La Semaine du Député de Rosemont

Cette semaine, des aller-retour entre Rosemont et Québec.

Un Week-end rosemontois

2014-09-09 carrefour Montrose
D’abord, j’ai participé au lancement de la programmation des activités 2014-2015 du carrefour Montrose, le groupe d’aînés le plus actif et le plus allumé que j’aie jamais rencontré.

Je vous invite à consulter leur nouveau site web au www.carrefourmontrose.org.

C’était aussi la vente trottoir sur la rue Masson, puis, avec le retour du soleil dimanche, le grand rendez vous de la rentrée au Parc Molson: L’Écofête du citoyen de la SODER

2014-09-07 écofête du citoyen de la SODER

Des centaines de personnes sont venues chiner, signer des pétitions, vendre leurs objets usagés, prendre un café en bonne compagnie.

Encore une fois bravo à toute l’équipe de bénévoles ainsi qu’à Chloé Dodinot de l’écoquartier Rosemont-La Petite patrie et Frédéric Bourrely de la SODER.

Entendre les Québécois

Lundi, j’ai fait connaître sur mon blogue, dans La Presse et Le Soleil , ma position sur le calendrier souverainiste. Elle tient en deux points: 1) nous devons lancer un vaste travail d’animation souverainiste, notamment auprès de la jeunesse, pour augmenter le nombre d’indépendantistes au Québec; 2) un an avant la prochaine élection, à l’aide d’un mécanisme qui reste à déterminer, le Parti québécois, ses militants, son chef, ses membres doivent décider s’ils demandent un mandat pour faire la souveraineté, car ils jugeront que l’opinion est prêt à franchir ce pas, ou dans le cas contraire s’ils s’engagent, pour le mandat à venir, à offrir un excellent gouvernement, tout en poursuivant le travail de conviction.

Vous pouvez écouter l’entrevue accordée à Marie-France Bazzo, pour l’émission «C’est pas trop tôt!» ici.

Kiosque à l’U de M : sortir, parler et convaincre
2014-09-08 CNJPQ U de M
Chaque année, l’Université de Montréal organise une journée de promotion des associations étudiantes, où les cellules locales du parti québécois et celles des autres partis politiques, ont l’occasion de recruter des membres et d’informer les étudiants sur les enjeux politiques de la rentrée.

À l’invitation de l’association des jeunes péquistes de l’Université de Montréal, je suis allé à la rencontre des étudiants, afin d’échanger avec les jeunes, de répondre à leurs questions et d’écouter leur vision de la politique aujourd’hui.

De Retour à Québec pour la Commission sur les institutions

  • Hydro-Québec devrait être assujettie au Protecteur du citoyen

Pourquoi est-il si difficile de régler nos problèmes avec Hydro-Québec ? En Commission parlementaire, j’ai abordé la question avec la protectrice du citoyen, Raymonde Saint‑Germain.

En ce moment, les citoyens mécontents doivent se tourner vers la cour des petites créances ou encore vers un tribunal de droit commun lorsqu’ils croient que leurs droits sont lésés, alors que beaucoup de situations pourraient se régler plus simplement avec l’intervention du Protecteur du citoyen.

C’est d’ailleurs sous le gouvernement du Parti Québécois qu’en juin 2014,  l’Assemblée nationale a assujetti Hydro-Québec à la compétence du Vérificateur général. Il est tout aussi logique qu’Hydro-Québec collabore également avec le Protecteur du citoyen afin que celui-ci puisse intervenir, soutenir les citoyens qui vivent un préjudice et formuler des recommandations à la société d’État. Pour plus de détails, vous pouvez consulter le communiqué de presse émis à ce sujet ici.

  • Revenu Québec : Augmentation fulgurante des litiges

Il y a un problème de culture à Revenu Québec, qui considère certains contribuables coupables jusqu’à preuve du contraire. Ca devrait être l’inverse.

Vrai, Revenu Québec fait reculer avec brio la fraude et le travail au noir. Mais il le fait avec une rigidité administrative qui entraîne parfois un non-respect des droits des citoyens. La protectrice du citoyen a eu des mots très durs à ce sujet:


Le PQ demande au gouvernement Couillard de continuer d’agir en prévention

Mercredi, à l’occasion de la Journée mondiale de la prévention du suicide, j’ai demandé à la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique, Madame Lucie Charlebois, d’intensifier les efforts en prévention du suicide et de s’assurer que les organismes impliqués dans ce travail ne souffrent pas des compressions à venir.

Je souligne notamment les efforts déployés au quotidien par l’équipe de l’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS). Vous pouvez lire mon communiqué de presse à cet effet.

Marchons pour contrer l’itinérance

Nous étions nombreux à marcher dans les rues de Montréal jeudi matin, à l’appel du Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM). Nous avons réclamé du gouvernement fédéral de reconduire la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance (SPLI) en respectant les orientations québécoises, plus souples et plus adaptées aux besoins que les dictats des fonctionnaires fédéraux.

Ottawa met en péril le financement de dizaines d’organismes communautaires luttant contre l’itinérance. La ministre Lucie Charlebois doit défendre les intérêts du Québec face au gouvernement fédéral, en plus de déposer rapidement le plan d’action découlant de la Politique nationale de lutte à l’itinérance du gouvernement du Parti Québécois et de débloquer les 6 millions de dollar prévu à cet effet. Plus de détails dans le communiqué de presse émis à cet effet.

2014-09-11 pasdelarue marche RAPSIM

crédit photo: PAS de la rue, François Gschwind

J’ai eu l’occasion de m’entretenir avec plusieurs organismes qui viennent en aide aux itinérants, notamment Pas de la rue (PAS), dont la mission est d’accueillir et de soutenir toute personne de 55 ans et plus, sans domicile fixe ou en situation de grave précarité.

J’avais soulevé la question de l’itinérance à la protectrice du citoyen lors de la commission parlementaire, quant à la formation déficiente des policiers face aux itinérants et sur la réorientation du programme fédéral. Madame Saint-Germain à appelé à la prudence dans les coupures en itinérance qui ne sont pas les coupes les plus avisées puisqu’elles touchent le financement d’organismes qui rendent un service direct aux gens dans la rue.

Le ministre libéral de la métropole déçoit

Je suis allé entendre Robert Poéti, ministre libéral de la métropole, qui s’adressait vendredi midi à la Chambre de commerce du Montréal Métropolitain. La seule politique économique de son gouvernement envers Montréal a été de couper de 20% la totalité des crédits d’impôts qui soutiennent la recherche, le développement, la culture, les industries créatives, le multimédia. C’est 270 millions retirées de l’économie, au moins la moitié à Montréal, chaque année.

Cette réduction irresponsable de l’aide aux entreprises innovantes a été faite sans la moindre étude d’impact et suscite une grande incertitude. On s’attendait à ce que le ministre Poéti se fasse rassurant, qu’il affirme comprendre la préoccupation des entreprises et annonce que des ajustements arriveraient bientôt. Il a été complètement silencieux sur le sujet, ce qui rend les entreprises encore plus nerveuses pour l’avenir, et moins enclines à investir.

5 @7  des jeunes au Gainzbar!

Salle comble au Gainzbar

Salle comble au Gainzbar

Dans le cadre de la rentrée politique (et scolaire), une soixantaine de jeunes, étudiants et travailleurs, sont venus échanger avec moi au Gainzbar, à l’invitation des jeunes péquistes de l’Université de Montréal.

Au menu: comment relancer l’indépendance, de quelle façon choisir un nouveau chef au PQ, l’Écosse, la Catalogne, le calendrier référendaire, etc…

En entrevue avec Deux Hommes en Or

Ce vendredi soir, première de la nouvelle série Deux Hommes en Or. Ils m’ont invité. Voici ce que ça donne:

Cliquer pour voir la vidéo

Cliquer pour voir la vidéo



6 réflexions au sujet de « La Semaine du Député de Rosemont »

  1. Le pont de la confédération menant à l’Ile du Prince Edouard a coûté la jolie somme de 8 milliards et nous payons $43.75 pour le traverser. Le pont Champlain coûtera plus de 5 milliards et vous chiallez sur un petit $5.00!!!!!! Achetez le tout et trouvez vous le 5 milliards.

  2. La proposition de remettre aux membres la priorisation des cibles stratégiques est intéressante, mais elle met encore la charrue avant les boeufs.
    La refondation du PQ signifie aussi ( surtout ? ) d’infuser dans le PQ le désir démocratique qui augmente surtout chez les jeunes, mais dont on observe que les boomers ne semblent avoir aucune idée de quoi il s’agit.
    La démocratie est le vote direct de chaque citoyen sur tous les sujets et projets.
    Avec l’informatique cette hypothèse devient possible dans nos sociétés nombreuses, alors que les dernières occurrences remontaient à l’époque des gros villages de la Grèce antique.
    Les jeunes le sentent, les jeunes le veulent.
    Incidemment cela serait la solution à tous les problèmes.
    La mécanique que vous proposez est incluse dans cette philosophie.
    Il s’agit, en tout temps et sur tous sujets, de remettre tous les choix au peuple.
    Tel que je l’ai déjà documenté, même la question d’un référendum devrait être rédigée par le peuple.
    Si toute décision était prise par le peuple, toutes les stratégies deviendraient futiles.

    Tel que je l’ai déjà documenté, le PQ n’aura jamais aucun succès avec quelque projet d’autodétermination tant que ceux qui en noyautent la direction n’y comprendront rien à la nature de l’autodétermination.

    L’autodétermination est le pouvoir de chaque individu de décider par lui-même sur lui-même.
    L’autodétermination d’une nation n’est que la somme de ces pouvoirs.
    C’est la démocratie directe qui amènera le succès, car le peuple alors décidera sans crainte de chaque détail.

    La première étape était pour le gouvernement Marois d’instaurer la proportionnelle, qui aurait dilué le pouvoir, qui aurait augmenté le pouvoir du peuple.
    Vos actions ont clairement démontré votre amour du pouvoir et votre volonté d’en avoir, et c’est ce qui vous a tellement invalidé.

    Le peuple n’a pas rejetté la souveraineté ou le programme du PQ, il a rejetté des personnes s’étant invalidées en recherchant trop le pouvoir.
    Et beaucoup trop de ces personnes y sont encore, à chercher comment gagner le pouvoir, alors que vous devriez être à réfléchir à des manières de transférer le plus possible de pouvoir au peuple.
    Vous aurez le pouvoir quand vous proposerez de nous remettre le pouvoir.

    Le pouvoir d’autodétermination est innée, il s’exerce par la conscience.

    Augmentez la conscience du peuple, augmentez son pouvoir de décider par lui-même sur lui-même, et nous atteindrons la cible.
    Sinon, vous n’êtes qu’invalidité.

  3. Célébrons notre « 13 septembre »! le 13 septembre 1759, nous avons été colonisés par une bataille d’environ 20 minutes, de 40 000 anglophones contre 4 000 Français…
    Comment se fait-il que Stephen Harper-Poutine ne le célèbre pas, lui qui aime tellement rappeler les guerres et tout ce qui touche à la domination des forts sur les faibles?

    • le 28 avril 1760, le Chevalier de Lévis, à la tête de 7 000 soldats, marche sur Québec et livre un combat victorieux à Sainte-Foy, entamant alors le deuxième siège de Québec. Les renforts venant de la mer apporteront avec eux la victoire à un des deux camps. Cette victoire ne tarde pas, les navires anglais sont les premiers à parvenir devant Québec après avoir battu les maigres forces navales du commandant Vauquelin, ils pilonnent les troupes françaises qui manquent de munitions et les forcent à battre en retraite. Mais la victoire n’en est pas garantie pour autant. Montréal, la dernière place forte française attend toujours en vain des renforts qui pourrait la sauver.
      Privée de renforts et de ravitaillement, Montréal doit se résoudre à l’inéluctable. Le 8 septembre, la ville se rend au général Amherst. Le 23 octobre, la petite garnison de Ristigouche apprend la triste nouvelle et se rend aux Anglais six jours plus tard. Même si le convoi était parvenu à Montréal, sa cargaison n’aurait procuré qu’un léger sursis à la Nouvelle-France dont le sort semblait scellé depuis longtemps. Avec la chute des dernières places fortes, la guerre s’achève en Amérique ainsi que le rêve de Samuel de Champlain. En application du traité de Paris en 1763, la Grande-Bretagne obtient la Nouvelle-France.
      La dernière bataille fut donc à Restigouche au Nouveau-Brunswick et non à Québec…Venez nous visiter!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *