Les trois prises de Phillipe Couillard

Aussi partisan que Charest ? Décevant.

Aussi partisan que Charest ? Décevant.

Ça commence mal. On pouvait espérer que le nouveau chef libéral Philippe Couillard serait moins partisan que Jean Charest, plus consensuel.

L’occasion était belle. Le dernier budget fédéral est un chef d’œuvre d’irrespect des décisions québécoises: formation de la main d’œuvre, Fonds de travailleurs, obsession de créer une commission pancanadienne des valeurs mobilières.

Il n’y a aucun doute, les libéraux, comme les péquistes, les caquistes et QS, s’opposent à chacune de ces mesures. Il serait donc aisé d’exprimer d’une seule voix la position québécoise en votant, tous, une motion dans notre forum démocratique, l’Assemblée nationale, non ? Non.

Philippe Couillard ne veut pas.

Ce mardi, le nouveau chef était avec ses députés à Québec et leur a interdit de voter en faveur d’une motion dénonçant l’ingérence du budget fédérale en main d’oeuvre.

Première prise.

Erreur de parcours, peut-être, du chef novice ?

Mercredi, une autre motion fut mise au voix, pour dénoncer la mesure fédérale affaiblissant les Fonds de travailleurs. Philippe Couillard allait-il permettre l’unanimité québécoise ? Non. La partisanerie fut encore son choix, alors que chacun lui rappelait combien le PQ, dans l’opposition, avait au contraire chaque fois voté ce genre de motion, au nom de la force du Québec.

Deuxième prise.

Le parti de M. Couillard avait une autre idée: faire voter par l’Assemblée une motion appelant le gouvernement à forger des alliances avec les autres provinces pour faire reculer Ottawa.

Ce jeudi, cette motion fut mise aux voix. Comme tous mes collègues péquistes, j’ai voté oui. L’Assemblée fut unanime.

Puis, le ministre des Finances du Québec a proposé une autre motion reprenant celles des jours précédents pour que le parti de M. Couillard et ses députés puissent exprimer avec les autres les sujets sur lesquels nous voulons faire reculer Ottawa, alors que s’ouvre la relâche parlementaire pascale.

Philippe Couillard et ses députés ont refusé. Troisième prise.

Le nouveau chef libéral vient donc de rater, trois fois en trois jours, son premier test politique. Il a mis son parti avant les intérêts nationaux. Il a affaibli le rapport de force du Québec.

Pour la première fois au marbre politique, Philippe Couillard laisse tomber l’équipe québécoise. Il n’essaie même pas de frapper la balle. Pitoyable.



16 réflexions au sujet de « Les trois prises de Phillipe Couillard »

  1. Et il semble que les libéraux soit en avance dans les sondages depuis que M. Couillard est devenu chef du parti. Je crois que l’électorat québécois a besoin d’une psychanalyse, ça presse!

  2. Philippe Couillard est une baudruche, inodore, incolore et sans substance. Le temps ne va pas tarder à le confirmer.

  3. Couillard, protecteur de notre identité québécoise? Le libellé de la motion était très bien présenté par le P.Q. de façon non partisane. M. Couillard a préféré défendre les intérêts de son parti, en continuité avec Charest, en présentant une motion qui exige l’appui d’autres provinces pour protéger les intérêts du Québec… Les québécois vont-ils se réveiller?

  4. Monsieur Couillard, lui un docteur, une personne si cultivée, agir de manière aussi basse et faisant passer ses intérêts personnels avant ceux des Québécois, ose prétendre qu’il veut travailler dans l’intérêt de tous les Québécois (ce qu’il a déclaré lors de sa course à la chefferie (et non au leadership)? C’est de la supercherie! Il continue à nous tromper comme il le faisait lorsqu’il était ministre de la santé. Il peut bien être « chum » de Porter. Comme disait l’autre, un « chum c’est un chum ». Alors surveillons nos intérêts car lui, il pense plutôt à ses « chums » qui, comme on le sait, n’ont pas les mêmes intérêts que la majorité des Québécois.

  5. Oui,nous sommes le vendredi saint et ça me fait penser à quelqu’un qui a dit à Pierre
    (Avant que le coq n’est chanté, tu m’auras renié trois fois.)

    • Mme Huguette, quelle belle prise de conscience, j’en reviens pas comment ça vient connecter l’histoire et la réalité d’aujourd’hui! c’est désolant mais en même temps assez spécial!

  6. @Marc

    La seule « basse » partis-ânerie (note: c’est une correction automatique de mon iPad que j’ai choisi de garder, car amusante et contextuelle…) fut celle de M. Couillard qui a l’évidence refuse que le Québec puisse parler d’une voix.

    Pendant la campagne à la chefferie, plusieurs se demandaient où logerait M. Couillard dans ce domaine. On a la réponse : en-dessous de M. Charest (un exploit s’il en est un).

  7. M. Lisée, vous faites de la démagogie pure et simple. La motion du 13 mars, déposée par Kathleen Weil fut adoptée à l’unanimité.

    Et celle que le plq a déposé mercredi je crois va beaucoup plus loin que la votre.

    Pourquoi en avoir déposé une nouvelle aujourd’hui alors que vous dite si bien vous meme que vous en avez adopté une à l’unanimité 30 secondes plus tôt. Est-ce parce que vous étiez jaloux ? Furieux que le plq agisse bien dans l’intérêt des Québécois.

    C’est regretable que vous fassiez de la basse politique partisane.

    Commencez donc par gérex vos dossiers. On verra ensuite.

    • « la vôtre » ; accent circonflexe.

      « vous dites »; ajoutez un « s ».

      « vous-même »; tiret et accent circonflexe.

       » gérez »; un « z » et non un « x ».

      …et oui, en effet, il est « regrettable » ( double « t ») que vous fassiez de la basse politique partisane…

    • @ Raphael;
      Merci et bravo pour les corrections!
      Mais… gérer doit être à l’infinitif et non conjugué à la 2e personne du plurier.
      🙂

    • Cher Marc. Pendant dix ans, les Libéraux ont fait de la petite politique à outrance, et vous accusez le Parti Québécois d’en faire, Attendez la fin de la Commission Charbonneau et nous seront plus informés de quel genre de politique les Libéraux ont exercé.

    • On!
      Il est fâché le monsieur libérul Marc.

      Ça doit toujours être les libéraux qui ont raison, bon!

      Vous vous êtes fait sacrer une volée le 4 septembre vérifiez le nombre de votes combiné à la CAQ et au PQ comparativement à ce que vous avez reçu au PLQ.

      Quand allez-vous comprendre que à par quelques Angryphones et de Québecois qui ont une sainte peur de l’inconnu et de perdre leur « pension du canada », il n’y a plus personne qui votera pour vous les libéraux.

      Votre parti bat de l’aile.

    • Totalement d’accord avec vous. Comme dirait l’autre : Votre chien est mort les  »Liberals provincials »

Les commentaires sont fermés.