Mon premier engagement de peut-être-futur-candidat

Il m’est venu spontanément, en discutant avec Benoît Dutrizac ce vendredi, dans une entrevue franche et rigolote qui porte à la fois sur la course au leadership, la difficulté d’être chef du PQ, l’héritage de Robert Bourassa, les montées de lait de Jean Lapierre et de Lucien Bouchard, l’image que font de moi les caricaturistes et la vraie raison pour laquelle je me suis coupé la barbiche.

À écouter ici. (Indice, l’engagement à quelque chose à voir avec la toponymie, mais pas comme le pense Garnotte, ici dans Le Devoir.)

direction-du-pq-un-prolongement-logique-de-mon-parcours-politique



28 réflexions au sujet de « Mon premier engagement de peut-être-futur-candidat »

  1. Je comprends facilement que de tendres ou braves QuébécoisEs n’ont pas vu où vous vouliez les amener en Québec sans le Canada ce 30 août dernier en laissant entendre discrètement et avec humour votre disponibilité pour la chefferie du PQ.

    http://www.985fm.ca/lecteur/audio/course-a-la-chefferie-du-pq-independance-et-rober-237002.mp3

    Après avoir écouté pour la première fois, je ne peux m’empêcher de dire que c’est instructif en maudit !

    Et foule sincère de part et d,autre.

  2. SVP, en Éduquant nos Adolescents à mieux se NOURRIR au CEGEP,
    vous serez Surpris de voir nos Frais $ hospitaliers diminuer. Parce que toute leur Famille en Profiterait. – N’Est-ce pas ?

  3. Les indépendantistes ont pris au pied de la lettre leur option et l’appliquent pour être indépendants chacun dans leur petit parti, leur petit comité, leur petite société ou autre table ronde… Avec la jeune génération perdue, quand je regarde dans la glace de la souveraineté, je ne vois qu’une myriade de fragments brisés… Je ne vois pas ce qui pourrait les recoller

    • Bonjour monsieur Lisée,

      Voici 3 conseils pour gagner.

      1)avoir des leaders d’opinions à l’international qui vous appuis publiquement. Étant un ancien ministre des affaires internationales, cela devrait être facile de trouver quelques personnalités connues (ex : personnalités en France, en CHINE, au sein de la francophonie, prix nobel, etc.)

      2)vous définir en tant qu’écrivain. Ainsi, vous gagnez la classe des artistes, vous ne paraissez pas snob et cela plait aux femmes. Après tout, dans l’esprit populaire, un écrivain est pauvre ce qui n’est pas le cas de PKP.

      3)dire aucun mots négatif. La vérité, c’est que les gens associent le language d’une personne à l’individu. À titre d’exemple, si vous traitez une personne de menteur, les gens vont associer l’émotion du mensonge à vous. Ne vous sentez pas mal d’avoir fait cette erreure souvent. Au Québec, tous les politiciens font ça. Au lieu, vous pouvez dire que la personne pourrait avoir eu plus de sincérité. Cela est mieux parce que l’auditoire associe les mots sincérité, possible et avoir à vous !

      Bonne chance dans votre course parce que vous en aurez besoin !

      ps : merci d’avoit dit à PKP d’arrêter de se prendre pour un coq. J’imagine sa réaction quand vous avez dit ça.

  4. Allez-y! Affrontez vos détracteurs. Ça vous fera une expérience et vous
    pourrez vous représenter. Vous êtes dans la cinquantaine, c’est un bon â-
    ge. Je n’imagine pas la course à la chefferie sans vous. Franchement, PKP
    n’a aucune tenue; il est secoué de tics. C’est décourageant de le voir s’expri-
    mer. Faire de l’argent, c’est à la portée du premier venu.

  5. J’aimerais bien qu’un chef soit choisit sans déchirement du parti, on est assez divisé comme cela avec tous ces partis indépendantistes qui se divisent le vote!!!

  6. Pour la première fois dans ma vie active politique de citoyenne (60 – 18 = 42 ans), je me déplacerais pour voter pour vous comme chef du parti québécois. Je ne suis pas une militante, je suis seulement une citoyenne qui tente d’ouvrir grand les yeux et les oreilles. Bonne réflexion pour trouver l’équilibre entre la vie personnelle et publique.

  7. Les partis indépendatistes devraient se regrouper pour élire un nouveau chef et faire campagne ensemble sinon on deviendra jamais un pays! Le vote est trop divisé. Il n’y a pas de secret là dedans c’est clair comme de l’eau decroche!

  8. Moi, je vous adore. Mais je crains bien qu’advenant votre élection comme chef du Parti Québécois que les rouges écarlates, la rage au cœur veuillent vous faire payer: le Tricheur et le Naufrageur.

  9. Les citoyens en ont marre des chicanes de Partis et du magouillage ( dans tous les partis ) Les primes énormes aux dirigeants Gouvernementaux pour des primes au rendement qui est donné par leurs employés au salaires très bas comparativement a ce qui se donne dans le Privé ….. Aucun Gouvernement n’a initié de campagnes pour revitaliser l’image des travailleurs de l’état sauf de faux Espoirs dans certains Ministères .Ce ne sont pas eux qui se sont rempli les poches ou ont eu des faveurs de gens a l,esprit tordus qui les ont manipulés . Les citoyens veulent un Gouvernement intègre , qui pense a leur donner du souffle un peu au niveau monétaire . Des programmes sans mur a mur qui donne une certaine latitude aux entrepreneurs et aux citoyens , et surtout un respect pour les travailleurs qui paient taxes et impôt . les citoyens veulent des réformes a l,aide sociale afin que les personnes aptes au travail soient obligés de se trouver un emploi … ce n’est qu’une aide de dernier recours et non un abonnement a vie comme les citoyens le pensent . Dents gratuites , lunettes gratuites , médicaments gratuits , etc etc etc , alors que le vrai travailleur doit tout débourser de sa poche , enfin , remettre de l’ordre dans NOTRE MODELE SOCIAL au PQ .
    On est jamais si bien servi que par soit même , comme disaient René Lévesque et Michel Chartrand ……En passant , on a pas nationalisé l’électricité pour que Hydro Québec fasse ce qu’elle veut en se foutant des citoyens et même du Gouvernement .. Hydro doit nous rendre des comptes et améliorer ses pratiques .

  10. Je vous souhaite la présidence…mais pas pour faire l’indépendance mais bien pour gagner les pouvoirs fédéraux que le Québec peut gérer avec ses moyens économiques. Lorsque cette base sera établie, alors il faudra que vous pensiez à la sécession, non avant!!!!! Inutile de penser à un Québec qui devra quémander des prêts aux autres pays du monde pour établir une économie qui sera médiocre.

    • Bonjour monsieur Gauthier,
      La réalité n’est pas tout à fait comme vous la rêvez. Le gouvernement canadien n’est pas, pour le Québec tout comme pour les autres provinces, le bon père de famille qui donne à ses enfants tout ce qu’ils ont besoin, selon leur personnalité et leurs aptitudes respectives, pour un jour prendre leur envol et assumer seuls leurs responsabilités. Ici, nous sommes plutôt dans les mariages d’intérêts, les alliances entre familles comme tout ce que nous dénonçons dans la vie privée, au profit du mariage d’amour. Si nous voulons un jour le mariage d’amour avec le ROC, il faudra d’abord assumer seul notre liberté, notre autonomie en toute maturité.
      Lorsque j’ai commencé à travailler, il y a maintenant 50 ans, j’ai quitté la maison de mes parents et j’ai pris un appartement à Montréal. Mes frères m’ont raconté beaucoup plus tard, que ma mère avait pleuré et crié à mon père, tous les jours et pendant longtemps, « Va me chercher ma fille. Elle va se perdre, se faire abuser. Je vais en mourir! ». Et mon père répondait à chaque fois: « On lui a donné tout ce qu’il faut pour faire sa vie. Laisse-la tranquille. »
      Lorsqu’on décidera de notre liberté, je crois que ça ressemblera à ça. Il y aura des gens qui pleureront et crieront de frayeur aveuglés par les difficultés qui nous attendent. D’autre feront confiance à la force de nos valeurs personnelles pour faire face à la liberté. Mais soyez assuré que personne ne nous l’offrira sur un plateau d’argent accompagnée d’un ruban blanc et d’une carte de Bonne chance. Si c’est ce que nous attendons, et bien nous resterons d’éternel Tanguy, pas aussi rigolo que celui du film, mais tout aussi démuni et dépendant.

  11. Désolé mais vous ne passerez jamais auprès de la population québécoise. Vous n’avez pas beaucoup de charisme et surtout vous faites un peu trop intellectuel. Je suis de gauche mais je crois que le seul qui peut convaincre le plus de québécois pour l’indépendance c’est PKP. Contrairement aux baby boomers les jeunes aujourd’hui ne pensent qu’à leur réussite professionnelle et ils semblent bien se foutre du Canada comme du Québec. Un Péladeau qui a bien réussi… pourrait peut-être les séduire… Si pour vous l’indépendance est la tâche la plus urgente, vous devriez donner votre appui à Péladeau.

  12. Pour la fraîcheur de votre approche politique, pour la rigueur cartésienne de votre jugement, pour la profondeur éclectique de votre expérience, pour le courage de votre engagement, pour l’humilité (oui j’ai bien dit humilité) de vos ajustements médiatiques, pour votre intelligence émotionnelle, pour votre acuité circonstancielle, pour votre honnêteté intellectuelle et pour votre amour de l’espérance d’un Québec émancipé, florissant, épanoui et ouvert au monde, vous pouvez compter sur mon appui comme candidat à la chefferie du Parti Québécois.

    Cela dit avec respect pour votre pause réflexion.

  13. Monsieur Lisée, je crois que vous feriez un bon premier ministre. Vos capsules sur la souveraineté étaient sublimes. La seule chose qui me choque est votre prise de position dans le dossier de la langue. Vous étiez d’accord pour que la Société de Transport de Montréal s’anglicise afin que certains Québécois puissent recevoir le service du métro et des autobus dans une autre langue que la seule langue officielle, nationale et commune du Québec. Vous étiez aussi d’accord avec une chanson qui devait rassembler les deux solitudes alors qu’elle comportait environ 30% de mots français et le reste en anglais. Cette chanson était une honte pour les francophones. Le français ne doit pas être prépondérant comme vous semblez le vouloir, le français doit résolument être la seule langue officielle, nationale et commune au Québec. La Loi 101 doit s’étendre de la garderie à l’université afin de mettre fin à l’apartheid anglais à Montréal. Les universités anglophones reçoivent environ 30% des fonds publics alors que la minorité anglophone historique ne représente qu’environ 4% de la population du Québec. Vous devez absolument changer votre opinion sur le sujet afin d’avoir mon vote et avant que le Québec devienne l’Acadie de l’Ouest ou la Louisiane du Nord.

    • Monsieur Charles Castonguay confirme ce que je dis au sujet de la langue dans l’article suivant de L’Aut’Journal
      LE PQ DOIT SE BRANCHER SUR LA LANGUE
      02 septembre 2014
      Charles Castonguay

  14. Le chaos engendre le besoin de solutions et de changements. Mais comme pour tous les accouchements, il y aura toujours une bonne part de sueurs et de douleurs. (Inspiré par l’œuvre du Dr Béthune)

  15. Ce n’est pas une blague, l’indépendance du Québec est un projet que le parti québécois n’a pas, jusqu’à aujourd’hui, convaincu les québécois. Plus de franchise, plus de consultation citoyenne (pas seulement les amis du parti) pour élaborer la Constitution du Québec …pourrait me tenter de revoter pour… Votre candidature me paraît intéressante pour arriver à un Québec qui partagerais ouvertement les richesses, les connaissances et l’information avec tous, incluant les femmes et les enfants qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs.

  16. Monsieur Lisée,
    Tout comme vous l’avez fait avec Jean Lapierre, j’apprécierais beaucoup que vous écriviez sur Lucien Bouchard. Vous avez glissé quelques mots chez Dutrizac mais j’aimerais que vous élaboriez un peu avec toute la verve dont vous êtes capable.
    L’émission Nation continue de faire couler beaucoup d’encre mais il y a une tendance assez forte pour dénigrer et discréditer complètement Lucien Bouchard, surtout sur Twitter.
    J’aime Lucien Bouchard même si je n’aime pas tout ce qu’il a fait. Pour moi, il est un homme de coeur et un de nos grands hommes politiques. Il ne mérite certainement pas d’être sali comme on tente de le faire présentement. Il pourrait contribuer encore grandement à la cause souverainiste.
    Vous qui l’avez bien connu et avez travaillé avec lui, comment percevez-vous l’homme, son parcours ainsi que le rôle qu’il pourrait jouer maintenant?
    J’ai confiance en votre jugement.
    Murielle Dumas

  17. Lorsque Pierre Dubuc s’était présenté à la chefferie du PQ il y a quelques années, j’avais pensé qu’il aurait fait meilleure « figure » s’il n’avait pas eu de barbe.
    À mon avis, une barbe, barbiche etc…. cache quelque chose et un chef de parti qui se respecte et respecte la population ne devrait pas se réfugier derrière ces « gadgets » là.
    D’ailleurs les dirigeants comme messieurs Obama, Hollande, Poutine etc ne portent pas de barbe.
    Il y a bien P.Couillard qui en porte une mais lui a des choses à cacher.

  18. Je trouve incroyable qu’au Québec on traite des questions politiques d’ une extrême importance d’une façon aussi désinvolte.
    Je vous plains monsieur Lisée d’avoir affaire à des journalistes qui semblent incapables de prendre quoi que ce soit au sérieux.
    On dirait qu’au Québec on a peur d’être sérieux. On dirait qu’il y en a plein qui n’ont pas encore compris que la vie et la politique c’est sérieux.
    On dirait que certains d’entre eux ont peur d’être sérieux.
    A la télévision c’est pareil. Mais quand donc allons-nous devenir des adultes au Québec?

  19. Bonjour M.Lisée

    J’ai écouté attentivement votre entrevue avec M.Dutrizac vous êtes quelqu’un de très brillant et le Québec à besoin d’un premier ministre de votre envergure.

    Bonne chance

    Mario Potvin

  20. Bonjour M.Lisée,

    Attention !…Vous commencez à prendre…une sérieuse avance!!…sur vos coéquipiers.Tout reste encore à faire …et rien n’est encore joué ! Merci d’être ce que vous êtes MONSIEUR.

    Toujours éblouit par votre sensibilité et votre intelligence. Je ne vous dis pas bonne chance…mais vous savez…. le mot de Cambronne…!

  21. Vous êtes adorable. Vous serez élu, un jour, président de la République de l’Amour! Mais alors, nous serons morts, mon frère.

    • Il reste que Jean François à la valeur de 10 Jean Marc Fournier. (Et je n’abuse pas)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *