Op-ed in the Guardian: Well done, Britain, for a fair referendum – it’s a shame Canada didn’t manage it

(Voici le texte d’opinion que m’a demandé le quotidien The Guardian, de Londres. En ligne ici.)

Boy, would I have loved to have had the Scottish referendum before the one we had in Quebec in 1995, for which I was strategist for the yes campaign. I am sure those who are for an independent Scotland have lots to say against the tactics and arguments of Better Together, but we in Quebec would have given an arm and a leg for the fair play and adult behaviour displayed so far by the British government. This is why:

1. The UK recognised that it was for the Scottish parliament to decide on the referendum question, but both parties chose an independent, agreed upon third party to pass judgment on its fairness. Not so in Canada, where Ottawa refused the Quebec parliament’s legitimacy in the matter.

2. Britain implicitly accepts that if yes wins with 50%+1, the Scots will have a mandate for independence and that negotiations, though as they may be, will commence. You will find it hard to believe, but if yes had won in Quebec in 1995, the head of the no camp admitted that even “with 52% or 53% we would not have accepted”. Current Canadian law stipulates that even if the Canadian parliament were to agree to the question, it would sit again after a majority yes vote to “evaluate” whether or not it is sufficient. No threshold is given. Kafka lives in Canadian law.

The only plan contemplated in Ottawa in case of a yes vote in 1995 was to try to organise another Ottawa-led referendum, two months hence, to try and reverse the vote. Markets would have had a field day with the Canadian dollar over this attempt.

3. No one of importance in Britain has tried to put at risk the territorial integrity of Scotland in case of independence. In Canada, the prime minister, Jean Chrétien, was eager to play this card – although the international reaction would have been brutal.

4. The British Treasury took pains in reassuring international borrowers that it would honour the entirety of the British debt, whatever the outcome of future negotiations on debt repartition with an independent Scotland. In Canada, the Central Bank was barred from making any such preparations or comments, for fear that it would legitimise the possibility of a yes victory. “We were very vulnerable,” the Canadian finance minister admitted later, talking about the debt refinancing schedule.

5. The UK agreed to play by the rules of Scotland as far as campaign spending is concerned. I wouldn’t be surprised if we ultimately find some infractions to this rule, but never on the scale of the Canadian government’s efforts to at least triple the funding of the no side, without any inhibition. “When you go to war,” the prime minister’s chief of staff said, “you don’t ask if the bullets are legally paid-for, you simply shoot them”.

Voters have decided on giving Britain – and the world – a cliffhanger for the referendum finale, exactly like the one we had in Quebec in 1995. Then, a late yes surge brought elation to our camp; panic and last minute promises of change in the no camp. On voting day, we knew that if participation reached 80% that the youth vote was out, and that was good for us. If it went to 85%, better yet. But 90% was uncharted territory; we didn’t know what to think. It reached 94%. The results were 49.42% voting yes and 50.58% no: half a percentage would give no the last word. Promises for significant recognition of the Quebec nation and of further devolution were not kept.

It Scots choose a different path than that of Quebecers, even with the slimmest of margins, the world needs the UK to keep cool in case of a yes vote. Nations that have been through this wrenching debate recently or who, especially in Catalonia, will navigate these waters soon, need the British government to keep offering a template of fair play and respect for democracy.

If yes wins, it means recognising immediately the political fact that Scots have chosen independence. It means having quick meetings of officials to send reassuring signals to both markets and workers that an orderly, negotiated process will begin to examine every outstanding issue.

It would not be an pleasant time for Britain. Divorce is never easy. It is often messy, nasty, petty. That’s when we need Britain to rise to the occasion, keep cool, and be, again, an example to the world.



25 réflexions au sujet de « Op-ed in the Guardian: Well done, Britain, for a fair referendum – it’s a shame Canada didn’t manage it »

  1. M. Lisée, un peu de rigueur intellectuelle svp!

    Point 1: « Not so in Canada, where Ottawa refused the Quebec parliament’s legitimacy in the matter. »

    Le PQ n’a jamais accepté que le Canada ait son mot dans les modalités du référendum, y compris le choix de question. C’est plutôt le PQ qui n’aurait jamais accepté que le fédéral négocie d’avance la question.

    Point 2: « You will find it hard to believe, but if yes had won in Quebec in 1995, the head of the no camp admitted that even “with 52% or 53% we would not have accepted”.

    Avec votre question floue, il était impossible de dire quelle était la vraie volonté du peuple québécois. De toute façon, le 50+1 c’est opéré dans le sens inverse (vous avez perdu), et depuis, au lieu de respecter le jugement du peuple, le PQ a tout fait pour tenter de créer « les conditions gagnantes ». Deux référendums pour ma génération? C’est assez! Le peuple a rendu son verdict le 7 avril. Il est temps de bâtir la nation québécoise autrement que par l’indépendance. On s’entend que même si l’Écosse vote « non », il n’en demeure pas moins une nation. Il en est de même pour le Québec. L’indépendance n’est pas le seul chemin.

    « The only plan contemplated in Ottawa in case of a yes vote in 1995 was to try to organise another Ottawa-led referendum, two months hence, to try and reverse the vote. Markets would have had a field day with the Canadian dollar over this attempt. »

    Voir mon commentaire ci-dessus. Avec la question floue que vous avez posé, il aurait été naturel pour le fédéral de tenir un vrai référendum, sur une question claire, pour déterminer en réalité si le Québec endossait l’indépendance, ou l’écartait en pensant que le référendum était pour un nouveau « deal » avec le Canada. Parce que le PQ écartait toute participation du fédéral dans la formulation de la question, et toute clarté dans la formule choisie, un 50%+1 pour le « oui » n’aurait rien réglé. C’était en fait un piège, pas une question! M. Parizeau l’a lui-même admis!

    Pour le reste: question floue, la « piège aux homards » de M. Parizeau, les études payées par le gouvernement avant le déclenchement officiel du référendum afin d’éviter la loi sur les dépenses électorales, les bulletins annulés dans les comtés fortement « non », et j’en passe, ne font que qu’insulter l’intelligence des québécois. Vous avez sali le Canada dans une tribune internationale sans être franc concernant vos propres bavures dans la campagne référendaire de 1995. Vous aussi, auriez beaucoup à gagner en imitant l’exemple écossaise, si prochaine fois il y aura.

    Michel Lafrance

    • ET p’tit-Jean qui déporte des Inuits à leur risques et périls dans un endroits inconnu pour agrandir l’hégémonie canadienne en arctique et ce sans leur consentement comme c’est son habitude!!!

    • M. Marcotte: et votre commentaire a rapport avec le mien comment exactement? Il n’est pas honteux d’admettre qu’il y a eu des magouilles et de la malhonnêteté des deux bords. Surtout quand un des deux bords joue la vierge offensée comme l’a fait M. Lisée. J’aurais pensé que les évènements du 7 avril ainsi que ceux de 1995 aurait causé un peu plus d’introspection et d’auto-examen de son propre rôle avant de tout blâmer sur les « méchants fédéralistes ».

      Les québécois ont exprimé un désir collectif, le 7 avril, de sortir de ce carcan fédéraliste/souverainiste. Sinon, peut-être la prochaine fois les deux bords y compris le camp du « oui », pourraient agir avec un peu plus de maturité comme l’a fait la Grande Bretagne, où LES DEUX côtés se sont entendus, au préalable, sur une question claire et simple que même mon chat pourrait comprendre, plutôt qu’une question « piège à homard » imposée unilatéralement par le camp du « oui ».

      Michel Lafrance

    • Merci M.Lafrance de votre réponse.

      Étant un indépandantiste-né l’histoire depuis la campagne de peur et de salissage fédéraliste me donne raison:isoler le Québec pour mieux l’asservir.

      Depuis toujours les Québécois vivent le syndrome de Stockholm avant son appellation! Quand ceux-ci seront assez matures pour se prendre en main et écrire sereinement leur histoire… et bien je reviverai ma propre histoire lorsque je me suis retrouvé en appart à 18 ans libre mais combien confiant en un avenir prometteur et ensoleillé, libre et responsable de mon destin que personne au monde ne pouvait compromettre pour leur propre compte!!!

      Quand je pense à un crétin qui a ordonné la déportation d’innuits impuissants pour agrandir l’hégémonie canadienne en arctique et qui essaie de me convaincre du Non et bien ça me retourne au Grand Démenbrement et à Lord Durham.Je ne peux croire ces gens-là un point final!

      Nous Québécois sommes encore à l’adolescence de notre histoire et quand nous voudront être indépendants nous le seront…point final.

      Au plaisir de vous relire.

      Pierre Marcotte,indépendant de coeur et d’esprit.

  2. There are two major differences between the Québec and the Scottish situations. In the Québec referendum, the question asked was far from clear and certainly did not allow for Québec to declare itself a country. Far from asking if yes or no citizens wanted Québec to become a country, the question was whether or not Québec should seek to separate while negotiating an association with Canada as a distinct country.

    The second issue is the far more fundamental issue of ownership of the land. The Scots have a recognized territory on which their forefathers have had title from time immemorial. The territory claimed by the Québécois to establish a new country belongs to the First Nations and has never been ceded to them by any legally binding and internationally recognized process. If Québec can separate from Canada, the First Nations can separate from Québec, which would leave the Québécois with nigh a roof to shelter themselves.

    The Québécois who lament that if the process had been as fair and square in the last referendum on their independence as is the process in Scotland, the answer would have been yes, are living an illusion. It’s wishful thinking by pathetic losers who can’t take no for an answer.

    • If Québec belongs to the First Nations, then so does the rest of Canada.

  3. Les Écossais ont plusieurs avantages sur nous. 1) Le Québec a été un défricheur. 2) Nous avons établi les bases juridiques à la préparation d’un référendum. 3) La notion de société de Droit ne veut plus rien dire quand le pouvoir central risque de perdre la bataille.
    La façon dont ils se sont préparés prouvent que les Écossais ont appris leur leçon du Québec. Mais, les Anglais aussi. Reste à savoir quelle sorte de lapins les Anglais vont sortir du chapeau dans le sprint final, vu que le truc de la peur est moins efficace qu’il l’a été ici.

  4. C’est le temps plus que jamais de rappeler que les fédéralistes n’ont jamais tenu parole à la suite d’un referendum. Un non était un oui. On était prêt à mettre les sièges en jeu pour garantir du changement, mais un changement contre nous. La malhonnêteté intellectuelle des fédérastes est sans borne. Même Dion préconisait une partition qui pouvait conduire à une guerre civile. Et, les libéraux nous ont bien volé pour se prémunir des vrais changements comme nous l’a démontré les commandites. Les fédéralistes ont créé le pays en tuant les Métis, pas étonnant que cet esprit que l’on honore dans les fêtes du 150è anniversaire d’une Confédération qui est en réalité une fédération centralisatrice gardent un mauvais goût.
    On a même tenu des camps militaires dans l’Ouest pour se préparer en cas de séparation. La GRC était aussi devenue spécialiste dans les gestes illégaux pour combattre l’idée d’indépendance du Québec. L’honnêteté n’a jamais étouffé les fédéralistes.

    • Quand je rencontre le mot « fédéraste », je m’arrête de lire. Quand on ne respecte pas les autres, on ne se respecte pas soi-même. Je n’ai pas un minute à perdre avec une personne qui ne se respecte pas.

    • Monsieur Lagacé , vous invoquez le manque de respect e vous avez raison mais vous êtes vous déja plaint du manque de respect de l’utilisation du mot sépartisme avec trois . Cela se passe très souvent de la part des fédéra…listes …..

  5. As a British expat (not Scottish) living in Quebec I’m not really bothered either way. In the event of a yes vote I’d say 4 things the UK should not back down on
    1 no seat for Scotland on the Bank of England. It can use the pound but can’t set printing money limits, can’t set interest rates
    2 all Royal Navy ship building done in strathclyde be moved to Portsmouth or tyneside or other suitable location within the uk
    3 absolutely no say if the uk disarms nuclear weapons or not. If the UK wishes to store it’s nuclear weapons anywhere within the uk to bad Scotland you list your say
    4 Scotland must partake in its fair share of debt. Scotland can keep it’s oil in its territorial waters the uk keeps it’s, the Falklands are uk territory and as such it’s oil belongs to the uk.

  6. Lisez les commentaires dans le Gardian (suite à l’article de M Lisée) On y retrouve la même haine, les mêmes préjugés racistes et accusations mensongères qu’au Canada anglais:  » frog », « nationalistes racistes et corrompus », etc….

    Par contre, j’ai bien aimé le commentaire qui dit « Le gouvernement britannique a essayé la « carotte » jusqu’à maintenant, attendez pour voir ce qui ce qui va se passer dans les derniers jours … » et j’ajoute, surtout si les sondages donnent le « oui » gagnant …

    • Exactement ce que je pense. Je crois qu’il ne faut pas être naïf et s’imaginer que les Anglais la joueront ‘clean’.

    • Pas si naïf! Parce que les fédéralistes canadiens sont sou-
      vent des colonisés qui n’ont pas le sens de l’honneur comme
      Chrétien et Dion. On appelle cela «hostilité horizontale» quand
      un vaincu s’attaque à quelqu’un qui ne supporte pas l’aliénation.
      Madame Tatcher elle-même a morigéné Chrétien pour ses tac-
      tiques déloyales.

  7. Un seul aspect dont on entend jamais parler. L’aspect financier. Est-ce que l’Écosse dans un monde détenu surtout par le pouvoir économique plutôt que par les drapeaux est aussi payante pour l’Angleterre que les ressources naturelles, les taxes et prises de profits imposées aux Québécois pour Ottawa 1867? ;-(

    • En ce moment même, le camp du oui est en avance et a le momentum. C’est très serré et chaque camp peut espérer l’emporter. J’espère de tout mon cœur que le oui vaincra et saura démontrer aux Québécois frileux de souveraineté qu’il est possible de se séparer sans qu’une guerre civile éclate. Espérons aussi que l’attitude de Londres dans ce dossier servira aussi d’exemple au Canada lors d’un futur référendum au Québec, mais cela j’en doute quand même un peu.

    • Pour prédire le « post mortel » à ce point, avez-vous une boule de cristal super performante à ce point-là?

      Vous l’avez acheté où cette boule?

      M. Pierre chretien,

      Ne vous laissez pas influencer pas la petite droite pas instruite, pour ne pas dire illettrée fonctionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *