La Semaine du Député de Rosemont

Première rencontre des 1000 Québécois pour le changement: une belle réussite

Dimanche dernier, nous avons tenu notre première rencontre des 1000 bénévoles pour le changement. Une centaine de bénévoles étaient présents, parmi les 500 qui ont déjà répondu à mon appel de donner chacun au moins une heure de leur temps à notre campagne. Nous avons discuté, en ateliers sur le contenu, les communications, l’équipe web, l’organisation, dans une grande convivialité et une volonté de changer les choses.

Prix à part entière: Bravo à «j’me fais une place en garderie»!

Lundi, j’ai eu le plaisir de remettre lundi un certificat à l’organisme montréalais J’me fais une place en garderie, finaliste dans la catégorie « Organismes sans but lucratif » pour le Prix À part entière. Ce prix, remis aux deux ans par l’Office des personnes handicapées du Québec, souligne la contribution des organismes, notamment, à l’accroissement de la participation sociale des personnes handicapées. Bravo à l’équipe de J’me fais une place en garderie, un organisme de Rosemont qui, depuis 1994, grâce aux efforts et à la mobilisation des parents et de l’Association de la paralysie cérébrale du Québec à Montréal, soutient les familles montréalaises vivant avec un enfant aux prises avec une déficience motrice. Vous pouvez consulter le communiqué de presse émis à ce sujet.

2014-11-24 prix à part entière


35 ans pour l’AQDR de Rosemont et la défense des droits des aînés

2014-11-24 AQDR
Dans le cadre du 35e anniversaire de l’Association québécoise des droits des retraités (AQDR) de Rosemont, j’ai eu le plaisir de remettre un  certificat de reconnaissance à Mme Cécile St-Jean, bénévole de l’année, pour son implication et son dévouement.


Le gouvernement libéral laisse tomber les personnes handicapées

Les coupes libérales n’épargnent personnes: soixante résidences pour personnes handicapées sont menacées de fermeture, des organismes communautaires doivent fermer leurs portes et le programme d’adaptation de domicile est suspendu. J’ai questionné les ministres Lucie Charlebois et Pierre Moreau à ce sujet:

Les réponses des ministres ont tellement été aberrantes que l’ARIHQ a émis un communiqué de presse afin de rectifier le fait qu’elle n’a jamais signé une entente de coupures avec le ministère de la Santé et des Services sociaux. Plus de détails dans le billet de blogue Comment l’austérité du PLQ heurte les handicapés


Le ministre de la Santé n’a pas écouté les groupes en commission parlementaire


Après avoir entendu 64 groupes en commission parlementaire pour le projet de loi réformant le système de santé,  dont quasi-totalité des groupes ont émis de sérieuses réserves et de vives inquiétudes à propos du projet de loi 10, le ministre continue de dire que personne ne remet en cause le fondement du projet de loi. Pourtant, les seuls partisans de la réforme du ministre Gaétan Barrette sont les médecins ministres actuellement à ses côtés, la CAQ ainsi que les partisans du privé dans le domaine de la santé.

L’austérité du PLQ fondée sur trois mensonges

Lors du débat sur l’adoption du principe du PL-10, j’en ai profité pour démontrer que l’argumentaire du gouvernement concernant le déficit de 3.7 M$, l’urgence de sabrer dans les dépenses et de mettre en place toute sorte de réformes est basé sur trois mensonges:


Pétition: un SLR comme mode de transport collectif sur le nouveau pont Champlain

Cette semaine à l’Assemblée nationale, j’ai déposé une pétition, signée par 2 252 pétitionnaires, demandant au gouvernement du Québec de prendre position en faveur d’un SLR comme mode de transport collectif sur le pont de remplacement du pont Champlain. J’avais d’ailleurs explique dans mon billet «Avec le PLQ, le SLR n’est plus sur les rails !», comment le gouvernement Couillard avait tenté de nous faire oublier que, unanimement, les élus de Montréal et de la Rive-Sud avait choisi le Système léger sur rail comme mode de transport sur le Pont Champlain et que, unanimement, les députés de l’Assemblée nationale en avait fait autant en adoptant une résolution le 27 novembre 2013. vous pouvez consulter cette pétition et suivre suivre son cheminement ici.

Itinérance: la politique nationale de l’itinérance doit être mise en œuvre

Vendredi, j’ai questionné la ministre déléguée à la Réadaptation, Lucie Charlebois, sur le report de la mise en œuvre de la politique nationale de l’itinérance. L’hiver est arrivé, il est urgent que la ministre pose des actions concrètes afin de venir en aide aux itinérants. Le gouvernement doit empêcher Ottawa de nuire en cessant de financer leurs activités prioritaires des organismes qui viennent au secours des itinérants.


65e anniversaire du Carrefour l’Entre-Gens

Vendredi soir je me suis rendue au  Carrefour communautaire  de Rosemont l’Entre-Gens afin de souligner leur 65e anniversaire. Ce n’est pas rien! Depuis 1949 que l’Entre-Gens est au coeur du quartier et participe au développement social de Rosemont.
image1

Tous contre l’austérité

Samedi j’ai participé avec des dizaines de milliers de Québécois à la marche contre l’austérité.

Ici avec Martine Ouellet et Carole Poirier.

Ici avec Martine Ouellet et Carole Poirier.

 

Bonne semaine !

 



4 réflexions au sujet de « La Semaine du Député de Rosemont »

  1. J’ai un attrait pour la réflexion éthique. Dans cet engagement, en fin de compte, Éthique ne va pas sans Politique. Le politique tout comme l’éthique c’est choisir des valeurs, agir en mettant les moyens appropriés et tout cela en tenant compte de l’autre.
    Dans une élection, j’aurais peut-être opté pour Québec Solidaire. Mais si dans ce scrutin le PQ était désigné pour gouverner, lequel des aspirants me représenterait le mieux? Dans la course à la chefferie du PQ, j’ai pris parti pour le camp de Jean-François Lisée.

    Pourquoi Jean-François Lisée? Parce qu’il adopte pour l’instant d’incarner des valeurs qui sont miennes comme humanité (dans le débat de la chartre des valeurs) transparence (dans le questionnement autour des enjeux de la candidature au PQ de PKP) authenticité, engagement, réflexivité (un des seuls de nos politiciens actuels capables de mettre sur papier ses réflexions, des propositions politiques et de les défendre) pragmatisme et solidarité (il met sur la table des propositions politiques concrètes, réalisables et il sait qu’il ne peut changer le climat politique du Québec seul et que chacun de nous a une voix importante dans une démocratie délibérative).
    Je me suis lancée, comme une des mille personnes, à soutenir sa candidature et à œuvrer comme le dit Jean-François Lisée pour le mieux-être de tous, ce qui est pour moi le sens du mot politique.
    Embarquez-vous dans ce canot? Nous ferons de la place pour chacun et ensemble nous construirons un beau et grand bateau où chacun aura une bonne place!

    • Si je n’étais pas déjà embarquée, vous me donneriez drôlement le goût ! Bien exprimé. Ce sont les mêmes raisons qui me portent à ramer dans le même sens que vous.

  2. Je suis en train de me demander si les coupures faites par le parti libéral ne visent pas deux effets cachés:
    1. Évidemment corriger le déficit pour arriver à zéro.
    2. Dépasser de beaucoup la correction pour amasser des fonds en vue
    du projet du Grand Nord!

  3. Yesss, comme le fait dire Garnotte à la GG. J’y étais, et je revois et réentends avec plaisir votre conférence où vous faîtes une bonne place à l’humour. Ça ne sera pas de trop dans une campagne qui s’annonce très très sérieuse.
    Je ne sais pas où j’en suis dans le décompte du temps sur l’heure promise, mais je crois pouvoir compter sur la participation d’au moins sept nouvelles personnes qui vont signer la formule d’appui à votre candidature. C’est quand même pas si mal.
    J’aimerais vous entendre parler, en sus de l’effort à faire pour ramener les blondes qui sont parties chez leur mère, de l’immense défi qui vous attend, vous toute l’équipe des candidats à la chefferie, celui d’aller chercher le fameux « vote ethnique » qui nous a fait défaut en 1995. Mon futur pays du Québec je le vois français, libre, et inclusif. Veux veux pas, il faudra compter sur l’apport de la communauté anglophone et allophone si on veut bâtir une société québécoise paisible. Et veux veux pas, le futur Québec sera nécessairement composé de toute sorte de monde qui seront dans tout l’ēventail des couleurs politiques: gauche, droite, centre, avec toutes les nuances. Il faut pouvoir rallier toutes les tendances politiques autour du projet de pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *