La diplomatie, internet, et l’Empire britannique

La nouvelle entente Canada-Royaune Uni, selon Aislin de la Gazette.

J’ai réagi ce mercredi à la décision du gouvernement canadien de choisir systématiquement de partager des locaux diplomatiques avec le Royaume-Uni.

Vous trouverez un fidèle compte-rendu de mes propos dans cette dépêche d’Alexandre Robillard de la Presse Canadienne, mais en voici les principaux extraits:

«Dans le contexte de la remonarchisation de l’identité canadienne, que M. Harper est en train de faire, ça a des relents de retour à l’Empire britannique», a-t-il dit.

M. Lisée n’est pas opposé à l’idée du partage d’ambassades pour diminuer les coûts des représentations, mais le choix de la Grande-Bretagne comme partenaire s’ajoute à une «accumulation de signaux».

«Si ce n’était pas dans ce contexte-là, je trouverais simplement que c’est une entente de bonne gestion des finances publiques au moment où on repense la façon de faire la diplomatie internationale à l’ère d’Internet, a-t-il dit. Mais parce que c’est dans ce contexte-là, c’est plus irritant.»

Loin de voir là un recul de la souveraineté du Canada à l’étranger, M. Lisée a affirmé son respect pour la diplomatie canadienne. Le ministre a d’ailleurs affirmé qu’il n’était pas nécessaire d’avoir des immeubles dans chaque pays, ajoutant que ce ne serait pas le cas d’un Québec souverain.

«On peut avoir des locaux conjoints et ça se fait déjà assez souvent, un pays en représente un autre dans un endroit où on a décidé de ne pas être présent, a-t-il dit. Ici, ce qui est particulier, c’est que c’est systématiquement avec les Britanniques.»

Bref, il n’est pas dit que le Québec souverain n’aurait pas des locaux conjoints avec les Britanniques, avec les Français, les Suisses et, pourquoi pas, les Canadiens !



5 réflexions au sujet de « La diplomatie, internet, et l’Empire britannique »

  1. J’espère que ce partenariat offrira à nos diplomates anglo-canadiens l’occasion d’apprendre enfin une langue seconde: …le British!

  2. Stephen Harper donne à penser que le Rocanada ne peut assumer seul le legs de la colonie Kwibek par la Grande-Bretagne en 1981 lors du rapatriement du BNAA (British North America Act).

  3. Harper est une condition gagnante pour la souveraineté du Québec.Il vient encore de nous le prouver.

  4. Une psychanalyse serait la bienvenue pour M. Harper. A-t-il tant manqué d’images de père et de mère dans son enfance. Pour se tourner vers Papa USA et maman Grande Bretagne en vieillissant?

  5. Bien d’accord avec vous, Harper veut nous rappeler que nous sommes sujets Britanniques à chaque fois qu’il a une chance de le faire et diminuer notre identité en coupant dans le culturel québécois et bien d’autres choses. Ils faut les avoir à l’oeil constamment ces conservateurs né du Reform Party.

Les commentaires sont fermés.