Lire: Comment guérir un djihadiste et Un vrai beau scandale érotico-politique québécois

radicalisationFondé sur 400 cas français récents de radicalisation islamique, cet ouvrage démonte avec précision les mécanismes qui aspirent des jeunes (et moins jeunes) dans la dérive djihadiste. Jeunes musulmans, bien sûr, mais jeunes athées, chrétiens, même quelques jeunes juifs !

Dounia Bouzar, qui dirige un centre de déradicalisation, puise dans son expérience pour suivre à la trace la façon dont, de clic en clic sur internet, le jeune en recherche de justice sociale est happé par un récit de conspiration internationale contre les opprimés, conspiration dont les seuls opposants sont les djihadistes !

Bouzar multiplie ensuite les exemples de dé-radicalisation. Il ne faut pas, explique-t-elle, tenter de les convaincre qu’ils ne portent pas la bonne version de l’Islam. Ils sont blindés. Il ne faut pas leur dire que la conspiration à laquelle ils croient est invraisemblable, ils vous croiront envoyés par la conspiration.

Il faut plutôt retrouver un point d’émotion, un pont vers la personne pré-djihadiste, pour qu’elle retrouve sa personnalité perdue, puis la fasse triompher. Pour y arriver, la participation d’autres ex-djihadiste est souvent essentielle. Ce que j’ai lu de mieux sur la question.

GerdaL’affaire avait fait grand bruit au début des années soixante et avait soldé la carrière d’un conservateur éminent du Québec, Pierre Sévigny.

L’ex-journaliste Gilles-Philippe Delorme (transparence totale: un ami) a eu la chance de connaître la sulfureuse Gerda Munsinger, amie de la famille, et retrace avec Danielle Roy l’histoire intime et politique où se croise ambition, volupté, poursuite médiatique, pudibonderie et orgueil.

En prime, les détails enfin révélés d’un véritable « coup d’État », c’est-à-dire comment des députés créditistes se sont faits littéralement achetés pour permettre le renversement du gouvernement Diefenbaker en 1962.

Quelques longueurs, mais un beau voyage dans le Montréal des élites du tournant des années soixante, entre jolies jambes, alcool, jeux d’influence et personnages louches.

 



21 réflexions au sujet de « Lire: Comment guérir un djihadiste et Un vrai beau scandale érotico-politique québécois »

  1. Bonjour.

    «« Dounia Bouzar, qui dirige un centre de déradicalisation, puise dans son expérience pour suivre à la trace la façon dont, de clic en clic sur internet, le jeune en recherche de justice sociale est happé par un récit de conspiration internationale contre les opprimés, conspiration dont les seuls opposants sont les djihadistes ! »»

    Le système actuel , le statu quo ou de la pensée unique, ou vous êtes avec nous ou contre nous, ou il n’y a pas d’alternative, ou le nouvel ordre mondial, ou le marché, ou la main invisible, ou les créateurs de richesses et d’emplois ou l’OMC, ou……..nous a conduit ici, et là.

    Tout un système de clones qui se répètent, dans la continuité de l’esprit du Vieux Monde.
    Les Rois de droit divin capitalisaient sur leur peuple sous la protection de leur armée et système de surveillance, en l’occurrence la religion. Il faut revoir nos « notions » de l’histoire dans la perspective de la préhistoire et de l’hominisation, dans le continuum de l’Évolution Naturelle et Géologique. Mais attention aux jeux de la récupérations à rebours. Vous savez, et bien dieu est un mystère……….
    Il y a un ordre naturel à respecter, mais il y a la perversion des intérêts, la peur de perdre.

    Comme je le dis, c’est la vision d’ensemble qui nous donne accès aux tenants et aboutissants, aux causes et aux acteurs responsables, ainsi qu’aux véritables motifs de ceux-ci. Toujours triviaux en dernière analyse.
    Le questionnement et la vision d’ensemble nous permet de discerner le mythe* de la réalité, devenu à travers le temps un amalgame indiscernable des époques passées.
    Dans mille ans, nos descendants auront sans doute d’autres informations qui complèteront les connaissances actuelles fiables. Une incontournable, que nous venons à peine de découvrir, en regard du Temps, est l’Évolution Naturelle, concomitante à la mise en place de la Démocratie naissante.
    Deux objets voués à toutes les manipulations, par les temps qui courent.

    * Il y a aussi les mythes modernes.

    Patri Friedman, petit-fils de…, flotte en eau ultralibérale
    Pierric Marissal
    Mercredi, 3 Septembre, 2014
    <<>>
    http://www.humanite.fr/patri-friedman-petit-fils-de-flotte-en-eau-ultraliberale-550733?IdTis=XTC-FT08-AI57XA-DD-DE35I-D2T5

    • Effectivement monsieur Pierric Marissal! Il est temps que nous devenions anthrologiques en reprenant le cours de l’évolution naturelle de l’hominidé plutôt que les projets narcissiques de quelques représentants de l’espèce qui s’efforcent d’ignorer qu’ils ne sont comme nous tous que des participants mineurs à un mouvement qui nous dépasse tous de plusieurs millions d’années d’accomplissements biologiques.

  2. Bien.
    Comme toujours on plonge sur les effets.

    Mais quand est-il des vraies causes ?

    Nos politiciens ont une propension à dépenser les énergies dans les effets, au lieu de s’attaquer aux causes.

    La fascination du mortifère éclipses le questionnement qui mènerait aux vraies solutions.

  3. Je suis toujours intrigué par cette obstination du P.Q. à laisser à ses adversaires toute l’initiative en regard des solutions alternatives, alors que la camisole de force constitutionnelle devient rapidement de plus en plus insupportable Ad Usque Ad Mare en raison de la conjoncture mondiale: effondrement du prix du pétrole, surabondance de gaz naturel, crise migratoire, réchauffement climatique, main mise de l’industrie bio-chimique sur l’agriculture et l’élevage, exploitation destructrice des ressources naturelles, recrudescence des conflits ethno-religieux, corruption des élites économiques et politiques tous azimuths, popularité croissante des idiots utiles comme choix de leader politique, etc. En commercialisation, il est écrit que le travail du vrai vendeur débute quand le client dit « NON! ». Mais faut-il au moins que l’inventaire offre plus d’un modèle en stock pour répondre aux préférences et aux exigences, sans oublier la nature du besoin fondamental à satisfaire. Exemple: Devoir faire la lessive présume l’offre d’une lessiveuse qui satisfasse le client, quitte à vendre autre chose que le modèle le plus luxueux.

    • Bonjour.

      Le 28/02/2016 à 12 h 57 min, MICHEL BORNAIS a dit :
      «« Je suis toujours intrigué par cette obstination du P.Q. à laisser à ses adversaires toute l’initiative en regard des solutions alternatives, »»

      Oui, comme le revenu de base pour une partie de la population qui ne pourra pas s’adapter à l’évolution rapide des changements en emploie hautement technologisée.

      Ne fut-ce que la robotisation qui à terme se déploiera systématiquement, compétitivité oblige, dans la logique implacable du profit.
      Le néo-capitalisme sauvage n’a aucun plan de transition qui libérerait l’homme en offrant au monde une stratégie de changement adapté aux différentes cultures et situation sociétale.
      Les partis au pouvoir et ceux en course n’ont d’autres stratégies « caduques » que celles d’une politique à la carte, alors que les défis à venir demande une transformation radicale des modus operandi politico-économique-financier, la cause principale.

      Les attaques sauvages contre tout ce qui ne ressort pas de la culture du profit, est du domaine du Crime contre l’Humanité.
      Un texte qui met les points sur les « i » Crime contre l’humanité, l’ultime retour des barbares.
      http://www.mondialisation.ca/lultime-retour-des-barbares/5394869
      Un texte incontournable pour comprendre la véritable nature du néo-capitalisme sauvage alias néo-libéralisme et son modus operandi.
      Tout le monde ne doit plus ignorer et continuer à être associé aux politiques du profit qui détruit la TERRE. Cela n’est plus de l’ordre des suppositions ou opinions, mais de faits répertoriés qui ne cessent d’augmenter.
      Ou bien on change pour le vrai coopératisme avec ce que cela implique et ses effets collatéraux bénéfiques, ou bien on demeure dans les games dangereuses du statu quo avec leur conséquence collatérale désastreuse.

      Le PQ n’a démontré aucune voie alternative courageuse. Il y a un travail de base à faire auprès de la population. Mais je sais qu’il n’en sera rien, méta-conditionnement oblige.

    • Désolé mais je ne comprends pas en quoi  » … le revenu de base pour une partie de la population qui ne pourra pas s’adapter à l’évolution. » ait rapport à une ou plusieurs propositions alternatives qui pourraient être incluse dans un projet référendaire

    • Et bien un référendum sans projet soumis à la population ne tient pas la route. Je ne donnerai jamais un chèque en blanc à quelqu’un qui n’a démontré jusqu’ici, aucune réelle intégrité. Le PQ fait des choix opportunistes. Des gens comme Bouchard pareil à Couillard. Sacréfice que les québécois ont la mémoire courte et ne font pas de liens. Aucune vision d’ensemble ni questionnement. Le PQ, la CAQ et le PLQ font de la politique clientéliste. Le projet d’ indépendance sans projet claire (dans les grandes lignes). Voyons dont, c’est fondamentalement un projet de pays, sociétal. Et puis, c’est l’occasion de faire les vrais changements. Un statu quo fédéral ou le même dans l’indépendance, NON MERCI.
      Surtout au sein de L’AECG et du TAFTA, indépendance de quoi ?

      Et puis, le revenu de base* auquel je pense, n’est pas celui du PLQ, qui de toute façon sera un système étriqué, comme le néo-capitalisme sauvage sait les faires par l’intermédiaire de l’état de droit.
      Une indépendance qui passe de l’état de droit à l’État Démocratique, voici le premier terme du projet d’un pays indépendant, mais seulement par et pour le Peuple.
      L’écriture de la Constitution de l’état démocratique, voici le deuxième terme du projet d’un pays indépendant, mais seulement par et pour le Peuple.
      Etc. etc….
      Vous pensez que ça s’improvise, et cela avec la formule éculée de: c’est bon pour le peuple, ayez confiance en nous……..Voyons dont.
      Il y a tout un travail de base qui n’est jamais commencé.
      Nous sommes à l’heure de la connection globale, il faudrait peut-être prendre conscience de son potentiel.
      Connection Globale entre pays, entre peuple, entre citoyen ne.

      Avez-vous écoutez le dernier Bazeau.

      *Le revenu de base et l’éradication de la pauvreté.
      Et c’est pas dans l’intérêt des exploiteurs.
      Il n’y a pas de bons ou de mauvais exploiteurs , il n’y a que des exploiteurs. Rien à voir avec le communisme. C’est un constat. Jeter un coup d’ oeil sur l’histoire. Si vous ne vous en rendez pas compte !?!?

    • Selon ce que je conclus à la lecture de votre réquisitoire, il a toujours été évident pour moi autant que pour vous, que le PQ aurait toujours réclamé un chèque en blanc au lieu de proposer au moins une alternative à la formule canadienne, et qui ait été un projet de société appuyé par une proposition constitutionnelle claire, nette et précise. Avouons que cette façon de faire du PQ que vous dénoncez, serait tout de même très semblable au « watch me » de papa Pierre à l’époque, et maintenant celui de Justin fils, qui à son tour souhaiterait que la formule lui soit tout aussi favorable. Est-il possible que le problème et sa solution se cachent ailleurs?

  4. J’ai trouvé non seulement intéressant, mais essentiel, le travail que monsieur Lisée et Carole Poirier ont fait sur les proxénètes qui prennent le contrôle de la vie de jeunes filles au prise avec des problèmes, qui les amènent dans des Centres pour essayer de leur permettre de se réhabiliter.

    Force est de constater que les proxénètes semblent avoir une longueur d’avance sur ces jeunes victimes du trafic humain, parce que les politiciens ont décidé de couper dans la lutte au proxénètes.

    Malheureusement, avec 3 millions sur 5 ans, que voulez vous que les policiers et les services sociaux fassent pour contrer cette criminalité envahissante et qui détruit des centaines de vies.

    Selon moi, seul des gouvernements majoritairement dirigés par des femmes pourront prendre au sérieux ce type de problème.

    Même le CSF semble silencieux, comme si ces jeunes filles étaient victimes d’elles mêmes et non des proxénètes.

    Le plus bel exemple que le dossier des proxénètes n’intéresse pas le gouvernement Couillard, ce dernier a accordé 3,5 M$ pour le show de Marcel Aubut à Montréal avec les anneaux du COC, alors qu’il accordait 3 M$ sur 5 ans pour lutter et protéger nos jeunes filles contre les proxénètes. Les chiffres parlent davantage que le Premier Ministre, il suffit d’être attentif.

  5. Le problème avec tous ces réfugiés , le gouvernement devrait les installer en régions où plusieurs villages se meurent , comme ils ont 3-5 enfants donc allocation familiale et autres , beaucoup d’argent de nos taxes , les villages seront au boulot , on pourra construite des serres …., leurs familles ou amis des grandes villes iront les visiter et de ce fait connaitre le Québec , je souris quand je vois les ethnies direction New-York et Toronto ou bien au bercail avec nos allocations… pour socialiser mais presque jamais visitent nos région du Québec .Amen

  6. Il est triste qu’on ne se souvienne de Pierre Sévigny que par le biais de l’affaire Munsinger
    Notamment, outre ses états de service au gouvernement, l’homme était un authentique héros de la guerre 39-45.
    Même si je ne suis pas d’accord avec ses orientations politiques, il était « nationaliste canadien tenace », je crois qu’il mérite mieux que ça.
    http://archives.radio-canada.ca/guerres_conflits/anciens_combattants/clips/6933/
    En passant, surveillez vos verbes et vos participes passés « …comment des députés créditistes se sont fait(s) littéralement achet(és) … ». Ouch X 2!

  7. Guérir un djihadiste ? Humm… Mauvaise nouvelle.

    Voir cet article publié dans le journal Marianne.

    « Dounia Bouzar et Sonia Imloul : la déradicalisation fait un bide »

    « L’une n’a pas vu ses crédits renouvelés, l’autre a renoncé à poursuivre sa mission. Dounia Bouzar et Sonia Imloul, ou l’échec de la déradicalisation. […]

    [,,,] Le préfet Pierre N’Gahane, patron du Comité interministériel de prévention de la délinquance, en avait fait les deux figures de proue, très médiatisées, d’un combat que personne n’était en mesure de mener.

    L’étaient-elles vraiment elles-mêmes, ou ont-elles bénéficié du vide aussi bien théorique que pratique sur le sujet ? En tout cas, leurs méthodes, radicalement différentes, ont laissé sceptiques nombre d’observateurs. Sonia Imloul, partisane d’une approche « cultuelle », faisait appel à des salafistes dits «quiétistes » pour remettre les jeunes dans le droit chemin. Dounia Bouzar, elle, assimilait la radicalisation à un phénomène d’emprise sectaire, opérée à plus de 90 % sur Internet, et demandait aux familles de faire remonter les souvenirs d’enfance (« La technique de la madeleine de Proust »).

    http://www.marianne.net/dounia-bouzar-sonia-imloul-deradicalisation-fait-bide-100240556.html

    • Le loup était dans la bergerie

      « Une jeune fille de 17 ans, qui avait projeté un attentat contre une synagogue de Lyon en 2014, a été interceptée alors qu’elle s’apprêtait à rejoindre les rangs de l’État islamique. […] Pourtant, l’adolescente participait depuis quelques mois à des entretiens de «déradicalisation» avec l’anthropologue Dounia Bouzar dans le cadre de son programme de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam. Aux yeux de tous, Clara était sur la bonne voie. Dans le secret, la jeune fille était prête à tout pour partir faire le djihad en Syrie.
      […] L’adolescente a aussi salué les attentats du 13 novembre qui ont fait 130 morts dans la capitale, et avoué que la dissimulation de ses intentions faisait partie de son plan pour tromper les policiers et son entourage. »

      http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/02/29/01016-20160229ARTFIG00189-une-adolescente-preparait-un-depart-en-syrie-pendant-un-stage-de-deradicalisation.php

  8. Et j’ajoute dans un même souffle : comment avez-vous pu vous faire berner à ce point par la représentante d’un parti (Québec solidaire) qui verse dans le gauchisme dogmatique, communautariste et multiculturaliste et qui fait alliance avec le PLQ pour vomir sur tout ce qui peut s’apparenter à une politique de l’identité nationale?

  9. Il y a quelque chose qui me dérange dans votre premier texte sur la radicalisation, c’est votre manière doucereuse d’adhérer à cette thèse qui essaie de dédouaner l’islam comme doctrine de base de ces jeunes attirés par ce désir de vouloir lutter contre l’injustice mondiale engendrée par le capitalisme et de façon plus spécifique ce qu’ils désignent souvent comme la grande conspiration « americano-sioniste ». Changer le monde, oui, je veux bien, mais pour quoi au juste? Pour imposer l’islam et la charia partout sur la planète? Pour instaurer un nouvel ordre mondial basé sur la soumission et l’obéissance à Allah?. Pour comprendre ce qui se passe, M. Lisée, il faut remonter à la vraie source et lire d’abord et avant tout le Coran. Je vous conseille à ce sujet l’excellent ouvrage du professeur et docteur en droit musulman et arabe, Sami Awad Aldeeb Abu-Salieh, suisse d’origine palestinienne qui a publié le Coran en ordre chronologique, selon les prescriptions de l’Azhar, une version arabe française, aux Éditions l’Aire qui vous permettra de bien saisir la différence entre les versets pacifiques de la période dite de La Mecque (610-622) où Mahomet n’était qu’un simple prédicateur – selon la légende – et la période dite de Médine (622-632) où Mahomet est devenu chef de guerre et chef d’État, donc Législateur. C’est dans cette partie du Coran (sourates 87 à 114) que l’on retrouve les versets violents, barbares, discriminatoires, guerriers et misogynes du Coran, comme couper la main des voleurs, fouetter les amants non mariés, frapper l’épouse désobéissante, la forcer aux relations sexuelles, lui interdire de marier un non musulman, tuer les apostats, tuer les non croyants et combattre les chrétiens et les juifs. Et je vous ferai remarquer que ces normes du Coran – parce que ce sont des normes – s’appliquent à TOUS les musulmans croyants et que même leur prière de base, la Fatiha, qu’ils récitent en se prosternant 17 fois par jour, contient des paroles de haine, à l’endroit des non croyants (« Ceux contre qui Allah est en colère ») et contre les chrétiens et les juifs (« Ceux qui se sont égarés ») Et je vous ferai remarquer respectueusement que c’est TOUT le Coran qui est lu et enseigné dans les mosquées et les écoles coraniques – dont certaines sont financées par le ministère de l’éducation – au Québec, au Canada et dans le monde entier. Après avoir fait cette lecture vous pourrez peut-être comprendre comment vous vous êtes fait rouler dans la farine quand vous avez appuyé la motion présentée par Françoise David pour dénoncer les propos « islamophobes » dans les médias sociaux. Cette fois-là, l’Assemblée nationale a été aussi aveugle et idiote que lors de la motion du 14 décembre 2000 contre Yves Michaud le blâmant pour des prétendus propos « inacceptables » à l’égard des communautés ethniques et la communauté juive en particulier, propos qu’il n’a jamais prononcés. À vous regarder aller, on a souvent l’impression que les parlementaires sont complètement coupés du réel et de la population et sont enfermés dans une espèce de bien-pensance au sujet de l’islam sans être capable d’y décerner la réelle menace que cette idéologie qui avance masquée sous un voile religieux fait peser sur la démocratie. Comprenez-moi bien, il ne s’agit pas d’être musulmanophobe et de verser dans la détestation des musulmans comme personnes humaines, mais de bien comprendre la vraie nature de l’islam. Moi je dis que les musulmans sont meilleurs que l’islam et que le meilleur service à leur rendre c’est de leur faire comprendre qu’il y a à l’intérieur de leur livre sacré des propos qui ont toutes les caractéristiques des « propos haineux et incitant à la violence » tel que définis par le projet de loi 59 qui sera adopté bientôt. Les parlementaires ont un défaut énorme, soit celui de vouloir se faire élire et réélire à tout prix et de parler des deux coins de la bouche dans les 4 coins du comté pour y parvenir. Je comprends que dans la vie, il faut faire des compromis, mais des compromissions, jamais. Avec l’islam, il faut négocier et s’assurer d’abord et avant tout que les versets dits de Médine ne soient pas enseignés dans les mosquées et les écoles coraniques du Québec et d’inviter la communauté musulmane et ses leaders à les dénoncer haut et fort. Aurez-vous ce courage élémentaire, M. Lisée?

  10. Il en est des Djihadiste comme de l’occident qui souffre de la mondialisation de la cupidité. Nous devons comprendre ce qui fait l’humain. Qu’elle en est la biopsychologie «à lire : La régulation affective et la réparation du soi par Allan N. Schore»

    Le chasseur cueilleur que nous sommes depuis 100 000 ans «aucune mutation n’a fait du chasseur cueilleur un agriculteur. E.O. Wilson The social conques of earth (il est seulement impossible de se déplacer avec un champ sur les épaules comme si cela était carcasse de daim)» est le dernier de 21 espèce d’hominidés «Homo Evolutis by Juan Enriquez and Steve Gullans» évoluant naturellement sans foi, sans toit, ni lois depuis 6 à 7 millions d’années uniquement pour accomplir des objectifs de vie biologique. La sédentarisation autour d’un champ a conduit à l’invention de l’urbanité. Saint-Augustin nomme cela la «cité». 5000 ans de pratique entre Çatal Höyük, 1000 familles, 5000 habitants et Babylone d’un peu plus de 350 000 habitants. Zoroastre a inventé le monothéisme pour que ces milliers d’étrangers se sentent plus ou moins frères (voir nombre de «Dunbar Robin Dunbar anthropologue». Nous avons évolué en petits groupes et n’avons de capacités emphatiques qu’envers un petit groupe. 149 selon Dunbar, entre 200 et 300 selon les recherches les plus récentes. D’instinct(?) 250, selon les «le peuple Amish». En premier lieu la famille «voir Levi-Strauss» ) Cela n’a pas très bien marché. Le chaos social était encore intense et insupportable (voyez ce qu’en ont retenu les tribus hébraïques). Hammurabi a alors promulgué 289 édits «à lire : Peter Watson, From fire to Freud» qu’il a fait graver dans le basalte. Ces édits définissaient le comportement social de toutes les couches «sociales ?» présentes dans la société, ce qui par conséquent définissait la nature «humaine» qui est essentiellement sociale «R. Dunbar, Allan N. Schore». Toutes les tribus ont un chef. Anthropologiquement le chef est le plus généreux de tous. Lorsqu’est arrivée la multitude, à laquelle notre évolution naturelle ne nous avait pas préparé en tant qu’espèce vivante, le chef est devenu dictateur, tyrant, roi et empereur d’autres chefs. L’idée impérialiste est une dysfonction pathologique qui provoque la mégalomanie de quelques-uns : Memnon, Alexandre, Napoléon, Henri VIII, etc. Gengis Khan lorsqu’il était Temunjin disaitt qu’il allait faire battre plusieurs coeurs (tribus) dans une seule poitrine. Comme si cela à sa face avait du sens. Pour y arriver il a assassiné ou fait assassiner 3 000 000 de personne, d’abord les chefs et les élites.
    Tout ce qui vit naît naturellement équipé pour s’adapter à l’environnement comme il le trouve à sa naissance. S’il semble le changer, ce n’est qu’effet secondaire comme le tas de terre près du terrier. Cela n’est pas le but premier. Les générations se succèdent pour de l’une à l’autre mieux s’adapter à l’environnement tel qu’il devient depuis des milliards d’années.
    Dans notre cas depuis qu’il y a multitude, depuis qu’il y a surtout impérialisme et urbanité notre capacité en tant qu’espèce à s’adapter en petit groupe à l’environnement est devenue capacité à s’adapter individuellement à l’environnement social organisé par d’autres individus.

    Cela n’est pas sans heurts et sans difficulté faciles à entrevoir surtout si au lieu de vous en tenir à l’analyse des apparences sociales accumulées en les qualifiant de sociologies comme l’a fait Auguste Comte (4 000 ans avant d’y arriver ?) vous tenez compte des récentes découvertes en sciences neuronales, biopsychologie, anthropologie, paléoanthropologie, biologie «Cognitive Justice in a Global World: Prudent Knowledges for a Decent Life par Boaventura de Sousa Santos Professor of Sociology University of Coimbra» selon lesquelles nous découvrons que la nature se trouve également en l’humain qui devient ainsi auteur et acteur. 21 civilisations «Arnold Toynbee, Hirstory» connues se sont effondrées d’épuisement et de sclérose avant la nôtre. Toujours pour des raisons ( ?) similaires. Est-ce tout simplement(?) dû à une dérive, une spécialisation psychique s’affirmant plus fortement avec le temps ? «La régulation affective et la réparation du soi, Allan N. Schore» depuis quelques centaines de générations, depuis le développement du langage et de l’écriture.
    «https://www.ted.com/talks/iain_mcgilchrist_the_divided_brain» on le constate de-ci de-là confusément dans la littérature et l’histoire. Daniel dans la fosse aux lions. Les lions étant le cerveau droit apprivoisé par le gauche dominant locuteur, décodeur de songes gauche. Le film français la reine margot montrant le combat intérieur. Thomas Moore et Henri VIII. En politique le cerveau gauche qui de l’extérieur se voit à droite et le cerveau droit se voit à gauche. Au théâtre côté cour et côté jardin. Dans les Star Trek originaux, le personnage au visage moitié noir et moitié blanc. Jean qui rit, jean qui pleure, le manichéisme qui voit tout en noir ou blanc, les iconoclastes, etc.

    De plus la biologie favorise la diversité des espèces. L’espèce humaine est unique, cela est un danger, le risque de toutes les monocultures «Human natureS genes, cultures, and the human prospect, Paul R. Ehrlich».
    La seule voie possible vers la diversité pour nous est la diversité culturelle. Tous les mégas systèmes, toutes les macros nations sont un risque. Tout ce qui tend à nous ramener à l’unité de l’espèce nous met en danger. Mets notre survie à long terme en danger.

    Bref ces enfants répondent de manière naturelle à des sollicitations non naturelles délétères.

    • Effectivement! Il est temps que nous devenions anthrologiques en reprenant le cours de l’évolution naturelle de l’hominidé plutôt que les projets narcissiques de quelques représentants de l’espèce qui s’efforcent d’ignorer qu’ils ne sont comme nous tous que des participants mineurs à un mouvement qui nous dépasse tous de plusieurs millions d’années d’accomplissements biologiques.

  11. Merci mille fois pour cette élégante chronique! Tu me combles deux fois: par ton propos et…ton amitié. Les deux sont profondément appréciés.

  12. Une feuille de route imposante. Le Québec a besoin de vous. L’unité de toutes les forces québécoises contribueront le plus tôt possible à notre auto-détermination.

    Merci pour votre implication toujours suivie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *