Comment nuire aux familles, à Montréal et au français

Le maintien d’une masse critique de francophones et le dynamisme démographique et économique de l’île de Montréal dépend, en partie, de la rétention des familles sur l’île.

C’est pourquoi le gouvernement du Parti québécois avait, lorsque j’étais ministre de la Métropole, fait produire un rapport consensuel sur les mesures à prendre puis avait, pendant la campagne électorale, pris des engagements pour faire faire Un bond qualitatif à la rétention des familles.

Mais comme le déplore ma collègue Carole Poirier dans un communiqué émis ce vendredi, le gouvernement Couillard va dans la direction inverse.

C’est aussi l’opinion du chroniqueur François Cardinal, de La Presse, à Radio-Canada.


Coupes dans les programmes de subventions en matière d’habitation

Encore un coup dur pour les familles, qui paient
pour les mauvaises décisions libérales

Québec, le 18 juillet 2014 – La députée d’Hochelaga-Maisonneuve et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’habitation, Carole Poirier, dénonce les coupes libérales irresponsables au programme Rénovation Québec (PRQ) qui forcent les villes, Montréal et Trois-Rivières, entre autres, à suspendre leurs subventions pour l’accès à la propriété et l’aide à la rénovation de domicile, des mesures qui bénéficiaient principalement aux familles.

Le gouvernement libéral a pris la mauvaise décision de cesser de contribuer au PRQ de la Société d’habitation du Québec (SHQ). Le PRQ, en vigueur depuis 2002, permettait de subventionner les municipalités afin qu’elles mettent sur pied d’importants programmes d’accès à la propriété et d’aide à la rénovation de domicile, qui étaient financés à 50 % par le gouvernement et à 50 % par les villes. Montréal et Trois-Rivières, comme plusieurs autres villes, bénéficiaient du PRQ, ce qui leur avait permis de créer plusieurs programmes aujourd’hui suspendus.

Comme ce fut le cas pour les coupes au Programme d’adaptation de domicile et au programme RénoVillage, que le Parti Québécois a dénoncées, le ministre Moreau a avoué, lors de l’étude des crédits, n’avoir réalisé aucune étude d’impact préalable.

« C’est une décision absurde et incohérente. En plus de pénaliser encore une fois les familles, le gouvernement libéral fait fausse route en prétendant économiser en coupant dans ce programme. Toutes les études sur les impacts socioéconomiques des activités de la SHQ démontrent clairement que l’aide publique en matière d’habitation est un investissement et non une dépense. Pour chaque dollar versé par la SHQ à titre de subvention, 2,30 $ sont injectés dans l’économie québécoise. Pour un gouvernement qui prétend vouloir créer de la richesse, c’est bien là la démonstration de son manque de vision et de cohérence », a déclaré Carole Poirier.

Des mesures pour les familles : une priorité pour le Parti Québécois
Rappelons que le gouvernement du Parti Québécois avait fait de la rétention des jeunes familles sur l’île de Montréal une priorité pour la région métropolitaine. En septembre 2013, il a rendu public le rapport d’étape du Comité de pilotage MONTRÉAL = FAMILLES. Lors de la campagne électorale, le Parti Québécois s’était également engagé à en suivre les recommandations et à agir concrètement sur les deux principales embûches à la rétention des familles : le coût des habitations et la disponibilité d’unités répondant à leurs besoins. La bonification des programmes de la SHQ faisait d’ailleurs partie des mesures concrètes figurant dans les recommandations du rapport.

Le gouvernement du Parti Québécois prévoyait aussi doter le Québec d’une politique nationale sur l’habitation afin d’accroître la cohérence des interventions de l’État, de favoriser la coordination des actions, en plus de permettre le développement durable de l’habitation.

« L’inconséquence du gouvernement libéral en matière d’habitation prouve la nécessité de mettre en œuvre une stratégie globale et coordonnée. Je demande au ministre Moreau de revenir sur ses décisions concernant les programmes de la SHQ et de poursuivre les actions du Parti Québécois. Il doit présenter rapidement une politique nationale sur l’habitation et proposer des interventions harmonieuses et étudiées plutôt que d’imposer des coupes n’ayant fait l’objet d’aucune analyse », a conclu la députée.



37 réflexions au sujet de « Comment nuire aux familles, à Montréal et au français »

  1. Je ne comprends RIEN des commentaires. A l’exception d’un ou deux, aucun commentaire n’est pas fait en lien avec l’article…
    Pour faire mon commentaire…
    Avec les prix et les taxes sur les maisons/appartements et avec les salaires de plus en plus bas, il n’y a aucune chance pour que les jeunes familles restent a Montréal. Même avec les aides financières – en définitif c’est de l’argent ajouté au revenu, donc on paye des impôts…
    J’habite la banlieue, j’ai 10000 pi2, une belle maison avec cour, garage et piscine. J’ai payé 140000$ en 2005, et je payé 2000$/année en taxes. C’est un rêve d’avoir quelque chose pareil n’importe ou a Montréal. Et les condos? Pour habiter dans du béton, avec un petite terrasse ou je ne peux pas faire un BBQ?

  2. Désolé pour les fautes de français et merci Monsieur Lisée de permettre aux citoyens de partager leurs idées et de pratiquer la langue qu’ils préfèrent parler et écrire 🙂

  3. Mon Éminence,

    Les libéraux ont presque achevé leur transition vers le pouvoir et devraient êtres en scelle à l’automne : les démarches ont commencé.

    Ensuite, je m’inquiète de la proximité entre Pierre-Karl Péladeau et les conservateurs canadiens, Mulroney comme Harper. C’est plus que simplement jouer sur deux tableaux, c’est carrément ménager la chèvre et le chou.

    Enfin, je m’inquiète tout simplement du sort qu’on réserve à la politique au Québec.

    Vous savez, bien sûr que la plupart des gens reconnaissent le Québec. Comme un Nation en soi. Cependant, les gens ne nous prennent pas au sérieux. Et les Québécois sont capables ; moins paresseux parce qu’avec les moyens du bord pour assurer notre survie. Et ça enlèvera jamais le talent des Québécois.

    Voyez bien qu’la flamme est pas éteinte ? C’est peut-être le temps de prendre les libéraux à leur propre jeu : il veulent avoir le monopole de l’identité ? Alors vous allez les guider, voire, agir en Grand frère avec et les ramener à l’ère Bourassa, comme Philippe Couillard et ses conseillers le veulent, pour donner une chance à la réconciliation. Là on pourra négocier avec eux parce que c’est vous qui allez mener le jeu devant les libéraux sur l’enjeu de l’identité.

    C’est un scénario comme un autre,

    Bien à vous,

    • Les libéraux ont presque achevé leur transition vers le pouvoir et devraient être en selle à l’automne : les démarches ont commencé.
      Voilà, chère sentinelle, quelques corrections grammaticales.

      Pour Karl Péladeau et le Parti québécois, sachez que le parti est infiltré depuis quelques années par des fédéralistes, libéraux et conservateurs. Je suis péquiste malgré tout, mais j’aimerais qu’on en vienne au mandat que René Lévesque a donné en créant ce parti politique et qui a été trop souvent mis entre les mains de capitalistes comme Lucien Bouchard, Mme Marois, des riches qui ne sont là que pour amoindrir l’idée de séparation et de souveraineté. Lucien Bouchard avec son slogan « Attendre les conditions gagnantes » démontrait son conservatisme en retardant indument la souveraineté afin de faire oublier le mandat de René.

  4. Les libéraux ne sont que des apôtres de l’anglicisation. À l’heure où un groupe d’ici chante en franglais et fait le procès du PQ et de la loi 101, rien de positif ne se dégage.

    Il n’ y a et il n’ y aura que la résistance dans les prochains mois et années à moins que nous nous enfonçons davantage encore dans la fatalité. En France, on se plaint avec une certaine exagération de l’état du pays, ici, on ne sait pas si les prochaines générations seront encore francophones longtemps y compris dans le Nord du Saguenay un de ces jours.

    C’est un fait que cette nation est incertaine quant à son avenir sans que cela ne soit vu comme de la bête hystérie culturelle. Si le franglais devait prendre racine à Montréal comme Christian Rioux et M.B.Côté le font remarquer, le reste du Québec finirait par suivre. Il y a les précédents de l’Ouest canadien, de la Louisiane pour témoigner.

    Présentement, plusieurs beaux idéologues ne rêvent que de la disparition des partis souverainistes dont essentiellement le PQ. Les candidats du parti à la chefferie ont comme mission première de les décevoir, de contraindre à l’échec leur aveuglement auto-satisfait.

    • « Les precedents de l’Ouest canadien »? Qu’est-ce que vous en savez? C’est quand la dernière fois que vous êtes allé dans l’Ouest canadien et que vous y avez rencontré des Canadiens français. Ils y sont par centaines de milliers et y vivent en français. Que c’est ennuyant de revoir ces vieux prejugés, ces vieux clichés de separatists en mal de voir que nous existons toujours. Yeux bouchés, oreilles bouchées, malheureusement pas bouche bouchée.

  5. L’union du Canada (1840) à été fait parce que les anglais ont inventé la séparation. Ça va prendre un cataclysme pour pouvoir reprendre le Canada. Pourtant les anglais ont réussit le faire entre 1754 et 1840 étant minoritaires. La politique n’est qu’un outil dans le coffre. Il faut sortir les autres outils à la anglaise. Il faut pensez anglais.

  6. Les commentaires orduriers des caquistes ne devraient pas paraître sur ce blogue.

    Que les caquistes hurlent leur hargne dans les médias poubelles, cela suffit. Ici, on essaie de discuter.

  7. M. Lisée, mon propos est hors d’ordre mais je profite quand méme de votre blogue pour vous écrire ceci.
    Je viens de tourner la dernière page du Petit Tricheur. Il me vient un mot: génie. Bourassa fut le plus grand génie politique du Canada. Selon votre citation, Lucien Bouchard a dit:
    « C’est très rare des gens comme ça. J’en connais pas moi. Il n’y a que lui ».
    Il faudrait non pas donner son nom à une rue de Montréal. Il faudrait rebaptiser le Québec tout entier « The Province of Bourassa », une province comme les autres, au pays de la tromperie. Le pire c’est qu’on se fait toujours « mener en bateau », pour paraphraser mon homonyme, par des p’tits gars de chez nous: Trudeau, Mulroney, Chrétien, Bourassa, Charest, Couillard. Je nous souhaite un jour un vrai réveil, avec un amalgame du meilleur des Lévesque-Bourgault-Parizeau-Chartrand-Falardeau, et autres vrais défenseurs de la patrie.

    • Ceux qui nous mène le plus en bateau sont de loin le PQ. Le réveil que vous attendez ne viendra pas. Ne vivez pas dans le sommeil, dans le passé nostalgique blanc-catholique-vieille France, ni dans l’espoir d’un pays fictif. Vivez dans le présent et vous réaliserez que le Canada ne nous mène pas en bateau.

    • @ Alain
      Pour parler ainsi, Monsieur, vous n’avez certainement pas lu Le Petit Tricheur. Vous auriez intérêt à le faire.

    • @ Jean

      J’évite de lire la propagande mais parfois elle est bien cachée donc c’est inévitable.

      Mais quand elle est évidente c’est certains que je ne la lirais pas. Bonne propagande!

    • http://fr.wiktionary.org/wiki/propagande
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Propagande

      Tout discours politique est propagande s’il devient unique.
      Donc toute propagande n’a cette nature que si on permet son unicité.
      La propagande n’est pas dans la construction du discours, mais dans l’unicité de sa diffusion.

      Donc il est de l’autonomie du lecteur de transformer la propagande en discours politique en s’alimentant de plusieurs sources.
      Le refus d’un lecteur de diversifier ses sources fait de lui quelqu’un décidant de se rendre réceptif à la propagande d’une autre source.

      Incidemment, ce qui est objectif n’est pas un discours, mais un exposé ( idéalement scientifique ).

      Le choix de chacun, on a cette liberté.
      Mais la liberté apporte l’obligation de l’assumer.

  8. L’habitation est un vieux problème. J’en ai abondamment parlé dans mon livre Avant de se retrouver dans la rue ou le problème du logement. Il est maintenant passé date, car il faudrait revoir tous les chiffres depuis cette époque. Cependant, l’habitation est un moteur économique très important.

    Je me permets sur un autre sujet de faire une petite suggestion : l’Assemblée nationale devrait exiger d’Ottawa de remettre les 54 milliards que le fédéral vient de voler aux travailleurs grâce a la Cour suprême. Cet argent pourrait aller directement au paiement de la dette.

  9. Quel triste étalage publique de lamentations que dévoile cette série de commentaires négatifs et pleurnichards. On a l’impression d’assiter à un enterrement, celui du Parti Québécois. Un prétendant à la présidence de la République du Québec assiste à cette veille inédite, tandis que l’autre se balade en Écosse pour nous dire comme l’air est bon dans cet autre « pays en devenir » qu’il souhaite de tout son coeur.

    • Parfaitement raison. Nous assistons aux derniers soubresauts d’un partie mourant qui tombera dans la 3e opposition aux prochaines élections et qui disparaitra surement par la suite. Nous avons vécu 18 mois terribles avec le PQ au pouvoir qui ne pensait qu’à prendre aux Québécois leur argent durement gagné malgré la maigre pitance du travailleur moyen… misère.

    • Une des caractéristiques de ce blog et de ses intervenants est la réflexion, le discussion sur des idées et la convivialité. Vous n’êtes capable ni de l’un ni de l’autre. On est pas à RadioX ici!

    • Non on est pas a radio X, on est a propagande land (ou plutot propagande  »terre » puisque tout doit etre dit en français)…

  10. Avec un peu de chance il pourrait y avoir suffisamment de départ pour qu’ils soit minoritaire avant 4 ans.Prions pour ça!

    • Dans 4 ans le PQ sera la 2e opposition donc la réponse à votre question est un retentissant non!

    • Quand on est pratiquant d’une religion, on prie. Voilà une autre confirmation que le sépartisme est une religion. Prions pour que le Parti au pouvoir se casse la gueule et tant pis pour les consequences d’un Québec encore plus disloqué qu’il ne l’a été avec le PQ au pouvoir.

  11. Mais peut-être que la cohérence du PLQ c’est justement de l’être dans la déconstruction systématique de ce qui, de près ou de loin, défavorise la société québécoise et, de fait, pourrait lui assurer un meilleur fonctionnement sous le rapport, non seulement, de l’activité économique, mais, sous celui, culturel et au sens le plus large du terme. C’est une question qu’il faut sérieusement se poser pour tout ce qui regarde les activités de ce parti, qui semble ne pouvoir agir que pour de tous autres intérêts que ceux de notre collectivité.

  12. Bravo Mme Poirier. Hier, je pensais à l’exode vers les banlieues en regardant avec tristesse des quartiers délabrés de Montréal… Et dire que le maire ti-zoune de cette ville ne songe qu’à faire revenir une équipe de baseball.

  13. Parmi les 7 principaux ministres du gouvernement Couillard, incluant le Premier ministre, aucun d’eux n’a dirigé une entreprise active, quelle soit privée ou publique, sans avoir eu entre les mains de l’argent public.

    Pourtant le Maire de Montréal Denis Coderre est un libéral tout comme Philippe Couillard. Mais ils ont tous eu accès à de généreux salaires venant des poches de tout le monde.

  14. Le gouvernement libéral de Phillippe Couillard ne gouverne que pour les bons emplois à la fin de la carrière politique ! … Alors, il ne faut pas s’attendre à quoi que ce soit de positif pour les contribuables lors de leur passage au pouvoir ! … Au point où les citoyens devraient s’organiser afin de pouvoir réorienter les politiques les plus désastreuses au fur et à mesure qu’elles sont présentées ! …

    • MARIO TAILLON: « les citoyens devraient s’organiser »
      Je suis parfaitement d’accord, de plus en plus, tant dans le parti libéral que dans le parti péquiste, on s’aperçoit que des députés, et des ministres, ne remplissent ces postes que pour l’attrait monétaire.
      Le libéral travaille contre les Québécois par le laisser-faire, Jean Garon l’a bien démontré dans le cas de nos denrées alimentaires, lui qui a fait passer concrètement l’auto-suffisance alimentaire de 35% au temps des libéraux à 75% au temps des péquistes.
      Malheureusement, le parti québécois est maintenant constitué de plusieurs fédéralistes qui ne font rien pour l’avancement de la souveraineté et pour l’information aux citoyens des exactions que préparent constamment les Canadian. Ex: la surimposition d’impôts aux dividendes québécois par rapport aux impôts dans les autres provinces. J’ai une vingtaine de cas comme celui-ci qui démontre qu’Ottawa travaille constamment à diminuer notre économie en parlant de la péréquation, sans parler des subventions fournies aux autres provinces.
      Ce n’est pas mon travail de faire cette recherche (des milliers d’heures), c’est le travail normal des députés « séparatistes » qui sont payés pour le faire.
      Donc « s’organiser » veut dire concevoir un gouvernement vraiment citoyen pour critiquer les députés en place, en diminuant leur nombre, et en multipliant les comités des contribuables pour trouver leurs vraies aspirations et pour faire des suggestions intempestives au gouvernement en place.

  15. Qu’attendre de plus de ce parti qui met la hache sans analyse. Il va en faire du ravage pendant 4 ans. Ce sera la désolation.

    • Je ne sais pas si il va faire ravage pendant 4 ans, mais en tout cas il sera au pouvoir pendant minimum 8 à 12 ans ca c’est clair et net. Avec l’appui libéral à Montréal et le PQ en chute libre total, le PLQ deviendra indétronable pendant des décennies.

    • Cette pensée me déprime également. Mais si l’on veut que les choses changent, j’espère que le PQ va prendre des vacances bien méritées j’en conviens, mais ce qui pour l’instant laisse la place libre à la bande de Legault qui l’occupe pleinement…

      Un peu de mordant à partir de l’automne…?

  16.  » Le gouvernement du Parti Québécois avait fait de la rétention des jeunes familles sur l’île de Montréal une priorité pour la région métropolitaine » par des subventions à la rénovation ou à l’achat d’une propriété dans la ville. Sans ces subventions, le titre de cet article suggère que cela va « nuire au familles, à Montréal et au français ». Nulle part dans cet article, Monsieur Lisée explique comment cela pourrait nuire au français. À moins que les subventions ne soient accordées qu’aux Québécois de souche. Est-ce de cela qu’il s’agit? Autrement, nuire au français n’a aucun sens dans ce contexte.

  17. Vous avez choisis de loader l’ile de Montreal avec des Immigrants Islamiques. Celà a tendence à rendre la métropole invivable pour le Québecois et les néo-Québécois d’autre souche. Alors ne vous surprenez pas si on fuit la métropole. La langue française n’a donc rien à voir la dedans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *