La faute de français de Philippe Couillard

Vous l’avez vu, non ?, l’extraordinaire message Facebook envoyé par la ministre libérale Francine Charbonneau à sa collègue démissionnaire Marguerite Blais. Sinon, le voici:

Source: Journal de Montréal

Source: Journal de Montréal

On ne sait s’il faut rire ou pleurer. Je choisis les deux. À cette lecture, j’ai craint pour l’avenir politique de la ministre, d’autant qu’elle est récidiviste (elle avait re-Twitté en mars une image intitulée ’’Martine étudit sans faire chier le Québec’’). Mais je me suis souvenu de l’intransigeance de Philippe Couillard sur la qualité du français.

Ce printemps à l’assemblée nationale, il avait à mot couvert accusé Stéphane Bédard de s’exprimer dans un français imparfait:

Dans la même période, il s’est lui-même lui-même pris en flagrant délit de commettre une faute:

Être à cheval sur la qualité du français est d’autant plus important pour Phillippe Couillard, car il s’interdit par ailleurs de faire avancer le français dans les moyennes entreprises ou dans les 10% des entreprises québécoises non couvertes par la loi 101 car soumises à la législation fédérale :

Bref, je m’attendais à ce que notre chantre de la rectitude linguistique tombe comme une tonne de brique sur sa ministre. Or voici ce qu’il a dit:

«Il ne faut pas être condescendant ou paternaliste. On n’a pas tous eu les mêmes occasions de se perfectionner et d’avoir une orthographe idéale.»

Wow ! Quelle mansuétude !

Et il faut savoir que le premier ministre défend ainsi une ministre de la famille qui a créé un incroyable précédent en février dernier: toutes les associations de garderies, CPE et privées, ont réclamé sa tête.

Il vaut la peine de relire la dépêche de Radio-Canada:

Le milieu des garderies fait front commun pour exiger la tête de la ministre de la Famille, Francine Charbonneau, jugée inapte à occuper ses fonctions.

Dans un geste rare, l’Association des CPE et l’Association des garderies privées ont mis de côté leurs rivalités, mercredi, pour demander instamment au premier ministre Philippe Couillard de remplacer Mme Charbonneau, une ministre qui a perdu la confiance du milieu.

En conférence de presse, les porte-parole des regroupements de garderies ont émis un jugement très dur sur la ministre. On lui reproche de ne pas connaître ses dossiers, de ne jamais les avoir consultés, en somme de ne pas être à la hauteur de la situation.

Surtout, on l’accuse de ne jamais avoir défendu les intérêts du réseau et des familles auprès du gouvernement, notamment en ce qui a trait à la modulation annoncée des frais de garde en fonction du revenu des parents, une mesure fort contestée.

Le désaveu semble total et définitif.

La question a rebondi en chambre, où le député du Parti québécois Stéphane Bédard a interpellé le gouvernement à ce sujet. « Les gens du milieu n’ont plus confiance en leur ministre [de la Famille], a martelé M. Bédard. Elle ne rappelle même plus ceux qui lui téléphonent. Elle dit qu’elle va les rencontrer, mais elle ne leur parle même plus, M. le président. Les ponts sont coupés avec elle et son ministère. »

Même l’ex-ministre de la famille, condamné depuis pour fraude, Tony Tomassi n’avait pas réussi à se faire détester autant par le milieu des garderies.

Facteur aggravant: Mme Charbonneau est aussi ministre responsable des aînés. Cependant elle ne répond presque jamais, en chambre, aux questions portant sur les aînés. C’est Gaétan Barrette ou un autre ministre qui prend le relais, comme si les collègues de la ministre savaient qu’il ne faut pas lui laisser la parole.

Or il y avait, dans la députation libérale, un ex-ministre des aînés, compétente et disponible et — qui plus est — maîtrisant le français: Marguerite Blais.

En excusant sa ministre qui fait pourtant des fautes à la vitesse d’une mitraillette, Philippe Couillard indique à Marguerite et au Québec entier qu’il est plus important pour lui de maintenir en poste une ministre incompétente que de défendre correctement les enfants en garderie, les aînés et la qualité du français.

Et ça, c’est une faute.

 



20 réflexions au sujet de « La faute de français de Philippe Couillard »

  1. En effet je trouve ça insultant qu’une ministre ne soit pas capable de maîtriser le français mieux que ça. Comme ancienne professeure de cégep je vous dis tous de suite qu’elle aurait perdu tous ses points pour l’orthographe…

  2. Pour les fédés, le problème de la langue, c’est bien connu, c’est le bien parlé. Que le français soit en recul non seulement à Montréal et ailleurs dans la province, exemple : Gatineau, c’est pas un problème. L’important pour eux se sont les accords, les liaisons parfaites, tout en fait pour faire oublier l’essentiel qui est la survie de notre langue et de notre patrimoine. Et le peuple de souscrire à cette manoeuvre dilatoire. Désespérant.

  3. Il faut croire que les préoccupations du Ministre Couillard quant à la qualité du français de la Ministre Francine Charbonneau se reflète sur l’importance des ressources humaines allouées à l’Office Québécois de la langue française. Cela prendra plus d’un an à régler une infraction à l’article 51 de la Chartre de la langue française avec photos à l’appui de produits dont les informations sur l’emballage sont rédigées strictement en anglais. Ca ne nécessite pas une analyse approfondie de cet article de Loi pour constater que les instructions sont uniquement en anglais…mais attendons. J’ai exprimé mon souhait qu’il n’y ait pas rupture de stocks avant que l’OQLF se décide à contacter le dit commerçant.

  4. Monsieur Lisée,
    C’est à pleurer! Ne vous posez pas cette question.
    Elle est ministre et ministre des aînés »
    Parmi ceux-ci, ceux qui ont eu la chance d’aller à l’école la plupart écrivent sans doute beaucoup mieux qu’elle .
    C’est pitoyable!, le pire c’est qu’ elle ne semble pas s’en rendre compte. Quand on doute de l »orthographe d’un mot on va voir dans le dictionnaire ou la grammaire.,
    En écrivant le mot orthographe il revient à ma mémoire une note écrite par la prof. de ma fille en haut de la page d’une de ses dictées, : » Surveille ton « ORTOGRAPHE. ce n’est pas une anecdote croyez-moi. Cela se passait dans les années 80 dans une école privée.
    : »

  5. Tres déçu de cette décision de notre PM , Mme Marguerite Blais était qualifie pour garde son poste avec le respect et l importance quelle a envers nos aîné.Pour ma part et c est personnelle, quand tu es rendu avec un poste aussi important que ministre, la langue française écrite est une priorité pour protéger notre statue Québecois et de donner le meilleur exemple a nos future dirigent.

    • Oui. Et il est très désolant de constater, madame, que vous non plus vous ne savez pas écrire le français : votre texte de six petites lignes contient 12 fautes !

      Je ne ferais pas de commentaires publics si j’étais vous…

  6. C’est terriblement déprimant de lire tous ces messages en français bâclé, sans que leurs auteurs ne soient gênés ou préoccupés. Je garde mes classiques pour le jour où je ne comprendrai plus rien de ma langue. C’est déjà commencé. Professeurs et parents, reprenez Laurence et Grevisse. Ça ne m’a pas tuée.

  7. Manifestement la Ministre de la famille a la passion pour les fautes de français. Facteur aggravant : la Ministre est une récidiviste qui omet ou refuse de soumettre ses textes pour révision avant de les rendre publics.

    Aveuglement volontaire ? Manque de jugement et de discernement ?

    Désormais face à son peu de respect de la langue française, le PM serait bien avisé de l’évincer du Cabinet afin de lui permettre de s’inscrire à des cours de français accélérés. Le Québec mérite mieux !

  8. Merci M. Lisée,
    Votre mot est très pertinent et deux fois plus tôt qu’une. Je m’explique.
    Dans la troisième vidéo présentée, M. Couillard dit  » Ça prend un problème pour qu’il y ait un traitement (parole de médecin) ». Il ne pouvait pas mieux dire pour décrire la philosophie des libéraux. Comprenons que les médecins et les avocats (très présents au parti Libéral) sont surtout sollicités lorsqu’il y a un problème présent depuis un certain temps. Hors cette philosophie d’attendre la manifestation d’un problème pour agir est anti gestion stratégique. En stratégie, on tente d’identifier les problèmes avant qu’ils se manifestent (pour éviter leur manifestation) et d’identifier les opportunités tôt afin d’être fin prêt à les capturer. C’est pour cette raison que le gouvernement Couillard n’a pas de programme de développement économique, qu’il n’aurait jamais pu concevoir le programme des CPE etc.
    Conclusion, en 2015 il nous faut une stratégie pour développer tout le potentiel du Québec et ne comptons pas sur le Gouvernement Couillard pour en définir une: ils n’en n’ont pas la compétence!
    C’est une des raisons pour laquelle ils s’en tiennent à réduire toutes les dépenses possibles confondant souvent celles qui livrent des bénéfices moins faciles à mesurer.
    De notre coté, nous avons un leader et une bonne équipe capable d’imaginer un Québec meilleur, qui se développe en tenant compte de ses compétences différenciatrices. Voilà la bonne nouvelle!

  9. Que ce soit un homme ou une femme qui fasse autant de fautes de français, c’est évidemment la même chose…impardonnable pour un ou une ministre….point à la ligne

  10. « les moyennes entreprises ou dans les 10% des entreprises québécoises non couvertes par la loi 101 car soumises à la législation fédérale »
    Depuis 1982, aucune entreprise québécoise n’est soumise à la législation fédérale puisque le Québec EST SOUVERAIN.

  11. En refusant de retenir les services de Marguerite Blais, Philippe Couillard nous fourni la réponse : Je ne tenais pas à avoir au sein de mon équipe, une personne aimée des aînés, ce qui aurait indisposé le chef de tous les malades du Québec, le grand et…….., Gaétan Barrette, l’homme qui a tous les pouvoirs en médecine, un nouveau Arthur Porter en terme d’INTELLIGENCE.

    Tu vois, Marguerite, s’il y a des gens qui t’ont aimé parce que tu les aimais, ce n’est pas parmi les priorités du très empathique Philippe dit Couillard.. Les vieux ne font pas parti des vraies affaires, au contraire, c’est une nuisance et j’en prend note, parce que j’arrive à cette étape de ma vie, 73 ans, bientôt…

  12. Le texte de Madame Charbonneau reflète bien la tendance d’aujourd’hui d’écrire sans se relire. Je ne lance pas la pierre à cette dame qui peut manifester une langue non maîtrisée dans un courriel personnel,- et elle le fait d’une façon assez éloquence- mais je peux déplorer qu’une de nos représentantes ne soient pas davantage attentive à sa langue et qu’elle ne songe même pas à se relire. Un peu de rigueur svp.

  13. Mme. Saintonge il s’agit ici d’une MINISTRE pas d’un député d’arrière banc! Quand le premier ministre trouve qu’il s’agit d’un banal incident on doit s’inquiéter de l’importance qu’il accorde au français au Québec.Confondre le verbe avoir avec le verbe être( ce qu’un enfant du primaire maîtrise) ce n’est plus qu’une banale faute de français c’est l’expression d’une pensée nébuleuse et incohérente.

  14. La langue, l’orthographe sont maltraités à l’Assemblée Nationale. Cette ministre Mme Charbonneau doit faire blanchir les cheveux du PM. Mme Marguerite Blais, selon mon opinion avait les qualités nécessaires pour bien remplir ce ministère. Mais, M. Couillard n’y a pas pensé.

  15. Madame Blais quitte parce qu’elle n’est pas ministre et empoche sa prime! Pas très élégant.
    Que madame Charbonneau ne soit pas une bien bonne ministre, j’en conviens aisément! Est-ce la seule personne dans cette digne assemblés à ne pas savoir écrire son français? Tous les hommes sont irréprochables?
    Si vous voulez parler de la qualité du français à l’Assemblée Nationale, faites-le, mais visez tous ceux qui sont fautifs, hommes ou femmes!

    • Il me semble que votre critique est injuste.

      M Lisée ne vise pas la ministre parce qu’elle est femme, il la vise simplement parce que c’est elle qui fait scandale dans l’actualité, de par sa faute. Il note d’ailleurs que l’ancienne ministre des aînés, la tant appréciée Marguerite Blais, en plus d’avoir la compétence pour occuper la fonction, a une excellente maîtrise de la langue.

      Le point à retenir, ici, est que le PM préfère laisser démissionner madame Blais plutôt que de montrer la porte à la ministre Charbonneau, en plus de faire preuve de laxisme envers cette dernière alors qu’il est si rigoureux envers lui-même et d’autant plus envers ses adversaires lorsqu’il est question de la qualité de la langue.

      Rajoutons que sa tolérance eut été compréhensible si elle avait été dirigée vers un député ou un ministre dont le français n’est pas la langue maternelle, ce qui n’est pas le cas de la ministre. Là, une différenciation dans le jugement n’aurait été que sagesse. Mais une chose est certaine, il n’est pas ici question ni de genre, ni de sexe.

    • Louise,
      Tout le monde peut faire des fautes d’orthographe à son heure… homme ou femme … Mais avouez que faire autant de fautes, c’est faire preuve de paresse intellectuelle, d’ignorance crasse (du latin crassus : grossier, épais, inexcusable) et d’un laisser-aller surprenant pour un ou une ministre. Ce genre de laisser-aller peut nous faire douter des capacités d’une personne à occuper un tel poste.
      De plus, tous les logiciels de traitement de texte donnent la possibilité de corriger les fautes. Il suffit de vouloir …. Si les ministres ont des gardes du corps, ils ou elles doivent bien avoir des correcteurs, non?
      Je comprends que vous prônez à juste titre, l’égalité homme-femme. Mais cette valeur ou vos partis-pris … surtout … ne devraient pas vous rendre aveugle, sauf votre respect.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *