4 réflexions au sujet de « Deux entrevues de 2012 »

  1. bonjour,

    M. Drainville veut déposer un projet de loi concernant les démissionnaire ou les transfuges.
    Moi, je dis que je vote pour un député d’un parti, il ne peut transfuger! car j’ai voté pour un parti et il est inadmissible qu’un député modifie cela. Je crois qu’on doit reconnaître la priorité du parti sur l’individu-député. S’il veut partir qu’il soit remplacer par un député qu’on pourrait appeler substitut dans sa circonscription.
    J’ai voté pour un parti pas pour un siège indépendant ou un autre parti politique selon la bonne volonté du député!!

    Ce député devient antidémocratique !

    pas pour

  2. Ce que je trouve impayable dans cette entrevue, c’est outre le fait qu’il porte quasi-exclusivement sur la langue, c’est que pendant que tout le monde au Québec s’inquiète du sort du français au Québec, lui le journaliste émérite (je parle bien sûr de l’interviewer) se tourmente sur l’avenir de l’anglais au Québec, à Montréal et dans nos institutions. Priceless. Déjà que JF Lisée ne peut s’empêcher de lui dire à un moment donné: ben décroche! …

  3. Bravo pour votre entrevue en Anglais monsieur Lisée. Je suis souverainiste dont la langue maternelle est le français et ma conjointe est d’une famille anglophone et je suis donc très sensibilisé aux craintes et aux statut des anglophones minoritaires au Québec. Tanné d’entendre les vieux arguments de haine et de peur non justifiée des deux côtés. J’essaie d’avoir ce genre discourt rassembleur et de compréhension mutuelle de nos réalités depuis des années et je croyais être le seul à ne pas voir de contradiction entre le discourt souverainiste et la préservation de la réalité culturelle anglophone au Québec. Il faudrait des gestes concrets pour la préservation de cette culture aussi hors Montréal. Je suis en Gaspésie et je dois vous dire qu’il y a plein de petits villages anglophones et des communautés qui craignent beaucoup pour leur avenir et avec raison. En tant que francophone amoureux de l’histoire du Québec je crois que ce serait une perte gigantesque de perdre ces communautés et leur patrimoine culturel, lingustique, bâti et musical. Merci de porter ce genre de discourt qui, selon moi, ne peut être bénéfique pour les citoyens Québécois peut importe leur langue maternelle français ou anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>