Le Directeur Général fondateur d’Option Nationale est désormais #AvecLisée

Florent Michelot

Florent Michelot

En janvier dernier, Florent Michelot présidait le congrès d’Option nationale. Normal, il en était l’un des fondateurs, aux côtés de Jean-Martin Aussant. Il en avait été le directeur général, en 2011 et 2012, et avait été de tous les combats.

Pourtant, aujourd’hui, Florent Michelot a choisi un autre chemin. Celui que je propose depuis le début de cette campagne. Celui des victoires. On peut lire son texte plus bas sur cette page. Florent s’ajoute à un nombre grandissant de personnes de tous les horizons politiques qui se rassemblent derrière ma proposition. Qui en font leur proposition.

La semaine dernière, au premier jour de ma tournée du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, l’ancien député du NPD, François Lapointe, un champion dans la lutte contre les forages au port de Cacouna, s’est joint à ma campagne et a signé sa carte du Parti québécois.

Mardi, c’était une de nos figures les plus influentes et les plus colorées, Suzanne
Tremblay, qui m’accordait son soutien. C’est intéressant car Suzanne avait appelé à voter Québec Solidaire en 2014. Avec moi, elle revient dans la famille.

Jeudi, un député du Bloc Québécois de Gaspésie- Les Îles qui n’avait pas pris la parole publiquement depuis une douzaine d’années, Yvan Bernier, sortait de son mutisme, de sa « tiédeur » a-t-il dit, pour m’appuyer et inviter ceux et celles qui s’étaient éloignés de nous à faire de même.

Ces appuis s’ajoutent à quelques adéquistes et caquistes (dont un ancien député Raymond Francoeur, de Portneuf) qui ont fait le saut en ma direction.

RassemblerTous sont d’accord pour faire tout le chemin que je propose. D’abord chasser les libéraux en 2018, se préparer ainsi à réussir la souveraineté à compter de 2022.

Ce sont des défis de taille. Pour les relever, il faut additionner largement au-delà des 25% de Québécois qui ont voté pour nous en 2014 et qui affirment, dans les enquêtes d’opinion, vouloir le faire encore.

Ma proposition permet le plus grand rassemblement possible. Pour pousser, en 2018, les libéraux loin, très loin dans l’opposition. Pour cheminer ensemble et additionner encore davantage pour un rendez-vous avec un mandat indépendantiste en 2022.

Le chemin que je propose, sur lequel nous sommes de plus en plus nombreux, c’est celui de la plus grande coalition possible. C’est celui des victoires.

C’est celui qui vous attend à oser.jflisee.org

Florent Michelot

Membre fondateur d’Option nationale et ex-directeur général (2011-2012).

Depuis près de 15 ans, malgré la multiplication des scandales de tous niveaux, sans même batailler et quasiment sans discontinuer, le Parti libéral gouverne le Québec. Depuis lors, le mouvement indépendantiste se cherche et les initiatives n’ont pas manqué.

À la veille d’un printemps sans précédent, nous avons été nombreux à mettre sur pied Option nationale, avec la ferme conviction qu’un discours clair et honnête avait plus que jamais sa place en politique. J’ai ainsi eu l’honneur de prendre une part active aux premiers moments de cette formation à titre de Directeur général. Par milliers, les militantes et les militants qui ont adhéré à ON ont attesté de cette envie. Ces derniers ont été et sont encore un précieux levain dont le mouvement indépendantiste ne saurait se passer.

Mais si le mieux est souvent l’ennemi du bien, nous, indépendantistes, ne pouvons plus nier une terrible donne politique : le système électoral et le système parlementaire ont peu à peu verrouillé le champ politique au profit du PLQ.

Par leur travail de sape, ils démolissent ce que des générations de Québécoises et de Québécois ont patiemment bâti. Par leur absence de sens de l’État et leur provincialisme misérable, ils fragilisent les fondements mêmes de nos luttes, de notre mouvement, de notre affirmation légitime.

En tant qu’indépendantistes, l’urgence qui s’impose à nous est de résoudre la quadrature du cercle : comment sortir de cette situation nationale qui pourrit tout et ainsi répliquer aux nombreux impératifs du XXIe siècle ?

Notre responsabilité est de regarder crûment la réalité, comme nous l’avions fait aux fondements d’ON. Notre responsabilité est d’agir rapidement avant que le socle sur lequel reposent nos espoirs ne s’effrite et ne s’effondre. Sans perdre un instant, notre responsabilité est d’affronter les défis du présent et de préparer l’avenir en rebâtissant le mouvement indépendantiste dans la fierté de sa diversité.

Pour cela, il nous faut sortir les libéraux. C’est à ce prix que l’on pourra réussir l’indépendance au plus tôt.

C’est là un discours clair et honnête, un discours qui a rejoint mon propre cheminement. C’est le discours de Jean-François Lisée.



15 réflexions au sujet de « Le Directeur Général fondateur d’Option Nationale est désormais #AvecLisée »

  1. Bienvenue Florent dans l’Équipe de JFL, ici et ailleurs,

    J’étais là au congrès d’Option nationale fin janvier et comme a sans doute dit Jacques, Demers pas Parizeau mais qui sait, comme Céline je sais pas, j’ai bien aimé ce que j’ai vu, lu et entendu. Du, du, du ajoutait le Capitaine Bonhomme.

    Je ne peux plus faire comme vous, je suis de l’équipe de JFL depuis ma lecture de Sortie de secours : Comment échapper au déclin du Québec, 2000, tournant de siècle.

    En 2011, je me disais que l’indépendance du Québec avait plus de chance de souvenir avec François Legault et la coalition que le PQ et Pauline Marois. J’allais devenir membre. Jean-Martin Aussant s ‘est accompli et comme vous, j’ai plutôt adhéré à ON.

    Je suis d’accord pour l’approche de vaincre les libéraux d’abord; comment y parvenir avec ou sans coalition ? Bryan Bréguet, un talentueux météorologue de la politique me porte à croire que ce serait plus facile avec que sans François Legault, libre de Gérard Deltell.

    Vous écrivez : Ces derniers ont été et sont encore un précieux levain dont le mouvement indépendantiste ne saurait se passer. Je ne vous le fais pas dire, vous m’enlevez les mots de la bouche.

    Pour sortir de la quadrature du cercle, je crois au triangle intergénérationnel : plus de X, plus de Y, plus de boomers.

    C’est mieux engagé qu’en 2015, ne serait-ce que la présence de votre lettre ici, dans cet espace personnel.

  2. Bonjour.

    Il y a une chose que le peuple n’a pas encore compris, il est dure de comprenure, quand aux politisiens , et bien je crois qu’ils n’ont pas encore compris que l’état est la représentation et le porte parole du Peuple, pas d’une clic, le PLQ a toujours été le parti du patronat, aucun respect pour la démocratie, il manque un mécanisme de destitution de ceux qui nous comptes des histoires ou qui font le jeu de la main gauche et de la main droite. Il est temps que les travailleurs citoyennes se réveillent et s’instruisent. Il est devenu inadmissible qu’un travailleur de la construction ne soit pas plus éduqué sur le plan intellectuel, même des professionnels ont des manques. C’est la question du temps, qu’on nous vol, le temps de vie. Pour que quelques uns se goinfrent. Et il y a toute cette PUB bidon sur les dieux créateurs de richesses et d’emplois. Ici, il s’agit de la magie des mots, il y en a qui se cachent derrière les mots conditionnant, mais aux cas où, les matraques sont bien lissées en entrepôt.

    Il y a une chose qui doit devenir un enjeu électoral, la répartition équitable des médiats. Pourquoi, parce qu’ils on des effets collatéraux importants sur les esprits, en effet ce pouvoir a des effets synergiques sur la pensée: elle influence et donne un sens tronqué de l’information qui se confond avec l’idéologie économique financière.
    Bien des députés le savent, mais la plupart du temps ils vont dans le sens du statu quo, ou parle sans rien dire. Les formules éculées.

    En ce moment, le Canada commence à lorgner du côté de l’Amérique latine, il se prépare au retour des canadiennes comme dans l’autre siècle, mais cette foi-ci sous le parapluie de la mondialisation. Est-ce que vous comprenez ? Mais à quoi rime le rapprochement US Cuba ?

    Lisez cet article.

    Cuba-Etats-Unis : Le blocus est une politique du passé et doit cesser !, une interview de Joséfina Vidal réalisée par Granma International et publiée le 22 juillet en français. Là, on a l’impression de rabâcher mais malheureusement, le blocus est toujours là…!!

    «« – Comment se fait-il que Cuba n’ait pu utiliser le dollar dans ses transactions internationales plusieurs mois après la levée de cette restriction par l’administration Obama ?

    Cuba n’a pas encore pu faire de paiement ni de dépôt en liquide en dollars étasuniens. Les 49 amendes infligées par le gouvernement du président Obama aux entités étasuniennes et étrangères pour avoir fait des affaires légitimes avec Cuba, pour un montant de 397 416 827 dollars, un chiffre sans précédent dans l’histoire de l’application du blocus contre notre pays, produisent toujours des effets intimidants.

    Jusqu’à présent, les États-Unis n’ont émis aucune déclaration politique ni aucun document légal expliquant aux banques du monde que les opérations avec Cuba sont légitimes et ne feront l’objet d’aucune sanction. »»
    http://bolivarinfos.over-blog.com/2016/07/cuba-etats-unis-le-blocus-est-une-politique-du-passe-et-doit-cesser.html

    En tout cas thatcher, n’est pas morte….Attention Hilary arrive…….Pensez-y bien.

    Quand apprendrons-nous des leçons de l’histoire ?
    L’histoire n’est pas le fait de lutins, mais de profil de personnage. Mais de quel profile s’agit-il ?

  3. Bonjour.
    Nous vivons une époque de trahisons de la démocratie, de l’humanité et de la Nature.
    Nos médiats ne nous dise que des choses partiels et partiales, parfois ça sent la propagande. Nos politiciens ont perdu leur intégrité d’hommes et de femmes en épousant le pragmatisme économique financier.
    Je leur donne le bénéfice du doute: ils ne s’en aperçoivent pas !?

    M. Lisée, aller sur le BLOG de M. le Hyaric, il vous apprendra bien des choses. Il réussit à garder son intégrité. Bien sûr il y a les erreurs de parcours, mais qui n’en fait pas.
    Je le répète, seul la vision d’ensemble nous donne accès aux tenants et aboutissants, aux causes et acteurs responsables. Comme a dit Krishnamurti: voir la vérité d’une chose.

  4. Monsieur Lisée,
    Lors de votre tournée dans le Bas-St-Laurent, ma femme, ma fille et moi, étions présents lors de la rencontre à Rimouski et ce fut un plaisir de vous serrer la main et d’échanger quelques mots avec vous. La plupart des propositions et idées que vous avez exprimées dans votre allocution nous rejoignent. J’aurais aimé échanger davantage avec vous mais j’ai dû quitté vers 20 heures. Notamment, je suis demeuré perplexe depuis la dernière élection concernant la Charte des valeurs si mal habilement piloté par Monsieur Drainville; plusieurs analystes croient que cette erreur stratégique a pesé dans la balance de la défaite. Pour ma part, c’est une des raisons importantes pour laquelle je n’ai pas renouvelé ma carte du parti. Ma femme et moi sommes des catholiques pratiquants, dits progressistes, qui respectent les autres croyances, y compris l’athéisme et l’agnosticisme, mais craignons les positions intégristes qu’elles soient religieuses ou laïques. Plusieurs personnes pratiquantes comme nous ont craint qu’avec la Charte de la laïcité, notre héritage chrétien allait être menacé. Tout en étant d’accord avec la neutralité de l’État et certaines règles d’abstention de signes religieux dans des postes représentant l’État, j’aimerais être rassuré sur votre désir de respecter la liberté de pratique religieuse et que les signes religieux non agressants puissent être tolérés dans l’espace publique lorsque l’on ne représente pas l’État. Vous savez, l’Identité du peuple québécois contient un héritage judéo-chrétien qui demeure dans notre inconscient collectif; essayer d’y opérer une rupture ne peut conduire à une négation de ce que nous sommes.

    • Correction:  »essayer d’y opérer une rupture ne peut que conduire à une négation de ce que nous sommes comme québécois. Le même respect envers l’héritage religieux des néo-québécois est également essentiel »

  5. « Sans perdre un instant, notre responsabilité est d’affronter les défis du présent et de préparer l’avenir en rebâtissant le mouvement indépendantiste dans la fierté de sa diversité. »…
    …n’est-ce pas un peu court… un peu creux?… Il aurait fallu poursuivre: les défis du présent: l’entente entre les candidats, pour unifier TOUS les indépendantistes!
    …préparer l’avenir? … rebâtir dans la fierté de sa diversité?… c’est à dire? …sa diversité vient du fait que en majorité les jeunes « sont rendus ailleurs »!… Z’y voient un combat d’arrière-garde!… l’humiliation de leurs parents! Préparer l’avenir, c’est leur faire la preuve que le Canada, pour eux, c’est de porter les valises! Préparer l’avenir, c’est leur démontrer le mensonge des « grands ensembles »: on a voulu décourager les tenants du Brexit, par des perturbations économiques… qui s’estompent déjà! Faut mettre les feux sur les pays européens qui vont vouloir suivre, en retrouvant leur autonomie! Les nations peuvent faire des affaires ensemble, mais sont toujours distinctes!

  6. Certains membres du caucus du PQ ( pour qui j’ai un profond respect) doivent commencer à regretter leur appui trop hâtif à certains(es) autres candidats(es).En effet, il semble de plus en plus évident que M. Lisée a le
    vent dans les voiles.
    Sa campagne reçoit l’appui de personnalités politiques de toutes horizons(PQ,BQ, NPD, ON, CAQ) signe que JFL est un rassembleur et qu’il peut réussir une certaine unification des forces souverainistes.
    Alors militants et militantes du PQ joignons nous à sa campagne afin de lui donner une majorité sans équivoque

  7. Pouvez-vous démontrer aux Québécois qu’un Québec indépendant pourrait être viable économiquement pour que les non séparatistes cessent d’utiliser cet argumentation pour nuire à l’avancée de la cause.

  8. « Sortir les libéraux » avant de « faire l’indépendance » alors que l’indépendance est déjà faite depuis 1982, c’est ignorer l’état des choses. Le Québec est SOUVERAIN parce que René Lévesque n’a pas signé la nouvelle Constitution. Un contrat non signé ne peut pas diriger le destin d’un non signataire. P. É. Trudeau s’est mis un doigt dans l’oeil ou bien il a donné aux Québécois l’opportunité de se séparer, chassés par les Canadians!

    • De Québec : Avec tout mon respect pour votre opinion, changez de disque s.v.p. , vous écrivez votre texte partout où vous le pouvez !

  9. De Québec : Jean-François Lisée, c’est une tournée fructueuse que vous avez faites au Bas Saint Laurent et en Gaspésie. Je vous en félicite. Tous ces ralliements venant de plusieurs membres et ex-membres de différents horizons politiques est signe que vos propositions et votre candidature sont pleins de bon sens ! Il faut continuer de travailler pour en obtenir le plus possible et de vous faire entendre de partout au Québec. Vous êtes sur la bonne voie. J’invite les indécis(es) à lire et relire votre programme et d’embarquer avec vous pour cette merveilleuse aventure. D’ici au 7 octobre prochain il y a beaucoup de travail de terrain à effectuer c’est certain. Mais avec l’aide de gens comme M. Michelot et Mme Tremblay et de bien d’autres, nous y arriverons. Cela prouve que votre candidature c’est du sérieux et que tout est mûrement réfléchi. Vous le savez, mon vote vous est acquis depuis le début et je voudrais voir plus de gens connus se rallier à vous. Il y en aura, j’en suis certaine. Bravo !

    • De Québec: Comme je suis la seule à avoir laisser un commentaire, je me permets d’en écrire un peu plus sur Florent Michelot et Option Nationale. C’est excellent d’avoir son appui qui j’espère en amènera d’autres des membres d’O.N. . M. Michelot fait un bon choix en se ralliant à vous, M. Lisée. IL faut que tous les indépendantistes se rallient pour la cause, sinon ce n’est pas gagné d’avance. J’invite Québec Solidaire, ses deux chefs et leurs membres à faire de même si ce n’est déjà fait. C’est important ce qui se passe ici. C’est plus qu’une course à la chefferie du P.Q. , c’est l’avenir entier de notre futur pays qui est en cause. La prochaine élection générale sera cruciale, vous le savez bien Jean-François. Tout se joue d’aujourd’hui jusqu’en 2018. C’est ça que les membres doivent comprendre, on n’aura pas d’autres choix. C’est former le prochain gouvernement sinon ce sera bel et bien fini pour notre rêve. Mais qui sait, peut-être pas, restons optimistes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *