COVID: Darwin 19, Dieu 0

30Le coronavirus est darwinien à plusieurs égards. Il est sélectif. Il s’attaque aux membres de la tribu humaine qui présentent le plus de risques. Ceux qui sont physiquement déjà affaiblis, par l’âge ou la maladie. Ceux qui sont socialement plus exposés: quartiers populaires plus denses, familles plus nombreuses, itinérants. Ceux qui sont, de manière disproportionnés, aux premières lignes en santé et dans les services essentielles: des femmes, des immigrants, des noirs américains.

Le virus est non seulement injuste, mais il illustre et creuse les injustices déjà existantes.

Les #covidiots

Il agit cependant aussi autrement. Il attire ce qu’il est maintenant convenu d’appeler les #covidiots. C’est-à-dire ceux qui choisissent sciemment de se mettre à risque, parce qu’ils estiment que le risque n’existe pas, que c’est une invention ou que leur Dieu les protégera.

Prenez le cas du Michigan, aux États-Unis. Un des dix États les plus touchés. La gouverneure a imposé des mesures de confinement conformément aux recommandations de la santé publique. Une éclosion majeure dans une usine de traitement des viandes a frappé 60 de ses salariés. L’État a réussi à « aplatir sa courbe » et, comme nous, pourrait la voir descendre si tout va bien.

Mais voilà que des milliers de personnes venus de tous les coins de l’État sont venus se rassembler, dans la capitale, sans masque et à moins d’un mètre les uns des autres, pour réclamer la levée immédiate de toutes les mesures de confinement. Un motif domine tous les autres: la liberté. La liberté d’agir individuellement, sans contrainte. La liberté de prendre ses risques. La liberté, même, de mourir si tel est le vœu du destin. « Si c’est mon moment pour partir, alors ce sera mon moment » résumait une manifestante.

Une réaction, disons, darwinienne primaire, serait d’applaudir. Je ne sais si vous êtes comme moi abonné sur twitter au compte « darwin awards » qui nous montre des idiots courant à leur perte en se mettant dans des situations stupidement dangereuses. Très cyniquement, les auteurs du site en concluent que ces personnes, lorsqu’elles trépassent de leur propre faute, retirent leur code génétique fautif du bassin collectif. Leur disparition fait donc remonter la moyenne de la qualité génétique de l’humanité. Ce n’est pas statistiquement viable, mais cela fait sourire.

On pourrait donc penser que les résistants du confinement, les non-croyants de la contagion, les volontaires du risque, en se plaçant en situation d’être infectés, deviendront proportionnellement beaucoup plus atteints que les autres — donc davantage que les citoyens disciplinés. Comme ce citoyen d’Ohio de 60 ans, John McDaniel, qui écrivait sur sa page Facebook le 13 mars que le virus était « un mensonge politique ». Il en était atteint le 15 mars. Il a passé l’âme le 15 avril.

L’impact sera d’autant plus grand que ces covidiots font exactement ce qu’il faut pour assurer la propagation du virus. Au Michigan par exemple, après s’être frottés les un aux autres pendant une heure ou deux dans la capitale, ils sont retournés chacun dans leur coin de l’État. C’est le Covid 19 qui doit être content.

Les victimes collatérales

Pourquoi ai-je dit que ce serait une réaction « darwinienne primaire » que d’applaudir. D’abord, bien sûr, parce qu’on ne doit souhaiter cette maladie qui dans sa forme grave vous donne l’impression de suffoquer, à personne, même son pire ennemi. Ensuite surtout parce qu’il ne s’agit pas d’individus qui, au nom de la liberté individuelle, se mettent à risque individuellement. S’ils faisaient tous le pari de sauter du haut de la chute du Niagara et d’en sortir vivant, ce serait leur affaire. Mais d’abord, une fois malade, ils sont pris en charge par le système hospitalier, donc coûtent des sous à toute la collectivité.

Surtout, ils mettent à risque leur entourage au grand complet. Leurs familles, leurs enfants, leurs amis, des gens qui ne partagent pas nécessairement leurs vues, qui ne seraient pas allés à la manif, qui ne se seraient pas jetés du haut des chutes du Niagara.

Cliquer sur l’image pour commander.

L’effet Darwin, là, est encore plus condamnable. Il y a bien auto-sélection des malades. Les covidiots choisissent le risque. Mais à travers eux, le virus atteint des citoyens qui, sinon, auraient été à l’abri. Ce sont les victimes collatérales de la stupidité.

L’existence de Dieu. Des signes ?

J’ai intitulé cette balado Darwin 19, Dieu 0. Et c’est ici que Dieu intervient. Ou plutôt, qu’il n’intervient pas. S’il existait, infiniment puissant et infiniment bon, ce serait le bon moment de faire un geste.

Notons d’abord l’extraordinaire sagesse de la majorité des chefs religieux. À commencer par le Pape, qui a donné l’exemple tôt et souvent, de la distanciation sociale. Par son action, il a dû à lui seul sauver la vie de dizaines de milliers de fidèles catholiques qui, sinon, auraient pu penser que l’eau bénite allait suffire pour les protéger. Plusieurs grands rabbins et imams ont fait de même.

Ce ne sont donc pas les croyants modérés, mais les fous de Dieu qui se sont mis sur la ligne de feu. Comme cet ayatollah iranien et cet hassidique israélien qui jugeaient, chacun de leur côté, que la Covid était un châtiment de Dieu pour les péchés des infidèles. Ils furent rapidement eux-mêmes infectés. Il y a, là, oui, je l’admet, un indice de l’existence de Dieu. Mais pas d’un Dieu miséricordieux. D’un Dieu cynique, peut-être.

Plus graves sont les rassemblements tenus, aux États-Unis et ailleurs, par des pasteurs indépendants qui se croient immunisés et qui entraînent leurs fidèles dans le monde du risque. Dieu me protégera, disent-ils.

On sait qu’en plusieurs lieux, avant le confinement, en France et en Asie, les regroupements de fidèles ont été des accélérateurs de diffusion du virus. Les rassemblements qui ont eu lieu après le confinement seront évidemment plus grave encore. Les fous de Dieu auront-ils un jour à rendre des comptes ? Y aura-t-il des procès pour négligence criminelle ? Des recours collectifs ? Et ces fidèles, qui se croyaient protégés par leur prophète mais qui seront victimes du virus et de leur foi mal placée, auront-ils une épiphanie sanitaire ?

Ce qui me pousse à adapter une histoire connue à la situation actuelle.

Un croyant espère échapper au virus en priant, il voit sur sa télé les autorités lui dire de rester chez lui. Mais il va prier quand même, car il est certain que Dieu va le sauver..

Il attrape le virus et ses symptômes semblent graves. Son voisin lui offre d’appeler une ambulance. Il refuse car il est certain que Dieu va le sauver.

Trouvé sur son balcon sans connaissance, une ambulance l’emporte à l’hôpital. Son cas est grave. Une fois réanimé, un médecin lui offre un traitement expérimental. Il refuse, car il est certain que Dieu va le sauver.

Il meurt peu après, monte aux portes du ciel et crie: Dieu, pourquoi m’as tu abandonné?

Dieu apparaît et lui dit:

Écoute moi chose, j’ai envoyé les autorités te dire dans ta télé de rester chez toi, j’ai envoyé ton voisin pour qu’il appelle l’ambulance et j’ai envoyé un médecin avec un médicament. T’as dit non les trois fois. Ben va t’en au Diable !


La bande annonce de ma dernière balado:

On s’abonne ici.


Également disponible en version audio. Cliquer sur l’image pour commander.




6 réflexions au sujet de « COVID: Darwin 19, Dieu 0 »

  1. Je ne suis pas à jour sur la situation de l’évangélisme en Chine mais je me souviens vaguement d’avoir lu qu’effectivement l’église clandestine prospérait , ce qui pourrait avoir des répercussions sur leur systême politique éventuellement .

    Pour ce qui est de la relation entre la science et la foi , le paradigme dominant aujourd’hui est le matéralisme ontologique comme quoi la matière physique est la seule réalité et que tout , l’origine de la vie y compris la pensée et la volonté , peuvent être expliqués en termes de matière et de phénomènes physiques . L’athéisme aura gagné sa légitimité grâce à la théorie de l’évolution Darwiniène , et aura évacué le Théisme de l’Occident .

    Un premier contre-coups au matérialisme aura été la découverte du Big Bang qui sous-entends une création de l’univers , ainsi qu’une fin , à prime abord l’univers est temporaire et non éternel .

    L’autre onde de choc qui menace l’édifice matérialiste présentement et depuis peu est la biologie moléculaire avec la compréhention de plus en plus vaste que nous avons de la génétique .

    À l’époque ou Darwin aura formulé sa théorie , nous ignorions tout des mécanismes génétiques qui régissent la vie , la complexité irréductible de plusieurs moteurs moléculaires qui ne peuvent fonctionner sous un certain seuil , la théorie de l’information ainsi que de la complexité génétique intégrée de différents systèmes .

    Au problême de l’abiogenèse qui est : Comment un environnement prébiotique qui consistait que de chance (et non pas de nécessité car celle-ci ne peut fonctionner que lorsque l’auto-replication apparait (la vie)) comment cette chance a t’elle pu programmer des portes logiques , des nodes décisionnels , des environnements de commutateurs configurables et une information prescriptive utilisant un système de codons symbolique (blocs de codes de trois nucléotides par unité)?

    Il se rajoute celui de descente commune ; comment expliquer la vaste quantité de mutations dégénératives et non de mutations favorables que nous sommes maintenant en mesure d’observer , car la vaste majorité presque sans exception sont désavantageuses , des erreurs de transcription , au niveau des mutations mitochondriales , des substitutions de nucléotides , de mutations satellites , d’effacements , de duplications et d’insertions , d’inversions et de translocations , et de conversions . Comment expliquer le dilemme d’haldane ou il est estimé qu’a peu près seulement que quelques centaines de fixations sélectives peuvent réalistiquement se produire pendant 300,000 générations humaines ( 6 Millions d’années )

    Le scénario singe à l’homme n’est même pas vaguement réalisable .

    Et nous observons maintenant est que la sélection naturelle fonctionne principalement à un niveau différent de ce qu’assumait la théorie jusqu’à présent . Que la grande majorité des mutations bénifiques (qui servent d’adaptations à de nouvelles niches écologiques) pour tous les animaux et humains inclus en réalité ne sont pas du matériel nouvellement encodé (pas un gain), mais plutôt du code génétique désactivé (pertes d’informations), Et à celà se rajoute l’épigénétique qui est une forme de Lamarckisme qui démontre que pour bien des exemples évolutifs , il s’agit plutôt d’activations et non activations de gènes (genetic pathways) qui répondent à des stimulis hormonaux et non des mutations génétiques (encore une fois , pas de génération d’information génétique , pas d’évolution).

    Le paradigme évolutif est menacé comme il ne l’aura jamais été , et l’athéisme avec lui .

    • Ceci est en réponse à Robert Lachance , celà aurait du paraitre sous son commentaire , mais je ne comprends pas pourquoi ça s’affiche plus haut , m’enfin …

    • L’algorithme ! (je viens de terminé la lecture de Homo deus : Une brève histoire du futur, de Yuval Noah Harari, 2015, en hébreux)

      Il n’y a pas d’offre à répondre à un commentaire en réponse à un commentaire auquel cas il s’intercalerait à sa suite. L’ajout de votre nouveau commentaire me permet d’y répondre, vous m’interpelé, je m’en prévaux.

      Phare éclairant et structurant dans ma tête votre commentaire !

      Mince mise à jour. Dans Zheng Ruolin, Les Chinois sont des hommes comme les autres, chapitre 13, Plus de croyants que de communistes, page 156,

      « Parmi les cinq religions reconnues, les bouddhistes et les musulmans comptaient chacun plus de 20 millions de fidèles en 2009, les protestants 16 millions, les catholiques 5 millions et les taoïstes 6 millions. Les adeptes de ces 5 religions représentent 67,4 % des croyants. Mais pour beaucoup de chercheurs et d’universitaires, ces chiffres sont largement sous-évalués. … les évangélistes ont réalisé des percées très importantes. ».

      Concernant Dieu, ça ne m’amène pas à vouloir une explication de l’origine de la vie. Je cherche simplement un remplacement à l’expression « leur Créateur » que Robert Dutil retient dans sa Déclaration de la Juste Inégalité en 1995. Il paraphrase la Déclaration d’Indépendance des colonies britanniques d’Amérique en 1776. J’en suis à remplacer par les Ascendant.es.

  2. La façon dont je perçois Dieu passe par deux points de vue:
    De un, il existe un Dieu impersonnel, le Dieu créateur, celui qui est en constante création, à chaque instant il crée et recrée tout sur tout les plans.
    De deux, le Dieu personnel, celui en quel tout le monde s’identifie, celui qui devrait arrêter le cocovid-19 et se mêler de ce que nous devrions faire nous même. Le Dieu de tous et chacun selon le niveau de conscience de Pierre, Jean, Jacques comme Arianne, Louise et Sophie.

  3. J’ai longtemps hésité avant de répondre à cette question ;  »Et Dieu il fait quoi ? »
    Car le fait que le principe Darwinien de sélectivité naturelle des mieux adaptés favorise les gens instruits , ceux qui ont la science de leur coté et qui comprennent la nécessité des mesures de distantiation sociale VS ceux qui réclament le droit de s’assembler au nom de la liberté individuelle sont pour la plupart des croyants et obscurantistes .

    Bien que la grande majorité des églises protestantes et que l’église Catholique ait fermés leurs portes , il reste quelques églises fondamentalistes probablement indépendantes et non affiliées qui refusent de la faire parce qu’ils pensent que Dieu les protègera surnaturellement , que voulez vous ? C’est comme ces églises ou ils manipuleut des serpents en plein culte parce que St-Paul aura été mordu par un d’eux dans les actes des apôtres et aura survécu , et assument que ça s’applique également à eux . Ces gens là sont des idiots qui sont incapables de voir que les interventions surnaturelles de la part de Dieu sont très râres et que les croyants se ramassent à l’hopital autant que les non-croyants . On appelle ça de la dissonance cognitive . Je crois que l’état devrait intervenir dans ces cas là et distribuer des contraventions , ou mettre ces gens en prison . Ironiquement je lisais dans l’article sur Globalnews qu’un des ces pasteurs anti-confinement est mort du coronavirus .
    Pour revenir à  »Dieu il fait quoi ? » Parce qu’il y a aussi l’autre question à se poser qui serait elle  »et l’axiome évolutif qui est : Mutations aléatoires et sélectivité naturelle , ça fait quoi ? Est ce que mécanisme élimine les moins bien adaptés ? Oui certainement , mais est que ce mécanisme est suffisant pour expliquer l’abiogenèse , et ensuite l’évolution de la proto-cellule à l’homme ? Qui serait pour l’instant l’apex de l’évolution sur terre en tous cas , ailleurs probablement pas .
    Hé bien c’est que ça cloche aussi pour la réponse affirmative des supposés pouvoirs créatifs du Néo-darwinisme , comme je l’ai résumé dans mes textes en réponse à votre article de pâques sur Jésus  »Petit tour d’horizon des théories et de la fiction sur l’homme le plus inconnu de l’histoire ! »
    La lourde question du silence de Dieu en ces temps , car il semblerait que Dieu ne se manifesterais surnaturellement presqu’exclusivement qu’à des moments carefours de l’humanité ; comme à l’incarnation , à l’exode , au déluge et à la création . Pourquoi est il lointain ? ce silence en présence du mal , que ce soit la maladie , la guerre , les gens prisonniers , torturés et oppressés de multiples façons est certainement le problême le plus épineux pour les Théistes , et bien qu’il y ait des tentatives de réponses apportées par de compétents philosophes en religion , dont Richard Swinburne  »the coherence of Theism » par exemple , ce n’est pas un livre que je remettrais à une mère de famille qui viendrait tout juste de perdre un de ses jeunes enfants tragiquement alors que tout ce qui serait décent à faire en ce moment serait de pleurer avec elle …

    • Je suis allez lire vos commentaires à l’article « Petit tout d’horizon … » dont celui-ci:

      http://jflisee.org/lire-voir-jesus-la-vraie-histoire/#comment-186171/.

      J’y comprends que vous vous intéressez profondément à l’origine de la vie. Je ne suis pas bienheureux mais bien heureux que Dieu mettent des hom.mes là-dessus.

      Je m’intéresse davantage à la suite qu’à l’origine de la vie sur terre. Je suis à lire par preuve Les chinois sont des hommes comme les autres de Zheng Ruolin, 2012, dont le chapitre 13, Plus de croyants que de communistes. J’y ai appris que l’évangélisme y prospère.

      Le nombre de membres du parti y serait de 80 millions, celui des croyants de 100 millions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *