Lire, voir: Jésus, la vraie histoire?

Pour le congé de Pâques, quoi de mieux que d’examiner une des histoires les plus fascinantes des deux derniers millénaires, celle de Jésus ?

Il y a principalement trois thèses. Celle qui veut que les évangiles doivent être crus sur paroles, une idée assez répandue dans le Bible Belt américain, et selon laquelle les humains ont cohabité avec les dinosaures à la création, il y a 5 000 ans. Celle, qui fait consensus, voulant que sous les très nombreuses enjolivures des évangiles, se cache une vérité historique, qu’on peut identifier, celle de la véritable vie d’un homme nommé Jésus. (Je parle de la troisième plus loin.)

Jésus, un homme remarquable, remis dans un contexte fascinant

ZéloteÉpoustouflant. Si vous n’avez qu’un livre à lire sur ce que l’on croit savoir, historiquement, de Jésus, puis sur le processus de transformation de son récit par ses fans pour s’adapter au contexte historique changeant et aux auditoires visés, il FAUT lire Le Zélote.

D’abord Reza Aslan remet Jésus dans son époque, celle des `miracle workers‘ qui l’ont précédés et suivis, et des rapports de force intenses entre la population juive et les responsables du Temple, aussi détestés que l’administration romaine.

Puis il décrit comment la dissémination de la parole du Christ (qui était celle des juifs orthodoxes intéressés par leur propre salut, pas par celui des autres peuples, face à l’imminence supposée de la fin du monde) a été complètement transformée par Paul et les autres. Intéressés à faire recette dans la population romaine, le récit chrétien exonère Ponce Pilate (un non-sens, explique Aslan) et blâme les juifs, insérant ainsi pour 2 000 an le germe de l’antisémitisme dans le discours chrétien.

Le mystère irrésolu: pourquoi Jésus, et non les autres zélotes révoltés l’ayant précédés et suivis, est-il devenu le fondement d’une religion aussi tenace (avant d’être récupérée et déployée par l’empereur Constantin, qui a assuré son hégémonie) ?

Fascinant, érudit, lisible, accessible. Je mets Le Zélote dans ma catégorie NPLCLALUTDMC. (Ne pas lire ce livre aurait laissé un trou dans ma culture.)

Et si c’était la plus célèbre fiction du monde ?

La troisième hypothèse provoque chez toute personne élevée dans l’univers chrétien un choc synaptique. Elle soutient que puisque aucun historien contemporain de Jésus n’en a noté l’existence, puisque les évangiles se contredisent, puisqu’ils contiennent de très nombreuses invraisemblances et, surtout, puisque le récit de Jésus est en un grand nombre de cas une redite de récits religieux antérieurs — des religions égyptiennes à l’ancien testament — le récit évangélique serait simplement une habile façon qu’ont eu des religieux de l’époque de fixer dans une histoire facilement accessible (la biographie) un certains nombres de thèmes. Bref, une opération de communication religieuse.

couv-1319

La thèse est débattue depuis le 18e siècle (voir un bon résumé en anglais sur wikipedia, la version française n’est pas aussi fournie).

Elle fut reprise récemment (2005) par le théologien canadien Tom Harpur, dans Le Christ païen, un livre traduit chez Boréal qui, sans être une étude scientifique, retrace l’argumentaire principal derrière la thèse.

(Pour les mordus, on trouve plusieurs ouvrages plus fouillés, en anglais, référencés ici.)

Le film Zeitgest, de 2007, offre un bon résumé de la thèse:

 

Les autres Jésus en fiction

ultimeDans L’Ultime secret du Christ, l’auteur portugais à succès Dos Santos invente une intrigue franchement tirée par les cheveux (plus encore que dans son excellent La Formule de Dieu) pour nous exposer, pour l’essentiel, ce qu’on sait du Jésus historique, qui est donc très loin du Jésus de nos églises. 

On ne s’ennuie pas mais il y a des trous dans un scénario qui s’écroule, en fin de livre, sous le poids de sa propre invraisemblance.

 

 

Au cinéma, La dernière tentation du Christ (1988), de Martin Scorcese, pose la blasphématoire question de savoir ce qui se serait passé si Jésus n’était pas mort sur la croix.

L’excellent Jésus de Montréal (1989), de Denys Arcand, ne fait qu’effleurer le sujet du Jésus historique, mais est une œuvre originale en soi. (Je n’ai trouvé que la version anglaise de la bande annonce. Avis aux alertinternautes !)

Religulous (2013), avec l’humoriste/polémiste américain Bill Maher, présente un point de vue résolument athée. Ma scène préférée est celle où il débat avec un acteur qui joue le rôle de Jésus dans un parc à thème religieux. Or cet acteur a une bonne argumentation théologique ! Il est vraiment dans son personnage.

La dernière tentation du Christ et Religulous sur iTunes, Jésus de Montréal sur Éléphant/Illico.

Pour finir: un montage de tous les films tournés sur Jésus

À votre tour !

Vous les avez lus ? Commentez-les ou faites des suggestions.

Pour les précédentes recensions, c’est ici.

Joyeuses Pâques !



16 réflexions au sujet de « Lire, voir: Jésus, la vraie histoire? »

  1. Au sujet de la première hypothèse, elle n’est pas que répandue dans la Bible Belt. Les églises baptistes et évangéliques se multiplient à un rythme incroyable à Montréal.
    Et ces gens-là ne croient pas nécessairement que les humains ont cohabité avec les dinosaures. Leur dernière explication ? Dieu aurait créé la terre avec une « apparence d’âge »… qui nous ferait croire qu’elle aurait plus de 5 000 ans.
    N’importe quoi pour justifier leur croyance…

  2. Le meilleur livre sur Jésus, le mieux documenté, c’est encore celui de l’historien réputé Jean-Christian Petitfils, « Jésus ». Indépendamment de la foi et du christianisme, il appert que l’historicité de Jésus condamné à mort sous la pression des élites religieuses de son temps, est indéniable.

  3. Merci à toi Jean-François. Ce dernier commentaire sur Jésus m’a touché. Je ne m’attendais pas à cela comme «cadeau de Pâques» . Je suis croyant-pratiquant et indépendantiste. Et ma foi au Christ nourrit mon engagement pour ce combat vers notre indépendance nationale. Bonne continuité et merci encore de nous commenter ta «vie de député… et d’homme».

  4. Le PQ et vous, M. Lisée, devez sûrement souscrire à l’hypothèse de la non-existence de Jésus. Vous semblez posséder un talent certain pour y parvenir, talent que vous avez amplement démontré lors de la visite de marine lePen, cette femme politique française qui, à vos yeux, n’existe pas.

    • Les religions sont des pures inventions qui émanent de l’esprit humain incapable d’assumer leur pleine humanité. Je suis croyant mais j’abhorre les religions, toutes les religions qui ont servi à travers l’histoire aux pires insanités, toujours une simple incarnation de pouvoir. . Je suis croyant et parfois je me demande si ce n’est pas seulement un résidu de mon éducation. Quoiqu’il en soit, j’ai besoin de croire à une explication de notre existence. Et je n’ai pas besoin d’un sauveur pour croire. Ces supposés sauveurs qu’ils s’appellent Jésus, Jéhovah, Allah ou Bishnu sont des fabulations. Ce serait comme si dieu se serait incarné avec des messages incohérents. Je n’ai pas besoin d’une religion pour avoir le respect de l’autre et de l’idée fondamentale du partage.

    • M. Ricard,

      Sans vouloir vous offenser, dites-moi quel est le lien entre la croyance en une religion, le Parti Québécois et Mme Le Pen ? Merci.

  5. J’ai aussi lu l’essai «Socrate, Jésus, Bouddha», de Frédéric Lenoir, philosophe et directeur du « Monde des religions ». Une approche historique comparative très intéressante et fort bien écrite.

  6. Selon mes propres recherche, le personnage de Jésus relaté dans la Bible n’a jamais existé. Des Juifs morts sur la croix ou sur un poteau, dans cette période ou la Palestine était contrôlé par les Romains et perçu par ces derniers comme des terroristes, était fréquent. De plus, l’histoire de Jésus fils de Dieu, a été publicisé il y a environ 1700 ans par Constantin et son groupe à l’époque où il a fondé la religion Universelle (Catholique) ! C’est une histoire magnifique comme celle du Père-Noël et la fée des étoiles.

  7. Il faut lire aussi « Petit traité d’athéologie » de Michel Onfray qui nous explique tout cela et regarder ses 2 vidéos intitulées « L’invention de Jésus » et « L’invention du christianisme », cours qu’il a donnés à l’Université populaire de Caen dans le cadre de sa « Contre-histoire de la philosophie ».

    J’ai essayé de retrouver ces 2 vidéos sur You Tube, mais croyez-le ou non, elles ont été enlevées – par qui? nul ne le sait. Par contre, on retrouve facilement une réponse d’un croyant à ces vidéos, sous forme de « Réponse à Michel Onfray sur l’invention du christianisme ».

    Mais il y a une autre vidéo de Michel Onfray intitulé : laïcité et religion qui résume tout cela. Ici : https://www.youtube.com/watch?v=xGLWmVTZ1B4

  8. Nous ne devrions pas laisser passer sous silence la vie de Jésus en dé⊥ail recensée dans le volumineux livre d’Uran⊥ia. Ce consommé rédigé vers 1936 rela⊥e e⊥ corrige des rumeurs. On y li⊥ en⊥re au⊥res que sa naissance eu⊥ lieu un 8 aoû⊥ de l’an moins 7 e⊥ qu’il n’a jamais marché sur la mer. C’é⊥ai⊥ un rêve pieux de son apô⊥re Simon-Pierre. http://www.urantia.fr/

  9. Merci Jean-François pour le Zélote. Je l’ai acheté tout de suite par le biais de mon Kobo. Bonnes Pâques. Je ne vous comprends pas d’avoir tant de patience à faire de la politique, surtout actuellement. Mais, vous avez la réputation de faire un « maudit » mon job. Je vous admire. J’ai 76 ans, donc vous pourriez être mon enfant. Permettez-moi de vous dire ce que je dis à tous mes enfants. « Soyez prudents, prudentes! » J’ai donc connu bien sûr les hauts et la bas du PQ. J’en ai pleuré un coup. Je suis ça de loin maintenant, ça me fait moins mal. Mais je vous suis de près…dans le bon sens. Je vous trouve bon.

  10. Il faut aussi lire de Raoul Roy, auteur, publié par Parti pris, qui nous apprend que Jésus étaient un des principaux penseurs du mouvement zélote, un espèce de FLQ du temps. « Jésus, guerrier de l’indépendance ».

  11. Belle surprise ce matin ! Merci pour votre blog, NPVLALUTDMC. (Ne pas vous lire aurait laissé un trou dans ma culture.)

    • Bien dit ! Je vais me procurer « Le Zélote »…. Merci pour la suggestion M. Lisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *