8 réflexions au sujet de « Marie-Mai, les Anglos et moi »

  1. Le Québec est un territoire. Un peuple y habite : les Premières Nations, autochtones, les Deuxièmes Nations et compagnie, francophones et les Troisièmes Nations et compagnies, anglophones.

  2. Le vrai Lisée est plus beau que ça et c`est quoi lHistoire de Marie-Mai,on peut m’expliquer?

  3. Cher Vous, j’ai l’impression que ça accroche pas seulement du côté de Marie-Mai; Vous nous faîtent faux bon dans vos post journalier et ça c’est complexe comme explication; j’espère que Mme Marois tiendra son bout car c’est la seule façon de s »imposer; il me fait bien rire M.Bachand…

  4. M. Lisée,

    Avez-vous eu l’occasion de bavarder avec Marie-Mai et, si oui, que pense-t-elle de toute cette attention?

    Michel Patrice

    P.S. Moi aussi j’ai d’abord pensé qu’il s’agissait de Trudeau…

  5. Je conteste âprement votre silhouette. Quand on veut caricaturer, il faut prendre une caractéristique et la pousser dans ses derniers retranchements. Devrait alors se trouver sous nos yeux, une silhouette à la posture droite et fière, trop droite et trop fière peut-être, mais pas ratatinée. Je conteste, qu’on se le dise, je conteste. Et que dire du profil d’aigle, vous n’êtes pas Cyrano que je sache !

    Je prends le fond puisqu’il le faut ;-)… mais pas la forme.

  6. On dirait plutôt une caricature de P-E Trudeau, si on enlève la barbiche, l’écusson du PQ et l’air moins fendant. Le dessin est raté, il y a de l’idée dans le texte.

  7. Pas un chef-d’œuvre mais plutôt sympa,  » néanmoins » 😉

  8. Puisque c’est le Parti québécois qui est souvent blâmé pour les difficultés que rencontre la communauté anglophone de la province, je trouve intéressant ce nouveau pont ou ce nouveau dialogue entre l’exécutif et la minorité anglophone: si ardents défenseurs des intérêts de la minorité linguistique que nous constituons dans l’ensemble canadien ou continental, le Parti québécois a sans doute les connaissances nécessaires pour conduire ce renouvellement de la relation entre la communauté anglophone et la gouvernance. Je ne peux toutefois m’empêcher de me demander quel rôle jouera The Gazette dans cette aventure? Doivent-ils changer leur ligne éditoriale afin de mieux contribuer à ce renouvellement du discours de la cohabitation entre la majorité francophone, d’une province francophone et son importante communauté anglophone — qui, il va sans dire, a certes des droits, mais également des attentes vis-à-vis une minorité habituée de chercher à pérenniser son identité linguistique et de s’accommoder de succès et d’échecs quant aux dialogues ou négociations avec « l’autre » majorité linguistique. Félicitations pour votre élection et bonne chance dans cette entreprise comme dans les autres. Daniel Quimper

Les commentaires sont fermés.