Des coupes en itinérance tragiques, Journée porte ouverte et Vigile pour Orlando, La Semaine du Député de Rosemont

Une autre semaine chargée pour le député et pour le candidat !

Suicide au Centre NAHA: le gouvernement doit réinvestir dans la lutte à l’itinérance 

Les Libéraux ont failli à la tâche en renonçant à défendre l’approche québécoise en matière de lutte contre l’itinérance. Résultat : depuis un an, une trentaine d’organismes communautaires montréalais ont vu leurs budgets amputés. À Montréal, le Centre NAHA, qui accueille des hommes vulnérables en situation d’itinérance, a dû renoncer à son seul intervenant de soir. Or, il y a quelques jours, un homme s’est enlevé la vie, et personne, sur place, n’a pu lui venir en aide.

Accompagné de mon collègue député de Bourget, Maka Kotto et de Sébastien Pageon, directeur général du Centre NAHA, nous avons réclamé lundi dernier le rétablissement des ressources pour les organismes qui luttent contre l’itinérance. Lucie Charlebois doit faire en sorte que les sommes soient allouées dès maintenant, afin que le Centre NAHA puisse réembaucher un intervenant de soir et que tous les autres organismes qui ont dû réduire leurs services puissent continuer d’intervenir adéquatement auprès des personnes en situation d’itinérance .

Une séance de l’exécutif du PQ de Rosemont extraordinaire

2016-06-14 exécutif spécialJ’ai eu la chance de rencontrer plusieurs militants de Rosemont et des comtés voisins, venus assistés à la séance extraordinaire du PQ de Rosemont lundi soir.

Depuis plusieurs mois l’exécutif de Rosemont tient régulièrement des réunions avec observateurs. Celle-ci était encore plus courue que d’habitude.

C’est ça, un PQ ouvert sur sa communauté !

Bon 20e anniversaire à Vivre en ville!

2016-06-14 vivre en villeAncien ministre de la métropole, je connais bien l’organisme Vivre en ville qui oeuvre au développement de collectivités viables, tant à l’échelle du bâtiment qu’à celles de la rue, du quartier et de l’agglomération depuis 20 ans déjà.

J’étais très heureux de participer, avec l’ancien sous-ministre de la Métropole André Lavallée, aux célébrations entourant leurs 20 ans d’action à Montréal.

Une journée portes ouvertes bien occupée

2016-06-15 journée citoyenneUne fois de plus, j’ai ouvert les portes de mon bureau de circonscription à Rosemont afin de recevoir les citoyens et organismes du quartier lors de rencontres individuelles.

Mercredi fut donc une belle journée remplie où nous avons échangé sur le logement, les soins à domicile, la course à la chefferie bien sûre et bien d’autres sujets qui les animent. C’est toujours un plaisir de vous écouter, de solutionner vos problèmes et de discuter des enjeux qui vous préoccupent. Visitez mon blogue afin de savoir quand sera la prochaine journée citoyenne du député de Rosemont!

Vigile en mémoire des victimes de la tuerie d’Orlando

VIGILEJ’ai expliqué sur Facebook comment j’ai vécu ce moment, à quelques pas de l’action, jeudi soir.

L’incident impliquant le jeune militant et le premier ministre a malheureusement éclipsé le motif même de cette vigile, où tous étaient unis au cœur du quartier gai, en solidarité avec des LGBTQ victimes de barbarie. Plusieurs élus du PQ, dont Sylvain Gaudreault et Martine Ouellet, étaient aussi à l’événement.

Je suis officiellement candidat! 

2016-06-17 dépôt candidatureC’est vendredi que j’ai officialisé ma candidature dans la course à la direction du PQ en déposant 2143 signatures de militants péquistes recueillies dans 70 circonscriptions réparties dans 15 régions du Québec ainsi que 20 K $.

Le Parti demandait1500 signatures, provenant de 45 circonscriptions dans 7 régions ainsi que le premier 10 K $. C’est grâce à vous tous, partout au Québec, à mon équipe de campagne formidable que nous avons pu réaliser cela. Un immense merci! Suivez mon blogue afin d’être à l’affût de ce qui s’en vient et mes propositions.

 



4 réflexions au sujet de « Des coupes en itinérance tragiques, Journée porte ouverte et Vigile pour Orlando, La Semaine du Député de Rosemont »

  1. Une expérience extraordinaire et inspirante

    « Tout prouve que nous devrions donner gratuitement de l’argent à tout le monde»

    « Des années 1960 à nos jours, partout dans le monde, enquête sur les expériences de revenu de base, qui ont toutes brillamment réussi. En partenariat avec « Ulyces ».

    « Londres, mai 2009. C’est le début d’une petite expérience réalisée avec treize hommes sans-abris. Des vétérans de la rue. Certains d’entre eux dorment sur le pavé froid de la City, le centre financier de l’Europe, depuis plus de 40 ans. Leur présence est loin de ne rien coûter. Entre la police, l’assistance juridique et les soins de santé, les treize hommes coûtent des milliers de livres aux contribuables. Chaque année.
    « En ce printemps, une association locale prend une décision radicale. Les vétérans de la rue vont devenir les sujets d’une expérience sociale innovante. Finis les timbres alimentaires, la soupe populaire ou les hébergements temporaires pour eux. Ils vont bénéficier d’un renflouement massif, financé par les contribuables. Ils recevront chacun 3.000 livres, en liquide et sans conditions.

    « Un téléphone, un dictionnaire
    Il leur appartient de décider comment ils vont le dépenser, les services de conseil sont totalement optionnels. Pas de prérequis, pas d’interrogatoire sévère. La seule question à laquelle ils doivent répondre est la suivante : Qu’est-ce qui est bon pour vous, à votre avis ?

    « Je ne m’attendais pas à un miracle », se rappelle un travailleur social. Les désirs des sans-abris se sont révélés tout à fait modestes. Un téléphone, un passeport, un dictionnaire : chaque participant avait sa propre vision de ce qu’il y avait de mieux pour lui.
    « Aucun d’entre eux n’a gaspillé son argent en alcool, en drogues ou aux paris. Bien au contraire, la plupart se sont montrés très économes avec l’argent qu’ils ont reçu. En moyenne, seules 800 livres avaient été dépensées au cours de la première année. […] »

    «[…] Efficace et économique
    Combien cela a coûté ? 50.000 livres par an, en incluant les salaires des travailleurs sociaux. En plus d’avoir donné un nouveau départ dans la vie à onze individus, le projet a permis d’économiser au moins sept fois ce qu’ils coûtaient auparavant à la société. Même « The Economist » a conclu après la fin de l’expérience :
    « « La façon la plus efficace de dépenser l’argent pour régler les problèmes des sans-abris est peut-être bien de leur en donner directement. »

    Nous avons tendance à présumer du fait que les pauvres sont incapables de gérer leur argent. S’ils en avaient, se disent bon nombre de gens, ils le dépenseraient probablement en fast-food et en bière bon marché, pas pour acheter des fruits ou se payer des études.

    Repenser l’Etat-providence ?

    Ce genre de raisonnements président à la myriade de programmes sociaux, de jungles administratives, d’armées de coordinateurs de programmes d’aide sociale, ainsi qu’aux légions d’équipes qui veillent à la marche de l’État-providence contemporain. Depuis le début de la crise, le nombre d’initiatives qui combattent la fraude aux allocations et aux subventions est en nette augmentation.

    Les gens doivent « travailler pour leur argent », incline-t-on à penser. Au cours des récentes décennies, l’aide sociale a été réorientée vers un marché du travail qui ne crée pas assez d’emplois. Le passage du welfare au workfare – soit d’un système d’aide sociale redistributive en faveur des populations défavorisées à l’octroiement d’allocations à la condition d’une recherche d’un travail – est international.
    Il faut obligatoirement rechercher un emploi au plus vite, songer à des trajectoires de réinsertion, voire obligatoirement s’investir dans des activités bénévoles. Le message sous-jacent ? L’argent distribué gratuitement rend les gens paresseux. Sauf que ce n’est pas le cas. […] »

    http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20160616.OBS2726/tout-prouve-que-nous-devrions-donner-gratuitement-de-l-argent-a-tout-le-monde.html

    • Je reçois de la Solidarité Sociale avec contrainte sévère à l’emploi depuis plusieurs années et je gère très bien mon budget, même mieux de ce que les gouvernements font. Je ne gaspille pas à gauche et à droite, je vérifie et calcule mes besoins pour n’acheter que le nécessaire. On peut arriver avec ce qu’on me donne par mois et je ne suis pas une droguée ni une alcoolique, croyez-moi !

  2. De Québec : Le gouvernement Libéral coupe un poste de soir pour les gens les plus vulnérables de notre société et déjà un drame se produit. Ce ne sera pas le dernier si la Ministre Charlebois n’intervient pas immédiatement pour remettre en poste une personne ressource. Comment la Ministre peut-elle continuer à couper n’importe comment à gauche et à droite sans se soucier des résultats dramatiques ? Elle est comme son chef, elle ne lit pas les journaux et n’écoute pas les bulletins de nouvelles. Moi-même cela vient me chercher quand je vois ce que ces coupures font. Sommes-nous vraiment en 2016 et pouvons-nous y faire quelque chose ? On n’avance pas, on recule loin en arrière, pour aider ces gens qui en ont vraiment besoin !

    • Je veux seulement ajouter un élément à mon commentaire. La Ministre a certainement coupé d’autres postes stratégiques partout dans la province. Donc combien y aura-t-il vraiment de victimes à cause de ces coupures sauvages du P.L.Q. ? Je me demande si les Libéraux se rendent vraiment compte que ce sont des personnes et non des numéros !
      Ça , je l’ai déjà écrit dans un commentaire antérieur, mais je le prends mal, très mal ! Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *