La Semaine du Député de Rosemont

CJE: l’austérité libéral retire des services aux jeunes de Rosemont

Lundi matin, j’ai fais une sortie publique avec le Groupe Conseil St-Denis (CJE), quelques groupes communautaires, ainsi que la député de Gouin, Françoise David, afin de dénoncer les modifications apportées au mode de financement des Centre Jeunesse d’emploi (CJE), qui devront désormais exclure énormément de jeunes des services offerts. Rosemont est touché de plein fouet puisque le CJE agissait de concert avec le milieu afin d’offrir des parcours de services, services assurés par des organismes communautaires. C’est donc la fin des ententes avec ces groupes communautaires de Rosemont qui intervenaient auprès de clientèles cibles: Le Centre communautaire l’Entre gens, via le programme 1000 et 1 usages, le Centre N.A Rive et Perspectives Jeunesse, via le programme  Drope-IN, ne pourront plus desservir les quelques 180 jeunes qu’ils aident.

2015-03-16 CJE
Bienvenue à Sylvain Rochon!

2015-03-17 Sylvain Rochon

Assermenté cette semaine au Salon rouge, le nouveau député, Sylvain Rochon, à fait son entrée à l’Assemblée nationale. Nous accueillons un nouveau député, qui représentera avec fierté la population de Richelieu. Les gens de cette circonscription ont fait confiance à un homme profondément engagé dans sa collectivité, dans son milieu, et ce, depuis plusieurs années. Il se joint à notre formidable équipe de députés de l’opposition officielle, au sein de laquelle il sera porte-parole pour les dossiers touchant les personnes aînées. Bienvenue!

PL-20: La réforme de la santé du ministre Barrette se poursuit

Mardi, mercredi et jeudi, la Commission de la santé et des services sociaux était en consultations particulières et auditions publiques sur le projet de loi n° 20. Une multitudes de groupes ont défilés afin d’exprimer leur point de vue sur l’accès aux médecins de famille et spécialistes, et sur la procréation assistée.

Voici un extrait dans lequel je m’entretiens avec Jacques Cotton, président-directeur général de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ). On apprend alors que les données étaient disponibles en 2011, concernant le nombre de jours travaillés des médecins qui était en décroissance, au moment  de la négociation des hausses salariales. 

Ici-bas, mon intervention auprès de l’Association des couples infertiles du Québec, concernant entre autre l’âge limite pour pouvoir bénéficier du service:

Itinérance: La ministre Charlebois confirme son abandon de l’approche québécoise

Mardi, lors de la période de questions de l’Assemblée nationale, j’ai demandé à la ministre Lucie Charlebois, de rendre publique l’entente qu’elle a signée avec le gouvernement fédéral, confirmant son abandon de l’approche québécoise en matière de lutte contre l’itinérance. Plus de détails dans ce communiqué de presse. Voici mes questions à la ministre:

J’ai par la suite présenté une motion sans préavis exigeant de la ministre Charlebois qu’elle retourne négocier avec le gouvernement fédéral afin de faire respecter les orientations québécoises en matière de lutte contre l’itinérance, conformément aux motions unanimes votées les 30 avril 2013 et 24 septembre 2014. Le gouvernement libéral place les organismes dans une situation délicate: à cause de cette orientation, ils devront abandonner des projets porteurs qui misent sur une diversité d’approches pour venir en aide aux personnes à risque ou en situation d’itinérance (voir le communiqué de presse).  Voici la motion que j’ai présentée:

La ministre a finalement cédé aux pressions et a rendu publique l’entente signée entre Québec et Ottawa sur l’itinérance. En lisant l’entente, on a la preuve qu’il y a un recul historique. Le Réseau solidarité itinérance du Québec indique que ce sont environ 300 postes d’intervenant et les services rendus à plus de 50 000 personnes en situation ou à risque d’itinérance qui sont menacés. La ministre se doit de renégocier avec le gouvernement fédéral pour modifier l’entente!

Association québécoise de l’épilepsie

2015-03-18 AQE Daniel PailléJ’ai eu le plaisir d’accueillir Daniel Paillé, ancien député péquiste et ex chef du Bloc québécois, à l’Assemblée nationale. Il est venu nous rencontrer à titre de porte-parole de l’Association Québécoise de l’Épilepsie (AQE) dans le cadre de la campagne « Épileptique au travail? Et pis après! » ainsi que du mois de de l’épilepsie. Accompagné de France Picard, PDG de l’AQE, et de Claire Samson, député de la CAQ, ils ont démystifié la maladie et nous on sensibilisé au fait que 40 000 travailleurs au Québec en sont atteints. Je vous invite à consulter le site internet de cette campagne.

Le PLQ doit retirer le projet de modification de l’aide sociale

Pour faire suite au point de presse donné avec  l’Association québécoise des centres d’intervention en dépendance (vidéo ici) et aux questions posées au ministre responsable à l’Assemblée nationale (vidéo ici) , jeudi matin, j’ai déposé une pétition signée par 957 pétitionnaires, dénonçant les modification proposées par le gouvernement à l’aide sociale. Ces modifications toucheront principalement les victimes de dépendance et vont à l’encontre du plan d’action interministériel en itinérance 2015-2020 ainsi que des objectifs du ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MESS). Vous pouvez consulter l’intégral de la pétition ici. Je continuerai à poser des actions afin de signaler les aberrations du PLQ, qui cette fois-ci, pousse plus de 7000 victimes de dépendance vers l’itinérance. La Commission des droits de la personne et de la jeunesse a également demandé au gouvernement de reculer et de ne pas donner suite à la plupart des modifications aux programmes d’assistance annoncées récemment, jugeant que certaines mesures sont discriminatoire et entretiennent des stéréotypes et des préjugés. Finalement, Madame Raymonde Saint-Germain, Protectrice du citoyen, a également mise en garde le ministre à l’égard des modifications proposées.

Abolition des CRÉ avant l’adoption du PL-28: outrage au parlement

Le ministre Moreau s’est permis l’utilisation de deux articles du projet de loi no.28, malgré le fait que ce dernier n’est pas encore adopté,  afin de mettre sur pied les comités de transition prévue par le PL-28 et d’abolir les Conférences régionales des élus (CRÉ). Jeudi matin, le président de l’Assemblée nationale a reconnu, à première vue, l’outrage au Parlement commis par le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, Pierre Moreau, et dénoncé par l’opposition officielle. On ne peut agir comme si l’adoption d’un projet de loi était un fait accompli: c’est l’Assemblée nationale qui décide de l’échéancier de l’adoption des projets de loi.

Rencontre avec le Comité de développement de l’Est de Montréal (CDEM)

Suite à la rencontre mensuelle de la CRÉ de Montréal, je me suis dirigé au bureau de ma collègue Carole Poirier, députée d’Hochelaga Maisonneuve, afin de participer au groupe de travail sur l’amélioration de la qualité de vie dans le cadre du CDEM.

Une présentation très intéressante a été faite, dressant le portrait du logement dans l’Est de Montréal:150 870 ménages sont locataires dans l’Est, dont 31 410 à Rosemont. De plus, c’est 40 % des ménages de l’Est de Montréal qui consacrent 30 % ou plus de leurs revenus pour se loger. Des actions doivent être prises afin d’améliorer le logement des quartiers de l’Est.

2015-03-20 CDEM

Table des élus de Rosemont

Je me suis par la suite entretenu avec les élus de Rosemont, émanant des différents paliers de gouvernance, lors d’une rencontre de la Table des élus de Rosemont. Plusieurs enjeux de Rosemont-la-Petite-patrie ont été abordés notamment l’état de situation des écoles de Rosemont, la sécurisation piétonnière, le centre Alphonse-Desjardins, ainsi que les questions entourant le logement et le transport en commun. Ces réunions sont toujours très constructives. Elles nous permettent de nous concerter, entre élus dû même quartier, de prendre des décisions et d’être plus efficace dans nos actions.

2015-03-20 Table des élus de Rosemont

Une nouvelle Table Logement dans le quartier!

Toujours sous la thématique du logement, j’ai assisté au premier rendez-vous de la Table de logement de Rosemont-la-Petite-patrie, qui a été nouvellement créé dans le but d’améliorer la situation du logement dans l’arrondissement. Cette table multipartite aura comme objectif de se doter d’un plan d’action logement et de mettre en place une équipe de travail conjointe afin d’atteindre nos objectifs communs. Une proposition a été faite, concernant les questions du logement social et de l’insalubrité des logements.



13 réflexions au sujet de « La Semaine du Député de Rosemont »

  1. J’espère qu’au PQ on a compris que la prochaine élection doit être le début d’un choix entre l’indépendance ou la dépendance provinciale. Si le PQ veut reprendre le pouvoir, il doit miser sur ce choix : on fait l’indépendance maintenant et on choisira ensuite qui nous gouvernera. Si c’est vrai que l’on perd deux milliards par année parce qu’on vit dans la fédération, cela suffit pour forcer tout gouvernement responsable d’examiner la situation. On revient au Maître chez nous pour justifier ce choix. Il ne suffira pas de dire « je veux un pays », il faudra le réaliser. C’est ça ou on disparaît. Les fédéralistes n’ont même plus besoin du Québec pour décider qui mènera au Canada.

  2. Pourquoi l’électricité coûte de plus en plus chère au particulier????
    Ces barrages là ont été payer par nos impôts pour profiter aux compagnies
    et aux américains .
    Pourquoi l’éolien ,qui est très dispendieux à produire dont nous avons pas besoin?????
    Pourraient-on utiliser ces surplus et innover avec un projet comme transquébec ????
    Nous avons la technologie..

  3. Bonjour
    M.J.F. Lisée
    Vous avez fait un beau geste au sujet CJE.
    S.V.P. oublier Françoise David et le QS dans vos implications .
    Le Q.S. est une nuisance , jamais le QS , dites vous le QS est solidaire au fédéral avec le NPD et jamais oublier que la David a dit  » jamais les députés de QS va assoir au parlement avec PKP .
    Les David sont des bons fédéralismes .
    La David et 2 autres sont contre la charte ….de peur ….

    • Jeudi le 19 mars, Mme David a donnée son point de vue à l’émission « Pas de midi sans info » de Radio-Canada en rapport avec la phrase « mal formulée » de PKP la veille. J’ai trouvé le propos de Mme David carrément malhonnête de A jusqu’à Z. Je sais que vous êtes très respectueux M. Lisée, mais avec Mme David restez très froid.
      Merci!

  4. M. Lisée, nous avons eu un premier débat.
    Décevant.
    Votre présence en aurait sûrement relevé la teneur.
    Votre absence m’a permis de me rendre compte combien important vous êtes à la cause de l’indépendance.
    Et j’exprime le souhait que vous continuerez à combattre activement avec nous tous.

    • C’est sûr que la force à débattre de Jean-François n’est plus à démontrer. Sa gauche est sinon efficace, ambitieuse; sa droite insoupçonnée. Le jeu de pied est à travailler… On se déplace mieux en bougeant selon les circonstances le pied gauche ou le pied droit, question d’équilibre.

      Un point faible du PQ maintenant est qu’il ne prend plus fortement chez les générations montantes comme dans les années 70. À cet égard, Alexandre et Martine ont eu plus de chance de se mettre en valeur et recruter sans Jean-François comme concurrents. Au PLQ, à la course à la chefferie, Pierre Moreau avait jouer ce rôle. Ce parti lui doit sa majorité.

      http://jflisee.org/?s=les+jeunes&submit=Recherche

      Il aurait mis à ce débat un temps qu’il vaut mieux qu’il passe en famille et/ou à la recherche et à la rédaction d’un livre phare pour genre avril 2017, à votre goût : moins personnel et en peu de temps que son Journal de Lisée ?

    • « Un point faible du PQ maintenant est qu’il ne prend plus fortement chez les générations montantes comme dans les années 70 ».

      C’est vrai mais la responsabilité ne peut être imputée au PQ que partiellement. Le contexte est bien différent. Par contre, c’est peut-être une perception, mais il n’y a plus de comparaison possible entre les jeunes des années 70 et ceux d’aujourd’hui. J’ai manifesté pour le français dans les rues de Montréal en 1969. Les jeunes ne manifestent plus pour le français. En disant cela, je ne veux absolument pas dénigrer les jeunes. Entre l’altermondialiste des jeunes et le néo-libéralisme des vieux, y a-t-il encore de la place pour un pays, au Québec?
      J’espère que OUI!

  5. Ce que les libéraux appelle de la rigueur administrative, est plutôt une destruction de la solidarité sociale des Québécois(es)..On coupe les services aux jeunes et en même temps ont nous parle d’équité intergénérationnelle….Lorsque des médecins n’ont pas réussi à administrer correctement les services de santé, qui peut croire qu’ils pourront administrer un État ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *