L’austérité sélective des médecins qui gouvernent le Québec

La journée d’hier fut très instructive. Pour tous les Québécois qui sont victimes de l’austérité libérale, notamment dans le système de santé.

Nous avons appris qu’alors que le gouvernement propose d’abolir les primes des infirmières et de soutirer 90 000 $ des poches de chaque pharmacien du Québec, il n’a rien demandé — mais alors, absolument rien — aux médecins en échange de la levée des sanctions prévues dans le projet de loi 20.

J’ai voulu m’en assurer dans mon échange avec le président de la Fédération des médecins omnipraticiens, le Dr Louis Godin, hier:

Comprenons-nous bien: ma collègue Diane Lamarre et moi serions ravis d’avoir au Québec les médecins les mieux payés au monde ! Mais puisque le gouvernement Couillard fait les poches des autres artisans de la santé, on s’étonne qu’il soit aussi gentil avec les médecins.

C’était l’objet de notre point de presse:


Bref, a fait valoir Diane, plus on lit l’entente conclue avec les omnipraticiens, mieux on comprend les gains financiers que le ministre leur a accordés. L’article 21 vient exaucer un souhait de longue date des médecins : recevoir un supplément pour travailler avec d’autres professionnels. Déjà, Yves Bolduc leur avait donné un boni de 60 000 $ par année pour chaque infirmière praticienne spécialisée supervisée au sein des GMF. Or, dans l’entente conclue, il est question d’élargir cette façon de faire à d’autres catégories de professionnels.

« Dans le contexte budgétaire actuel, où chaque dollar compte, dit-elle, comment le ministre peut-il faire le choix de verser un supplément aux médecins pour le simple fait de travailler en collaboration avec d’autres professionnels? Tous les professionnels de la santé qui veulent plus d’interdisciplinarité souhaitent que ce soit le patient qui sorte gagnant de cette meilleure collaboration ».

Il faut savoir que le gouvernement propose d’abolir les primes de rétention pour les infirmières en région, et d’autres primes actuellement en vigueur, réclame 177 M$ aux pharmaciens, veut appauvrir tous les salariés de la santé en n’indexant même pas leur salaire au cours des prochaines années, mais il offre davantage aux médecins. Le ministre Barrette avait un énorme rapport de force avec son projet de loi 20 qui menaçait les médecins, mais il n’a rien obtenu en échange de son abandon. Contrairement à ce qu’on pensait, il a été un très mauvais négociateur.

Que le premier ministre, en plus, ait entériné cette entente est tout simplement aberrant.

Peut-être est-ce une mauvaise idée de laisser des médecins négocier, entre eux, l’avenir du système de santé. Ils ne doivent pas être exclus, bien évidemment. Mais c’est une erreur d’exclure les autres artisans de la santé de la définition des réformes qui nous affectera tous.

 

 



11 réflexions au sujet de « L’austérité sélective des médecins qui gouvernent le Québec »

  1. Bonjour
    Votre point de presse concernant l’entente signée entre la FMOQ et le ministre de la Santé est fort éclairant. Toutefois, je ne comprends pas, pourquoi, à la question qui vous ait posée à deux reprises à savoir si le ministre Barrette et son premier ministre ne sont pas en conflit d’intérêts, vous persistez à affirmer qu’il s’agit d’une question de culture!!! Est-ce que le concept de conflit d’intérêts est, en nos temps, de l’ordre du tabou ?
    Le Dr Marc Zafran ne se gênerait pas pour affirmer que nous sommes en plein conflit d’intérêts. Expliquez moi, monsieur Lisée pourquoi l’entente signée entre la FMOQ et le Gouvernement Couillard ne relève pas du pur conflit d’intérêts?

  2. «…mauvaise idée de laisser des médecins négocier, entre eux, …»

    Très mauvaise idée en effet (flagrant conflit d’intérêt) et en plus, ils ont «amputé» financièrement les handicapés.
    Les handicapés!!

    • On me dit que les médecins députés et ministres continuent d’être payé afin de conserver leur droit de pratique et donc, de jouer parfois au vrai médecin. Peut-on savoir combien d’argent en plus nous coûte ces chanceux… ?

  3. M. Lisée et madame Lamarre,
    Vous faites un excellent travail de vulgarisation permettant aux non-initiés dans le domaine de la santé de comprendre mieux les enjeux et ce qui est en train de se passer. Littéralement, les médecins se comportent en caste toute-puissante validée par la présence au plus haut niveau de l’État d’un Premier ministre médecin, d’un ministre de la santé médecin et si j’ai bien compris d’un secrétaire important du gouvernement , également médecin. Si j’ai bien compris également, ils sont en train , leur culture les y amenant , de redéfinir le système pour qu’ils en soient le centre afin de ponctionner monétairement au maximum la société québécoise sans égard à l’équité et aux moyens financiers de cette société.
    En bout de ligne, les médecins et le Parti libéral seraient-ils en train non seulement d’affaiblir l’État par des mesures d’austérité mais aussi de créer
    une société en processus d’appauvrissement chronique et forcément de dépendance prête à se laisser tomber facilement, par désespoir, dans le vide fédéraliste. Mais en s’assurant que les médecins seront toujours du coté des primés et non des déprimés. Est-ce que j’exagère ? J’espère que oui.

  4. Merci à vous et à Diane Lamarre pour votre beau travail… Je suis content que des gens comme vous et Diane existent. Malheureusement vous êtes le seul du PQ qui publie ouvertement des vraies choses si détaillé…PKP aussi…Mais les autres qui ont tous au moins un facebook ou un site….ils devraient plus réagir par les médias sociaux…Encore une fois merci pour vos nombreuses interventions auprès de ce gouvernement si hypocrite…Selon moi, «vous, vous faites plus que juste votre travail»…

  5. Puis? L’on fait-tu qqch? C’est drôle de penser à exiger un primer pou travailler avec d’autres professionnels lorsqu’on parle du travail en équipe et collaboratif dans les écoles et les universités. Mais je reviens…on va continuer â êyre simplement des témoins de la détérioration de la qualité de vie des Québécois et de l’augmentation de la brèche entre les riches et les pauvres? Cela ne va las avec le discours de société juste.

    • On devrait se rendre à l’indépendance, mais les Québécois aiment mieux chialler sur les médias sociaux et ne pas s’engager dans le processus si évident à mettre en place ! C’est moins risqué comme ça, et ça exige moins d’efforts. Il faut beaucoup plus que des crtiques pour sortir le peuple de cette dictature. Moi, je suis prêt. «…Le beau risque…» René Lévesque – JRB

  6. Si ma mémoire est bonne, Monsieur Parizeau à déjà dit des Libéraux « Les amis d’abords».

    Je prédis qu’ils feront tous pour salire Hydro-Québec et par la suite privatiser en bloc ou partiellement, le trio des économistes pourra ainsi saliver

  7. Incroyable.

    Les enseignants devraient exiger un pourcentage du salaire de tous ceux qu’ils forment, incluant les médecins…

  8. Les médecins sont riches et peuvent contribuer au PLQ via diverses sources. Alors le PLQ ne peut abandonner. On ne donne et ne prête qu’aux riches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *