Voir: De magnifiques secrets d’histoire

Comme chaque vendredi, des suggestions de choses à voir

300x300bbTV5 a entamé la diffusion d’une nouvelle saison de Secrets d’histoire. Au début, j’étais rétif. Avec Stéphane Bern, le présentateur français spécialiste de tout ce qui est royal, cela aurait pu faire un peu Paris Match.

Mais les concepteurs ont réussi à tricoter des heures de télé qui mélangent la vulgarisation historique, grâce à des entrevues d`historiens et de biographes finement montées, le faste des lieux où se sont déroulés les faits et des extraits de films ayant campé les protagonistes. Plus récemment, la série fait jouer certaines scènes par des acteurs.

On est dans la Grande histoire. Les rois de France, d’Espagne ou les tsars de Russie. César et Nostradamus. Mais il y a des incursions culturelles, comme une magnifique biographie de la Callas. Il y a eu aussi de Gaulle et Jésus. Les historiens seront frustrés du survol accordés souvent aux affaires d’État et de la grande attention portée aux activités d’alcôve… qui étaient pourtant essentielles pour la survie des lignées royales. Mais les récits s’étalant parfois sur 90 minutes, on a le temps de bien faire le tour du sujet.

Voir: Rendements décroissants pour Tarantino, un regard glauque sur l’Arabie Saoudite

Comme chaque vendredi, mes suggestions de choses à voir.

Du Tarantino dont on peut se passer

the hateful eight

J’attendais la sortie DVD pour voir The Hateful Eight, la dernière livraison de Quentin Tarantino. Voyez, je me méfiais. Déjà, Django Unchained, son film prédédent, m’avait semblé un peu faible. Hateful Eight est tout simplement oubliable. Le Tarantino de la violence déjantée de Pulp Fiction, puis de la violence superbement créative de Kill Bill est loin derrière nous. Inglorious Basterds, sur la résistance aux Nazis, offrait encore quelques belles scènes, mais nous sommes maintenant proches du néant. Dommage. Mieux vaux revoir Kill Bill.

 

Une Arabie Saoudite d’où il faut fuir

Voir: Super-héros, attention à la surdose

Comme chaque vendredi, mes suggestions de sortie et de choses à voir.

Quand la super-héroine vole le show

how-wonder-woman-casually-stole-the-show-in-batman-v-superman-dawn-of-justice-wonder-w-904553

Gal Gadot, la très attendue Wonder Woman. Excellent choix.

Oui, je suis allé voir Batman v Superman.  Mes attentes étant très basses, j’ai donc passé une assez bonne soirée. (Attention: je suis bon public). J’ai surtout été agréablement surpris par le choix de l’actrice pour Wonder Woman, l’israélienne Gal Gadot. Elle a de la classe et de la force, on a évité la bimbo, c’est parfait et, évidemment, on en redemande et on sera servi bientôt.

Oui, je suis un consommateur de films de super-héros. Je n’ai jamais trouvées inoubliables les films de Superman (ou les trilogies de Spiderman, répétitives). Les revisites successives de Batman, par contre, ont toujours innové. C’est d’ailleurs l’esprit, noir et caustique, de Batman qui imbibe ce nouveau chapitre Batman v Superman, premier d’une nouvelle saga.

Sortir/Voir: Délicieuses Mauvaises herbes, un Steve Jobs théâtral, les Underwood comme on les aime !

Chaque vendredi je vous offre mes recommandations sorties/ciné/vidéo

Sortie cinéma: Prendre une grande puff de mauvaises herbes !

herbesMauvaises herbes nous accroche un sourire aux lèvres dès la première scène et ne nous l’enlève jamais que pour nous émouvoir.

Le film de Louis Bélanger (Gazbar, Route 132), coscénarisé avec Alexis Martin, est son meilleur. Martin est un acteur fuyant son shylock (un Luc Picard psychopathe) dans l’hiver abitibien.

Recueilli/kidnappé par Gilles Renaud, cultivant ses mauvaises herbes, Martin est un peu le Fabrice Luchini québécois perdu dans une situation qui semble au départ insensée, mais qui lui devient salutaire. On ne s’ennuie jamais. L’arc dramatique se clôt superbement à la fin. On est envouté par l’effluve de ces mauvaises herbes. On a hâte au prochain Bélanger/Martin.

En salle à partir d’ajourd’hui.

 

Enfin une sacré bonne job sur Steve Jobs

steve-jobs-film1

L’inventeur

Sortir, Voir: Partir à la Chasse-Galerie et les Séries politiques, suite

Comme chaque vendredi, je vous présente mes choix culturels à voir.

Ah ben, bouleau noir !, un canot qui vole !

chasseJ’avais peur qu’on me raconte la légende de la Chasse-Galerie. C’est un peu mince pour un long métrage. Le scénariste/auteur Guillaume Vigneault a mis de la chair sur cet os. J’en aurais pris encore un peu. Mais l’effort est louable. Le réalisateur, Jean-Philippe Duval, nous avais ébloui avec son Dédé à travers les brumes (à voir absolument). Il maîtrise cette Chasse-Galerie. C’est compétent, bien filmé, correctement joué.

En salle depuis vendredi. Dédé est disponible sur Éléphant/Illico.

Les séries politiques (suite)

Pour la semaine de relâche et à la veille de la sortie de la 4e saison de House of Cards, je vous ai parlé la semaine dernière des mes séries politiques préférées. Vous avez été quelques-uns à réagir.

Borgen: la sauce danoise