Éloge de la langue de bois

Avouez que le métier de politicien est périlleux. D’une part il y a la population qui réclame de l’authenticité. Les chroniqueurs relaient le message avec force en dénonçant la langue de bois et en reprochant aux élus de « sortir la cassette ». Ah si seulement ils livraient le fond de leur pensée ! Ah, si seulement ils n’étaient pas prisonniers de la ligne de parti ! Ah, si seulement ils faisaient de la politique autrement !

Prenez la question des avis juridiques de la charte — au hasard ! Aux Coulisses du pouvoir dimanche, l’ancien ministre péquiste Pierre Duchesne est interrogé sur cette question. Prudent, il l’esquive. Il ne dit rien de faux. Il esquive.

Bang!  Patrick Lagacé le harponne dans sa chronique de mardi du quotidien La Presse: « Pierre Duchesne répond donc par de la bullshit… »
(Transparence totale, bien que Pat soit un ami, j’ai déjà eu droit à cet exact traitement de sa part.)

Mon Autobiographie Non-Autorisée !

johnny_carson_01C’est l’humoriste Johnny Carson, du légendaire Tonight Show, qui avait inventé le concept. Une Autobiographie non-autorisée, c’est lorsqu’on écrit sa propre histoire mais en n’interviewant que des gens qui ont entendu parler de vous, en excluant ceux qui vous connaissent vraiment.

Puisque mon nom est dans les gazettes ces jours-ci, j’ai de la matière pour commencer à prendre des notes car j’apprends dans La Presse ce matin que l’Université de Montréal m’a demandé plus tôt cette année de quitter le Cérium. C’est faux.

Mais il est vrai que la réalité est souvent complexe. Alors, partisan de la transparence totale, je vous emmène dans la coulisse :

Cérium, la vraie histoire !

Tu as raison Daniel, Çapâdallure !

audet-entete

 

 

 

Daniel, tu avais raison avec ce titre. Çapâdallure.

Çapâdallure que tu sois parti, ce lundi matin, à 51 ans.  Parti sans avoir gagné la dernière manche contre ce monstre que tu avais pourtant su tenir en échec pendant cinq longues années… quatre de plus que ce que les médecins avaient prévu.

Çapâdallure que tu ne sois plus avec nous, pour refaire le monde — et surtout le Québec — entre amis de droite et de gauche, fédéralistes et souverainistes.

Çapâdallure qu’on t’aie enlevé à ton enfant, à ta blonde, à tes amis, à tes combats alors que tu n’avais complété que la moitié — car tu avais l’énergie des centenaires — des nombreuses tâches que tu savais accomplir.

Brian Topp, les putes, le Québec et moi !

Avertissement: ce billet ne contient aucune relation de contact charnel. Mais il y sera question, de manière rhétorique, de péripatéticiennes. Un peu de patience.

Brian Topp est un des candidats favoris à la direction du NPD, donc au poste de chef de l’opposition, donc au poste de premier ministre aux élections de 2015. Je l’ai connu en 1998, lorsqu’il était conseiller du premier ministre néo-démocrate de la Saskatchewan, Roy Romanow. Oui, le Romanow qui a négocié avec Jean Chrétien l’entente fameuse de la «Nuit des longs couteaux», qui isolerait le Québec pour l’avenir prévisible.

romanow-topp-2011

Roy Romanow, l’agent-double d’Ottawa, et son conseiller Brian Topp

Romanow était cette année-là le porte-parole des provinces dans les discussions avec le fédéral. Puisque j’étais conseiller de Lucien Bouchard, Topp était un de mes vis-à-vis dans ces discussions.

Le biographe de Bourassa et l’honnêteté

CouverturePTQuand Georges-Hébert Germain est venu me voir, il y a un an, pour avoir mon point de vue sur Robert Bourassa, il fut honnête. Il a admis d’emblée que les proches de l’ancien premier ministre avaient sorti leur chéquier pour mobiliser sa plume — une des meilleures au Québec — en espérant qu’il tirerait un portrait positif de leur ancien chef.

Mais Georges-Hébert, que je connais et estime depuis des décennies, m’a assuré qu’il allait aborder le sujet «en toute indépendance d’esprit». Je l’ai cru. Mais j’ai trouvé que les proches de Bourassa avaient été habiles de le choisir lui entre tous, car on sait, dans le métier, que Georges-Hébert déteste dire du mal de qui que ce soit. C’était couru, il allait dire du bien de Bourassa.