Le PQ post-7 avril: Ils répondront présents

J’ai noté dans un billet récent des interventions de collègues députés réélus du Parti québécois sur la suite des choses.

Pour alimenter le débat, je vais continuer à signaler des interventions dignes d’intérêt.

Véronique Fournier, Saint-Henri-Sainte-Anne: « Je répondrai présente »

Véronique Fournier.

Sur sa page Facebook le 10 avril 2014, elle a écrit un texte magnifique. Extraits :

Au lendemain du 7 avril, l’Hiver de force. Ce sont ces mots de Réjean Ducharme qui
m’invitent à vous écrire pour vous remercier. Vous, chers militants, bénévoles et citoyens qui vous êtes engagés à mes côtés et qui m’avez accompagnée avec convictions pendant ces 33 jours. L’hiver de force. Un hiver de force de politique. Non sans rappeler les mots de Ducharme, cette identité aux contours embrouillés, comme ce printemps qui n’est jamais vraiment arrivé.

Cette langue carrefour, fourchante parfois, vibrante souvent, qui révèle ce printemps que l’on se refuse. L’hiver de force. Le vrai, celui où il neige et il vente. Celui où nous avons bravé ensemble les intempéries avec courage et détermination, où la soif de changement dans Saint-Henri-Sainte-Anne ne s’est jamais démentie. De cet hiver de force, nous en émergerons.

J’en ai la ferme conviction. Nous avons répondu présent dans Saint-Henri-Sainte-Anne lorsqu’il s’est agit de proposer une voix forte à nos concitoyens. Présents, lorsque nous sommes allés jours après jours à la rencontre des nôtres. Présents lorsque nous avons débattu d’enjeux, proposé des idées, discuté des contraires, animé l’espace politique dans notre milieu. Nous sommes allés plus loin encore, revendiquant avec conviction que la défense des préoccupations et des aspirations d’une communauté donne le sens même au choix démocratique d’une députée. Ce terrain reste à occuper. C’est d’ailleurs là un chantier du faire autrement la politique. […]

Nous avons le devoir maintenant de voir grand pour le Québec, de se projeter avec fierté et courage vers l’avenir, d’en discuter autrement avec nos pairs. De cet hiver de force, nous avons le devoir d’en parler ensemble, de le traverser, d’en brasser les cartes, d’en faire le début d’un printemps. En 1995, j’étais trop jeune pour participer au devenir. Comptez sur moi aujourd’hui pour réfléchir notre avenir. Je répondrai présente lorsqu’il sera temps de faire entrer le Québec parmi les nations progressistes. Avec vous.

Alexandre Cloutier: « Je ne me tairai pas »

Cela m’avait échappé, et merci à l’alertinternaute Joseeanne de me l’avoir signalé, mais mon collègue Alexandre Cloutier a donné au lendemain de l’élection une entrevue d’une grande franchise à Michel C. Auger:

Le résumé de Rad-Can:

« Vous aurez compris qu’on aura une sérieuse réflexion à avoir sur le contenu même de cette charte. Il y a des éléments qui pouvaient davantage rassembler. Je pense qu’on aurait dû se concentrer sur ce qui faisait consensus. En politique, il me semble que, lorsqu’on peut rassembler de 80 % à 90 % des appuis, on a tout avantage à le faire », a-t-il dit en entrevue à l’émission 15-18 sur ICI Radio-Canada Première.

« C’est certain que le contenu de la charte, ou du moins la façon dont on s’est comporté dans ce dossier là, va devoir être analysé et discuté entre nous. »

Alexandre Cloutier croit que le PQ est « déconnecté » de la population en général et des jeunes en particulier, « qui sont ouverts sur le monde, qui voyagent beaucoup et qui parlent une deuxième ou une troisième langue ».

« Tu ne peux pas avoir 25 % d’appui populaire et prétendre du même souffle répondre aux aspirations des Québécois », dit le député de Lac-Saint-Jean.

« On doit avoir un discours qui parle aux jeunes, ouvert sur l’autre, sur la diversité », ajoute-t-il.

Mais il n’y a pas que la charte, note M. Cloutier. Selon lui, le PQ a un énorme travail de consultation et de réflexion à faire sur plusieurs autres enjeux afin de redevenir « le parti des gens ».

L’entrevue audio:

 

Sylvain Gaudreault: Le PLQ « Parti normal de gouvernement? »

Sylvain: Prendre le temps de réfléchir.

À la même émission, Sylvain Gaudreault constate le déphasage de la campagne, s’inquiète pour l’emprise possible du PLQ sur le pouvoir, sur les rapports avec les jeunes, sur le rôle des médias dans la campagne.

Il aborde la question de la Charte des valeurs et du temps qu’il faut prendre pour aller au bout des discussions..

On peut écouter son entrevue ici.

Attention alertinternautes et collègues:
n’hésitez pas à me signaler des interventions
dans la section commentaires.



3 réflexions au sujet de « Le PQ post-7 avril: Ils répondront présents »

Les commentaires sont fermés.