Le courage des vandales

Le courage des vandales

Il y a plusieurs façons d’exprimer son point de vue, en démocratie.
Des prises de parole, des manifs, des pétitions, des candidatures. On peut même, si on croit vraiment à une cause, se placer en situation de désobéissance civile et accepter de risquer une arrestation pour faire entendre sa voix.

Dans toutes ces méthodes, il y a un dénominateur commun: avoir le courage de se présenter, à visage découvert, pour prendre sa place dans le débat. On persiste et on signe.

Dans la nuit de dimanche à lundi, des vandales ont fracassé des vitres des bureaux de mes collègues Pierre Duchesne, Léo Bureau-Blouin et du mien. Le geste est à la fois lâche et dérisoire.

Lâche, car les auteurs n’ont pas eu le cran d’assumer leur acte, leur position, leur conviction, si tant est qu’ils en aient.

Dérisoire, car s’il s’agit de soutenir le mouvement étudiant, cela lui nuit, évidemment. S’il s’agit d’influencer les décisions gouvernementales, cela n’a aucun impact. Les seuls bénéficiaires sont les vitriers. Les seules victimes: les contribuables qui paieront pour les réparations et les citoyens dans le besoin qui n’ont pas eu accès, pendant quelques heures, aux services de soutien offert par les bureaux de leurs députés.

Aujourd’hui, leur pitoyable forfait est dans les journaux, pour quelques brèves heures de vie médiatique. Il faudrait être un peu fêlé pour s’en enorgueillir. Et devoir un jour répondre ainsi à la question de son enfant.

« Qu’as-tu fait, papa, pour avoir une société plus juste ? »

« J’ai cassé des vitres la nuit, sans que personne ne me voit. »

« C’est pas un peu loser ça, papa ? »

*  *   *

Des gazouilleurs se demandent si j’avais été aussi prompt à dénoncer les casseurs pendant le printemps érable.

La réponse est oui. J’avais appelé GND à appeler au calme ici.

Et j’avais mis en ligne cette vidéo de René Lévesque contre les casseurs:



61 réflexions au sujet de « Le courage des vandales »

  1. Pas de panique, c’est dans les inconvénients du boulot de député et surtout de ministre. Tant que vous n’aurez pas 100% des voix, il y aura de la casse. Surtout pas de poursuite. Affaire classée. Sinon ça servira aux casseurs… Heu heu le ministre m’a fait mettre en prison…

  2. À propos des municipalités bilingues : avez-vous remarqué que ces anglos qui réclament à cor et à cri le maintien des municipalités bilingues, même avec moins de 20 % d’anglophones, sont aussi les mêmes qui dénient le droit du peuple québécois à son indépendance avec 50 % + 1 des votes ? Comme quoi les pourcentages acquièrent beaucoup d’élasticité selon vos intérêts !

    • Monsieur,

      Avez de vous prononcer sur ce sujet et de généraliser, je lvous suggère de vérifier vos faits. Vous devriez faire un peu plus attention à vos propos!

  3. En passant, je crois bien que Pauline Marois a gagné la première manche. Aussi en passant, j’ai remarqué que les associations étudiantes de McGill et Concordia qui avaient «boycotté» le printemps érable, ont répondu cette fois à l »appel de l’ASSÉ. Comme quoi, M. Lisée, votre ouverture aux anglophones commence à porter fruit …

    • Je crois que ce sont plutôt des étudiants de Concordia et McGill qui sont contre le projet de loi 14.

      À part ça, les études sont gratuites jusqu’au Cégep général et professionnel.

      Si il y a gratuité pour les universités il y aura, bien sûr, des tests de sélection. L’accessibilité ne sera pas universel.

      À l’ASSÉ, ils trouveront toujours quelque chose ou quelqu’un à critiquer. Je crois que ça les amuse.

  4. Et les médias?… Ils filment tout l’après-midi une manifestation impeccable et qu’est-ce qu’ils présentent en boucle au bulletin du soir? Les minutes de dérapage final! En oubliant le crime déclencheur du désordre: les gamins qui lancent à bout de bras des mottons de neige aux robots protégés pour la guerre… Un cheval incommodé? disent-ils… le cavalier le lance à fond de train dans la foule, signal tant attendu des fantassins impatients d’activer la matraque! Une police criminelle qu’on croyait libérale! Ont-ils donc relâché l’agente Trudeau?

  5. L’implication du choix politique de l’atteinte du déficit zéro est manifeste à l’heure de la clôture du sommet sur l’enseignement. Le PQ sera dorénavant perçu comme le semblable des adversaires Libéraux.
    La démocratie sociale doit se démarquer du libéralisme et conduire à des politiques cohérentes; les pays scandinaves offrent la gratuité de l’éducation à tous les niveaux.
    À naviguer entre les sondages, on risque de perdre son âme, sa fibre et … ses électeurs.

  6. J’apprécie que vous dénonciez les vandales.

    Et les premiers que l’on doit dénoncer sont les agents du SPVM et de la SQ. Je ne peux croire que votre gouvernement s’associe à ces gens. Je pensais que nous nous étions débarrassés de la méthode de la matraque. De ces vandales en uniforme.

    C’est pitoyable. Je dénonce les casseurs et nous ne devons pas les accepter mais regardez le travail des policiers. Aujourd’hui, ils ont harcelé les manifestants tout au long de la manif. Résultat, ils ont eu leurs bonbons quand ils ont pu déployer leur matraques. Le déploiement des hélicoptères, les policiers qui tapaient sur leurs boucliers, tout était là pour que ça dégénère.

    Cette police a commis des actes criminels l’an passé. Ne la laissez pas en commettre d’autres. Votre gouvernement en perdra ce qui lui reste de crédibilité.

    Je n’accepterai pas de voter encore une fois pour vous sur le simple motif que nous pourrions avoir pire avec les libéraux. Si il le faut je voterai encore plus à gauche la prochaine fois pour exprimer plus clairement que la méthode répressive me répugne.

  7. D’après moi, c’est des «angryphones» qui profitent du sommet pour manifester leur désaccord à la loi 14. À moins que ce soient des ultramontistes ? Ou des survivants de la bande à Bader ? Mais certainement pas des voyous désoeuvrés trop jeunes pour se taper une bière dans un bar et incapables d’exprimer leur opinion autrement qu’avec un caillou. Et ceux qui voient une signification à ce geste ne sont pas mieux qu’eux. Pourtant, ce blogue est rempli de leurs pavés.

  8. Et en passant, hausser les frais de scolarité et accélérer la marchandisation de l’éducation, vous trouvez vraiment que c’est la meilleure façon d’encourager l’émancipation et la pérennité de notre peuple? Sacré stratégie! La prochaine fois peut-être que vous aurez la joyeuse idée d’instaurer des frais de scolarité au cégep? Tant qu’à faire des niaiseries. Le problème avec les tête dirigeantes péquistes (sauf rares exceptions) c’est qu’en plus d’être dénués de colonne vertébrale et de droiture, ils et elles ont toujours été des stratèges exécrables. Eille, c’est un peuple que vous êtes censé-e-s libérer, c’est pas une partie de poker et l’exercice de comptabilité d’un magasin de crème à glace! Sérieux, qu’on pense à Ho Chi Minh ou à Alex Salmond, vous êtes la r(l)isée des mouvements indépendantistes! J’ai honte.

  9. Je ne sais pas qui est le plus lâche ou le plus pitoyable. Celui ou celle qui, parce qu’il n’a pas trouvé d’autre moyen d’exprimer sa colère et sa dissidence casse une vitrine (oh! une vitrine! quelle horreur! c’est pas comme des étudiant-e-s à qui on donne des coup de matraque, ça vaut de l’argent!) ou celui ou celle qui, après s’être frais passé pour indépendantiste, de gauche et toutes ses choses qui semble-t-il ne veulent plus rien dire, trahit son peuple en léchant les bottes du patronat, du grand capital, et des la minorité linguistique à la fois la plus choyée et la plus oppressante de la planète? Le tout pour quoi? Un bureau dans le centre de commerce mondial. Bravo, c’est formidable. Plus-tard certains diront à leurs enfants: « j’ai lutté pour un monde meilleur, aussi disgracieusement parfois que j’ai cru qu’il était bon de le faire, mais j’ai toujours été là où la lutte s’est toujours faite, du côté des exploités et des opprimés ». D’un autre côté, d’autres diront: « j’ai autrefois conseillé un grand homme, tellement droit et honnête qu’il en a payé le prix et fut la victime de toutes les bassesses des puissants. Plutôt que de suivre son exemple, j’ai préféré m’inspiré de son successeur: poignarder son peuple dans le dos, c’est plus facile, et en plus plus payant. Et croyez-moi, j’ai poignardé en tabarnak! Cela dit j’ai souffert beaucoup, un jour un tata a cassé une de mes vitres. Et là j’ai eu peur, et j’ai cru bon de faire un sermon sur mon blogue. »

    • Si je comprends bien, tu fais partie des « tata ». Heureusement vous êtes une tite tite tite minorité.

    • Moi ce que je vois c’est un commentaire bien argumenté et plein de sens et une réponse insipide et complètement gratuite. Je me demande rvaiment c’est qui le tata ici.

  10. Je crois que cet événement a quelque chose à voir avec votre amour pour les gens de Westmount…

    Je vous connaissais mal. Vous m’avez confondue.

    Plutôt, aidez-nous à gagner la cause de la langue française, nous le méritons bien.

    • La langue francaise au Québec n’est pas une langue mais un dialecte souvent incomprehensible. Ecoutez parler les gens au Wal-Mart par exemple comme l’autre jour j’entends: »Reste là, je vas venir te repogner icitte » (un mari à son épouse) Commencez donc par l »apprendre, on verra après si cela vaut la peine de briser un pays pour elle.

  11. Vous avez goûté à votre propre médecine. Vous avez appuyés ces gens là, vous les avez supportés et n’avez pas respectés vos promesses. Je condamne les actes, mais sérieusement vous avez couru après.

    Votre sommet bidon est voué à l’échec depuis le début et ça va se produire, peu importe ce que votre patronne et votre collègue Duchesne vont dire.

    Vivement un autre élection bientôt pour vous sortir, vous et vos amis « amateurs »

  12. On le appellent des manifestants il y a un an quand les Pékistanais sont dans l’opposition, et vandales quand ils sont au pouvoir…Le manque de courage c’est votre retenue a dénoncé le même comportement il y a un an..

    • Vous n’avez probablement pas lu les dernières lignes du billet ni visionner la vidéo pour faire un tel commentaire.

  13. À la base même J-F Lisé, vous avez mal joué je pense votre campagne de popularité qui vous a propulsée vers votre haut poste ministérielle. Le «Monsieur Gauche» que vous vouliez devenir a charmé, très certainement les vieux péquistes gangréné par la droite depuis les dures années 90. La bonne vieille image progressiste que vous vous êtes attribué est un bien beau rôle que les citoyens lucides commence à déjouer. Je souhaite de tout cœur que vos idées d’Économie de Marché et de LIbre-Échange, la STAR_POP 2.0 que vous êtes ne méritent pas son nom. On peut récupérer, mais pas trop quand même.

  14. John F. Kennedy disait: «À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitable les révolutions violentes».

    Le gouvernement libéral au pouvoir lors du printemps érable à tenter d’étouffer les protestations pacifiques en niant le droit de grève des étudiants, leur droit de manifester, leur droit de faire respecter les votes légitimes de leurs associations étudiantes et en niant la légitimité de leurs revendications.

    Inévitablement, le mouvement érable a eu ses épisodes de violence en raison de l’intransigeance du gouvernement libéral, violence qui faisait bien leur affaire d’ailleurs.

    Les casseurs de la nuit dernière n’ont plus la même légitimité que les casseurs du printemps dernier. Le gouvernement Marois a reconnu les revendications du mouvement étudiants et plusieurs d’entre elles font du progrès lors du Sommet. On accepte maintenant l’idée du mal financement des universités, chose que les Libéraux refusaient de voir.

    Les actions des casseurs d’hier soir ne sont pas du tout légitime. Les étudiants sont en ce moment entendus. La désobéissance civile et la casse peut être utile afin de réussir à se faire entendre, mais les étudiants se font déjà entendre!

    Certains militants étudiants manquent carrément de jugement politique et ne comprennent pas que la grève et la désobéissance civile ne sont pas justifiées, souhaitables et utiles en tout temps. Ceux qui louangeaient la «diversité des tactiques» pour légitimer la casse sont aujourd’hui les mêmes qui ne voient aucune autre «tactique» que la grève et la désobéissance civile.

    L’ASSÉ et ses éléments révolutionnaires (très minoritaires) sabordent leur cause avec ces actions déraisonnables.

    PS: De la part d’un carré rouge qui paie encore le prix de la violence de l’État du printemps dernier et qui s’aperçoit que les sacrifices faits auront été vain en raison de militants réduisant tout espoir à néant en boycottant la table des négociations tant demandée lors du printemps dernier et en vandalisant les locaux de ce qui était, il y a quelque mois, un de nos leaders étudiants. (Bonjour la solidarité!)

    • Léo a été tellement déraisonnable lorsqu’il était porte parole des étudiants ! Il aurait dû ne chercher que la « confrontation » comme le porte parole actuel de l’A.S.S.É.! Peu importe ce que disent ses vis-à-vis, il tient à son point de vue, coûte que coûte et se retire de toute tribune où il n’est pas seul (Même sa camarade n’ose prendre la parole ???)
      Toute ma vie j’ai participé à de nombreuses manifestations : durant mes études collégiales et universitaires, sur la langue, sur l’indépendance ou sur des injustices sociales. Jamais je n’ai senti le besoin de ma masquer ! Jamais je n’ai cassé une vitrine ou endommagé des boîtes aux lettres ou des bancs de parc !
      Je trouve ça insignifiant. Un peu comme un enfant qui fait une crise et qui brise ses jouets ! Qui pense-t-il convaincre avec cette attitude? Je trouve ça contre productif et lâche ! Faute d’argument intelligent c’est descendre bien bas que de poser des actes de vandalisme aussi inutiles ! Leur slogan : À bas le capitalisme et les patrons, à bas le gouvernement et les politiciens, à bas le bon sens et les penseurs ! Vive l’anarchie et Québec Solidaire !

  15. Vous savez monsieur Lisée, il y a une différence entre l’individu ou le personnage qui a écrit le bouquin 10 façon de mettre la droite chaos et le nouveau politicien que vous êtes devenu et ce dans un parti hypocrite et prompt à toujours couper partout. Honte à vous, vous auriez du rester auteur, chroniqueur et penseur, la politique coromp même les grands esprits.

    • Au lieu de couper partout, le PQ devrait continuer de dépenser sans compter et continuer d’endetter le Québec comme l’a si bien fait Charest et sa clique, ou comme l’ont fait les maires libéraux comme Tremblay à Montréal, Vaillancourt à Laval et Marcotte à Mascouche !
      D’hériter d’un trou financier de 1,6G$ et de vouloir contrôler les dépenses c’est tellement déraisonnable de la part de Pauline Marois ! Pourquoi ne continue-t-elle pas à dépenser sans limite ? Cela donnerait alors l’occasion aux fédéralistes de dire que les péquistes ne savent pas gérer un budget et ne connaissent rien en économie !
      C’est tellement agir en ‘mauvaise mère de famille » que d’annuler un Hausse de 82% sur 7 ans pour la remplacer par une indexation de 3% ! Je suis révolté, vraiment !!!!!

  16. Ils ont parfaitement tort, évidemment. La police et la violence policière, ses excès, ses exactions, servirait-elle de caution morale, de carburant, à la casse ?
    On a tous été jeunes et la casse a toujours été l’arme des désespérés. Pourquoi leur donner des armes et des cautions comme société civilisée ?
    Le rôle d’un Ministre est de ratablir les ponts. Et pour cela, on doit avoir deux rives. Deux appuis : la démocratie et la justice…

  17. Un casseur c’est comme une pomme qui pousse. Il y en a qui finissent par pourrir avant même d’atteindre sa maturité. Et, que fait-on avec cette pomme pourrite ?…

  18. Il me semble qu’il serait assez facile de les démasquer. Ils ne sont certainement pas du genre idéologue pour sacrifier mère et patrie pour cacher leur forfait et leur comparses. Une petite récompense pour aider la délation ? N’oubliez pas qu’ils ont la droiture et le loyalisme des voyous, donc aucune.

  19. Le lis ces commentaires et, vraiment, cela ne vole pas haut…….. Manifester dans les rues d’une façon pacifique, n’a rien de comparable à briser des vitres….. je ne vois pas ce que ces gestes peuvent apporter de bénéfique .. finalement, parler du manque de résultats du sommet avant que le sommet soit commencé, vraiment il faut le faire…

  20. A»u cégep local, il y aurait quelque 2 400 étudiants. Quelque 200, seulement, ont eu l’audace de se présenter à l’assemblée générale pour décider d’un vote de grève. Puis près de 600 ne se sont pas donné la peine de voter.

    • ben si je calcule bien, ce n’est pas un taux d’abstention plus élevé que pour élire nos représentantEs politiques, au contraire, c’est même un taux d’abstention très faible 25% si on compare au municipal par exemple…… il est où le problème?

  21. Je pense que les casseurs sont à peu près toujours les mêmes. Ils courent les manifs. Dommage! Ils nuisent au mouvement étudiant.

    D’autre part, j’estime que la démocratie étudiante connaît des ratés.Exemple: seulement 200 cégépiens lors d’une assemblée générale pour décider de prendre un votre de grève.

    http://www.laction.com/Actualites/Actualite-regionale/2013-02-25/article-3184001/Les-cegepiens-disent-non-a-la-greve/1

    “Ce scrutin a été convenu jeudi dernier lors d’une assemblée générale spéciale qui a réuni à peine 200 cégépiens. Le vote électronique tenu par la suite a donné lieu à 1 772 réponses; 1 068 contre, 583 pour et 121 bulletins annulés.”

  22. Si je vous comprends bien, M.Lisée, vous seriez de ceux qui sont pour les manifestations MAIS à visage découvert, de même qu’on ait le droit de filmer à la fois, les policiers, et les manifestants.

  23. Qui sème le vent, récolte la tempête. N’est pas vous qui encouragiez ces casseurs l’an passé en portant leur effigie en pleine Assemblée Nationale et en prenant partie pour eux ??? Mea culpa François et cie, mea maxima culpa…

    • Dommage que vous confondiez manifestants pacifiques (ex.: carré rouge) et casseur. C’est un sophisme déplorable et même démagogique!

    • Monsieur Lisée n’a jamais encouragé les casseurs (lire les dernières lignes de son billet) ni porté le carré rouge à l’Assemblée nationale l’an dernier puisqu’il n’y siégeait pas… l’élection n’ayant pas encore eu lieu. Il n’était pas même pas candidat du Parti québécois à cette époque.

  24. Casser des vitres pour réclamer de la transparence? N’est-ce pas de la sinistre ironie?

  25. @ M. Claude Champagne : je ne comprends pas votre intervention. M. Lisée n’a pas l’air fâché, il explique une situation déplorable et il détermine qui en paiera la note. L’actuel Sommet invite à la discussion; vos jugements définitifs désolent l’honnête citoyen. Pourquoi vous sentez-vous interpellé, vos propos contiennent des zones grises, éclairez-moi, s.v.p.

    • Monsieur Lisée qui sans nul doute est une personne admirable, connaît trop bien la politique pour se montrer surpris de la sorte qu’une prise de position unilatérale d’un gouvernement ayant instrumentalisé la lutte des étudiants du Printemps Érable alors qu’il se trouvait dans l’opposition ne soit considérée par certains des éléments les plus engagés comme une trahison. Ces vitrines brisées qui n’ont fait de mal à personne, ne doivent pas être interprété au premier degré mais au second, en ce qu’elles constituent l’expression d’une rupture de confiance, d’une rupture. Monsieur Lisée devrait plus tôt nous entretenir de la peine morale que cela lui fait de contempler cette rupture au lieu de jouer la vierge offensée devant un dégât matériel. Monsieur Lisée est quelqu’un de trop intelligent pour adopter le ton de « matante éplorée » qui fut le propre de la Ministre Beauchamp et qui est le style de Richard Martineau et d’Éric Duhaime. Le Ministre plénipotentiaire se souvient certainement qu’à force de combattre les monstres on risque de leur ressembler. Ce rôle ne lui convient pas.

      Il aurait été si facile de prendre position en faveur du principe de gratuité scolaire tout en affirmant que c’était un objectif à long terme impossible à concrétiser maintenant. Au lieu de cela, le PQ s’ingénue à satisfaire les segments d’opinion qui ne seront jamais favorables à l’indépendance du Québec et qui seront les premiers à renverser le gouvernement dès qu’ils auront refait leurs forces.

      La dernière chose dont Montréal ait de besoin, c’est d’une autre crise et cet impératif aurait dû être pris en compte dans la stratégie du sommet de l’Arsenal.

      Enfin je me demande par quel prodige d’ingéniosité, ce gouvernement, devant chacune des décisions qu’il prend, s’ingénue à perpétuer une maladresse qui nous empêche d’être satisfait : Val-Jalbert, le principe de la gratuité scolaire, l’application de la Loi 101 au CÉGEP, le déficit zéro. On s’attend à tellement plus de vous que des compromis décevants.

  26. La démocratie directe. Direct dans ta vitrine.

    Le mouvement étudiant se discrédite en refusant de prendre les moyens pour se dissocier clairement et sans réserve de ces casseurs-anarchistes.

    Jean Émard

  27. blablabla et rebelotte et reblalablabla niet nada papa veut pas, blablabla et rebelotte et reblalablabla papa a raison, blablabla et rebelotte et reblalablabla papa maintenant qu’il a une limousine ne parle pas du même coté de la bouche, blablabla et rebelotte et reblalablabla… monsieur lisée svp, vous êtes un homme trop intelligent pour ne pas comprendre la situation et le processus et touti canti de votre gouvernance qui se dirige dans le sens contraire de ses paroles avant le 4 septembre dernier (à quelques exceptions près). merci de respecter l’intelligence collective plus que vous ne le faites depuis quelques temps. bonne après-midi et saluez léo pour moi.

  28. Dire comme vous le dites , monsieur Champagne , que les vandales ont raison de faire du vandalisme comme des voleurs en pleine nuit au lieu d’assumer leurs contestations a visage découvert , est irresponsable …..Il y a eu des dizaines d’heures de discussion avec des centaines de représentants du monde de l’éducation ……
    Mais ces gens qui vandalisent ne sont pas satisfaits de voir que LEUR SOLUTION n’est pas celle retenue et font de la violence ….. Vivre en société veut aussi dire vivre selon ce qu’une majorité désire …..

  29. Je soupsone l’ordre des vitriers de ce forfait. Ou bien peut être les étudiants vitriers…

  30. Parlant d’anonymat, il y a tous ces policiers du SPVM qui masquent leur matricule (impunément faut-il le rappeler). L’exemple du courage ne vient pas de haut!

    • Il y a une différence entre tuer la première Ministre et engeuler les parents de ces vandales . Que diraient ces parents de voir leurs maisons peinturer en BRUN , en guise de représaille pour ne pas être de la même avis que leurs taches de société .
      Quel exemple ont-ils donner ? se caches-t-ils la face de honte ?

  31. Ce qu’il y a de pitoyable, monsieur, c’est votre réponse insensible. Bien sûr, ce sont des vandales. Mais quand le pouvoir «n’autorise» rien d’autre comme réponse, que faire? Le PQ a organisé un sommet avec aucune envie de discuter. Voilà une des réactions… Elle devrait vous faire réfléchir plutôt que vous fâcher.

    • L’ASSÉ a refusé d’aller défendre ses positions. En démocratie, on se présente pour défendre ses positions. Il n’y a aucune raison pour justifier la casse.

      En ce qui me concerne, le modèle de « démocratie directe » est complètement déconnecté de la réalité du 21e siècle où il faut bouger vite. Ce modèle de l’ASSÉ nous rappelle les mouvements anarcho communistes des année 68-72. Ils n’ont pas inventé la roue!

  32. Cela fait partie du développement des enfants qu’ils renversent leur verre…
    Mais il vient un temps où les verres débordent…
    Alors on doit contenir les enfants que l’on dit appartenir à la société de l’abondance.
    Jamais la stupidité qui contraint aux réactions policières n’aura droit puisqu’elle sert de carburant à la répression. You hou les enfants cibole…
    Alors l’adaptation intelligente à l’effort collectif; il convient de participer à la réalité actuelle : exiger l’essentiel et la gratuité, puisque tonton nous y convie… Et en bons négos. Attendre que les choses aillent de l’avant. Et voir en fonction des forces en présence.

Les commentaires sont fermés.