Élections partielles, journalistes sous surveillance et écoles de Rosemont- La Semaine du Député de Rosemont

Une semaine très mouvementée à Québec avec la saga des journalistes sous surveillance et le scandale libéral à la SIQ.

Un dimanche soir au Gala de l’ADISQ

2016-10-30-adisq-avec-marianneCompte tenu du développement fulgurant des technologies numériques, il est urgent d’agir afin de garantir l’accès à la culture québécoise et la rémunération juste et équitable des artistes et créateurs québécois. Dans la foulée de l’ADISQ, gala auquel j’ai participé avec plusieurs de mes collègues, le Parti Québécois présente deux mesures concrètes:

  • Augmenter la visibilité des artistes québécois sur les plateformes électroniques en faisant en sorte que les pages d’accueil mettent en avant au moins 70 % de créations québécoises, dont 65 % francophones;
  • Réinvestir pour les créateurs québécois l’équivalent des taxes perçues sur les transactions électroniques.

Commémoration du décès de  René Lévesque

2016-11-01-commemoration-rene-levesqueRené Lévesque incarne plus que jamais les rêves de son peuple.

Santé, bénévoles, artistes et questions au Premier Ministre: La Semaine du Député de Rosemont

Après une brève absence, voici le retour de « La semaine du député de Rosemont ».

Oui, je suis devenu chef de l’opposition officielle le 7 octobre dernier, suite à la confiance que m’ont accordée les membres du Parti Québécois (vous pouvez consulter mon allocution ici).

Mais ma première loyauté reste à Rosemont et à ses électeurs et, pendant la campagne au leadership et depuis mon élection comme chef, je suis fidèle à mon devoir de bien représenter les Rosemontoises et les Rosemontois.

Je reprends donc l’habitude de vous informer, chaque semaine, de mes activités dans la circonscription et de mes principales interventions au niveau national.

Dans Rosemont, on parle de santé!

UN PREMIER PAS SUR LE CHEMIN DES VICTOIRES

Allocution du chef du Parti Québécois, Jean-François Lisée

Vendredi 7 octobre 2016
La version lue fait foi

Une victoire

Ce soir, c’est notre victoire à tous. C’est la victoire du Parti québécois. Du Parti d’Alexandre, de Martine, de Paul, de notre amie Véronique qui nous écoute et qu’on salue chaudement…

Nous, les candidats, vous nous avez vus nous asticoter un peu, beaucoup mais surtout : passionnément. Mais c’est parce qu’on est des passionnés du Québec, des passionnés du progrès social, des passionnés de l’indépendance.

Et tous les Québécoises et Québécois ont pu constater que les débats, c’est au Parti Québécois que ça se passe. Les idées, c’est au Parti Québécois qu’on les formule. Les courses au leadership, c’est au Parti Québécois qu’on sait rendre ça pertinent, intense, connecté, comme le Québec d’aujourd’hui, comme le Québec qu’on aime…

VERS DES VICTOIRES !

Du 5 au 7 octobre, vous avez un rôle à jouer pour l’avenir de notre parti et du Québec. Celui de choisir le chef d’un des plus grands partis de l’histoire du Québec. Du parti qui a permis les plus grandes avancées linguistiques, sociales et économiques de notre nation. Du parti qui veut donner aux Québécoises et aux Québécois les moyens de faire encore mieux : l’indépendance.

Vchasser_reussir_fb-1ous avez soif de victoires. Comme celles et ceux qui se battent au quotidien pour les plus démunis, qui tentent de créer des entreprises, et qui veulent faire connaître notre histoire. Comme celles et ceux qui veulent un Québec sans pétrole, les professionnels de la santé qui veulent soigner plus et mieux, tous, veulent des victoires. Tous en ont assez des reculs. Tous et toutes, veulent réussir.

L’information, un service essentiel

Proposition #23 du candidat Jean-François Lisée

En démocratie, l’information est un service essentiel. C’est à la fois le projecteur braqué sur ce qui se dit, se fait, se décide, le carburant de la discussion publique, le garde-fou de l’intégrité. Moins une population est informée, localement ou nationalement, moins elle est équipée pour s’engager dans la chose publique, peser sur les décisions, faire émerger de nouvelles voix, des réformes, des leaders.

Comment va l’information au Québec ? Son état de santé est préoccupant. Son tonus décline. Les conditions de son atrophie s’accumulent.

Le gouvernement québécois ne peut rester les bras croisés et laisser s’affaiblir un bien public aussi important que l’information. Il doit cependant garder une saine distance avec le quatrième pouvoir : créer les conditions de sa vitalité, sans lui dicter sa conduite.

Il faut travailler sur plusieurs axes

Éviter la désertification de l’information en régions