Les trous dans le gruyère identitaire de la CAQ : Legault persiste et signe

François Legault avait une belle occasion de préciser ou de corriger ses propositions identitaires dans le texte qu’il a publié samedi dans Le Devoir, en réponse au mien. Malheureusement il ne fait que confirmer les erreurs qu’il propose aux Québécois.

Regrette-t-il d’avoir affirmé que le Québec est envahi de « mononcles » et de « matantes » immigrants par la réunification familiale, alors que ce n’est absolument pas le cas? Silence. Admet-il que sa proposition brutale de renvoyer chez eux, après trois ans, des immigrants échouant à ses tests de français serait invalidée par les tribunaux? Silence. (D’ailleurs, où suggère-t-il de déporter les nombreux analphabètes québécois qui échoueraient aussi à ces tests si on les leur appliquait?) La proposition du Parti Québécois de contrôler la connaissance du français de 100 % des immigrants avant leur arrivée au Québec est à la fois plus efficace et plus humaine.

Pourquoi refuse-t-il mordicus une des mesures les plus structurantes pour la francisation : l’application de la loi 101 aux entreprises de 25 à 50 employés, qui toucherait environ 40 000 salariés allophones? Silence. En matière de signes religieux et de conviction, accepte‑t‑il de n’appliquer leur interdiction aux seuls futurs éducateurs et enseignants, et ne voit‑il pas que des sanctions et des renvois de salariés actuels offriraient aux radicaux exactement le genre de martyrs qui aideraient leur cause? Silence. Ne comprend‑il pas qu’une action forte contre la discrimination et le racisme à l’embauche et dans le logement est une condition indispensable au vivre-ensemble et au respect des règles du vivre-ensemble, au-delà de la seule francisation? Silence.

François Legault confirme une chose : il est un tenant de l’interculturalisme, qui est précisément la doctrine officielle du PLQ en matière d’intégration. Le Parti Québécois préfère s’inspirer des travaux de Camille Laurin, de Fernand Dumont et de Guy Rocher, en proposant la concordance culturelle, soit une réelle reconnaissance d’un socle commun de langue, de culture, d’histoire et de valeurs du Québec (voir ici : http://bit.ly/concordanceculturelle).

En refusant sciemment de répondre aux questions que je lui ai posées, le texte signé François Legault n’est finalement qu’un exercice de communication. Et il confirme que plusieurs des propositions identitaires de la CAQ (pas toutes) ne sont que… de la communication. Elles ne sont pas conçues pour réussir, pour passer le test du réel, pour vraiment faire avancer le Québec. Elles sont conçues, comme ses navrantes publicités mensongères lors des partielles, pour tromper les électeurs. Dommage.

Jean-François Lisée
Député de Rosemont et chef du Parti Québécois
Le 5 mars 2017



8 réflexions au sujet de « Les trous dans le gruyère identitaire de la CAQ : Legault persiste et signe »

  1. Je n’ai pu conclure mon propos hier. En fait, je le conclurai ici en disant qu’il vaudrait mieux douter de nous-même à ce moment-ci avant de douter de Legault lui donnant ainsi de la visibilité. Chose certaine, si rien ne change , dans la prochaine campagne électorale , les libéraux , multi-culturalistes et chartistes dénonceront sa position comme étant une façon de bafouer les droits fondamentaux , ceux de nos deux Chartes y compris et surtout la déclaration universelle des droits de l’homme des nations-Unies dans son article 18. Cette critique s’adressera aussi au PQ avec autant sinon plus de virulence puisque que nous proposons la même chose et en plus, de façon discriminatoire à l’égard des jeunes. Avec raison, on nous accusera de faire de l’âgisme. Selon, moi, nous ne sommes plus en 1905 et dans le contexte où la France alors avait peut-être et même certainement raison d’interdire les signes religieux puisque ceux-ci représentaient ostensiblement le pouvoir de l’Église catholique. Ici, depuis 1936 nos députés siègent sous un crucifix à l’Assemblée nationale . Et personne ne prétend que les lois passées depuis sont le fait d’une députation influencée dans leur conscience par le crucifix . Alors, peut-on se calmer car c’est la même chose pour un juge qui porterait la kippa ou une enseignante qui porte le voile. Pourquoi on commencerait à croire que leur liberté de conscience , à lui et elle, et en particulier, leur professionnalisme seraient plus affectés par un signe religieux que celle de nos députés? Bref, il faut lâcher cette mentalité d’interdire les signes religieux dans notre société ouverte et réfléchir à la possibilité d’un modèle de laïcité qui justement célèbre notre liberté de conscience. Jean-François a déjà eu mes propositions souvent par courriel à ce sujet. IL FAUT DÉVELOPPER UN MODÈLE DE LAÏCITÉ COMPATIBLE AVEC NOS CHARTES DES DROITS, et non faire le contraire alors qu’on veut écrire avec solennité dans une future constitution que notre Charte des droits est une caractéristique fondamentale de la nation québécoise. Donc, oui, soyons cohérents! Merci de me lire et de commenter.

    • L’Islamisme (l’islam) est une religion envahissante qui comporte un aspect politique très fort et très présent.
      Les accommodements raisonnables consistent au lent grignotage de l’espace public par un un islamisme, en son essence même, conquérant. On impose la charia à feu lent:repas halal, port du voile, espace réservé aux femmes en certains lieux, choix du médecin en fonction du sexe, la tuerie barbare d’agneaux au nom d’Allah,….:.
      Et nos chartes sont notre création. Si elles ne répondent pas bien aux exigences que nous avons, il faut les changer.
      Pendant des siècles, la loi du talion était sacré. Heureusement, nous l’avons abrogée.
      Et depuis les années »60, la France a décidé, au nom du multicultutalisme, de ne pas appliquer la loi de 1905. Aujourd’hui on parle d’une possibler partition de la France.
      Et cessez d,’amalgamer la liberté de conscience au droit de propagande religieuse. Personne ne peut me dire en quoi ou en qui croire mais cela ne veut pas dire que j’aille le droit d’en faire la propagande de toutes les façons possible.

  2. «  »Les constats sur la situation financière de la province de Québec ne sont guère encourageants. Cet état de choses est-il inévitable ? En d’autres mots, le Québec peut-il faire mieux ? Pour répondre à cette question, il convient de présenter aux Québécoises et aux Québécois, tant fédéralistes que souverainistes, un autre scénario, celui d’un Québec souverain. L’analyse de ce scénario montre qu’en récupérant les impôts versés à Ottawa et en éliminant les chevauchements entre les deux gouvernements, le Québec pourrait non seulement assumer les dépenses du gouvernement fédéral et sa juste part du service de la dette, mais plus encore, dégager une importante marge de manœuvre budgétaire. «  » » Et c’est signé : François Legault
    Rien n’a foncièrement changé depuis ni au Canada ni au Québec. François Legault nous mentait-il alors? Ou n’est-ce pas la vraie solution qu’il nous cache maintenant?

  3. Ce n’est pas en divisant les francophones entre eux qu’on va sortit le PLQ. Si 70% des francophones du Québec rejettent le PLQ c’est une occasion rêvée de faire une coalition pour les sortir! Pas une occasion de prendre le pouvoir mais celle de faire un gouvernement de coalition le temps de passer juste une seule loi qui instituerait la proportionnelle ! Ensuite on dissout la coalition et on déclenche l’élection! Ça serait la fin des libéraux et de toutes les hégémonies, toutes tendances confondues. Libérez nous de nos divisions nous le peuple fondateur de la nation Québécoise ! Merci

  4. 1er commentaire: J’ai participé hier avec l’équipe de Brome-Missisquoi à la consultation relative au document LE CHEMIN DES VICTOIRES un document de 75 pages et de près de 90 si on additionne OSEZ REPENSER LE PQ de Paul Saint-Pierre Plamondon. Nous avions au maximum trois heures en après-midi pour faire des amendements à l’une ou l’autre des 1153 lignes ou petits paragraphes et couvrant 7 chapitres. La première proposition mise en débat était à l’effet de résumer cet imposant document dans un préambule parce qu’au dire du proposant il n’avait pas encore lu lui-même l’ensemble du document et si on voulait ,disait-il, qu’il soit accessible au commun des mortels c’est à dire les électeurs, il faudrait beaucoup simplifier , être claire et percutant. Dans son état actuel ajoutait-il , surtout, qu’il est écrit en tout petits caractères, seuls des péquistes très motivés le liront en prenant soin de mettre leurs lunettes. La proposition fut adoptée avec une large majorité.
    2ie commentaire: le titre du texte de Jean-François dans le Devoir du 2 mars était LE DOUTEUX MARKETING IDENTITAIRE DE LA CAQ et le titre du texte de François Legault, en réponse, le 5 mars était : LA CAQ,DES PROPOSITIONS CLAIRES ET ASSUMÉES. En campagne électorale en 2018 dire que sous un gouvernement Legault il sera interdit aux enseignants des CPE, du Primaire et du Secondaire de porter des signes religieux c’est beaucoup plus claire que de dire que sous un gouvernement péquiste seuls les nouveaux enseignants se verront interdire de porter des signes religieux parce qu’avec une telle position les gens se diront : pourquoi interdire qu’aux jeunes ? Pourquoi ceux et celles qui en portent déjà dans ces institutions on ne leur interdit pas ? Et on là Jean-François répondra parce qu’on veut préserver les droits acquis . Les droits acquis, comment ça des droits acquis puisqu’il s’agit de droits fondamentaux protégés par les chartes et pour tous le monde , les jeunes comme les vieux, rétorqueront d’autres ,, y compris moi-même , etc etc. Bref, c’est loin d’être claire notre position.

  5. Mr Lissée, vous êtes dans la bonne voie, on ne peut vous en exiger plus, vous êtes celui avec qui nous deviendrons un …PAYS….mais seulement que vous suggérez de revenir sur ceci…. POURQUOI NOUS DÉSIRONS AVEC UNE TELLE FORCE DEVENIR UN PAYS…. .QUÉBEC…avant se nommait le Bas St Laurent, comme ces Français étaient arrivés bien avant, ils étaient installés, et devenus très riches, ce fut la Confédération de 1867, c’est écrit très bien très , clairement dans l’histoire, que ce sont les Anglais du Haut St-Laurent qui arrivés
    bien après ces Français, mais devenus rapidement plus nombreux, qui ont manigancé avec ces Français du Bas St Laurent cette très inconfortable union décision nommé Confédération, entre le Haut-St Laurent et le Bas St Laurent devenu le (QUÉBEC ) donc quand ces Français ont accepté de s’unir à cette Confédération, ce fut là le piège qui les attendait , ces Anglais leurs ont très vite
    clairement exigé qu’il fallait que ce Bas St Laurent éponge les dettes de ce Haut
    St Laurent, et après il y a eu de la bisbille toujours parce que ces Français du tout nouveau QUÉBEC ne s’exprimait ..pas en Anglais, n’étant nullement très satisfaits de cet arrangement piégé de toute dernière minute, mais quand ce fut le temps de leur exiger d’éponger leurs dettes, ces Anglais n’ont jamais rouspété que ces Français ne discutaient pas en Anglais, donc c’est depuis de lunes des générations que la bisbille existe, car cette existence des deux si différentes Nations ne s’est jamais déroulée dans un bel harmonie, mais plutôt par des mensonges ,de l’hypocrisie, donc ne s’est jamais réglé entre ces deux bien trop différentes nations, et ne se règlera jamais, car avec l’immigration elle se dirige de plus en plus vers la langue Anglaise, au profit de tout ce Canada, qui jamais ne cessera d’écraser le ..QUÉBEC……..

  6. Le seul programme qui tienne, si nous voulons reprendre une croissance où la population participe, c’est d’envoyer au chômage, les 3 médecins qui dirigent le Québec actuellement.

    Ce sont des gens totalement déconnectés du peuple et ils sont en train d’épuiser toutes les ressources humaines, fortement représentées par des femmes.

    A 74 ans, je n’ai encore jamais vu rien de pareil au PLQ. Jean Lesage doit se retourner dans sa tombe, lui qui croyait au « MAÎTRES CHEZ-NOUS ». Avec raison, René Lévesque nous a donné Hydro-Québec. Paul-Gérin Lajoie, le ministère de l’Éducation. La CDPQ « Lesage/Johnson/Parizeau ».

    Demandons à Claude Castonguay de ce qu’il pense de Gaétan Barrette, comme gestionnaire de la Santé.

    Un premier ministre qui répète que le Québec reçoit 13 G$ en péréquation, ça coupe l’herbe sous les pieds de ses ministres, qui voudraient voir de la construction de navires à Lévis, et de voir une partie des 37 laboratoires de recherche du fédéral d’Ottawa être déplacés vers Gatineau.

    Philippe Couillard a une philosophie d’entretenu et de peureux. Faire souffrir la population pour sauver de l’argent, ce n’est pas ça administrer.

    Avez-vous déjà réussi en affaires, monsieur mon premier ministre ?

  7. De Québec. Le pire dans tout ça est que vous avez raison sur toute la ligne. C’est navrant de voir M. Legault s’engager dans pas grand chose pour tout dire. C’est aussi désolant de le voir aller avec son caucus vers ….rien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *