, accusé de gangstérisme, et tous ses amis en veulent à la chef du PQ d’avoir laissé la police faire son travail. Sont-ils des dizaines ou des centaines les cadres d’entreprises d’ingénierie, d’architectes, d’avocat, de comptables véreux qui s’étaient enrichis, avant elle, et qui ont perdu soit leur emploi, soit leurs bonus, soit leur réputation à cause d’elle?

À cause de Pauline Marois, de son équipe et de sa loi 1, les géants de l’ingénierie, les SNC-Lavalin, Dessau, Axor, qu’on croyait intouchables, ont été exclus de tout contrat gouvernemental pendant plus d’un an. Hier triomphants ils devaient, penauds, démontrer à l’Autorité des marchés financiers qu’ils avaient viré les crapules en leur sein, modifié leurs codes, changé leur culture.