Mon mandat

Un mandat passionnant. Merci Mme Marois !

Ouf. Je l’avoue, je ne l’avais pas vu venir. Quand Mme Marois m’a expliqué les responsabilités qu’elle comptait me confier, j’étais un peu sonné.

Puis, plus j’y ai pensé, plus j’ai réalisé qu’elle voyait juste. Elle tablait sur des forces — les affaires internationales, qui sont dans ma « zone de confort » — et voulait me pousser à en développer de nouvelles, en me confiant le dossier de la métropole, sur lequel j’avais travaillé pendant la campagne en comité restreint avec mes collègues candidats.

Comme pour chaque nomination, elle fait un pari, bien sûr. Mais elle envoie également un signal facile à décoder. Chacun sait la force du lien de confiance qui nous lie, elle et moi. Chacun doit donc savoir, à l’étranger comme à Montréal, que la Première ministre et moi ne parlons que d’une seule voix. C’est précieux.

Voici le mandat que la Première ministre m’a confié:

Nous formons une société ouverte sur le monde, autant en matière de commerce que de culture ou de coopération internationale.

Pour élargir cette ouverture, à titre de ministre des Relations internationales et du Commerce extérieur, de ministre responsable de la région métropolitaine, j’ai choisi, Jean-François Lisée.

Vous aurez pour tâche de promouvoir les intérêts du Québec sur la scène internationale.

Vous accompagnerez nos entrepreneurs sur les marchés internationaux afin de développer nos exportations et de promouvoir le Québec comme terre d’accueil des investissements étrangers.

Vous devrez aussi promouvoir la culture québécoise à l’étranger en permettant à nos créateurs et à nos produits culturels de rayonner au maximum.

Finalement, je vous demande de faire progresser nos intérêts et nos liens d’amitié, avec un accent particulier au sein de la Francophonie.

Ce que je vous demande, c’est d’ouvrir toutes grandes les portes du monde sur le Québec.

Vous serez également ministre responsable de la métropole. À ce titre, je vous demande de créer un lien organique entre les décideurs et les citoyens de la région de Montréal, et l’ensemble du gouvernement. Parmi ces citoyens, il y a les Québécois de la communauté anglophone, dont bon nombre résident à Montréal même.

Je vous demande de tisser avec eux des relations étroites, dans le respect de leurs droits.

Faites-leur sentir qu’ils constituent une richesse pour nous tous et qu’ils sont membres à part entière de la nation québécoise.

Pour vous seconder à titre d’adjoint parlementaire pour le commerce extérieur, vous pourrez compter sur Alain Therrien.

Arrimer la métropole et l’international

Mme Marois nous force aussi à arrimer, mieux qu’auparavant, l’élan nécessaire à donner au développement de Montréal et sa dimension internationale, autant institutionnelle, politique que commerciale.

Les acteurs économiques ne s’y sont pas trompés. Le Président de la Chambre de Commerce de Montréal, la Présidente de la Fédération des Chambres de commerce, le Président de l’Association des manufacturiers et exportateurs et la Présidente du Chantier sur l’économie sociale sont tous venus me dire, après la cérémonie, combien ils trouvaient fructueux ce jumelage de la métropole avec l’international.

J’ai du pain sur la planche, je le sais. Pour ce qui est de la métropole, j’ai indiqué combien nous comptions nous appuyer sur les consensus déjà établis et les accompagner. C’est ce que nous avions clairement indiqué dans notre plateforme montréalaise.

Pour m’épauler sur les dossiers montréalais, en plus de mon expérimenté chef de cabinet François Ferland, je me suis assuré d’avoir à mes côtés André Bouthillier, gestionnaire en communication à Montréal depuis plus de 25 ans. Il a dirigé ou codirigé les plus grands cabinets de relations publiques du Québec et, par ce biais, a été intimement lié à un très grand nombre de dossiers montréalais. Ce jeudi, le Conseil des ministres désignera également un sous-ministre adjoint pour la métropole qui a une remarquable connaissance des dossiers.

De plus, comme ministre responsable de la Métropole je serai, comme l’indiquait notre plateforme, « doté de l’autorité et des pouvoirs nécessaires pour assurer la cohérence des politiques gouvernementales envers Montréal. [Le ministre] sera appuyé par un comité ministériel permanent et assurera les liens avec la Communauté métropolitaine de Montréal dans la réalisation du Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD). »

Les relations avec les anglophones

Je suis ravi que Mme Marois m’ait confié les relations avec les anglophones.

Chacun sait que je suis très favorable à un certain nombre de mesures identitaires fortes (citoyenneté, renforcement de la loi 101, etc). Cependant j’ai toujours combiné ce volontarisme francophone avec un profond respect pour la communauté anglophone, comme je l’expliquais dans un billet publié ce printemps intitulé: « Moi, Jean-François Lisée, anglophile »:

Selon le Petit Larousse, un anglophile est celui “qui a de la sympathie pour les Anglais, pour ce qui est anglais”. Je l’avoue, c’est moi tout craché.  J’ai toujours voulu bien parler l’anglais, suis allé l’apprendre en lavant de la vaisselle en Alberta et sur le campus de Glendon College ou je tentais de convaincre les jolies torontoises des bienfaits de l’indépendance et du socialisme.

Je ne me suis pas fait que des amis chez les souverainistes en affirmant qu’il ne fallait pas que le Québec soit aussi français que l’Ontario est anglaise et qu’au contraire, il fallait introduire comme objectif dans notre politique linguistique une triple sécurité : celle de la majorité francophone, de la minorité anglophone et des nations autochtones. Et qu’en cas de perte de masse critique, il faudrait intervenir pour la rétablir.

On me reproche encore d’avoir écrit le discours du Centaur de Lucien Bouchard au lendemain du référendum de 1995 (j’y citais Josh Freed — et M. Bouchard a mal prononcé son nom!). J’aggrave mon cas en affirmant ici que je l’ai non seulement écrit mais ai convaincu mon patron de l’opportunité de le tenir. En fait, j’aurais voulu qu’il y retourne chaque année !

En plus, j’ai écrit dans Sortie de secours en 2000 un long passage sur la nécessité de respecter l’identité canadienne des Anglo-Québécois après l’indépendance du Québec et de réfléchir à des aménagements en ce sens. J’étais d’ailleurs opposé aux fusions municipales à Montréal notamment par respect de l’identité des villes anglophones. Je suis un admirateur de Winston Churchill et de Tommy Douglas, un lecteur de Le Carré et de Margaret Atwood, j’écoute des séries britanniques et la CBC. Je me suis même dit favorable à ce qu’on nomme une rue en l’honneur de Mordecai Richler!

Cela dit, je suis lucide. Sur ce dossier des relations anglophones comme sur le dossier montréalais, j’ai une crédibilité à construire.

Bref, au boulot !

PS: Lire l’article de Philip Authier de la Gazette sur mon point de presse



42 réflexions au sujet de « Mon mandat »

  1. Le tourbillon des affaires provinciales est bien commencé. Cela pose les questions fondamentales : Qui est responsable de garder le cap sur l’indépendance ?
    Ce responsable se réservera t-il suffisamment de temps pour justifier le qualificatif de «souverainiste» dans l’expression «gouvernance souverainiste» ?
    Ce responsable s’est-il entouré d’un comité stratégique où il y aurait une représentation extérieure au cabinet ?
    Bernard Courteau, un citoyen qui prend au sérieux le slogan «gouvernance souverainiste».

  2. Ping : La Presse et la Gazette donnent sa chance au coureur | Le blogue de Jean-François Lisée

  3. Bravo Jean-François, nous savons que nous pouvons compter sur vous pour promouvoir la cause des Québécois.

    Je viens tout juste de signer ma carte de membre juste avant l`élection et j`ai lancé l`idée auprès de mes amies qu`il était temps qu`on élise une femme premier ministre.

    J`adore son idée de fermer la centrale nucléaire (je suis un diplômé en physique de l`Université de Sherbrooke et j`a soutenu une thèse de maitrise en physique des plasmas en 1970).

    J`adore aussi son idée du moratoire sur les gaz de schistes. J`espère que vous pourrez profiter de vos voyages internationaux pour observer le dégât causé par ce genre de procédé dans les autres pays.

    Je compte sur vous pour soutenir à 100 pourcent notre nouvelle dirigeante car la tache va être difficile en tant que gouvernement minoritaire.

    Il serait grandement temps que le PQ cesse de se déchirer comme des loups. Tant mieux si elle a réussi à faire un peu de ménage avant les élections envers et contre tous, et contre les sondages.

    Soyez assuré qu`elle va faire tout ce qui est possible, et si vous avez la chance, ne manquez pas de visionner l`enregistrement de Radio-Canada anglais le soir de l`élection, celui qui n`a pas été présenté à la télé mais qu`on trouve relativement facilement sur internet

    . Vous allez comprendre un paquet de choses qui vont se passer dans le futur et comprendre qu`a l`impossible nul n`est tenu. Même chose pour vous, ne vous brulez pas, conservez votre chandelle allumée, nous avons grandement besoin de gens de votre qualité pour faire remonter la moyenne des politiciens dans l`œil du public.

    Les libéraux ont le culot de soutenir encore la centrale nucléaire et les gaz de schiste. Heureusement qu`on savait de quel bord voter, mais

    il semble que la maladie mentale a touché 50 circonscriptions, heureusement qu`il reste quelques cellules saines(circonscriptions) dans le système québécois. J`espère que les stratèges du PQ vont arranger la carte électorale redécoupée pour optimiser l`effet du vote des profiteurs du système, les héritiers du Pouvoir des Rouges, les Loyalistes du temps des Patriotes.

    Je suis tellement heureux qu`un parti populiste héritier des Patriotes est maintenant au pouvoir au Québec.

    Nous allons avancer à grand pas et l`idée d`augmenter les droits miniers du Plan Nord est fantastique, si c`est réalisable

    . Dans le pire des cas, il faut au moins en faire profiter les communautés locales et les travailleurs du Sud et surveiller que ce ne soit pas juste les travailleurs étrangers qui en profitent et qui sortent l`argent du Québec pour le dépenser ailleurs

    . Il faut absolument former des travailleurs québécois, pas seulement faire du fly-in, fly-out. Votre tache va être très lourde car presque tout est à refaire.

    Ce n`est pas simple de convaincre ceux qui interceptent le 1/3 de tout l`argent dépensé au Québec par le gouvernement de se mette au régime et de nous en laisser pour payer notre dette nationale faramineuse, et investir dans l`éducation et la santé et le partage des richesses et les soins des ainés

    . Bonne chance tout de même dans votre nouvelle responsabilité et le truc pour survivre à cette vie de fou est de se désintoxiquer le plus possible, de manger le plus possible bio, et d`apprendre une quelconque technique de méditation/contemplation pour recharger la batterie du corps physique, émotionnel et mental.

    Évitez le sucre comme la peste sous toutes ces formes, et le blé même à grain entier (qui cause la ceinture qu`on appelle souvent la bedaine de bière mais qui est en réalité la bedaine de blé) et le mais transgénique Monsanto.

    Le problème est que ces 3 éléments constituent 90 pourcent de ce qu`on trouve en épicerie.

    Faites aussi de l`exercice physique en gymnase si c`est possible et dans le pire des cas, au moins de la course genre jogging au moins 4 fois par semaine, de préférence très tôt le matin. Je connais des gens super-actifs qui se lèvent à 4 heures du matin pour faire leur jogging beau temps mauvais temps.

    Arrangez-vous pour inviter des gens, il vont se sentir privilégiés et ils vont vous protéger d`une certaine façon par leur présence

    Établissez clairement que ce n`est pas pour discuter de politique qu`ils sont invités, mais pour courir avec vous.

    Il y a beaucoup de trucs naturels pour conserver un cerveau actif et brillant, comme le Ginko Biloba qui facilite la circulation du sang dans le cerveau, le Ginseng qui a un effet au niveau de l`énergie en général, Algues marine (Varech Kelp) pour le cerveau et Omega-3, et surtout la famille des neurotransmetteurs de la mémoire, Vitamine B-100, lécithine et choline. La choline a elle seule a plus d`effet que les 2 autres ensemble, c`est relativement difficile à trouver mais cela existe et c`est pas cher Swiss Choline 500mg par jour, c`est de la dynamite. Soit qu`on l`avale ou qu`on l`écrase et on le mélange dans le yogourt. Avec ça, vous allez péter le feu mentalement et vous allez pouvoir travailler pour nous à 100 mille à l`heure et facilement vaincre les pugilistes de la rhétorique mentale que sont certains journalistes plus ou moins subventionnés par l`autre parti.

  4. S’il y a quelqu’un qui est en mesure de parler franchement et ouvertement avec les anglophones du Québec c’est bien vous.

    C’est qu’il me semble qu’il faut leur dire que très souvent ils exagèrent.

    Il faudrait quand même leur faire remarquer que nous ne sommes pas ce qu’ils pensent trop souvent de nous.

    Il faudrait quand même qu’ils ouvrent un peu les yeux et qu’ils arrêtent de nous considérer comme des inférieurs ou des demeurés.

    Qui sont le victimes de l’histoire? Est-ce que ce n’est pas plutôt nous les francophones plutôt qu’eux?

    Il faudrait que certaines choses soient mises au clair si possible.

    C’est là mon avis.

  5. Bonjour M. Lisée (monsieur le ministre!) et auguri pour votre mandat.

    Quand aux relations avec les anglophones et les allophones, oui, il faut promouvoir à la fois leur intégration à la société québécoise et la reconnaissance de leur apport à celle-ci. Cela dit, un des pires réflexes des Québécois francophones face à leurs concitoyens d’autres origines est de passer tout de suite à l’anglais avec tout locateur qui parle avec un accent anglo ou autre accent non francophone de souche. Exclusion et marginalisation garantie!

    Je suis favorable à l’ouverture à toutes les langues et cultures, mais pour ce faire, il faut insister sur la promotion du français, langue commune d’usage et d’échanges au Québec.

  6. M. Lisée,
    Il ne faut pas confondre ALLOPHONES ET ANGLOPHONES.
    Il faut en effet bâtir des ponts avec les anglophones de souche mais il est très important de bien intégrer les allophones à la communauté francophone.
    C’EST NOTRE SURVIE.
    Passez le message aux ministres concernés.

  7. Félicitations Monsieur Lisée! J’ai confiance en vous pour redonner à Montréal sa place de Métropole riche de toute sa diversité.

  8. Notre felicitation pour ta nomination.

    Egalement, nous nous serions a ta disposition pour collaborer avec toi et ton ministere en renforcant toujours les leins entre le nouveau Quebec et Notre Amerique, celle des latins du sud.

    Bon courage et a bientot

  9. Est-ce que le Ministre des Relations internationales et du Commerce extérieur pourrait envoyer à des caricaturistes français quelques graines d’hellébore. Ce produit donne la sagesse à ceux qui en manquent, Dans la période actuelle, la demande est grande, c’est un marché porteur pour les exportations culturelles et hérbolistiques.
    Tous mes voeux accompagnent vos projets qui ne concernent pas obligatoirement l’hellébore. J.M.

  10. Félicitations, Jean-François ( je me permets cette familiarité pour avoir fréquenté, tout jeune, Lisėe IGA, à Thetford Mines).

  11. Monsieur le Ministre, puissiez-vous rendre la communauté anglophone du Québec toute aussi francophile que vous êtes anglophile et le citoyen que je suis vous en serait très reconnaissant car cela me rendrait fort aise.

    Aussi , quel tour de force vous accompliriez si jamais vous pouviez convaincre les leaders de la communauté anglophone à un appel public clair, sans équivoque, au respect de toutes les dispositions de la Loi 101 actuelle par tous leurs membres, entreprises et institutions.

    Tout soudainement, je me mets à rêver d’une utopie, celle d’une fierté d’appartenance à la nation québécoise chez cette communauté.

    Bonne chance tout de même dans l’accomplissement de vos nouvelles fonctions !

  12. Cher Jean-François,
    Vos connaissances et expériences faisaient évidemment de vous le candidat parfait pour ces responsabilités, notamment les «extraterritoriales». Vous avez brillamment introduit le «Séminaire sur les instruments de la gouvernance internationale des systèmes alimentaires» organisés par la Coalition pour la souveraineté alimentaire le 26 novembre 2010, à l’U. de M. Depuis, cette Coalition a poursuivi son travail, notamment avec des juristes, pour trouver les meilleures moyens de restaurer la capacité des États à adopter leur politiques alimentaires, dans le contexte des accords de libre-échange. La plus sérieuse piste ressemblera vraisemblablement à ce que le milieu de la culture a fait, savoir, l’adoption d’une convention internationale capable de protéger les États qui souhaitent intervenir plus franchement en culture (ex.: quota). Il faut impérativement que le gouvernement du Québec entrevoit avec notre Coalition, un chemin semblable pour les aliments et l’agriculture, comme s’est engagé le Parti Québécois à de nombreuses reprises pendant la campagne électorale, à adopter une politique de «souveraineté alimentaire». Vous pourrez compter sur notre entière collaboration.

  13. Félicitations ! J’espère que votre nomination aidera à faire ressortir davantage que l’indépendance sert autant la communauté anglophoe que francophone. Il faut créer un pays du Québec dans lequel tous les citoyens se sentiront interpeler par sa réussite. Les opposants sauront-ils oublier leurs intérêts partisans pour celui du Québec ?

  14. Félicitations M. Lisée, tous mes voeux de succès vous accompagnent. Je suis dans l’ensemble d’accord avec votre approche au sujet de la communauté anglophone, mais je voudrais vous faire quelques remarques sur deux points abordés dans votre texte.
    1) les fusions municipales: je crois que la fusion de Montréal, en plus d’être une bonne chose au point de vue économique pour tous les Montréalais (regardez le succès de la ville de Québec à ce niveau) aurait justement aussi été un grand pas en avant pour la communaué anglophone. En effet, en la sortant de ses fiefs dans lesquels elle a trop souvent tendance à s’isoler, une fusion l’aurait forcée à participer davantage au grand projet montréalais. Nous en serions tous sortis gagnants.
    2) une rue Mordecai Richler est une mauvaise idée. Le grand romancier ne peut faire oublier le polémiste hargneux et de mauvaise foi. Une telle décision ne ferait que semer la discorde entre les deux solitudes.

    Godspeed!

  15. Félicitations !

    C’est avec énormément de fierté que nous vous verrons représenter le Québec et les Québécois sur la scène internationale. Aucune inquiétude à votre sujet.

    Quant à Montréal, vous avez beaucoup de pain sur la planche afin de la rendre attrayante pour les jeunes familles et d’assurer la pérennité de son caractère francophone.

    Pour ce qui est des relations avec les anglophones, vous êtes également la personne toute désignée. Vous les respectez et ils devraient bien vous rendre la pareille, ainsi qu’à nous tous.

  16. Bravo pour votre nomination espérée. Il y a du pain sur la planche, comme on dit. Et il faudra remuer des montagnes, surtout à Montréal où le retard en développement social durable est considérable. Alors courage et si on peut vous aider…
    JC, gérontologue social et animateur

  17. Félicitation monsieur Lisé. Je suis très heureux de votre saut en politique comme élu après avoir tant conseillé les autres. Je sais que vos prochaines actions et décisions seront appuyés de réflexions et que vous saurez convaincre et créer des concensus. C’est très juste ce que vous dites sur la l’intégration de la communauté anglophone. Je crois que la plus grande errreur du mouvement nationaliste québécois, c’est de n’avoir pas été assez inclusif vis à vis tous les <> non francophones d’origine. Dans votre mandat de relation Internationnale, j’incluerais une préoccupation des relations avec les autochtones, autres nations fondatrices de notre Québec. Je nous servirais la même réflexion que pour les anglophones. J’ai appris à aimer ces peuples d’origine que nous avons trop longtemps ostracisé. Les inclures à part entière dans notre démarche de pays consiste à reconnaître leur langue en tant qu’officielle, faisant partie des langues des grands peuples fondateurs. Cette démarche doit venir de nous, Québécois d’origine Européenne. Jamais dans leur éthique de non intervention ils ne le demanderont, même si cela constituerait une reconnaissance à part entière pour eux. La meillleure façon d’être congruant dans nos relation internationales c’est de l’être avec les peuples qui nous côtoies plus près.

  18. Jean-François, ces confidences, je trouve extraordinaire d’y avoir accès. Décidément, vous ne faites rien comme tout le monde.
    Ces nominations au conseil des ministres ont été assombries par le décès de l’Editeur de Vigile, Bernard Frappier dont le fils Erick recevra aujourd’hui la médaille bene merenti de patria de la Société St-Jean-Baptiste de Montréal.
    Ce conseil des ministres est très prometteur. Ma femme Marcelle Viger et moi, nous sommes enthousiastes. Parmi les commentaires entendus, le plus pertinent fut celui de Pascale Navarro qui a dit que la fonction de première ministre pourrait faire sortir le meilleur de la personnalité de Pauline Marois. Cela semble le cas.
    Bona fortuna.
    robert barberis-gervais, 20 septembre 2012

  19. Félicitations monsieur le ministre!!! Pour votre réflexion!

    Tensions linguistiques – Lettre d’une anglophone à son Québec

    Erin Moores – Verdun 11 septembre 2012
    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/358874/lettre-d-une-anglophone-a-son-quebec

    J’ai déménagé au Québec, car j’ai appris que les valeurs de solidarité, d’engagement communautaire et d’inclusion sont plus fortes ici qu’ailleurs au Canada. De plus, je suis souverainiste, car je crois que le Québec est capable d’avoir une société plus juste et équitable si on lui donne une plus grande autonomie politique, et je crois que la souveraineté est une façon d’y arriver. J’ai appris le français ici et je suis fière de le parler avec ses mots, ses expressions, son accent. Si demain le Québec devait quitter le Canada, je ne penserais même pas à quitter le Québec.

    Excellent texte Erin!
    Même si mes origines sont différentes des tiennes, j’ai l’impression d’avoir parcouru le même cheminement que toi et je partage ton opinion.

    Laurent Desbois
    ex-franco-Ontarien, d’origines acadiennes et métisses;

    fier Québécois depuis quarante ans;

    et canadian… par la force des choses et temporairement …. sur papiers seulement!

  20. Votre nomination vous va comme un gant. Félicitations! Votre défi est passionnant!

    Je suis déçu que Véronique Hivon n’ait pas eu un ministère plus « fort ». En contrepartie, je trouve que mettre « les transports » et « les affaires municipales » sur les épaules d’un seul homme…c’est beaucoup trop!

    Ça va être intéressant de vous suivre à l’Assemblée nationale et de vous entendre débattre avec vos adversaires. Vous allez être un debeater redoutable!
    Sachez être beau joueur et humble!

    VOtre blogue va être très intéressant à suivre!

  21. Félicitations à vous cher Député…et Ministre! Nous sommes heureux de votre nomination et vous souhaitons beaucoup de succès. Je travaille pour le Mouvement Desjardins. Depuis quelques années…à la blague bien sûr, nous disons que le développement pancanadien du Mouvement Desjardins commence à l’ouest de la rue St-Laurent! Hors, vous avez comme mandat la métropole et les affaires internationales. Vous êtes donc dans une position idéale pour consolider les liens anglos-francos qui semblent s’être tendus depuis l’arrivée du PQ au pouvoir. Quel dommage! J’espère que vous saurez réconcilier ces deux réalités! Bon succès!

  22. Bonjour monsieur Lisée D’abord toutes mes félicitations pour votre poste!
    J’aimerais vous dire qu’en tant que Ministre, je ne suis pas d’accord à ce que vous écriviez en détail vos pensées et stratégies…Il y aura toujours des gens qui ne seront pas d’accord et vous perdrez un précieux temps dans les polémiques.

    Je vous souhaite beaucoup de discernement
    et de vous faire discret afin d’aider mme Marois dans sa tâche. En dire trop chaque jour dans un blogue est très risqué. En tant que gouvernement minoritaire, il y en aura pour trouver toutes les failles, tous les dires et chacun de vos mots (dits et écrits) seront scrutés, analysée et commentés…

    Marie Benoit ,Montréal

  23. Bravo pour votre nomination , Voilà ce qu’il faut faire pour ouvrir le Québec au monde RÉALISER L’INDÉPENDANCE POLITIQUE DU QUÉBEC
    Les fédéralistes nous ferment le monde et nous privent de tout ce qui est rentable
    MICHEL

  24. Il y aura des bourrasques et de forts grains. Vous êtes à la hauteur du défi. Bon vent,

  25. Mon cher Jean-François, voilà « un » poly-mandat à la mesure de ton talent! Une première remarque: éviter de se laisser embourber dans la mécanique du démantèlement du MDEIE, dont trois morceaux s’en vont chez trois ministres différents, y inclus le commerce extérieur chez toi. Ce genre de réorganisation peut prendre jusqu’à un an…il y a nécessité de faire vite et bien. À propos de commerce extérieur, il y a une menace toute fraîche (dans le contexte des négociations du TPP) concernant l’existence même du précieux mécanisme de règlement des différends commerciaux de l’ALÉNA (le chapitre 19), arraché de haute lutte aux États-Unis dans les années ’80. Je souhaite vivement t’en parler. Tu peux compter sur tout mon appui dans les domaines que tu sais. Bonne chance!

  26. Je suis la politique de plus près depuis que tu es élu,je sais pas trop pourquoi,mais tu rends la politique presque passionnante.Ne laisse pas Desmarais faire ce qu’il veut,et defend nous bien!

  27. Tout en étant une indépendantiste profondément convaincue, je partage votre point de vue sur les Anglophones et déplore le manque d’ouverture d’esprit dont font preuve, malheureusement, trop de Québécois.

    Vous avez effectivement du pain sur la planche, mais je ne doute pas que vous saurez relever le défi. Les jeunes sont moins marqués que leurs parents par les vieilles chicanes entre Anglais et Français et seront sans doute vos meilleurs alliés.

    Félicitations pour cette nomination!

  28. Un long voyage commence toujours par un petit pas, dit le proverbe chinois.

    Bon courage, Jean-François.

  29. Je suis une francophone anglophile, traductrice, avec un mari anglophone et qui habite à Montréal.

    Ça fait trop longtemps que Montréal est négligée par le gouvernement du Québec. Il y a des problèmes économiques, sociaux, de gouvernance… assez pour perdre la boule.

    Moi aussi j’ai un grand respect pour la communauté anglophone. Je suis allée en Angleterre et pas en France pour mes vacances, c’est dire. Mais surtout, j’ai un mari anglophone. Je me suis fait engueuler comme du poisson pourri par des péquistes lorsque j’ai dit que les droits des anglophones selon les chartes devaient être respectés! Certains francophones considèrent le fait de parler anglais comme une trahison ainsi que le fait de respecter les droits des anglophones. Nous avons une côte très dure à monter de ce côté.

    Il faut absolument que cette prise de contact avec les anglophones soir convaincante. Pour la sincérité, je ne suis pas inquiète. Ils sont craintifs et mal renseignés

    La presse anglophone perpétue une certaine image du PQ et des francophones. Mme Legault l’explique mieux que je ne sairais le faire http://www2.lactualite.com/josee-legault/2012/09/11/les-preposes-au-sens-i/ . Cette presse est souvent hostile et ne se gêne pas pour publier des faussetés. Ce sera et c’est notre/votre plus grand ennemi.

    Good luck! And may the Force be with you!

  30. Bravo M.Lisée, J’avais parié avec un ami qu’en plus des relations internationales vous seriez aussi responsable de la métropole, j’ai vu jjuste!. Maintenant je vais avoir droit à une « blanche du Paradis » gratis! (Micro-brasserie le « Dieu du Ciel ») Bonne chance avec les anglophones!!

  31. Nous vous suivons de près depuis un bon moment. J’estime que vous êtes en lieu et place pour faire avancer le Québec. Il y aura de fortes joutes. On peut croire que vous saurez provoquer des alliances pouvant faire avancer l’identité d’un Québec français et laique. Toutefois je m’étonne de vos affirmations (Le Devoir 18 septembre, page A-3) à l’effet que le PQ aurait des points de convergences avec CAQ et QS len ce qui a trait à la langue et à la laicité. A travers ces futures alliances…on devra éviter les échappatoires car « la laicité ouverte » débouche sur les accommodements.

  32. Félicitations Jean-Francois…Je t’ai toujours apprécié et toujours suivit dans tes écrits et sur les médias sociaux. Ta détermination et ton travail acharné vont te permettre d’acomplir de belles réussites pour le Québec. Député Abitibi-Est 1994-2003..Ancien maire de Val-d’or

  33. C’est tout un contrat, mais vous savez tellement bien vous entourer que tous les Québécois(e)s auront grandes satisfactions à vous regarder bâtir des ponts entre les nations d’ici et les autres à travers le monde. Pour moi, c’est ma télé-réalité que je trouve bien intelligente.Ma façon de participer est de me tenir au courant de l’actualité québécoise pour répandre les bons coups de tous les souverainistes et de dénoncer le raciste et la désinformation du Gouvernement péquiste de Pauline Marois. Bon courage et surtout, profitez bien de votre pouvoir car enfin vous en avez. Une citoyenne bien ordinaire qui vous appuie et vous aime.

  34. Toutes mes félicitations pour votre nomination. Comme je suis, pour le moment, dans un comté orphlin, Gouin, vous pourrez comter sur moi dans la mesure de mes maiges moyens. Je suis impressionné par la sagesse de Mme Marois qui a su tabler sur les forces de ses députés pour leur confier des responsabilités ministérielles

  35. Bonsoir M. Lisée,

    Félicitations pour votre nomination. J’ai beaucoup de confiances en vos compétences et vos convictions. Je sais que ce que je vais vous demander n’est pas de votre ministère mais, je sais aussi que vous n’avez pas la langue dans la poche. Va-t-on un jour connaître le contenu de cette fameuse entente entre Pétrolia et Hydro-Québec?

    Bonne chance dans votre nouveau défi!

    Benoit Massy

  36. Je pense que pour Mordecai Richler, on pourrait repasser non? Si un Québécois francophone avait écrit ne serait-ce qu’un dixième des sornettes que ce type à publiées mais en parlant des Juifs, il serait en prison ou à tout le moins ostracisé comme l’ont été M. Michaud et M. Parizeau pour des broutilles… Corrigez-moi si j’ai tort.

  37. Félicitations et nous avons confiance en vous! Bonne chance! Madame Marois a vu juste pour votre nomination et nous sommes convaincus que vous ferez taire vos détracteurs par vos accomplissements. Bonne chance M Lizée!

  38. Monsieur Lisée,

    Êtes-vous sérieux quand vous dîtes :

    «Je me suis même dit favorable à ce qu’on nomme une rue en l’honneur de Mordecai Richler!» ?

    Éric Lanthier

  39. Wow. C’est la première fois que je vais suivre un politicien aussi proche. Je songe même à déménager dans Rosemont afin d’avoir la fierté de vous avoir comme député. Monsieur Lisée, vous êtes un exemple à suivre comme élu.

    Moi aussi j’ai été surpris du rôle qu’elle vous donnait, car je vous voyais comme vice premier ministre, avec ministre de la métropole. Donc j’ai vu juste pour un des deux postes. Avec votre expérience ailleurs dans le monde, avec vos gênes d’entrepreneur, je crois que ça va vous aller à merveille.

    Bonne chance dans votre mandat!

Les commentaires sont fermés.