Cher Journal: notes de la vie ministérielle

Cher journal,

Il y a maintenant trois semaines que je suis devenu ministre. Pendant le vol qui me conduit à Kinshasa, via Bruxelles, pour ma première mission internationale, j’ai pensé qu’il était temps de te confier mes premières impressions générales, avant qu’elles ne disparaissent.

Il y a une expression, au sujet du voyageur arrivant dans un endroit complètement nouveau. Après la première semaine,  il pourrait remplir un livre de ses impressions et découvertes. Après un mois, un article. Après un an, une note de bas de page. Ce n’est pas le réel qui a rétréci. C’est son aspect nouveau, étonnant.

Ce ne sera pas un livre, car tout n’est pas nouveau pour moi. Mais un peu plus qu’une note de bas de page.

Le rythme:  C’est ce qui m’a le moins désorienté. Le rythme d’enfer de la politique, lorsqu’on est au pouvoir. Les rencontres qui s’enfilent, les dossiers qu’il faut assimiler, les décisions qu’il faut prendre, les médias qu’il faut rencontrer.

Mes cinq ans au bureau du premier ministre, sous Jacques Parizeau et Lucien Bouchard, m’avaient préparé à ce rythme. Préparé à l’accepter, et à le dompter. Rien n’est plus précieux, dans la gestion du quotidien d’un ministre, que le temps. Il faut bien le gérer. Et pour y arriver, il faut déterminer ce qu’on veut en faire, avant que les autres ne vous remplissent vos journées. Et que vous ne sachiez plus, après un temps, à quoi tout cela rime.

Sans la volonté politique, sans la détermination d’objectifs, le rythme vous engouffre, comme des sables mouvants. Si on ne fait pas du rythme son outil, il sera un tombeau.

Conseiller et ministre: Je me rends compte, à tout prendre, qu’il est plus aisé d’être ministre que conseiller. Bien sûr, contrairement au conseiller, le ministre a la responsabilité. Il doit être plus mesuré dans ses paroles. Il assumera ses bourdes et ses échecs. L’opposition, les scribes l’attendent à chaque tournant, et les électeurs à l’étape.

L’élu est sans filet. Exposé. Donc vulnérable.

Mais lorsqu’on a intégré cette condition, le ministre travaille moins que le conseiller.

Pas moins d’heures. Il ne dépense pas moins d’énergie. Et c’est sans doute un tropisme que j’ai moi-même développé avec les années.

Pour moi, l’effort, c’est faire la recherche et écrire. Un article. Un livre. Ensuite,  en parler, en faire la promotion, rencontrer des gens, discuter, convaincre, tout cela est facile. Écrire même ce journal de ministre, qui ne me demande aucune recherche — que du temps — ne m’apparaît pas comme un vrai « travail ».

Ministre, je fais travailler les autres. Qu’on me prépare une note sur ceci.

Qu’on trouve la réponse de cela. Qu’on réunisse autour d’une table les représentants de tel ou tel secteur.

Avec mes collègues ministres, au Comité ministériel de la métropole, par exemple, on discute des orientations, des contraintes, des budgets. On prépare des décisions. Pour demain les annoncer et faire avancer les choses.

Est-ce du travail ?

C’est utile. C’est indispensable. Il faut le faire avec rigueur et professionnalisme. Faire preuve de jugement et, en politique, toujours, d’instinct. Mais cela me paraît beaucoup plus simple que d’écrire un chapitre de la Gauche efficace.

Je sais que, demain, il y aura des déconvenues, des frustrations, des échecs. Des critiques justifiées et, d’autres, parfaitement démagogiques. Les deuxièmes sont les seules à faire mal, et seulement si elles sont crues par les citoyens.

De la peine, donc, en perspective. Mais du travail ? Je vais demander qu’on me prépare une note la-dessus.

La voiture. Ils disent: « La limousine ». Mon fils était bien déçu. Il s’attendait à ces longues limousines noires ou blanches qu’on loue pour sa soirée de graduation. Il n’a trouvé qu’une voiture noire comme on en voit passer des centaines tous les jours. Il a bien aimé le téléphone, bien sûr, et le GPS. Le gyrophare, aussi, qu’on n’utilise jamais. Et il n’en revient pas que mon constable porte sur lui une arme de poing.

Mais c’est quand même extraordinaire, cette voiture de ministre. Libérateur. Évidemment, chaque minute passée sur la banquette arrière est utilisée pour faire des appels, lire des dossiers, envoyer des courriels. Le trajet de deux heures et demie entre Québec et Montréal est une plage de, disons, travail, consacré à signer, approuver, modifier.

Souvent, un collaborateur vous accompagne pour vider son propre sac de dossiers en cours et obtenir des indications — ou tenter de les infléchir.

Mais voici de quoi la voiture nous libère: je n’ai pas eu à faire le plein depuis trois semaines. Je n’ai pas la moindre difficulté à me garer. En fait, on me dépose toujours exactement devant l’endroit où je dois me rendre. Et on m’y reprend. Le rêve !

Je me demande quand même quand j’aurai le temps de faire poser mes pneus d’hiver sur ma propre voiture. Ou si ce sera même la peine ! Ni quand je pourrai lui faire faire son traitement anti-rouille.

Il faut bien admettre, puisque la question des mieux nantis est aujourd’hui sur toutes les lèvres, que la voiture avec chauffeur induit un certain nombre de coûts évités: stationnement, pleins d’essence, contraventions, changements d’huile, de lave-glace, remorquages, billets de train et tickets de métro.

Vous savez les riches — ceux qui ont une voiture de fonction du haut de leurs directions d’entreprises — ils sont aussi, un peu, riches de tout ce qu’ils ne doivent pas payer.

(Note mentale: augmenter mon budget personnel de dons de charité cette année pour compenser.)

Une personnalité ministérielle. Pour l’instant, les choses me viennent naturellement, mais lorsque j’agis ou parle avec des citoyens, des acteurs du monde social ou économique ou avec mes collaborateurs, je reconnais souvent l’origine de certains de mes réflexes.

J’ai des façons de faire captées au contact de Jacques Parizeau, des attitudes empruntées à Lucien Bouchard et, beaucoup, des méthodes de gestion de leurs deux eexcellents chefs de cabinet: Jean Royer et Hubert Thibault. Incroyable tout ce qu’ils m’ont appris, en étant efficaces et compétents. Et calmes. Toujours calmes (je parle de Jean et d’Hubert). J’ai l’impression que toutes ces influences, et d’autres, se sont mélangées dans le moule laissé par l’audace de mon père entrepreneur et la force de caractère de ma mère.

C’est souvent à l’un d’entre eux, ou  à un mélange toujours changeant, que vous parlez, lorsque vous me rencontrez.

Finalement, cher journal, c’est eux qui font tout le travail.

Ton ministre



46 réflexions au sujet de « Cher Journal: notes de la vie ministérielle »

  1. Ayez du courage! Ne reculez plus, sous la pression des médias.Au niveau des communications, attention parlez vous.

    francine dumont locas.

  2. Toujours très intéressantes tes observations sur la politique et son univers.

    Bonne chance Jean-François dans tes nouvelles fonctions !

    Stéphane

  3. Monsieur Lisée

    Félicitations pour votre nomination. Je trouve cette idée de nous faire vivre un peu de votre expérience comme ministre c’est une excellente idée et originale en plus j’adore cela.

    Permettez moi de vous souhaiter bonne chance car votre rôle n’est pas facile.

  4. J’étais si contente, si soulagée, si satisfaite de ce que j’ai lu ici, et je l’ai démontré en partageant sur les médias sociaux autant que j’ai pu, mais ne l’ais pas partagé avec vous. Je vous ai déjà remercié de partager ce que le ministre vit, cette fois je vous remercie de partager ce que l’homme vit. Ça va avec mon principe de ne jamais oublier que nous ne sommes pas la fonction que nous occupons aussi prestigieuse soit-elle, mais un être humain. Et c’est excellent de se le rappeler avant d’être sur son lit de mort !

  5. Lorsque vous avez décidé (accepté) de vous lancer en politique, je vous en ai félicité et remercié.
    J’avais peur que vous cessiez de nous parler grâce à votre blogue. Vous avez continué. Je vous en remercie au nom de tous ceux qui continuent à vous lire et qui apprécient grandement que vous le fassiez de si belle façon. Votre témoignage fait aussi beaucoup de bien à toute la classe politique si malmenée par les temps qui courent.

  6. Je disais aux détracteurs « d’un PQ provincialiste », devenus muets depuis peu: « Tiens donc, c’est soudain le silence radio… seriez-vous jaloux de la tenue de Jean-François Lisée depuis le début de cette mission en Afrique? »

  7. Merci M le ministre !
    Tous les québécois devrait avoir accès à votre blogue !
    Ils verraient le côté humain de la fonction et reprendraient confiance envers la politique !
    J’ai hâte maintenant de vous voir lors des débats à l’Assemblée nationale !
    Certains de vos collègues ont porté à bout de bras les aspirations du PQ depuis les 4 dernières années, dans les rangs de l’opposition officielle.
    Vous aurez tout une tâche maintenant, comme gouvernement minoritaire, à faire
    voter des lois et à faire avancer les solutions péquistes pour mieux faire fonctionner notre Québec ! Bonne Chance M Lisée !

  8. Que j’aime vous lire , continuez celà de façon aussi simple, transparente, agréable et instructive sur la chose politique!

  9. L’arrivée du PQ au pouvoir a eu l’effet d’un véritable tsunami chez certains groupes qui s’accommodaient assez bien du laxisme libéral. Mais je crois beaucoup au dialogue et aux échanges d’idées. Je pense donc que vous avez la bonne recette pour rapprocher les québécois entre eux. Ce n’est pas parce qu’on est ministre que l’on doit,malgré les nombreux problèmes à résoudre, s’isoler avec ses hauts fonctionnaires et s’éloigner de plus en plus de la population. Continuez à vous ouvrir au dialogue, ça ne fait qu’honorer votre fonction.

  10. Bonjour monsieur le ministre aux chapeaux multiples,

    vous m’apparaissez semblable au mammifère marin que je préfère entre tous, le dauphin. Exposé à tous les dangers, vous vous occupez du mieux-être de vos compatriotes. Ne laissez jamais les critiques entamer votre créativité. Plus que jamais, le Québec a besoin d’esprits solidaires, altruistes, novateurs, capables de penser en-dehors de la boîte.

    Sachez monsieur le ministre, que chacun de vos pas est porté par le souffle de nos aspirations, lesquels pourront toujours s’appuyer sur la solidité de notre support indéfectible.

    « Défends tes droits, surtout ton droit à l’erreur. » (Félix Leclerc)

    À toute l’équipe…Salut!

  11. Merci beaucoup de nous faire voir la politique sous un autre angle.

    Merci et continuer de le faire.

  12. Cher Mr Lisée,

    Pour un ministre je vous trouve bien accessible à la population, ce qui est important en politique (avis personnel). Merci Mr Lisée pour votre aide aux citoyens de Rosemont que vous continuez à aider en tant que député malgré vos prérogatives de ministre, et même à ceux comme moi qui n’ont pas (encore) le droit de vote !

    La vrai politique, c’est ça, la politique pour aider le peuple, et non l’inverse.

  13. Oui c’est vrai, le Parti Québécois n’a pas entièrement respecté sa promesse au sujet de la taxe santé. Mais… « Abolition de la loi 12: promesse tenue!!!! Amiante: promesse tenue!!!! Gentilly2: promesse tenue!!!!! Développement de la région de Bécancour: promesse tenue!!!! Annulation de la hausse des frais de scolarité: promesse tenue!!!!! Développement de la Gaspésie: promesse tenue!!!!! »

  14. À méditer pendant un voyage Montréal – Québec : « Notre personnalité sociale est une création de la pensée des autres. » Marcel Proust

    MJDion

  15. Monsieur Le Ministre, quel plaisir de vous lire, quel bien être aussi de sentir et de savoir notre destinée entre bonnes mains. Enfin des gestes posés pour le Québec et ses citoyens. Nous aimons être informés et consultés. Bravo! je vous lisais bien avant les élections et ose croire que ce blogue continuera encore longtemps.

  16. J’étais étonnée que vous puissiez tenir un blogue comme ministre, mais maintenant j’en suis ravie. Ces notes sur la vie ministérielle informent les citoyens sur la réalité d’un ministre. Je ne suis pas surprise que cette nouvelle vie vous apparaisse moins laborieuse que votre vie antérieure comme intellectuel où vous deviez vous-même vous taper tout le travail. Même si vous avez désormais du personnel pour préparer des notes pour vos discours, je suis certaine que vous mettez la main à la pâte car vous êtes le meilleur rédacteur et communicateur que je connaisse.

  17. Monsieur Lisée,
    Même si j’ai quelques critiques à formuler vis-à-vis des politiques du parti québécois et de son cheminement des dernières années, je suis confiant et espère que ce gouvernement va conduire notre société vers un mieux être.
    La différence entre les libéraux du gouvernement précédent et les péquistes est palpable, évidente. Nous sentons que maintenant les députés travaillent et agissent pour le peuple. Non plus pour les amis du régime ainsi que nous le constations et en avions souffert sous le régime Charest.
    Nous sommes libérés de ce carcan. Ne nous laissons pas maintenant être dominés par le monde de la finance et de ses épouvantails.
    Merci de travailler pour les citoyens!

  18. Cher Jean-François, tout comme Mittérand qui aimait qu’on l’appelle François.
    Quelle bonne bouffée d’air frais que cette Note de Ministre!
    Monsieur le Ministre, si je comprends bien, vous vous sentez en vacances. Bravo! Si certains membres de l’opposition pouvaient seulement s’inspirer de votre humour et faire moins de bouffonneries, on respirerait mieux.

  19. Merci de nous donner vos impressions dans ce journal.Chaque matin,c’est la première chose que je fais en prenant mon café….j’ai hâte de vous lire.Ce matin le blogue de Josée Legault (que j’aime bien aussi)m’a attristé……..elle est très critique sur votre gouvernance……..je sais que c’est la réalité ……le PQ est minoritaire et a les mains liées…….Mais les gens d’affaires tiennent le micro et tous les jours ils envahissent les media pour déchirer leur chemises.Je vous félicite de garder le morale,nous sommes avec vous!MERCI!

  20. Je suis surpris de voir la nature presque unanimement positive des commentaires, billets après billets. On dirait que vos détracteurs n’ont pas suivi sur WPress, alors que je m’attendais à plus de virulence que jamais maintenant que vous êtes en fonction. Remarquez, les trolls ne me manquent pas!

    Merci pour cet exercice de communication, un modèle du genre.

  21. La mosaïque est un assemblage, certes, mais est d’abord l’art de choisir et d’assembler, quand l’un et l’autre sont attirés par la beauté. Félicitations M. Lisée!

  22. Bonjour M. Lisée,

    Bravo pour ce blogue et je continuerai à le lire quotidiennement. Vous démontrez déjà que vous ferez un très bon ministre.

    D’un autre côté, je ne pourrai malheureusement plus voter pour votre parti lors des prochaines élections. Une promesse brisée dans le premier mois qui me frappe directement dans le porte-feuille (200$ alors qu’on m’avait promis l’élimination pour alléger le fardeau sur les épaules de la classe moyenne). Je vote PQ depuis environ 15 ans, mais là c’est terminé.

    MAIS je continuerai bien sûr de vous lire et vous souhaiter les meilleurs succès.

  23. … C’est toujours avec un grand plaisir que je te lis… Merci de nous partager ces beaux moments que tu vis.
    Je me sens vraiment privilégiée d’avoir la chance de pouvoir te lire! Cela me donne espoir que la politique québécoise
    Est en voie de guérison… Et cela me rassure! J’aurais bien aimé comprendre pourquoi M. Marceau, n’a pas pu prévoir
    L’impossibilité d’enlever la taxe médicale de 200,00$…. Et être ainsi obligé aujourd’hui de reculer… Rassurez-moi!

  24. Bon séjour à Kinshasa.

    L’Afrique sub-saharienne est le grand espoir de croissance de la Francophonie selon Richard Marcoux, démographe et professeur au département de sociologie à l’Université Laval. Je le cite:

    “Ainsi, les francophones qui représentaient moins de 3 % de la population mondiale, pourraient passer à 7 % en 2050”. “Alors que moins de la moitié des francophones du monde y (Afrique) vivaient en 2000, on peut s’attendre à y trouver près de 85 % d’entre eux en 2050, soit plus d’un demi-milliard des francophones de la planète”.

    Que le Québec trouve sa juste place dans cette future Francophonie !

  25. Je ne pensais pas que tu continerais ce blogue..mais j’en suis très heureux..Au lieu d’arrêter diminue la fréquence et la longueur…Merci,,félicitations…Plus tard tu auras mes commentaires sur ton et votre travail

  26. J’aime quand vous dites (presque) que notre personnalité est une mosaïque d’influences, de modèles, qui se rencontrent et se combinent dans notre cortex cérébral pour agir en nous de telle ou telle façon.

    Le fait de savoir et de dire cela, en plus d’être en phase avec les connaissances actuelles en psychologie et en neurologie, permet de choisir avec soin ces influences et ces modèles, d’en être le véritable compositeur, et apporte un point de vue infiniement plus profond et plus large sur la liberté que ce qu’on peut en lire et en entendre de la part d’une certaine droite dogmatique et très médiatisée. Ayant la presque confisqué le mot «liberté» pour en faire leur porte-étendard, on ne l’entend pourtant jamais critiquer les conditionnements, les publicités abusives, les rapports de force, la pression sociale, les produits addictifs dans la nourriture, les effets de mode créés à même des budgets de marketing faramineux, les préjugers et tout autre type de manoeuvres capable d’infléchir et de vicier le fondement même du libre-arbitre.

    Ceci-dit, félicitations en retard pour votre nomination. Je suis un fan du blogue de lapremière heure, et je suis bien heureux de la suite des choses. Bonne chance!

  27. Félicitations pour votre nomination. J’aime bien vous lire. C’est très reposant et sécurisant après avoir lu des commentaires négatifs sur internet. Aujourd’hui, j’ai eu l’impression que la droite a gagné en faisant fléchir Monsieur Marceau au sujet de la taxe santé. Quelqu’un qui donne a moitié de son salaire pour son logement et l’année prochaine il devra remettre 200$ pour la taxe santé injuste, tandis que celui qui gagne 220000$ pour lui c’est aller prendre un café aromatisé. La droite ose se plaindre, le ventre plein. C’est ça la justice des riches.Depuis les élections, ils passent leur temps à chialer.

    • Oui, les riches chialent, mais ils gagnent sur toute la ligne. Ils gagnent parce que le P.Q. a peur de retourner devant les électeurs. Il préfère s’excuser d’être minoritaire et continuer d’exercer un demi-pouvoir. Sa trouille le fera reculer sur la langue, la laïcité, l’indépendance, etc. C’est triste, mais le Québec est dirigé actuellement par les libéraux et les caquistes. Le P.Q. est minoritaire? J’ai bien peur qu’il le sera encore un peu plus dans quelques mois.

    • Faudrait-il que le PQ se « braque » et cherche à imposer son programme, comme s’il était majoritaire ?
      Vous seriez un de ceux qui lui reprocherait alors d’avoir manquer de réalisme et d’avoir perdu le pouvoir à cause de son entêtement à imposer sa « vérité » !
      Pour toutes sortes de raisons, les électeurs ont persisté à voter pour les libéraux malgré leur corruption et à appuyer la CAQ malgré ses improvisations.
      Le PQ doit tout faire pour se faire valoir, pour faire avancer ses idées et pour démontrer une ouverture qui pourrait plaire aux électeurs hésitants. J’ai confiance en Pauline Marois pour faire passer des lois progressistes à l’Assemblée nationale en jouant le jeu des alliances/concessions/petites victoires, et pour prouver aux Québécois qu’elle mérite un appui majoritaire dans 8 mois, dans 2 ans ou dans 2 ans 1/2 !!!

  28. Monsieur Lisée,
    Vous lire me fait souvent sentir plus intelligent que je ne le suis. Merci. Ou plutôt merci à votre mère et à votre père ainsi qu’aux multiples influences que vous avez su si bien intégrer.

    Le Québec qui vous habite est le mien.

  29. «Si on ne fait pas du rythme son outil, il sera un tombeau.»

    Maxime belle et profonde!

  30. Monsieur le Ministre,
    J’ai apprécié votre texte, permettez moi de réuliser : « Les scribes et l’opposition attendent à chaque tournant »
    Nous avons pu le constater aujourd’hui avec le budget, quoique vous fassiez, les scribes et l’opposition vous attendent à chaque tournant, démagogues, tatillons, tripoteurs de la réalité et j’en passe.
    Aussi, continuez, vous et vos collègues, un jour, ces personnes, changeront de lunettes et finiront par y voir clair.
    Même s’ils ne le disent pas, ils n’auront pas à payer pour les engagements que vous n’avez pas pu réaliser, en espérant que dans un avenir pas trop lointain vous pourrez leur faire fermer… vous voyez ce que je veux dire.
    Québécoisement votre.

  31. Monsieur le Ministre,
    C’est avec plaisir que j’ai lu votre texte.
    Permettez moi de réuliser : « les scribes, l’opposition attendent à chaque tournant »… Car nous l’avons vu aujourd’hui avec le budget, quoique vous fassiez les Scribles et l’opposition seront toujours des démagogues.
    Continuez vous et vos collègues votre bon travail, en espérant que certains finiront par ouvrir les yeux, ou changer de lunettes.
    Merci.

  32. Merci, monsieur le Ministre, de prendre le temps de nous informer des tâches que vous accomplissez pour le bien commun des citoyens québécois. Vous ferez un très bon « Premier Ministre » …..

  33. Merci pour votre transparence et de partager avec nous un pan plus caché de la carrière de politiciens.

    Désormais, on a droit à un regard différent du travail de politicien (malgré qu’il soit définitivement partisan) et c’est très appréciés.

    Mais je dois vous avouez que je m’ennuie de votre ancien blogue où vous aviez une totale indépendance intellectuelle. Maintenant, on reconnait la ligne de partie dans votre écriture. Le style n’est plus tout à fait le même. D’ailleurs, je me résigne à ne partager pas votre blogue et vos billets, car je refuse de faire de la propagande partisane, malgré que vos écrits demeurent toujours aussi intéressants et pertinents.

    Le milieu médiatique et intellectuelle a perdu un élément important qui laisse un énorme un trou, mais on peut dire que le PQ détient un homme de qualité dans ses rangs pour le plus grand bien du parti.

    • Bonjour,
      Tous les politiciens actifs sur les réseaux sociaux font preuve de partisannerie. Mais tenir un blogue, c’est autre chose que lancer des « cracks » sur FB ou Twitter, c’est un exercice de transparence qui va plus loin et assez qui est encore à ce jour assez inédit. Je préfère partager les billets de M. Lisée et espérer qu’un jour plus de politiciens feront de même.
      Est-ce de la propagande ? Sûrement un peu quand la plateforme sert à justifier les décisions du gouvernement. Toutefois, le blogue donne également accès à l’humain derrière le politicien, un exercice de proximité très intéressant et dans l’air du temps.

    • De tous temps, des intellectuels, écrivains ou journalistes, se sont engagés dans la vie publique pour servir leur communauté. Cicéron, Victor Hugo et René Lévesque sont des exemples notoires. Cette implication est tout à leur honneur, et ces hommes transcendent leur parti politique.

      Lisée en tant que ministre est utile a beaucoup plus de monde qu’au seul Parti québécois si vous voulez mon avis.

  34. Mon premier commentaire sur un blogue: Monsieur Lisée vous êtes un excellent ministre et votre journal aidera beaucoup les citoyens et citoyennes du monde Internet à mieux comprendre notre monde politique actuel. Et plus tard vous pourrez en faire un excellent livre si vous perdez votre poste…;-))))

  35. « Monsieur le ministre »,
    Merci! Tellement vrai votre article!!!! Il décrit bien le travail des adjoints politiques…. ef des ministres (probablement….hi! hi! Je ne l ‘ai jamais été!) Bonne continuation!

  36. Bonjour Monsieur le Ministre…

    Réalisez-vous la chance que vous avez de posséder cette expérience par rapport à certains de vos collègues nouvellement venus en politique. Pour eux, outre le fait de se trouver devant des classeurs vides, tout est nouveau, pas de réflexe, pas d’exemple, pas de mode d’emploi, que quelques conseillers proches pour distinguer le 20% qui produira 80% des résultats. Disons que la marche paraît haute!

  37. Je n’aurais jamais pensé qu’un jour nous pourrions avoir les réactions, à chaud, d’un ministre en fonction! M. Lisée, ce que vous racontez nous met au coeur de l’action et c’est très intéressant. Certaines personnes vous reprochent de prendre le temps d’alimenter un blogue. Ne les écoutez pas! Continuez.

  38. M Jean-François Lisée Ministre.
    Permettez-moi de vous dire votre journal sera bien remplie et en même temps je vous félécite de votre nomination.
    Le lire est formidable même excitant vous allez vivre un rêve de Député Ministre. Je vous souhaite de beaux voyages de joies et de bonheur.Vous lire la suite de votre journal.
    Marie-Reine Paré

  39. Merci Monsieur Lisée,
    quand vous avez décidé de faire de la politique active (quelle bonne idée d ailleurs) je me suis dit alors c est fini le blogue , fini les commentaires toujours
    si intéressants.
    et bien j etais dans le champs , c est encore mieux qu avant.

    j ai déja hâte de lire vos commentaires sur cette mission qui commence pour
    vous.
    bon voyage

    • J’ai beaucoup d’admiration pour vous et surtout pour le message que vous transmettez en mon nom et de certains citoyens québécois qui vous soutiennent. Ce journal dit blogue est très intéressant. Les réflexions y sont très « humaines ». J’ai particulièrement apprécié celle-ci:  » Vous savez les riches — ceux qui ont une voiture de fonction du haut de leurs directions d’entreprises — ils sont aussi, un peu, riches de tout ce qu’ils ne doivent pas payer.
      (Note mentale: augmenter mon budget personnel de dons de charité cette année pour compenser.) »
      Ça coule comme un roman….Une très belle initiative.
      Merci à Richard Leclerc qui a publié ce lien sur FB et qui a permis cette merveilleuse découverte de votre blogue.
      Je crois que le PQ fera la différence appréciable qu’on attendait depuis si longtemps. Bonne continuation.

Les commentaires sont fermés.