Fraude électorale ? Les raisons de l’inquiétude

Soyons clairs: le droit de vote est sacré et tous ceux qui ont le droit de voter doivent pouvoir le faire.

Soyons clairs: le passé électoral récent du Québec est jalonné de comportements immoraux et/ou illégaux des fédéralistes en période électorale.

Voici les éléments du dossier, qui alimentent une légitime suspicion. Par ordre chronologique, sur les 20 dernières années:

1. 1994-1995: La fabrique de citoyens

Dès l’élection du PQ en septembre 1994, l’appareil fédéral s’est accéléré pour délivrer un nombre record de certificats de citoyenneté: de 23 800 en 1993, le nombre a bondi à 40, 500 en 1994, puis à 43 850 en 1995, grimpant de 84% en deux ans.

Dans le mois précédant le vote, en octobre 1995, la bureaucratie fédérale a fait des miracles,  naturalisant 11 500 personnes en quatre semaines, un bond de 250% par rapport au mois précédent, de 300% par rapport au même mois de l’année précédente, de 440% par rapport au même mois de 1993.  Dans La Presse, en 1996, grâce à la loi d’accès à l’information et au recherchiste Ken Rubin, Chantal Hébert a mis au jour plusieurs notes de service fédérales internes qui témoignaient de l’effort « gigantesque », selon une de ses sources, mis en œuvre pour l’occasion.

Non content d’accélérer le traitement de demandes de naturalisations déjà déposées, Ottawa a ouvert la porte et fait franchir toutes les étapes à 3600 demandes nouvelles pendant le mois précédant la date finale d’inscription sur la liste électorale. Finalement, et c’est probablement la pièce à conviction la plus convaincante du caractère exceptionnel de l’événement : des fonctionnaires d’Immigration Canada furent obligés de travailler le samedi et le dimanche !

Une opération administrative ? Pas selon l’ancien directeur général du Parti libéral du Canada au Québec Benoît Corbeil : « Ce n’était pas difficile : plusieurs commissaires à l’immigration étaient liés au parti. »

2. 1995: Le vote illégal d’étudiants hors-Québec en 1995

De toutes les poursuites découlant du référendum de 1995, une seule s’est soldée par une condamnation : 58 étudiants non-résidents québécois de l’Université Bishop, à Lennoxville, ont été condamnés au printemps de 1998 pour avoir voté illégalement. Près de 400 ont été accusés. L’actuel premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard, Robert Ghiz, est parmi ceux qui ont voté. Il s’en est vanté.

3. 1995 et suivantes: L’illégalité et la destruction de preuve

Le Directeur général des élections a établi hors de tout doute que le camp du Non avait profité et disposé illégalement de sommes, provenant du fédéral, en 1995, s’élevant à 539 000 $. (Voir le rapport du DGE ici.)

Dans son livre sur Power Corporation, L’État Desmarais, Robin Philpot cite une source lui affirmant que 30 boîtes de documents sur le financement du camp du Non au référendum de 1995 ont été détruites.

4. 1997: Les enveloppes de cash circulant chez les Libéraux fédéraux

Marc-Yvan Côté: "Les enveloppes de cash étaient épaisses comme ça"

Marc-Yvan Côté: « Les enveloppes de cash étaient épaisses comme ça »

Le grand organisateur libéral et ancien ministre à Québec Marc-Yvan Côté a reconnu devant la commission  Gomery en 2005 qu’il avait reçu trois enveloppes contenant au total 120 000 dollars pour l’organisation électorale du Parti libéral du Canada en 1997, dans les 21 circonscriptions de l’Est du Québec qui étaient sous sa responsabilité. M. Côté dit avoir compté l’argent lui-même, avant de le remettre à des candidats libéraux, lors du lancement de la campagne à Shawinigan.

Détail amusant: Côté fut notamment ministre libéral du PLQ de la… réforme électorale !

5. 1998: Les votes achetés 10$ chacun dans Anjou pour le PLQ

La Cour supérieure a déclaré coupable un organisateur qui achetait pour 10$ chacun des votes allant au candidat libéral dans la circonscription d’Anjou lors de l’élection  de 1998.

Le PLQ a toujours plaidé l’ignorance d’une opération menée en faveur d’un de ses candidats (et fils d’un président du PLQ) même si le téléphone de l’organisateur reconnu coupable avait appelé 51 fois les locaux du PLQ pendant l’élection.

Il faut retenir de cet épisode, avéré, de fraude électorale en faveur du PLQ la nécessité d’importantes sommes d’argent comptant pour organiser la fraude. Or, des témoignages plus récents pointent dans la direction de sommes importantes dont on n’a toujours pas retrouvé la trace.

6. 1999: Le long refus du PLQ de réclamer l’identification des électeurs

Très longtemps, le PLQ s’est opposé mordicus à l’obligation, proposée par le Parti québécois, d’obliger les électeurs à s’identifier pour voter, en montrant soit un passeport, soit un permis de conduire ou une carte d’assurance-maladie. Leur opposition était totale dans l’année précédant le référendum de 1995.

Ce n’est qu’en 1999 qu’ils ont finalement cédé et permis au Québec de faire ce pas, pourtant essentiel pour la légitimité du processus électoral.

7. Jusqu’en 2012? : Un mystérieux montant de 428 000 $ introuvable au PLQ

La perquisition effectuée au quartier général du PLQ en juillet dernier — que Philippe Couillard a choisi de cacher au public pendant un mois — a mis l’UPAC sur une piste intéressante. Extrait de la nouvelle du 3 mars dernier de Radio-Canada à ce sujet:

Selon des documents rendus publics lundi, l’UPAC a saisi au siège social du PLQ à Montréal des éléments de preuve qui ont fait avancer leur enquête, amorcée en août 2012, sur un présumé système de financement illégal impliquant des entrepreneurs qui obtenaient des contrats en échange.

Les policiers auraient mis la main sur une série de courriels dans lesquels il était question d’activités de financement ainsi que d’échange d’enveloppes chez Schockbeton, une compagnie appartenant à Marc Bibeau.

De plus, ils ont trouvé une liste énumérant une vingtaine d’activités au cours desquelles plus de 700 000 $ ont été amassés. Une de ces activités a permis, à elle seule, de recueillir 428 000 $.

Après avoir consulté les rapports annuels du PLQ entre 2004 et 2012, Radio-Canada n’a trouvé aucune activité de financement ayant rapporté 428 000 $.

8. 2003 à 2008 et 20??: L’UPAC à la recherche de « plusieurs millions » illégaux au PLQ

Ce 428 000$ pourrait n’être que la pointe de l’iceberg. Des documents de cour révèlent que l’UPAC tente d’identifier un réseau de financement illégal au PLQ, selon cet article du Devoir de novembre dernier:

Selon nos sources, les enquêteurs s’intéressent à Violette Trépanier, une ex-ministre sous Robert Bourassa qui s’est occupée du financement du PLQ dans sa seconde carrière, et à Robert Parent, directeur général de la formation de 2003 à 2008. Les deux ont été rencontrés par les policiers.

Les libéraux ne sont pas au bout de leurs peines dans cette histoire. L’octroi des contrats est « le résultat […] d’un exercice d’influence », peut-on lire dans des documents lourdement caviardés. « Pour certains contrats, le processus d’octroi a été contrôlé », ajoute le document. L’enjeu est de « plusieurs millions ».

Des individus non identifiés auraient versé de l’argent comptant, dans des enveloppes, lors d’activités de financement du PLQ, dans l’espoir d’obtenir de lucratifs contrats en retour.

Les documents sont abondamment censurés afin de ne pas compromettre les enquêtes toujours en cours. « […] toute sorte de fuite dans ce dossier risquerait de compromettre l’intégrité de l’enquête », écrit le policier Côté, dans sa demande pour garder les mandats sous scellés.

Les mots ou bouts de phrases communiqués aux médias, sur décision judiciaire, sont assez explicites : « contrats », « système », « organisation », « exercice d’influence », « objectifs de financement », « ami […] possiblement favorisé»…

Au final, les cibles de l’enquête auraient commis six types d’infractions criminelles, non précisées. Dans des dossiers de ce genre, on peut facilement penser à fraude, complot, fabrication et usage de faux, contribution d’un entrepreneur à une caisse électorale, corruption de fonctionnaire.

9. Jusqu’en 20??: Une perquisition il y a 30 jours sur des allégations de financement électoral illégal

Il y a un moins à peine, l’UPAC a dépêché 50 policiers chez Marc-Yvan Côté et l’entreprise Roche où il travaille. Extrait de l’article du Soleil:

Ce jour-là, la cinquantaine de policiers de l’UPAC étaient sur place afin de rencontrer différents employés de la firme Roche et étaient aussi à la recherche de factures. Celles-ci auraient pu être utilisées dans le cadre d’un faux système de facturation visant à dégager des sommes d’argent liquide. Ces montants auraient pu être dépensés durant des élections, afin de financer illégalement la campagne de candidats.

Lors de sa comparution à la commission Charbonneau, au printemps 2013, l’ex-président au développement des affaires chez Roche, Gilles Cloutier, a expliqué comment il avait organisé une soixantaine d’élections clé en main alors qu’il était à l’emploi de la firme de génie, entre 1995 et 2005. Il devait toujours obtenir l’autorisation de Marc-Yvan Côté avant d’aller de l’avant pour la mise en place de ces élections clé en main.

Lors de son témoignage, il avait expliqué dans les moindres détails comment il parvenait à faire élire ces maires. Dans sa stratégie, le recours à l’argent comptant était vital, afin de contourner les règles mises en place par le Directeur général des élections du Québec (DGEQ).

Où est passé tout cet argent ? Mystère…

10. Dimanche 23 mars 2014: Conférence de presse de Philippe Couillard

« Journaliste : Êtes-vous à l’aise avec l’héritage de Jean Charest?

Couillard : Je suis à l’aise avec tout l’héritage du PLQ. »

Eh ben…

Bref,

Oui, nous avons des raisons d’être inquiets. De très bonnes raisons.



99 réflexions au sujet de « Fraude électorale ? Les raisons de l’inquiétude »

  1. Ping : Dossier QS | Fraude électorale ? Les raisons de l’inquiétude

  2. Mes chers amis patriotes,
    En tant qu’ancien membre du PQ, (j’ai décroché après la défaite du référendum en 1980 alors que j’étais bénévole au Comité central du OUI rue St-Denis à Montréal, c’est là que j’ai vu que le PQ était infiltré par nos adversaires) mais il était trop tard.
    René Lévesque aussi l’a découvert avec Morin.
    Sûrement pire depuis.
    Personnellement, je n’ai jamais cru que la dernière chef du PQ voulait l’indépendance du Québec. Sachant ce qui se passe au niveau international, (non pas ce que fabule la sioniste société d’État Radio-Canada), je penche davantage du côté de la fraude électorale en ce qui concerne les résultats des dernières élections québécoises.

    Jamais je ne croirai les québécois aussi absurdes pour remettre en place la « corruption libérale» au pouvoir. Mes amis, jetez donc un coup d’œil sur ce dont est capable les Sionistes copains de Harper à travers le monde et au Québec!
    Québec qui va à contre courant du Nouvel Ordre Mondial qui s’installe ?
    Non, les québécois ne sont pas aussi cons, mais juste endormis. Pas morts, endormis, par TOUS les partis.

  3. Un vrai torchon cet article, le PQ est aussi croche que les autres. La seule vrai raison d’être inquiet c’est que nous ne pouvons faire confiance a aucun des partis au Québec, tous des crosseurs.

  4. C’est clair et net., les fédéraux ne veulent pas que le Québec se sépare, cela leurs mettrais des bâtons dans les roues dans leurs but ultime qui est l’union économique tenu secret entre le Mexique, les États-unis et le Canada, cela aura pour effet de priorisé les grande multinationales au détriment de la population qui en souffrira énormément. (voir l’agenda des Bilderbergs).
    Toute ces magouilles de multinationales sont maintenu cachés tel que le TPP pour n’en citer qu’un seul. L’occultisme de ces groupes tentaculaires principalement dirigés vers un nouvel ordre mondial doit être stoppé. Tous nos droits et libertés sont en jeux.
    Le seul parti politique en Amérique pouvant encore se tenir debout face au sinistre plan des conservateurs de Harper (Bilderberg) est le parti Québécois, notre indépendance est notre seule option afin de contrer les plans sinistre de ces trop puissant groupes occulte.
    Il est évident que les Fédéraux aident les Libéraux par tous les moyens possible, soit; financement cachés, pots de vin, contrôle des médias, votes illégaux, corruption et contrôle occulte sous toute ses formes.
    Nous savons qui ils sont et ce qu’ils font, seulement souvent trop tard, les preuves n’en finissent plus de s’accumuler a propos du fait que les Libéraux sont totalement corrompus, on a juste a regarder en Ontario pour constater que les Libéraux au pouvoir en Ontario sont totalement corrompus, pourquoi cela serait-il différent au Québec, aucune confiance est possible envers les Libéraux qui gambadent main dans la main avec les affreux conservateurs, qui eux sont en train de détruire le Canada en le vendant au plus offrant sans égard envers l’environnement, le peuple, la démocratie, etc, etc…
    Ce combat est un combat entre le bien et le mal; Libéraux fédéraliste = mal, parti Québécois pour le peuple Québécois = bien.
    Sur ce je félicite Mme. Marois pour son grand courage, son intégrité et sa vision d’avenir pour un Québec libre de l’oppression canadienne corrompu qui opère au Québec par les Libéraux tout également corrompus. Le Québec nous appartiens et n’est pas a vendre, ses richesses sont a nous tous Québécois et Québécoises, un Québec fort et libre est possible, tenons nous ensemble et votons pour le bon parti.

  5. J’appuie à 100% le commentaire de François B 23/03/2014 17hres 27min!

    Malheureusement, côté marquetting le PQ n’est pas fort!

    Réveillez-vous, placez des orateurs qui ont du charisme à l’avant plan.
    Des gens qui vont enlever cette damnée peur qui afflige les Québécois!

  6. Le PQ ne mène pas une mauvaise campagne électorale.

    Il est bon d’avoir une approche stratégique rationnelle.

    Mais l’engouement pour le PQ nécessite de l’ÉMOTION. Il y a là un terreau inexploité. Mme. Marois devrait « toucher » l’auditoire plutôt que jouer la matamore que rien n’ébranle. Pari risqué: il ne faut pas tomber dans la victimisation et paraître caricatural; juste ce qu’il faut: « J’ai travaillé fort pour le Québec auquel j’ai consacré les 40 dernières années de ma vie… Je n’ai pas fait une autre carrière… J’ai vécu auprès des Québécois, parmi eux… ». (Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire me direz-vous… Mais « Déterminée » disiez-vous? En face, ils le sont et ne reculent devant rien. Demandez de l’aide à Desgagné au besoin…). Couillard ne pourra s’aventurer sur ce terrain-là et il risque de paniquer et devenir odieux… Une opportunité peut-être? Sinon ben, on se reparle dans 4 ans mais ça serait plate…

  7. Des étudiants sont prêts à tricher pour nous mettre en échec. Ce n’est que la pointe de l’iceberg. Comme disait Chrétien, à la guerre tous les moyens sont bons. Pendant ce temps « nous » pratiquons la division en notre sein CAQ-QS-ON et PQ.
    Au Canada il y 24 millions d’électeurs fédéralistes. Ils se serrent les coudes contre les aspirations du Québec.
    Au Québec, près de 6 millions d’électeurs. Le bloc immuable fédéraliste PLQ représente 1,4 millions en 2012. Les seuls gains qu’ils peuvent encore faire c’est en magouillant pour grossir leurs rangs. Ça s’appelle du vote stratégique!
    « Nous » sommes passés maîtres dans l’art de la division CAQ 1,2 millions, QS 263 000, ON 82 000, Parti vert autres 83 000. Ces votes réunis représenteraient une force pour notre avenir. Avons-nous fini de nous saborder, bandes de caves?

    • C’est l’impression que l’on peut avoir, c’est dommage que la réalité soit telle. A ce jour personne de sérieux n’a vraiment mis en place un programme d’éducation des « masses » sur ce qu’est un pays et comment les élus doivent s’appuyer sur tous les citoyens(es) pour administrer la « CHOSE PUBLIQUE ». Les québécois(ses) ne sont pas politisés et la plupart iront voter sans connaître le réel pouvoir qu’ils ont.
      Les syndicat ont faillient à éduquer les ouvriers en même temps qu’ils travaillaient à améliorer leur condition de vie. Les politiciens ont aussi passé à côté d’un de leur devoir premier de faire participer le citoyen à la gestion de l’ÉTAT. Ils se sont repliés sur les petits pouvoirs et continuent de tirer sur la couverte chacun de leur côté. Pendant ce temps il ne se passe rien de constructif et le PAYS s’amenuise de jour en jour.
      Quand je pense à toute les bonnes idées, inventions, créations qui circulent parmi notre petit peuple et que l’on encensent à travers la Planète, que je trouve toute cette campagne électorale triste à mourir.
      Il faut mettre fin à tous les partis politiques. Il faut que la compétence des candidats soit scrutée à la loupe (avant la mise en candidature), il faut que le citoyen ait vraiment un choix entre des personnes qualifiées qui veulent travailler pour la collectivité et non pas pour un chef qui est à la solde de…, le seul à parler et qui récite ce qu’une équipe fantôme lui dicte de dire. Pauvre de nous.
      Je suis syndicaliste, souverainiste, honnête citoyen et l’ermitage me guette.

    • Vous savez les partis surtout chez le P.Q. ont des saboteur dormant qui au moment opportun sabote de l’intérieur (agent de la grc)ou sorte du parti pour le détruire tel François legault le soit disant souverainiste a mort .

  8. Eh ben… bref.. comme vous dites…
    Il aurait équitable de terminer votre analyse en citant les propos du DGE qui confirme qu’il n’y a pas de vol de votes de la part du ROC tel que dénoncé par vous et vos collègues. Permettez-moi de voir en tout respect que vous êtes biaisé cher Monsieur Lisé. Dommage car vous êtes intelligeant.

  9. )Mon commentaire précédent est rendue sans objet par le fait qu’il était fondé sur certaines exagérations rapportés dans les médias, maintenant prouvées fausses.)

    Puis, à la fin de la journée, il n’y avait pas foule d’électeurs étudiants étrangers, aucune augmentation des demandes d’inscription dans quatre des cinq circonscriptions cité, une augmentation minime (56 personnes) dans l’autre, et aucune tentative de «voler» l’élection.

    Si quelqu’un vole l’élection, ce sont ceux qui conseille des ministres à agir comme des animaux apeurés. Quelle sera la prochaine, M. Lisée, de votre parti, autrefois si fier? Allez-vous accuser vos adversaires d’être des pédophiles?

  10. Ça fait depuis les années 1800 que ça dure, en passant par Durham, le haut Canada, et l’Acte d’Union jusqu’à aujourd’hui, ça serait bien que plus de québécois puissent connaître l’histoire de notre peuple, les tueries, la pendaison, les vols, l’oppression subit,….on est encore à ce jour, le seul peuple des Amériques qui s’est fait empêché par les anglais de crée la constitution d’un état indépendant et réussir l’émancipation sur le plan politique… non mais les québécois finiront t’ils par comprendre???

  11. Vous avez oublié un cas similaire au cas actuel.
    Voici un texte que j’ai posté sur la page FB du PQ

    VOTE DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS

    Je trouve que le DGEQ traite bien à la légère l’inscription des étudiants ontariens sur la liste électorale et mon parti se contente de bien peu… Le DGEQ réfute les soupçons de fraude en invoquant le nombre de demandes d’ajout à la liste électorale qui serait similaire à l’élection de 2012. Le nombre n’a aucun rapport. La seule question importante est l’éligibilité des demandeurs. Pour pouvoir voter, il faut être citoyen canadien, habiter au Québec depuis au moins 6 mois et avoir élu domicile au Québec. La question du domicile est ici la plus importante. Les étudiants qui habitent temporairement un endroit ne peuvent aucunement prétendre y être domicilié.

    Il y a un précédent extrêmement important: la destitution du député libéral Robert Thérien qui avait orchestré une fraude électorale en 1994 dans le comté de Bertrand. Thérien a été destitué par le tribunal car il s’était inscrit et avait voté dans le comté de Bertrand sans y avoir élu domicile. L’organisation du député libéral avait aussi incité un grand nombre d’électeurs anglophones de Montréal qui avaient un chalet dans le comté de Bertrand à s’y inscrire. Cela était évidemment illégal.
    Pourquoi le tribunal accorde-t-il de l’importance à la notion de domicile alors que le DGEQ n’en parle pas? Est-ce de l’incompétence ou de la paresse? Et pourquoi notre parti se contente de l’explication du DGEQ?

  12. À tous ceux qui trouvent « normal » que des étudiants de l’exterieur du Québec viennent voter alors qu’ils n’ont même pas l’intention de s’établir ici, juste vous citer les conditions pour voter:
    En effet, la preuve de domicile est tout d’abord une question de droit qui se manifeste par une intention. Cette intention se traduit par des faits matériels, soit des gestes et des comportements concrets d’une personne. Le domicile est donc le lieu où sont associés des gestes ou des «états» importants de la vie civile d’une personne.

    En d’autres termes, le domicile est l’endroit qu’une personne considère comme son principal établissement, qu’elle donne en référence pour l’exercice de ses droits civils et qu’elle indique publiquement comme étant son domicile.
    http://monvote.qc.ca/fr/edv_conditions.asp
    Moi en tout cas j’irai pas voter aux élections ontariennes par respect pour leur processus démocratique… PS on es pas en fucking élections référendaires arrêtez de vous laisser manipuler par le gros couillon ça fait des siècles que les fédérastes nous remplissent l’esprit de leur paranoïa hyper maniaque avant d’aller en referendum faudrait peut être premdre le temps d’y penser et en parler pour savoir ce que ça sera non? Pis juste demême dans un référendum c’est le peuple qui choisit son avenir alors que l’autre il a dit (puis il s’est contredit puis il a redit et phlip et flop et rephlip et reflop) qu’il avait l’intention de signer la constitution (date à l’appui: 2017) sans le cautionnement de la population alors qu’est ce qui est le pire là dedans nous donner le choix ou nous l’imposer?

  13. Fini l’ère de se comporter comme des innocents !
    Mme Marois, vous et ceux qui composent notre « Nous » , … avez agit en être conscientisés et vigilants. C’est rassurant.
    Les derniers kilomètres sont toujours les plus difficiles. La noirceur la plus épaisse se situe toujours juste avant l’aube… Courage pour les kilomètres restants… Nous sommes avec vous, dans le plus grand des respect de vos efforts
    Bernadette Martin

  14. Bonsoir M.Lisée,
    J’espère que votre campagne électorale se passe bien,
    J’aimerais partager avec vous une observation quant au mode de votation..
    La semaine dernière, j’ai assisté à une formation donnée par la directrice de scrutin de Rosemont afin de travailler le jour du vote comme secrétaire. L’une des directives émise concernant les bulletins de votes devant être annulés m’a complètement choquée!! La voici : Si l’électeur inscrit son vote à l’encre sur son bulletin de vote, il doit être automatiquement annulé!!! J’ai moi-même voté à l’encre bleue à plusieurs élections, toujours pour le Parti québécois! Bonne continuation cher député de Rosemont!

  15. Ce que j’espère c’est que de plus en plus de Québécois se rendent compte que nous les nationaliste souverainistes avons beaucoup d’adversaires et que beaucoup d’entre eux ne sont pas très regardants en ce qui concerne les moyens à prendre pour tenter de nous empêcher de nous émanciper.

    Comme on le constate depuis quelques jours, même des étudiants et des étudiantes sont prêts à tricher pour parvenir à leur but. Evidemment l’exemple vient de haut. Le sens civique et le sens moral des gens dans certains milieux sont déplorables.

    Il faut que nous tous qui voulons nous prendre en main comme peuple et qui en avons assez de tant de tromperies, fassions bloc et votions pour le Parti québécois le 7 avril prochain. C’est une question de fierté.

    Il faut mettre fin à ce que ce soit nos adversaires qui nous imposent leur volonté.

    Soyons fiers et affirmons-nous. Il faut que notre histoire continue.

    N’en avez-vous pas assez de faire rire de nous?

    On en est rendu au point ou même le journal LE DEVOIR est devenu un adversaire. Ils semblent ne plus accepter les moindres critiques de la part de ses lecteurs.

    La plupart des commentaires que je leur fais parvenir sont refusés sans je sache très bien pourquoi.

    Je pense être pourtant un modéré et il semble que ce soit le cas, d’après ce qu’on me dit.

  16. Le passé nébuleux de Philippe Couillard et son association en affaires avec le Dr. Porter justifie une attention de tous les instants

    • M. Couillard et les paradis fiscaux d’autrefois sur l’île de Jersey entre L’Angleterre et la France (inscrite sur la liste noir des paradis fiscaux)…En ce 26 mars ,nous apprenons ceci: que ce dernier transigeait autrefois avec des sommes de 600,000 $ dans ce paradis fiscale durant huit ans. Grâce à L’enquêteur journaliste M. Alain Gravel.(RDI); nous apprenons que ce neurochirurgien cherchait à payé moins d’impôts dans la belle province, qu’il veut aujourd’hui devenir le premier ministre…Il y a des squelettes qui commencent à démontrer l’orientation qu’il avait en devenant un ami de pêche avec Le M.Porter. Plus ça change, plus c’est pareil. Pauvre Québec ! Saviez-vous, que le Québec avait une dette nette à long terme qui représentait 18% du PIB en 1984,aujourd’hui trente ans plus tard, l’endettement polarise les 50,5% de notre PIB Québéçois. On se dirige direct vers le mur du non retour…Réveillons-nous, bon Dieu !

  17. à ceux qui ne voient pas de problème dans le fait que des citoyens du canada peuvent voter impunément au québec sans être de vrais résidents… WOW!!!!

    ils veulent nous faire croire qu’ils pourraient demeurer au québec après leurs études! WOW!!! facile à dire impossible à vérifier

    aux souverainistes, qui souhaitent plus de moralité dans le vote, plus de vigueur dans la défense des intérêts du québec, peut-être serait-il temps de faire autre chose que de s’indigner sur un blogue… peut-être serait-il temps de sortir dans « la rue » et participer activement à l’élection d’un parti qui vous représente…

    ou sont-ils tous ces gens, élites de la culture québécoise? ou se terrent-ils? ont-ils vraiment appris à se taire pour éviter la critique?

    et quand pkp se lève pour affirmer sa fierté et participer au processus démocratique, pourquoi tous ces bien-pensants crient-ils à la démagogie?

  18. Vole du référendum de 1995

    Quelques chiffres troublants relatifs au référendum de 1995…
    Entre l’élection de 1994 et le référendum de 1995, soit en l’espace d’une année, le nombre d’électeurs en droit de voter a crû de 2,73 %.
    Pour fins de comparaison, entre l’élection de 2007 et de 2008, même laps de temps d’une année, l’augmentation de votant a été de 1.92 % et entre le référendum de 1980 et l’élection de l’année suivante (1981) l’augmentation avait été de 0,95 %.
    Il faut en conclure que les listes électorales ont étrangement gonflé entre 1994 et 1995.
    Les électeurs hors Québec sont passés de 3 086 qu’ils étaient lors du référendum sur l’accord de Charlottetown en 1992 à 14 818 lors du référendum de 1995, soit deux ans plus tard ! Alors que le résultat pour l’ensemble du Québec a été de près de 50-50, ces électeurs hors Québec ont voté Non dans une proportion de 78 % contre 22 % pour le Oui.
    Comment ne pas conclure de tout ça que le référendum de 1995 fut volé par une campagne d’inscriptions massives ?

  19. « Pour pouvoir s’inscrire sur la liste électorale afin de voter le 7 avril, il faut :

    être âgé de 18 ans ou plus; être de citoyenneté canadienne; être domicilié au Québec depuis six mois. »

    Rien de spécial concernant les étudiants venant des autre province. La loi est mal fait, mais c’est la loi…

  20. Je sais ce que signifie le blanchiment d’argent, mais avec les tentatives actuelles de Couillard et cie pour nous faire avaler que des membres du PLQ voulaient une commission d’enquête, j’ignorais qu’on pouvait faire aussi du blanchiment de Libéraux !

  21. J’ai été bénévole pour le Bloc Québécois au CHSLD Jean de la Lande (comté de Mercier/Gilles Duceppe) dans l’est du Plateau. Plusieurs (dizaines) jeunes étudiants anglophones (ontariens ou québécois) arrivaient avec leur bail pour s’inscrire le jour même du vote et on les inscrivait. J’ai dénoncé cette situation au représentant du parti et au dge au téléphone mais personne n’a bougé. Ils ont tous voté. Deux copies de bail coûtent 2$ chez Jean-Coutu. Faire un bail ne demande pas beaucoup d’imagination et semble faire passer des causes. Aucun Club Vidéo n’accepterait un bail comme preuve de résidence. Au fédéral, ils ont tous voté et ce qui se passe présentement au dge ressemblent étrangement a un film déjà joué.

  22. Merci pour vos rappels. Il est certain qu’il est important de revenir à notre mémoire collective, puisqu’il est facile d’oublier. Restons vigilants et aux aguets, et prenons les bonnes décisions au jour de la votation!!!!!

  23. En réponse à un de vos interlocuteur, oui tous les excellents candidats du PQ devraient s’exprimer dans la campagne nationale afin de prêter main forte à Mme Marois. Parler de vos réalisations en 18 mois de mandat et de vos projets et il y en a plein, contrairement aux libéraux qui sont un copier/coller de l’ère Charest. On entend ces temps-ci que les libéraux et l’épouvantail du référendum, un radotage perpétuel, que l’on est plus capable d’entendre! Cette élection est cruciale pour un mandat majoritaire du Parti Québécois.

    Il faut reprendre le contrôle de l’agenda électoral, même si les difficultés que vous rencontrez nous semblent insurmontables : manipulation du vote par les fédéralistes (encore), les anglophones d’ici et du ROC et les allophones et par les médias.

    On a tellement l’impression qu’on a perdu le contrôle. On peux-tu décider par nous mêmes de notre avenir et de cette élection et ce de façon démocratique? On s’est fait voler notre pays et là on va se faire voler une élection? Inadmissible.

    Le chemin est semé d’embûches, mais gardons courage et élisons un gouvernement du Parti Québécois majoritaire. Sortez, faites un blitz, envahissez l’espace médiatique. Nous sommes derrière vous!

  24. Il est fort possible qu’ils n’aient rien fait d’illégal, jusqu’à preuve du contraire s’ il y a lieu, mais on peut très bien concevoir qu’un certain nombre d’étudiants (et d’étudiantes) étrangers, militants ou sympathisants du NPD, comme ils s’en trouvent plusieurs paraît-il à McGill et à Concordia, aient pris conscience tout d’un coup qu’ils pourraient peut-être tenter de s’inscrire sur la liste électorale dans l’espoir de faire élire certains ou certaines de leurs frères et de leurs sœurs de Québec solidaire. Et ils se sont mis à se le dire les uns aux autres.

    C’est que Québec solidaire pense pouvoir faire élire deux ou trois députés de plus cette année. C’est du moins ce qu’ a dit Khadir la semaine dernière, c’est-à-dire pendant la période des inscriptions.

    Et ils sont bien silencieux tout à coup. A ma connaissance, ils n’ ont encore rien dit sur les révélations du week-end. Est-ce par hasard? Qui sait.

    Ils en sont bien capables les sympathisants de Québec solidaire quand on connaît le zèle avec lequel ils essayent de défendre leurs positions.
    Convaincus d’être les seuls à avoir raison ils se démènent comme des croyants membres d’une secte religieuse, surtout depuis que Péladeau a été choisi comme candidat du Parti québécois.

    Ce n’est pas une certitude mais je pense qu’il vaut la peine d’explorer cette hypothèse pour expliquer le fait que des étudiants et des étudiantes étrangères se soient fait inscrire sur la liste électorale ou aient tenté de le faire.

  25. Correctif: dans mon commentaire, veuillez lire plutôt « fosse aux lions » et non pas « fausse aux lions ». (C’est pas drôle, vieillir)

  26. Vous avez raison M. Lisée de nous rappeler qu’il faut que nous soyons vigilents. Si on ajoute à ce que vous soulevez le passé nébuleux de P. Couillard c’est inquiétant.
    Ainsi on apprenait récemment que le 28 mai 2009 Philippe Couillard et Arthur Porter accèdent au C.A. de la société minière Canadian Royalties active dans le NORD du Québec. Le Plan Nord Plus ça vous dit quelque chose?
    Salutations amicales.
    Marcel Côté

  27. Bonjour M. Lisée

    Parmi les quelques uns que je trouve ayant du discernement dans le PQ, vous en faite parti.

    Mon simple but est de vous avertir sur une chose de risquée, c’est de jouer à la victime avant d’avoir des preuves sérieuses, soutenus par tous, sur les irrégularités. C’est vraiment important de trouver la raisons des différents avec le DGE, qui lui ne trouve aucune différence par rapport à 2012.

    Merci

    Nicolas Tremblay

  28. Le virage du PQ vers la droite continue … d’abord il était PKP et maintenant il est la suppression de l’électeur de style Parti républicain des États-Unis.
    Non pas que nous devrions être surpris. Le taux de rejet de vote de 12% du circomscription Chomedey dans le Référendum de 1995 ne s’est pas produit par accident …

    Quelle est la prochaine? Peut-être que les récents résultats des élections municipales en France offrent un indice? http://www.frontnational.com

  29. Ca fait six mois que vous écoeurez le peuple avec votre charte de la discrimination, et tout d’un coup vous vous offusquez que ca fasse sortir un vote antipathique a cette idée? M Lisée vous etes plus bright que ca…respirez par le nez, écoutez « Notre Home » une couple de fois, laissez votre blogue un peu et allez faire du porte a porte dans Rosemont, écoutez les gens…

  30. Le PQ doit apprendre de ses erreurs et de ses échecs !
    À quand une « carte d’électeur » réclamée depuis des années ?
    À quand des « observateurs internationaux » lors des élections et des référendums , pour démontrer que le beau Canada n’est pas aussi démocratique qu’il le prétend ?
    À quand la « prolongation du délai à 3 ans » pour avoir le droit de voter? Ce serait normal que des gens venant vivre ici, aient le temps de s’imprégner de notre culture politique, avant de voter et d’influencer les résultats dans un sens ou dans l’autre. Je n’ai jamais compris en 1995 que des asiatiques fraîchement naturalisés aient pu voter au référendum, sans pouvoir parler ni français, ni anglais. Comment ont-ils pu comprendre le contenu et la portée des débats sur les enjeux référendaires? Ils se présentaient au local du directeur du scrutin avec dans une main leur papier de tout nouveau citoyen et dans l’autre un papier où était inscrit en grosses lettres :  » NO « ! On a raccourci la durée de la campagne à une trentaine de jours, mais on a plus le temps d’envoyer des enquêteurs sur place pour vérifier toutes les nouvelles inscriptions ! On va s’en faire passer une petite vite !
    Pour rappel à vos lecteurs : 75 000$ / an durant 10 ans en complément de salaire à Jean Charest en provenance du PLQ. Quelle belle indépendance du Premier ministre de tous les Québécois subventionné par son Parti, le PLQ ! La culture de corruption des maires LIBÉRAUX comme Gérald Tremblay à Montréal, Gilles Vaillancourt à Laval et Marcotte à Mascouche ! Les scandale des garderies et la démission de Tony Tomassi ! Le scandale des commandites à Ottawa. Le dépassement de plusieurs millions de $ par le fédéral des dépenses permises lors du référendum de 1995 (lire « Un référendum volé ! » Les extra et les dépassements de 20% à 140% par le régime Charest dans les contrats gouvernementaux accordés aux petits amis libéraux (selon un rapport de SÉCOR). Tous ces milliards de $ remis aux petits amis LIBÉRAUX qui ont fait augmenter la dette québécoise de plus de 50 G$ en 9 ans ! Le gouffre du stade olympique sous Bourassa ! Voilà la culture libérale ! Et j’en oublie des vertes et des pas mûres !!!

  31. Votre première responsabilité en tant que membre du gouvernement devrait consister à tout faire pour que les gens reprennent confiance envers leurs institutions et je ne crois pas qu’il est responsable de votre part de remettre en doute notre processus démocratique à deux semaines des elections. Vous avez eu 18 mois pour prendre connaissances des lois, pour vérifier si celles-ci étaient acceptable ou non!

    Le Directeur général des élections est indépendant. Le directeur général des élections a émis un communiqué rassurant qui dément les rumeurs que vous propagez. Êtes-vous en train d’affirmer que vous ne croyez pas le DGQ?

  32. Lorsque je lis que sous le gouvernement du Parti Québécois dans le passé, il y a aussi eu de la corruption… sûrement, comme sous de nombreux gouvernements démocratiques sur la planète, il y a des individus qui n’hésitent pas à prendre des enveloppes… mais c’est de niveau… artisanal.
    Alors que les Libéraux ont réussi à faire monter cela au niveau « industriel », où c’était la norme.

  33. Les québécois ne sont pas dupes, ils ne vont pas redonner le pouvoir et le contrôle de la cagnotte publique à 18 ministres de Jean Charest, 18 mois après la fin d’un régime de neuf ans considéré par plusieurs comme le plus corrompu de l’histoire du Québec et avant même que la commission Charbonneau n’ait fait la lumière sur leur responsabilité dans ces malversations. Il faut les garder au cachot des punitions, au moins pour un autre mandat.

  34. Votre cartésianisme fait partie des vérités essentielles à livrer. Ces vérités, à l’heure d’une campagne électorale en tsunami, permettent d’introduire ce qu’on voudrait oublier…sinon faire oublier. Merci à vous pour la diffusion de ces mémoires archivées.

  35. Votre histoire sélective d’allégations du passé ne vaut même pas un commentaire.

    Ce qui est intéressant à noter est que, au Québec, il y a une loi électorale, dont le premier article définit qui est un électeur. Les personnes embauchées comme agents de révision par le Directeur général des élections sont habilités à demander les documents nécessaires pour confirmer l’admissibilité d’une personne.

    Si ces gens ne font pas leur travail adéquatement et il y a des cas spécifiques d’inscriptions frauduleuses, déposer une plainte formelle à la DGE. Si vous n’aimez pas les critères d’admissibilité, déposez un amendement à la prochaine Assemblée nationale.

    Parce qu’un démographique particulier peut ne pas avoir exercé leur droit de vote dans le passé ne diminue pas leur le droit de l’exercer maintenant, même si ce n’est pas à votre goût.

    S’il y avait des doutes après la Charte, il devient plus clair à chaque jour que nous avons notre propre Tea Party.

  36. Voyant la qualité de l’argumentation des opposants qui manifestent ici, voire vomissent, leur hargne, y compris cet individu qui n’ose même pas se rabaisser à, ou n’a pas la civilité (ou la capacité) de dire un seul mot en français, même un « bonjour » au début de son message, je suis bien contente de prime abord de n’avoir point ces gens dans notre camp et de n’avoir pas à les côtoyer en dehors de leur service commandé pendant les campagnes électorales.

    Mais consolez-vous, hargneux mercenaires incapables de regarder les faits avec objectivité, vos mentors ou menteurs, eux, baignent dans pis, la manipulation (et en preuve ils réussissent bien avec vous) et dans la projection (à chaque événement politique depuis 1970), pour éviter de parler de leur propre bilan et projet possible, dont on ne sait rien sauf qu’il fut ou furent par le passé coloré(s) de cachotteries et de magouilles.
    Quand vous parlez des « vraies affaires » j’ entend « vos » vraies affaires, pas celles de notre peuple. J’ entend aussi « la vrai corruption », normalisée, comme dans les 10 ans du gouvernement Charest.

    Cela dit, je vous dis néanmoins « bienvenue » si comme, avec les autochtones, plein d’irlandais, écossais, allemands, italiens, français, africains , asiatiques, sud américains etc, anglais aussi, vous voulez comme tous ces gens-là depuis 400 ans créer une société nouvelle et juste qui au lieu de disqualifier les aborigènes anciens ou nouveaux décident avec eux et non contre eux de créer un avenir meilleur, sain, juste, de démocratie circulaire, et harmonieux.

    L’envahisseur aura toujours sur vous du pouvoir ou n’en aura pas, selon votre décision de soit lui donner de l’importance et de vous agenouiller, soit de rester debout et de le considérer comme un égal. La vraie démocratie commence là, et s’exerce ensuite avec intelligence, sans hargne.

    Cela revient à dire qu’au lieu de continuer à faire de la merde pour plaire à vos manipulateurs ou pour toute autre raison, vous êtes invités à travailler avec intelligence à votre avenir et celui de vos descendants.

  37. Votre discours est clair et précis. Merci d’apporter plus de lumière afin de mieux
    voir les corridors mal éclairés. Il est temps que la vérité soit libérée. Merci
    M. Lisée. Question: Pourquoi un étudiant étranger ou hors province a-t-il
    le droit de voter? Un étudiant n’est pas nécessairement un résident permanent.

    Bien à vous.

  38. C’est vrai, on doit s’inquiéter des comportements illégaux et immoraux. C’est pour quoi le PQ devrait s’abstenir d’utiliser des fonds publics pour promouvoir une souveraineté dont 60% des québécois ne veulent rien savoir. C’est aussi pourquoi le gouvernement péquiste qui prônait des élections à date fixe quand les libéraux étaient au pouvoir aurait dut faire preuve d’honnêteté et respecter la dite lois, normalement on ne suit pas les règles qu’on a réclamées seulement si ça fait notre affaire.
    Quel grossier manque de respect de la démocratie!

  39. La réaction du DGE à ces faits de l’inscription frauduleuse d’étudiants anglos des autres provinces n’est pas satisfaisante lorsqu’il affirme qu’il n’y a pas en 2014, de volume différent de demandes que celui observé en 2014. Il faut davantage d’analyse selon moi.
    Pourrait-on mettre dans l’analyse le fait que les élections municipales ont permisla révision des listes électorales au Québec en Octobre 2013. Ainsi, il devrait y avoir beaucoup moins de demandes d’inscription sur la liste électorale. Comparer le pourcentage de modifications de la liste de 2012 à celui de 2014, sans tenir compte de la révision récente de la liste en octobre 2013, c’est vite fait. Le DGE doit fournir d’avantage d’information.

    Il y a un fait nouveau à prendre en considération également. En 2012, l’élection a eu lieu en septembre au début de l’année scolaire. Donc les nouveaux étudiants anglos des autres provinces n’avaient pas six mois de résidence au Québec. Cette élection a lieu presque 8 mois après le début de l’année scolaire, donc il y a prétention de leur part d’être résidents du Québec.

  40. Je ne sais pas pourquoi tant honnêtes citoyens ont tant à redire sur ce phénomène?On sait bien que parmi les partis principaux, par 1000 votes, il va peut-être en avoir 2 qui iront au PQ par erreur, 1 à la CAQ par pitié, hélas 1 au QS (ces rêveurs en couleur), 1 au Verts (pas toujours si vert »ueux »), 0 à ON. Tant qu’au reste è qui profiteront-ils pensez-vous?

  41. Le règlement P6 ne vous dérange pas, mais un trop grands nombres d’électeurs qui vous ont défavorable oui? Je ne crois pas qu’en tant que ministre responsable de la métrople vous pouvez vraiment donner des leçons de démocratie.

    Vous êtes pour la démocratie seulement lorsque ça fait votre affaire.

    Puis si vous êtes insastifait des règles pourquoi n’avez-vous pas travaillé à les améliorer losrque vous êtiez au pouvoir?

  42. « Mme Marois n’a pas davantage commenté le rapport remis en 2006 par l’avocat Jean Moisan qui blâmait notamment le PQ pour avoir fermé les yeux sur des dons en argent faits de façon illégale par l’entremise de prête-noms » Journal de Montréal, 23 mars 2014

    Eh ben…. : )

  43. et ceci ….sur CBC……..■Montreal students told they can’t vote in Quebec election

    In the riding of Saint–Henri–Sainte–Anne the president of the board of revisors, Roger Rivard, admits he’s turned dozens of them away.

    « Our decision is quite important because if we enter someone who is not eligible to vote, he’s on the list forever and we have no right to take him off, » said Rivard.

    Rivard said he prefers to play it safe than to make a mistake

    http://www.cbc.ca/news/canada/montreal/pq-worried-election-will-be-decided-by-people-from-the-rest-of-canada-1.2583307

  44. Pour le Parti Libéral la tricherie électorale, la collusion et la corruption c’est rien, c’est le passé. On voit bien que ce parti n’a rien appris de la Commission Charbonneuse. DÉGUEULASSE.

  45. Le bon sens de Benoit Aubin:

    En effet! De quelle sorte de démocratie parle-t-on quand des gens qui rencontrent les conditions – avoir 18 ans, être citoyen canadien et résider au Québec depuis six mois – se voient accusés de «voler l’élection » – deux semaines avant le vote! – et que ces accusations viennent, non pas de voyous de l’internet, mais de ministres du gouvernement sortant?

    Les propos de Mme Marois et de M. St-Arnaud avalisent, à mots couverts, la notion de l’inégalité des Québécois – qu’il y a plusieurs niveaux de québécitude chez les électeurs – et que des étudiants résidant à Montréal, mais nés ailleurs au Canada – ont moins de droits que d’autres, parce qu’ils sont moins québécois que d’autres. Et que, donc, leur intérêt à s’inscrire sur une liste électorale est suspect, et, donc, le signe d’un complot. Et que, donc, l’élection du 7 avril a déjà été volée.

    Cela est, à mes yeux, inadmissible, de la part d’élus.

    http://bit.ly/1dEFPfA

  46. Merci pour votre réponse.

    Vous avez manqué à mentionner que le DGE a abandonné à demander à la Cour Suprême la permission d’appel … pourquoi ça?

    En tout cas, c’est forte probable que les accusés ses ont parjurés, peut être pour protéger ceux qui ont organisé la fraude.

    Et toutefois vous ignorez la question de mme Malavoy …

  47. Je me souviens tres bien qu’en 1995, des milliers de votes etaient rejete dans les circonscriptions appuyant le « non », y compris mon circonscription de N-d-G, ou le taux de rejete etait 5%.

    C’est fort possible que mon propre vote pour le « non » etait vole dans le referendum de 1995.

    • Vous avez volé le référendum au complet. Alors votre vote dans NDG !!!

  48. C’est le « jour de la marmotte » de 1995.
    Quand allez-vous réagir?? Il le faut et au plus vite. N’attendez pas qu’il soit trop tard! J’espère qu’on pourra forcer le nouveau gouvernement, peu importe lequel, à faire la lumière après les élections. Il faudra passer les votes à la LOUPE pour s’assurer que le résultat des élections est démocratique. Moi, je mettrais le dossier entre les mains de Yves Michaud!!! Lui, il ne va pas lésiner.

  49. Il y a eu 86 501 bulletins de vote rejetté en plus de l’avance des 54 288 dans le camps du NON. Ca fait plus 140 789 votes qui n’ont pas voté pour le OUI, donc avec vos quelques étudiants et quelques milliers d’immmigrant n’y changerait absolument rien au résultat.

    Au lieu de focusser sur ce que le PQ (avec M Lisé comme conseillé special de M. Bouchard) aurrait du faire il est plus simple de trouver un coupable et de blamer les autres.

  50. Personnel à M. Lisée: NE PAS PUBLIER!
    Puisque le PQ est en chute libre, il serait peut-être temps que je tienne la conférence que je désire faire depuis le mois de septembre 2013.
    Je ne voulais pas la faire parce que je ne voulais pas influencer les résultats vers le bas. Puisque M. Péladeau, que je crois un bon libéral, a levé le poing pour affirmer qu’il était séparatiste et que M. Couillard profite grandement de cette ineptie, je crois que ma conférence pourrait justement mettre M. Couillard dans l’eau chaude et informer les Québécois des exactions faites par le Canada envers le Québec.
    Que ce soit au point de vue « péréquation », vol de 13 milliards de dollars, de Mirabel, de Mégantic, du Labrador, de la pêche et de l’auto-suffisance alimentaire, de la surimposition des dividendes pour 650 000 Québécois, la population n’est pas informée pas plus qu’elle ne l’est sur le tripotage des votes.
    M. Lisée, j’ai envoyé deux messages à tous les ex-députés qui avaient un courriel, je n’ai pas eu de réponse. Dois-je prendre ma décision seul?

  51. La peur envahit le camp péquiste : on les comprend ! De « la cage aux homards » à la « Charte des valeurs », même stratégie révélant le profond mépris pour l’ensemble des québécois qui disent non, – non pas à la souveraineté du Québec comme projet légitime d’un peuple,- mais NON à ce parti dont la vision rétrécissante est de faire un pays CONTRE ce pays, le Canada, dont nous sommes un des peuples fondateurs !
    Pour ceux et celles qui prendront le temps de lire la décision de la Cour suprême du Canada sur le rejet de la nomination du juge Nadon à ladite Cour, vous verrez comment est inscrit profondément chez la plus haute instance juridique canadienne la reconnaissance irrévocable du Québec comme Nation et Société distincte. Monsieur Harper, grand stratège conservateur vient de voir sa stratégie mise à nue et contrée de façon décisive !
    Ne paniquez pas, péquistes et malgré tout citoyens du Canada : le peuple du Québec celui que vous aimez traiter de « colonisé » , va vous renvoyer dans l’opposition parce vous ne gouvernez pas comme on vous le demande. Vous avez d’excellents ministres.qui mériteraient de continuer à gérer les Affaires de l’État mais ils sont noyés dans une idéologie pernicieuse qui les condamne à ne pas s’occuper des vraies affaires.

  52. Tout cela est franchement désolant , ce qui me rends encore plus cynique est que de convaincre un électeur à la fois comme vs le faites ne sera pas suffisant devant cette super machine bien huilée de la corruption libérale. Je crois que seul une enquête du DGE suivi d’accusations formelles auprès de la SQ et ce avant le 7 avril ( ce qui n’arrivera pas ) serait la voie à suivre pour réveiller l’opinion public. Après, il sera trop tard.
    Je suis aussi désolé de voir autant d’excellents candidats au PQ se voir muselé le droit de parole…vs devriez tous ,chaque candidat ministrable être devant les médias à tous les jours en train de vanter vos accomplissements et de parler des projets à venir… Ou êtes-vous ?on ns vs entends pas.
    Par exemple, ce projet d’électrifier les trsprt est grandiose et porteur de réussite économique …comment se fait-il que personne en vante les mérites ? Ou sont les orateurs doués du PQ pour compenser le manque de charisme de Mme Marois ! Les gens veulent du changement parcequ’ils recherchent des solutions positives et on n’entends pas ça de la bouche du PQ…présentement.
    M.Lisée , je vous ai tjrs considéré comme un fin stratège , alors sortez de votre mutisme ainsi que tous les autres ministrables sinon taisez-vous à jamais et oublions le PQ …nous voulons des visionnaires qui sachent partager leur vision par leur qualité d’orateur exceptionnelle et pas justes de bons gestionnaires !
    Bonne chance ds ce dernier droit !

  53. M.Lisée,
    Il ne faut plus parler seulement de la magouille de J.J.Charest, mais d’une magouille généralisée de tout ce qui est Libéral fédéral et provincial. Lorsque l’on sait qui décide ou influence la nomination des chefs des partis Libéraux du pays, on ne s’étonne pas de la mise à jour de cette nouvelle atteinte de droits démocratiques.
    C’est l’argent qui parle et seulement l’argent. Tous les mensonges sont permis. Chaque fois que Couillard ouvre la bouche ça sent le mensonge ou le détournement de la réalité. Comme disait l’un des intervenants il faut brasser cette marmite jusqu’à en faire sortir la Vérité. Vous êtes encore le gouvernement du Québec et des décisions peuvent être prises pour stopper cette mascarade.
    On fait peur au monde avec un possible référendum alors qu’avec le sourire (Charest ou Couillard) disent que le Québec pourrait très bien être rentable en dehors du Canada. C’est qui les clows dans cette histoire???
    IL NOUS FAUT UN PAYS AU PLUS COUPANT

  54. Je suis à l’emploi de Citoyenneté et Immigration Canada à Ottawa depuis 2001 et, sans cacher mes intentions, j’y travaille entre autres pour veiller aux intérêts de la francophonie, du Québec et de sa culture dans la fédération canadienne. Laissez-moi vous dire à quel point cela est difficile parfois. Les cultures y sont multiples. Sur la colline et ses environs, cela ressemble souvent à une fausse aux lions, faisant ici un clin d’oeil à l’auteur Jean Chrétien. On y trouve d’ailleurs beaucoup de gens qui n’aiment pas l’hiver et ses sports. Que font-ils alors au Canada?

  55. Je ne comprends pas les ethniques ils n’ont pas le droit de votée ? Ils sont québécois comme toi et moi la !!!! Si ils ont le droit de votée alors leur vote et égal à une vote « pur laine » ok la .

  56. Référendum du 30 octobre 1995
    13 mai 1996

    Québec, le 13 mai 1996 — Le Directeur général des élections du Québec, monsieur Pierre-F. Côté, c.r., dévoile les résultats de son enquête sur les bulletins de vote rejetés lors du référendum du 30 octobre 1995 dans un rapport rendu public aujourd’hui. À partir des éléments de preuves recueillis lors de l’enquête, le Directeur général des élections tire essentiellement deux conclusions.

    D’une part, ni l’enquête effectuée par le Directeur général des élections auprès de 210 personnes ayant exercé des fonctions à divers niveaux lors du référendum du 30 octobre 1995, ni l’analyse des bulletins de vote examinés par l’honorable Alan B. Gold dans 34 circonscriptions ni les résultats des analyses statistiques effectuées ne permettent d’établir qu’il y aurait eu complot au niveau provincial par le Comité national du OUI dans le but de favoriser son option.

    D’autre part, le Directeur général des élections constate plutôt que le haut taux de rejet des bulletins de vote dans Chomedey et Marguerite-Bourgeoys s’explique par des initiatives personnelles de deux délégués officiels du Comité national pour le OUI qui ont pu influencer certains scrutateurs dans l’exercice de leurs fonctions. En conséquence, 29 scrutateurs seront poursuivis parce qu’ils auraient, de manière frauduleuse, agi à l’encontre de la loi et 2 délégués officiels parce qu’ils auraient aidé ou incité les scrutateurs à agir de la sorte.

    On se rappellera que l’objet de l’enquête n’était pas de confirmer ou d’infirmer les résultats du référendum, mais plutôt de déterminer si des infractions à la Loi sur la consultation populaire du Québec avaient été commises ou non.

    UN RAPPEL DES FAITS

    Le 2 novembre, le Directeur général des élections recevait une demande du Comité des Québécoises et des Québécois pour le NON pour qu’il prenne les mesures nécessaires afin que soient préservés les bulletins de vote des circonscriptions de Chomedey, Marguerite-Bourgeoys et Laurier-Dorion.

    Le 6 novembre 1995, date de la plainte officielle du président du Comité des Québécoises et des Québécois pour le NON, monsieur Daniel Johnson, le Directeur général des élections annonçait qu’il entreprenait une enquête. La plainte de monsieur Johnson faisait état d’irrégularités survenues le soir du référendum du 30 octobre 1995 relativement à l’acceptation ou au rejet de bulletins de vote dans certains bureaux de vote des circonscriptions de Chomedey, Marguerite-Bourgeoys et Laurier-Dorion.

    Le 17 novembre 1995, le Directeur général des élections recevait également une plainte concernant la circonscription de Notre-Dame-de-Grâce.

    L’ENVERGURE DE L’ENQUÊTE

    La tenue de l’enquête a nécessité l’utilisation des services de quatre enquêteurs qui ont rencontré 210 personnes. Quatre personnes ont refusé de rencontrer les enquêteurs. Parmi les personnes rencontrées, on compte des scrutateurs, des secrétaires de bureaux de vote, des représentants, des préposés à l’information et au maintien de l’ordre et des délégués officiels du Comité national du OUI.

    Les entrevues avec ces personnes ont amené le Directeur général des élections à prendre une mesure exceptionnelle jamais utilisée jusqu’à maintenant, soit l’ouverture des urnes et l’examen des bulletins de vote. Cette mesure avait pour but de permettre de faire toute la lumière sur la question des bulletins rejetés.

    Pour garantir l’intégrité du processus d’examen des bulletins de vote, le Directeur général des élections a fait appel à l’honorable Alan B. Gold, ancien juge en chef de la Cour provinciale et de la Cour supérieure du Québec. Au total, les bulletins de vote de 290 bureaux de vote ont été examinés, répartis dans 34 circonscriptions électorales différentes. Cet examen a duré 11 jours, soit du 21 février au 1er mars, le 14 mars et le 18 avril 1996.

    En sus de l’examen des bulletins de vote des 178 bureaux de vote dans les circonscriptions de Chomedey, Marguerite-Bourgeoys, Laurier-Dorion et Notre-Dame-de-Grâce, le Directeur général des élections a examiné les bulletins de vote de 112 bureaux de vote répartis dans 30 autres circonscriptions électorales. Les circonscriptions électorales et les bureaux de vote visés par l’enquête se retrouvent à l’annexe V du rapport.

    RÉSULTATS DE L’ENQUÊTE

    Des poursuites seront donc prises contre 31 personnes qui auraient agi à l’encontre de la loi. Cependant, « notre enquête a démontré qu’il n’y a pas eu machination ou complot aux plus hauts échelons du Comité national du OUI, que les événements répréhensibles ne se sont produits que dans 4 circonscriptions sur 125 et qu’ils concernent deux délégués officiels et 29 scrutateurs sur un total de 22 341 dans l’ensemble du Québec.

    Le Directeur général des élections déplore plus que quiconque la perte des droits de vote qui en a résulté, mais il est en mesure d’affirmer que les causes de ces événements n’ont aucunement affecté l’état général et la qualité de la démocratie dans son ensemble dans la province de Québec.

    Si les bulletins de vote annulés erronément ou frauduleusement avaient pu changer le résultat du référendum, la Loi sur la consultation populaire prévoit un mécanisme de recomptage qui aurait corrigé la situation, à la demande d’une partie.

    Il est du devoir du Directeur général des élections de rassurer les électeurs et d’informer ceux qui ont pu s’inquiéter en dehors du Québec. L’intégrité de la démocratie n’est pas et n’a jamais été en danger en raison des bulletins abusivement rejetés, quoique l’incident soit des plus regrettables et qu’il ne faille surtout pas en minimiser l’importance, ne serait-ce que pour éviter qu’il ne se reproduise. »

    Catégories : Provincial, Référendum 1995

  57. Le référendum fut volé par les votes ethniques…

    Comme notre bourgeoisie s’est exclamée devant la honte d’un Jacques Parizeau qui disait la vérité au lendemain du référendum de 1995, on essaie aujourd’hui de voler les élections pour empêcher la tenue d’un quatrième référendum (1980, Charlottetown et 1995), car mieux informés les Québécois risquent enfin d’être assez fiers pour se dire oui dans un futur référendum. Évidemment, puisque le système ne peut plus mentir sans qu’on apporte la preuve de leur mensonge, il faut empêcher la tenue du prochain référendum.

    En 1980, le NON l’a emporté parce qu’un certain P-E Trudeau a menti aux gens en disant qu’il mettait en jeu ses sièges pour apporter des changements constitutionnels, mais une fois le référendum gagné, il a plutôt mis les Québécois dans la cage à homard fédéraste.

    Nous avons gagné le référendum pancanadien de Charlottetown parce qu’une madame Willemny (je ne suis pas certain de l’orthographe du nom) a rendu publique la trahison de Robert Bourassa qui s’apprêtait à nous vendre pour un plat de lentilles. Bourassa et les libéraux avaient promis un référendum si Meech échouait. S’il avait tenu parole, on serait indépendant depuis au moins 1994. Donc, on aurait encaissé plus de 40 milliards en sortant de la fédération canadienne. Ce surplus représente combien on gagnerait dans un calcul réel, car il n’y a pas que la péréquation dans le calcul.

    Le fédéral gagne en mentant ou en volant. En 1995, deux juges du Nouveau-Brunswick furent nommés pour assermenter des immigrants (près de 55,000 soit le nombre qui a donné la victoire aux fédérastes). Incroyable! On s’est servi de juges pour voler le référendum. Et après, on a mieux volé comme nous l’ont prouvé les commandites.

    À cette époque, les fédérastes ont aussi méprisé la loi en organisant des activités illégales.

    Ça n’a pas changé depuis. Sauf que maintenant on ajoute la religion pour dominer encore plus.

    Ainsi, ceux qui ont décrié M. Parizeau manipulaient l’opinion publique pour marquer la mainmise fédéraste sur le Québec.

    On aime ça se faire avoir au Québec, car on revit la même chose contre un référendum appréhendé… ça me rappelle la révolution appréhendée de 1970, les mesures de guerre et la partition que les libéraux voulaient imposer si le OUI l’avait emporté. Dion et Chrétin prônaient d’une certaine manière la guerre civile pour empêcher le Québec de devenir un pays…

  58. J’ai eu la visite d’un enquêteur du DGE du Québec cette semaine. J’espère que le voile se lèvera sur les multiples petites magouilles qui rassemblées se transforment en une grosse magouille qui maintient en place des individus pendant des dizaines d’années. Hé oui! le DGE enquête aussi à Saguenay.

  59. Ok la relax mes amis. Vous voulez me dire que le PQ est pure et sans aucune deals. SVP il y avez des irrégularité pendant le référendum aussi chez le PQ. Et n’oublier pas mme. Malavois la elle a vote illégalement .

  60. Pour l’inscription, solution simple. Carte d’électeur + pièce identité + facture avec nom et adresse venant d’une grande institution (les deux Revenus, Hydro, Gaz-métro, téléphone, banque, taxe municipale, etc.) ou certificat sur l’honneur du ou de la propriétaire pour locataires.

  61. Rassurez-nous Monsieur Lisée et dites-nous que le Parti Québéçois ne laissera pas passer ça! Quitte à annuler l’élection s’il le faut !!! Les libéraux vendent notre pays à l’encan depuis des décennies!

  62. Euh … si on veut parler des votes volés, faut parler aussi des scrutins du « Non » rejetés par des ouvriers électorales Péquistes au Laval en 1995.

    Et au niveau des votes illégales, voir Marie Malavoy, récemment une ministre Péquiste qui a voté dans le référendum de 1980 sans être citoyenne.

    • Je suis content que vous le mentionniez. Des accusations furent portées par le DGE à ce sujet, mais furent rejetés en première, deuxième et troisième instance par trois niveaux de juges, dont des juges nommés par Ottawa. De plus, le DGE a nommé le juge Allan B. Gold pour faire enquête et il a conclu qu’il n’y avait eu aucune volonté de fraude de la part du camp du Oui. On attend toujours que le gouvernement fédéral nomme quelqu’un pour enquêter sur le camp du Non.

  63. Suis nouveau ici, je n’aime pas la tendance actuelle pour le PQ et cette histoire d’inscriptions. J’interviens par une parole de plus.

    Des étudiants ontariens qui viennent s’inscrire qui vivent dans des appartements fournis par les universités non domiciliés au Québec. Qui en plus veulent s’inscrire dans des comptés éloignés de l’Ouest de Montréal comme Sherbrooke et Sainte Marie St-Jacques. Voici le centre de l’affaire quoique probablement pas éclairci.

    Les responsables des commissions doivent agir et vérifier les inscriptions de manière adéquate. Carte d’assurance maladie, facture d’Hydro Québec.

    Les libéraux s’accommodent de tout dans le circuit électoral comme de faire voter les personnes de plus de 65 ans la main dans la main. Les médias dominants n’y verront que du feu. M.Lisée, il faut agir, le PQ ne doit pas laisser faire.

  64. Les étrangers qui viennent étudier au Québec parce que le coût des études est plus abordable ont-ils vraiment à cœur l’avenir du Québec ?

  65. M. LIsée puis-je vous poser deux questions ? C’est qui la député PQ qui a voté sans la nationalité canadienne et qui fût obligée de démissionner ?

    Vous auriez-pu l’écrire aussi pour faire une portrait objectif… pis c’est vrai aussi à qui appartient le reste des 40% de PKP ?

    C’est vrai le PQ ne répond plus aux questions , sinon il se contredit. Un chef d’état qui ne répond pas, n’est pas digne.

    Merci

  66. Dear Minister Lisée,

    I understand that you, just like any other responsible citizens, are concerned about voter fraud. However, when you list all the suspicious cases of voter frauds in the last 20 years, I can not help notice that you miss particularly major case.

    How about all the frauds that your own colleague, Minister Marie Malavoy committed? All that you wrote about the Liberal Party are allegations. Ms. Malavoy’s actions are proven. Why do you not make any comment on that?

    • The UPAC investigations are not completed on recent PLQ suspicions. But other cases are not allegations. Voter fraud at Bishop and in Anjou, and illegal No funding in 1995 were all cases judged and settled by judges.

  67. Oui, on se l’est fait voler ce référendum de 1995. Il suffisait d’empêcher deux électeurs favorables au « oui » de voter ou d’acheter 2 électeurs par section de vote afin qu’ils votent pour le « non ». Le calcul est simple: 125 comtés x 200 sections de vote x 2 =50,000. Exactement le nombre de personnes qui ont permis au « non » de l’emporter. Quels furent les intermédiaires de ce petit jeu ? La mafia ? Les libéraux fédéraux ? Les tenants du « non » ? À vous de le découvrir.

  68. Ces anglophones et ces allophones nous aiment beaucoup comme ils l’ont démontré lors du love-in mais ils ne sont pas prêt a nous accorder aucun statut de nation distincte et se permettre de venir fausser les résultats de notre élection comme ils l’ont fait au référendum … Avec des amis comme cela , nous n’avons pas besoin d’ennemis ….

  69. Et ce qui est encore plus dommage pour les « Québecois de souche » c’est qu’ils se laissent « voler » et « déposséder »……sans réagir…..sans penser…..sans réfléchir profondément…..Je suis FIÈRE d’être QUÉBECOISE! ……MOI……je me SOUVIENS………………………………………..!!!

  70. Écoutez Mr Lisée ,
    Tous nous savons que les libéraux sont dans la magouille, malgré l’élection clé en mains de Coderre où personne n’a levé le petit doigt pour dénoncer encore des pratiques douteuses et où les médias fédés. se font les meilleurs complices pour noyer les actes criminels de ces gens.
    Nous ne sommes pas loin d’une république de bananes. Présentement se déroule sous nos yeux des pratiques plus que douteuses et on dirait que plusieurs s’en accommode. Si c’est cela la démocratie et bien croyez moi on est pas sorti du bois.
    Pourquoi cet incapacité à intervenir avec plus de fermeté. De l’extérieur on dirait que même le DGe fait post-it.
    Lors du débat lorsque Couillard a mentionné le 40% des médias appartenent à PKP, pourquoi Me Marois n’a pas saisi l’occasion pour demandé à qui appartenait le reste!?????
    Le peuple est ben tanné, tanné, tanné!

  71. J’ai voté libéral, lorsque René Lévesque en a été ministre. Mais lorsque les collecteurs de fonds ont fait pression sur Lesage pour tasser Lévesque, ce fut la fin définitive de mon support à ce parti devenu corrompu en si peu de temps.

    J’ai travaillé sur la Cote-Nord, Port-Cartier et Baie-Trinité, où le ministre de la PITOUNE, venait acheter le bois des bucherons, bois qui allait pourrir le long de la 138, Baie-Comeau-Sept-Îles..

  72. Le droit de vote est sacré .Nous devons voter et respecter cette opportunité sans aucune contrainte et être dans la légalité des lois .merci M, Lisée de vos remarques concernant les possible fraude électorale dans le passé.

  73. Comment les étudiants anglophones originaires des autres provinces viennent titiller notre démocratie au Québec. Quelques centaines de vote peuvent faire toute une différence dans un comté.

    Notre démocratie est en danger de manipulation.

    Et ce n’est pas de la paranoia .

    Il est clair qu’il y a une passoire dans la loi électorale qui fait qu’un étudiant anglophone d’une autre province qui étudie dans une université anglophone ou un cégep à Montréal, qui a 18 ans, qui est citoyen canadien et qui réside au Québec depuis six mois pourrait, se faire inscrire comme électeur. La définition de résidence est importante. Le six mois aussi.

    Si une élection avait lieu entre août et janvier, il y aurait moins de nouveaux étudiants anglophones canadiens susceptibles de vouloir se faire inscrire, à cause des six mois de résidence au Québec.

    On voit comment on peut venir frauder l’élection de députés du PQ. Surtout, si on considère que ces demandes se retrouvent concentrées majoritairement dans cinq comtés de Montréal.

    Non seulement ces étudiants anglophones des autres provinces viennent bénéficier de la qualité des programmes, du coût des études moindre au Québec, mais utilisent nos outils démocratiques pour en quelque sorte abuser de la population.
    Et pense qu’une petite bourse d’études bien ploguée aide à faire inscrire sur une liste électorale.
    Bourse d’études fournie par une source secrète, hors du Québec, originaire de l’Arabie Saoudite, par exemple.

    Que la colère s’installe et les enquêtes aussi.

    Changement à la loi est pertinent, mais ça peut pas se faire avant. C’est la vigilance des représentants du PQ sur les comités de révision qui est importante… à condition que les comités comprennent un représentant du PQ, ce qui n’est pas toujours les cas, car, le directeur du scrutin nommé pour 10 ans peut être d’obédience libérale. C’est lui qui nomme le président du comité de révision de la liste électorale et les deux autres membres sont nommés chacun par les deux partis qui ont obtenus le plus de votes lors de la dernière élection. Alors, le jeu se passe là, avec plus ou moins d’enquête, plus ou moins de libéralité dans l’interprétation pour inscrire un nouvel électeur

    Il faut que la loi électorale soit précisée.

    Voici un scénario de manipulation d’un référendum très alléchant et plausible.

    Imagine qu’un référendum, comme en Écosse, est planifié un an d’avance.

    Imagine, tout à coup, un flot de chômeurs et islamistes canadiens anglophones des autres provinces qui viennent s’installer au Québec, sept mois à l’avance pour se qualifier comme électeurs, grâce à des fonds fédéraux, des fonds islamiques du Qatar et de l’Arabie Saoudite, des fonds de caisses occultes. Aucun financement apparent qui viendrait à l’encontre de la loi sur le financement. La migration interprovinciale n’est pas contrôlée et l’invasion peut se faire en douce.

    Cette armée se met en marche, harcèle, contamine, propulse le débat contre le Québec.
    5 à 10 000 votes font toute une différence. Ces travailleurs de l’ombre contre le Oui lors d’un référendum occupent des emplois bidon et sont répartis sur le territoire de Montréal, Laval, rive-sud.

    Imagine un budget par honnête travailleur de 30 000 $. Et 10 000 envahisseurs. Un maîgre budget de 300 millions pour voler un pays, ce sont des peanuts de zoo.

  74. Ce qui me laisse songeuse, c’est que Philippe Couillard, en réponse à une question d’un journaliste ce matin, disait ne pas s’inquiéter du processus démocratique et comprenait parfaitement les gens de l’extérieur du Québec d’être interpellés par la question référendaire et le vote. Donc, en ne questionnant pas la légitimité, il cautionne la tentative de malversation.

    You ouuuu, Mme David dite ‘la pure’ ou êtes vous.

  75. Les enveloppes brunes c est pour s offrir les medias
    de bons billets si c est pas un autocar tva avamt la campagne officielle de charest
    Ou donner a des electeurs en dernier moyen recours

  76. J’ai toujours eu le sentiment que ce référendum nous avait été volé, je me demande même si on n’a pas détruit des boites qui auraient favorisé le camp du oui! Les libéraux et la corruption pour moi plus ça change plus c’est pareil. P. Couillard n’est surement pas blanc comme neige, il a baigné la dedans également comme Charest.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *