CMBTTR L’NLPHBTSME

J’étais vendredi dans les locaux de Lettres en main, organisme de Rosemont d’alphabétisation. En plus d’avoir accompagné plus de 1 000 citoyens dans la découverte de la lecture et de l’écriture, l’organisme produit des brochures explicatives sur des sujets d’intérêt (alimentation, santé, etc), écrits dans une langue simple. Ils ont été téléchargés 1,5 millions de fois !

L’importance de faire reculer l’analphabétisme est de plus en plus comprise au Québec, et c’est tant mieux. L’ONF, en collaboration avec Le Devoir, a mis en ligne en novembre dernier un outil interactif expliquant la problématique, à partir de trois témoignages. On peut le consulter ici.

Lettres en main et l’organisme La Jarnigoine ont aussi produit un vidéo à l’intention des analphabètes et de leurs proches, intitulé Tu m’aides-tu ? Le voici:

Cliquez pour vous rendre à la vidéo

Cliquez pour vous rendre à la vidéo



9 réflexions au sujet de « CMBTTR L’NLPHBTSME »

  1. Oups, comme le dit quelqu’un ici, Monsieur le Ministre, ne perdez pas votre temps à me lire, ce ne sont que platitudes de mon bas niveau intellectuel… et c’est Raoûl Duguay qui popularisa le « toute est dans toute ».

  2. Après l’écoeurantite produite par le témoin Robert Marcil à la Commission Charbonneau, par son usage aux 2 phrases du faux substantif « la problématique », qui est en réalité un adjectif, comment le ministre n’a-t-il pas résolu de donner l’exemple en parlant exclusivement des « problèmes »? Peut-être se base-t-il sur l’élocution de l’ex radiocanadien ministre de l’Enseignement supérieur, Pierre Duchesne?

    L’analphabétisme, Monsieur le ministre, vient du décrochage, qui vient du milieu familial décousu, qui vient du bas niveau économique, qui vient de l’exclusion raciste ancestrale de la minorité française au Canada, qui vient du rapport Durham!

    Vous êtes là pour le rappeler à chaque jour! Dans la rue, on le vit dès qu’on contrarie tant soit peu l’un de nos « maîtres », bâtisseurs de Montréal! Dans Rosemont, la « règle » nous a été inculquée chez « Angus », où les roues de chars se fondaient en sacrant, sous les ordres anglais.

  3. Et si on vous demandait : êtes-vous analphabètes en maths ? Mais voici que nous sommes obnubilés par l’apprentissage du français. Pourtant, cette matière n’est que contingente dans le cursus secondaire.

    Alors, si x est la langue de la minorité. Et que y est la langue de la majorité. Comment résoudre l’équation de la problématique linguistique du Québec ?

    $$$ des péréquations à retourner à Québec pour s’exclure des avions et des Bateaux.
    Bateaux ?

    Restaurants, voyages, aller-retours d’ascenceurs, canivaux…

  4. J’ai reconnu le titre en relecture.

    Est-ce qu’il y aurait un lien entre le souci de l’analphabétisme et la sous-natalité 40 ans plus tard suivant d’autant une surnatalité olympique ?
    .

  5. L’analphabétisme, pour ne pas dire l’analpha-bêtise, il est là tous les jours devant nos yeux. Les réseaux sociaux sont farcis de textes plus ou moins compréhensibles, bourrés de fautes, sans aucun respect de la ponctuation. Mais qu’est-ce donc que ce besoin tellement répandu de vouloir à tout prix participer au débat quel qu’il soit sans avoir d’idées claires à exprimer, avec des moyens d’expression d’une pauvreté effarante? Ici même sur le blogue du Ministre Lisée il y a une bonne dose de commentaires qui ne passeraient pas le test de français de Secondaire Un. J’imagine que le Ministre ne perd pas son temps à lire toutes les platitudes qui paraissent ici (ce qui n’exclue pas quand même un bon nombre de textes bien sentis et bien écrits), mais que ça doit donc être décourageant de voir à quel point le niveau intellectuel d’une grande partie de la population fait pitié. M. le Ministre je n’ai aucun conseil à vous donner; vous avez fait la preuve de beaucoup de ténacité malgré les polémiques souvent ridicules que vous soulevez. Ne lâchez pas; j’aime la bonhommie avec laquelle vous rebondissez à tout coup. « Tout est dans tout et vice-versa. » (Alphonse Allais)

    • Il faut distinguer ceux et celles qui n’ont pas eu la chance ou la possibilité d’apprendre à lire et écrire (bien souvent pour des raisons dont ils ne sont pas entièrement responsables) de ceux qui, sous le couvert d’une aversion de l’élitisme, ne se donnent pas la peine d’écrire de façon à se faire comprendre. Il y a une nuance entre l’analphabétisme et ce que vous appelez analpha-bêtise que vous ne semblez pas discerner.

    • Tout à fait d’accord. Il n’en demeure pas moins que c’est triste de voir l’état du français sur les réseaux sociaux. J’ai mal à ma langue (écrite).

  6. Merci de vous intéresser à ces héros et héroïnes du quotidien que sont les intervenants et bénévoles des groupes populaires en alphabétisation.

    Dans mon coin de pays, il y a  » La Marée des mots » qui fait un travail formidable, malgré le peu de moyens et des locaux qui me paraissent inadéquats en regard de l’importance de leur mission.

    http://membre.oricom.ca/lamareedesmots/index.html

Les commentaires sont fermés.