Francophones, anglophones have much on which to agree

My answer to Celine Cooper’s Monday open letter, published this Wednesday, December 19, 2012, p. A21

Dear Celine Cooper, I read with interest your piece in Monday’s Gazette (Opinion, Dec. 17, « Minister Lisée: I share your optimism about the future of Montreal, but not your vision of how to get there »).

I wholeheartedly agree with every point on which you agree with me, including what you wrote about my recent speech to the Jeune Chambre de commerce de Montréal: « Lisée’s approach was both grounded and exhilarating. His argument that we are witnessing the dawn of a golden era for our city showed how he acquired his reputation as a political visionary and master elocutionist. »

Thanks for that. But then I must disagree with the fact that you claim to disagree with me on the part about « how to get there. »

For instance, you write that « Montreal should be approached as the beacon of where we could go, not what is holding us back from getting there. »

Funny, I specifically used the word beacon and stated in my speech: « We want the best and the brightest, from everywhere, to come and participate with us in the laboratory of the 21st century » that we want Montreal to become. That seems inclusive to me.

You also wrote that you were on board with me and my speech until I « started talking about demographics and the pressing need to staunch the exodus of francophone families from the island of Montreal in order for the city to truly reach its full potential. » You said: « He was talking not about families in general, but certain kinds of families. »

Not so. Here is the full quote: « Montreal will never be able to retain all those who come here temporarily to get diplomas for first jobs, and who leave later to settle elsewhere. … But it can and should retain more people. The key lies in retention of families. Every year, 20,000 children aged 15 and under cross the bridges (leaving Montreal Island) to live elsewhere. One can imagine that they are accompanied by one or two parents who have climbed the socio-economic ladder and are ready to invest, elsewhere, the savings that they accumulated on the island. To invest, elsewhere, some of the knowledge that they acquired on the island. As the majority of these parents are francophone, their departures contribute to the marginalization of the francophone population on the island. It is imperative to retain a greater number. »

As I have said on other occasions, retaining anglo-phone families on the island will help stem the decline in enrolment in English public schools. But since the majority of families leaving are primarily French-speaking, retaining families will have, overall, a positive impact on the linguistic equilibrium of the island. It’s a win-win.

As for the impact of my government’s new language proposals, I have qualified as « unacceptable » the high unemployment levels within immigrant populations and have insisted on new funding to improve francisation and integration of current and future immigrants – all with a view to ensuring greater success in Quebec life.

You write, quite correctly, that « one of the things that sets Montreal apart from every emerging North American city of innovation – and there is plenty of competition in that area from cities like Boston, Toronto, Austin and San Francisco – is the French language and culture. Lisée and I share this view. »

So being a beacon of talent for people from outside of Quebec, and helping newcomers to succeed in the language that sets Montreal apart, does seem to me to be precisely the right mix, no?

The proposition that newcomers should be able find a critical mass of French speakers on the island, who help anchor that reality, should be non-controversial, I think.

Let me use this opportunity to draw attention to the part of my speech that specifically dealt with anglo-Quebecers. Here it is:

« I have had many meetings, since September, with anglo-Quebecers from all walks of life and I sensed an enormous thirst. First of all, a thirst for recognition of their contribution to the life of Montreal, and also a thirst to participate fully, as engaged partners, in the development of the metropolis and of Quebec. I have even met anglophones, like the executive director of the Jewish General Hospital, Hartley Stern, or the new president of Concordia University, Alan Shephard, who left Ontario to come and participate in the Montreal experience that they had judged to be more exciting and promising that what they saw elsewhere.

« I asked them: ‘But where did you learn about this – in the Toronto media?’ No, they had not read about it in the Toronto papers. They had heard it through their own networks, this refrain about Montreal being a laboratory of ideas and innovation and, in the case of Hartley, from his own daughters who had studied at McGill University and had become very pro-Montreal. Hartley and Alan are telling us something about ourselves that we should know, and make known. The future of Montreal without doubt rests in its quality of life, its sounds, its seasons, its joie de vivre. Even more so, it is connected to its creative potential. »

Celine, you conclude that I am at odds with your view that Quebec should be « a society in which all kinds of families are valued as equal citizens of Montreal as it moves into the 21st century. »

I respectfully disagree that we disagree.

All the best for the holidays, Jean-François Lisée

Read the Dec. 17 column by Celine Cooper that Jean-François Lisée is referring to in this open letter.

Watch and listen to the speech by Lisée that prompted Cooper’s commentary.

6 réflexions au sujet de « Francophones, anglophones have much on which to agree »

  1. Tant que le Québec sera la colonie des anglos du cadna-da, aucun discours ‘montrealer’ ne pourra être le reflet de la réalité québécoise, du Peuple québécois majoritaire au Québec, celui en fait sous le joug coloniale de la minorité wasp de Montréal qui n’acceptera jamais la réalité, qui voudra vivre en ignorant et refusant un Pouvoir démocratique des plus légitimes.

    Le cadna-da, il ne faut pas l’oublier, c’est une ‘monarchy’ vénérée par les wasps, celle d’un pays étranger, l’ingland, une monarchie, le symbole du pouvoir militaire et ainsi, le contraire de la Démocratie, en d’autres mots, le refus de respecter aucune règle sauf celle de la recherche de la suprématie wasp par tous les moyens, l’histoire en étant clairement garant.

    Qui n’a pas entendu la plus larbine des phrases, celle qui dit : ‘On reconnaît la justesse d’un régime par la façon dont il traite sa minorité linguistique !’. Que dire alors du cadna-da et de son traitement envers les minorités francophones, cela malgré des Droits inscrits dans sa ‘constipation’ ? Que dire de la valeur de la majorité numérique comme règle de base sinon qu’elle est bafouée au profit de la minorité. Ouao ! Jackpot !!!

    On s’est fait voler le dernier référendum et depuis, le cadna-da tout entier fait tout pour nous minimiser numériquement, sans oublier le travail dégueulasse des larbins francophones, sans oublier le travail pervers pendant neuf ans d’un pseudo québécois à Québec, le très odjeux faux-jeton ‘irl’inglish’ john-james charest. C’est ça la réalité.

    On aura beau être gentil, poli, et respectueux des Droits des anglos du Québec, il n’y a rien à faire, c’est l’intolérance envers les francophones qui ressort toujours, le refus systématique, incessant à la Pérennité pour le Peuple Québécois.

    Une langue est avant tout une façon d’être et la langue ‘inglish’ se parle entre les dents du devant de la bouche, du palais et enfin, du front du visage et alors, cette attitude porte à l’intolérance, à l’effronterie et au sentiment de supériorité sur tous les humains non-anglophones et par conséquent, au non-respect de rien d’autre que leur recherche de suprématie hégémonique pour laquelle tous les moyens à prendre sont bons, dans la plus grande hypocrisie.

    Il ne restera qu’un francophone dans tous le cadna-da réclamant ses Droits linguistiques constitutionnels que c’en sera un de trop.

    Un ‘bras’ en anglais se dit ARM, un mot emprunté du français signifiant arme, armée. Est-ce assez clair comme démonstration d’une manière d’être particulière !?!

    M. Lisée, je reconnais la beauté du geste dans vos efforts pour harmoniser le dynamisme montréalais mais, on ne peut que leur imposer la réalité, à eux de la minorité wasp à Montréal, une réalité qu’ils réfutent par tous les moyens. L’histoire nous montre très clairement qu’on n’a pas affaire à des démocrates, on a affaire à des envahisseurs, des conquérants issus des Viking normands, des descendants des barbares nordiques d’Europe.

    Ouh ! Ouh ! Ouh ! Ouao !! [Nous les Québécois, on se laisse dire et traiter de toutes les bassesses mais sur eux, il ne faudrait jamais rien dire, ces ''se pensant 'peurfect' ''.]

    Il n’y a qu’une solution et c’est la Souveraineté du Québec, là où ils pourront jouer un rôle majeur dans l’économie d’ici, dans le respect de la majorité francophone et de ses Droits à un avenir prospère, pérenne.

    Notez qu’il sera toujours nécessaire de les contenir, ces ‘Ouaizeurz’.

  2. Monsieur Lisée, vous avez raison de ne pas être d’accord quand Mme Cooper dit qu’elle n’est pas d’accord avec vous. Il y a plein de gens, même des Anglophones qui peuvent comprendre des mesures qui favorisent la prédominance de la langue française à Montréal. J’éspère que Madame Cooper ne devienne pas un stooge du Gazette. Excusez l’anglicisme, mais c’est le mot juste.

  3. M. Lisée, m’est avis que vous faites un excellent travail de communication avec la communauté anglophone. Vous envoyez les bons messages, martelez les bons arguments, frappez les bonnes cordes. Vous représentez également, auprès de nos anglos, les souverainistes, dont je suis, et je suis fier d’être représenté par vous, en qui je me reconnais, et dont l’image colle parfaitement à mes (nos) positions, valeurs, et conceptions de l’avenir.

    Pour peu qu’ils tendent l’oreille, le message portera, et ils apercevront la mains tendue. Je ne me fais cependant pas d’illusions : entre francos et anglos, on ne s’est jamais très bien écouté. La lettre de Mme Cooper tend à le confirmer. Heureusement, vous persévérez.

    Keep up the good work !

    Damien Biot-Pelletier

  4. Si ça continue comme ça la fin du fédéralisme risque de devenir un mythe tout comme la fin du monde! Distinguons bien l’opposition souverainiste-fédéraliste et gauche -droite. Un virage à droite s’est opéré depuis quelques années dans la plupart des médias du Québec. Et cette concentration de la presse en général n’aide en rien la gauche qui se trouve un peu tassée par ses grands consortiums qui défendent à fond le néolibéralisme. Par contre, il y a aussi dans ces médias quelques souverainistes mais encore là la plupart défendent une vision de droite. C’est le cas d’un Martineau et bien d’autres. Les souverainistes de droite ont bien sûr le droit d’exister mais parfois je met en doute leurs véritables convictions tellement cela semble conditionnel à une vision de droite. Je crois sincèrement que la souveraineté est la priorité numéro un qui devrait dépasser nos options de droite ou de gauche pour le moment. Cette division du vote souverainiste dans le genre: » je suis pour la souveraineté mais… »risque de la reporter aux calendes grecques!

  5. Encore beaucoup de naïvetés chez les francophones et beaucoup de fins de non recevoir chez les anglophones et ce sera ainsi tant et aussi longtemps que nous resterons une province. Les anglopphones assumeront mieux leur statut de minoritaire et nous, nous n’aurions plus besoin de faire autant de courbettes le jour où nous aurons notre propre pays.

Les commentaires sont fermés.