Phillippe Couillard et la fouille à nu: comment, pourquoi et quand il a vu la lumière

Heureusement qu’on l’a, le bon docteur Couillard, pour ramener un peu de bon sens dans le débat public. Non ? N’a-t-il pas, ce jeudi, rabroué son ministre Bolduc en affirmant haut et fort qu’il fallait complètement exclure les fouilles à nu dans les écoles ? Et là où son ministre louvoyait, n’a-t-il pas affirmé un leadership clair et sans faille ?

Euh… non. Ou du moins, ce n’était pas son intention. Il ne s’était pas levé jeudi matin avec la décision de bannir les fouilles à nu. Il ne s’est même pas levé à l’Assemblée pour donner cette réponse. En fait, il s’est levé pour donner… la même réponse que son ministre.

J’étais présent lorsque Philippe Couillard a changé d’avis. Tous les membres de l’Assemblée étaient présents. Et dans ce qui apparaît comme une illustration magistrale de l’utilité de la période de question, c’est l’échange entre le chef péquiste Stéphane Bédard et le premier ministre libéral qui a poussé ce dernier à céder. À céder au bon sens.

Prenez deux minutes pour lire l’échange, il est intéressant.

Première question:

M. Bédard : M. le Président, comme moi, la plupart des parents du Québec ont été surpris, consternés des possibilités de fouilles à nu dans les écoles du Québec. Après deux jours de déclarations que je qualifierais de loufoques, là, nous en sommes à demander l’intervention du premier ministre.

Après la surprise, la honte. Les propos du ministre de l’Éducation ont pris une nouvelle dimension, une proportion internationale, M. le Président. Maintenant, ce n’est plus seulement les Québécois qui constatent que le ministre de l’Éducation fait fausse route, on entend maintenant les Français, les Anglais, les Américains et même les Turcs, M. le Président, se soucier de ces questions. Après l’image qu’on a eue sur les grèves étudiantes, je peux vous dire que l’image du Québec, effectivement, n’est pas à la hauteur de ce qu’on souhaiterait pour notre formidable réseau de l’éducation.

Le ministre de l’Éducation s’est lui-même discrédité dans sa réaction à quelque chose qui est grave, M. le Président. Face au louvoiement, face à l’absence de propos clairs du gouvernement, clairs et responsables, je demande au premier ministre d’intervenir immédiatement et de nous confirmer à nous, aux parents du Québec, aux directeurs d’école, qu’il n’y aura plus de fouille à nu, et cela, à partir d’aujourd’hui.

Est-ce que le premier ministre confirme aux parents du Québec qu’il met fin à cette directive ?

Bon. La question est claire. Si Philippe Couillard veut mettre fin à la directive, voilà une bonne occasion de le faire. Lisons sa réponse:

M. Couillard : M. le Président, bien sûr, comme parent moi-même, bientôt grand-parent, c’est certainement des sujets qui nous interpellent tous personnellement, et l’équilibre à faire ici est entre le besoin de sécurité pour les élèves dans nos écoles, le personnel, mais également les droits fondamentaux des gens. Et il faut s’assurer que, lorsqu’il y a de telles interventions — et je ne parle pas de la fouille à nu, là, je parle de la nécessité de vérifier parfois qui rentre quoi dans les écoles — que ça se fasse en concordance totale avec les politiques approuvées par le gouvernement, par le ministère de la Justice, avec la collaboration des forces policières et en aucun cas, en aucun cas, au mépris et aux dépens de la dignité des gens.

Alors, afin de clarifier cette question… parce que je voudrais quand même qu’on aille aux faits. On a les articles de journaux. En tout respect pour les médias, c’est une partie de l’information. <On a besoin… >J’ai besoin, on a besoin de connaître les faits exacts, raison pour laquelle on a demandé à une personne indépendante d’aller vérifier les faits, de vérifier la politique qui existe, s’assurer qu’elle est conforme aux deux objectifs que j’ai mentionnés : la sécurité dans nos écoles, mais également la dignité et les droits des gens.

Vous voyez ? En une minute quinze secondes, le premier ministre n’a aucunement l’intention de bannir la pratique. Il feint de ne pas avoir d’information. Il ne lui vient pas à l’esprit d’affirmer son autorité et de sévir contre les fouilles à nu. Stéphane Bédard doit revenir à la charge.

Le Président: Première complémentaire, M. le chef de l’opposition officielle.

M.Bédard: Encore une fois, le premier ministre louvoie sur une question qui est simple et claire. Il n’a pas besoin d’avis juridique là-dessus. Je peux lui en donner un, s’il veut. Il n’y a pas de droit inaliénable à une fouille à nu, ça n’existe pas, surtout pas pour un directeur d’école. Et, comme parent, je trouve inacceptable et je n’accepterai jamais que ma fille soit fouillée à nu, peu importent les conditions, M. le Président, dans l’école qu’elle fréquente.

Je demande au premier ministre immédiatement de dire aux parents qu’il met fin à cette pratique inacceptable pour nos jeunes.

C’est clair. Le premier ministre a une seconde chance.

Le Président: M. le premier ministre.

M. Couillard : M. le Président, là, là-dessus, le collègue et moi, on est d’accord. Moi non plus, je ne veux pas voir ce genre de chose là dans nos écoles. Mais je voudrais qu’on aille vérifier les faits, qu’est-ce qui s’est exactement passé dans cette école-là. Moi-même, je n’ai pas le détail des faits et je veux connaître les faits.

Et c’est à ce moment, exactement, sous la pression et sentant que ses explications sur la recherche des faits n’est pas crédible face à la gravité de la fouille à nu chez les étudiantes, que le bon docteur cède, et invente sur-le-champ la nouvelle politique gouvernementale:

M. Couillard: Maintenant, absolument d’accord avec notre collègue, il n’est pas question de fouille à nu dans nos écoles, sauf dans les cas extrêmes justifiés par les forces policières et des situations criminelles, protégés par les chartes. M. le Président, c’est comme ça que ça se fait comme il faut. […]

Bon, on avance. Le Premier ministre est désormais contre les fouilles à nu, avant même de connaître « les faits » dans l’école Neufchâtel. Bien. Mais il accepte encore les fouilles à nu dans des « cas extrêmes ». Il ne dit pas, comme son ministre Bolduc, que la fouille doit être « respectueuse ». Il dit qu’il faut que ça se fasse « comme il faut ». Cette digue va-telle tenir longtemps ?

En seconde question complémentaire, Bédard pousse sur cette digue:

M.Bédard: […] Il a cette responsabilité, que ça ne peut plus se produire dorénavant. Et, si j’étais à sa place, je prendrais cet engagement maintenant. Et ce qu’il a, par rapport à moi, c’est qu’il est premier ministre, donc il a cette responsabilité de rassurer les parents. Est-ce qu’il peut leur dire aujourd’hui que cette pratique n’existera plus, tout simplement?

Humm. Le Premier ministre est sommé d’écarter « les cas extrêmes » et les « comme il faut ». Il pourrait tenir. D’un point de vue de loi et d’ordre, ça peut se défendre. Il doit penser sur ses pied.

Le Président : M. le premier ministre.

M. Couillard : M. le Président, très certainement, s’il est question, disons l’expression, de fouille à nu, il n’est pas question que ça se passe dans nos écoles, mais je veux savoir exactement ce qui s’est passé dans cette école-là. Est-ce qu’il y a eu une fouille à nu? Est-ce qu’il y a eu ce genre d’intervention qu’on a rapporté dans les médias, oui ou non? On a besoin de faire cette appréciation-là, et je pense qu’il faut montrer ici un minimum de jugement.

Maintenant, sur la question de la fouille à nu dans les écoles, la réponse, M. le Président, c’est non, on n’en veut pas.

Ah ! Enfin de la clarté. « On n’en veut pas ». On est loin de sa position de la première réponse. On a évolué par rapport à la seconde. Bédard a encore droit à une troisième question, il décide de faire répéter sa réponse au Premier ministre pour, disons, faire durcir le ciment autour de sa toute nouvelle position.

Le Président: Troisième complémentaire, M. le chef de l’opposition.

M.Bédard: Je veux bien comprendre les propos du premier ministre, effectivement. Ce qu’on doit comprendre c’est qu’aujourd’hui au-delà du cas de Neufchâtel, où, effectivement, il y a eu un enfant qui a été mis à nu, effectivement, peu importe les motifs, est-ce qu’il confirme aux Québécois et aux parents du Québec qu’il n’y aura plus de possibilité pour les directions d’école de procéder à des fouilles à nu sur des étudiants fréquentant nos écoles? Voilà.

Le Président: M. le premier ministre.

M. Couillard : M. le Président, encore une fois, il n’est pas question qu’il y ait des fouilles à nu, particulièrement sur des élèves ou des mineurs. On est tous d’accord là-dessus. Mais je voudrais quand même qu’on vérifie ce qui s’est véritablement passé dans cette école. On va le faire. Ça ne change rien à ce que je viens de dire, mais on doit exactement savoir ce qui est arrivé dans cette école, vérifier les protocoles qui sont en place. Est-ce qu’ils sont adéquats, pas adéquats? S’ils ont été adéquats, est-ce qu’ils ont été suivis? Il faut quand même faire cette démarche.

Maintenant, je vais répéter de façon très claire : Il n’est pas question d’avoir de fouille à nu de nos élèves dans les écoles.

 

Tous ont retenu que Philippe Couillard rejette toute fouille à nu dans les écoles. C’est vrai. Mais une information plus complète dirait: Le PQ pousse Couillard à interdire les fouilles à nu dans les écoles.

Et on dira que l’opposition ne sert à rien…



13 réflexions au sujet de « Phillippe Couillard et la fouille à nu: comment, pourquoi et quand il a vu la lumière »

  1. Nous sommes en 2015, à ce que je sache, et nous nous conduisons comme mes parents dans les années 1950: la nudité y était prohibée de sorte que l’amour se faisait dans la noirceur. Ma belle-mère n’avait jamais vu l’appareil de son mari…
    La fouille a nu est obligatoire à certains moments, mais ce qui s’est réellement fait dans cette école, c’est qu’on a fait déshabiller une jeune fille cachée derrière un paravent ou une couverture. Si on avait fait venir un policier, je ne suis pas sûr qu’il aurait pris des gants blancs pour arriver au même résultat. Contrairement à Normand Bianchi, ci-haut, l’éducation ne peut rien y faire, les vendeurs de drogue peuvent fort bien être des enseignants ou des personnes éduquées et intelligentes. Ce qui compte, c’est le revenu qu’on retire d’une action, bonne ou mauvaise.
    Si on veut vider les écoles de cette maudite drogue, il faut prendre des moyens radicaux comme la fouille des casiers et des vêtements.
    Nous sommes nés totalement nus, nous sommes tous pareils, en deux formats, avec ou sans, en haut, avec ou sans, en bas.

  2. Du patinage et même pas de fantaisie. On le réalise encore plus quand on le lit, au lieu de l’entendre.

    J’imagine Couillard, dans son for intérieur se dire, mais qu’est-ce que je suis en train de défendre là ! La fouille à nue d’une jeune fille de 15 ans qui pourrait être la mienne. Ça fait patiner et ça fait tomber.

    Bravo à la clarté immaculée de Stéphane qui n’a pas lâché le morceau.

  3. Que dire de plus? M. Couillard et ses principaux acolytes dans le présent gouvernement improvisent dans tous les domaines importants de notre société: santé, éducation, famille, finances. De médecins supposément empathiques vis-à-vis la population qui les consultaient autrefois ( Barette, Bolduc, Couillard) on est rapidement passé avec les mesures d’austérité prônées et mises en place, en ayant parfois recours au baillon pour instaurer pareilles mesures à une médecine de remèdes de cheval que même des vétérinaires n’auraient pas la décence d’appliquer sur des animaux…Il n’y a plus rien de surprenant dans cette façon de diriger du parti libéral, qui se contente malheureusement d’agir comme un AA, un jour à la fois…demain n’est pas encore là…on corrigera si on a erré….

  4. Sont-ce les ministres de ce gouvernement qui paraissent incompétents, qui vacillent constamment, qui changent d’avis à tout vent, parfois au sein même d’une seule journée, ou doivent-ils deviner, du matin jusqu’au soir, les humeurs de leur premier ministre ? Le parti libéral serait-il dirigé par une girouette politique, une girouette qui manque d’huile, un peu figée par la suffisance du chef, un homme imbu de lui-même, sûr de son infaillibilité… ? Le premier ministre bénéficierait d’une onction d’humilité de temps à autre.

  5. Sur le sujet commenté, je trouve qu’il y a de l’incompétence de la part des dirigeants de cette école. Cette histoire aurait pu se régler entre les parents et la direction de l’école. À la limite avec la police. D’autre part, je persiste à croire que vous auriez été le meilleur dans cette course à la direction du Parti. M. P. est mou. Son élocution laisse à désirer et il nous faut attendre les débats pour nous convaincre de sa capacité de diriger le Québec.

  6. Cela n’est pas dans le sujet, mais je vous fait remarquer qu’encore une fois cette semaine Steven Couillard laisse entendre que les opposants à sa cure d’austérité ne sont que des « intimidateurs ».
    Par peur d’un petit 150 manifestants ( bruyants mais civilisés et pacifiques) ils ne s’est pas rendu au colloque libéral de Gatineau. ( … si cela se trouve, il y avait plus de 200 policiers aux alentours de ce colloque qui répondent à nos frais au « oui! faut avoir peur des extrémistes, des radicaux, etc » ).
    Comme Harper, Steven Couillard fait de l’amalgame de vocabulaire, prenant les gens pour des idiots, et il mise sur la peur à développer contre les méchants ( peut-être comme ceux de Radio-Canada) qui « radicalement » sont contre les valeurs conservatrices ( Steven Couillard a fait parti du conseil de sécurité avec son ami Arthur porter: http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201303/15/01-4631215-philippe-couillard-au-csars-il-ny-a-absolument-aucun-hasard.php )
    Et le gang de radio-poubelle de la région de Québec va encore en profiter pour emberlificoter (et faire beaucoup de sous) sur le dos des gens de cette région qui ne jurent que par la loi et l’ordre, sujets qu’ils sont encore à la peur ancestrale des iroquois.
    J’ai envie de chanter:  » Libérez-nous de l’insignifiance organisée, des libéraux normalisés ».
    http://www.lapresse.ca/le-droit/politique/201502/21/01-4846266-le-premier-ministre-couillard-annule-sa-visite-a-gatineau.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_BO2_quebec_canada_178_accueil_POS1

  7. Plein de bon sens d’interdire la fouille à nu. Mais que faut-il faire pour empêcher les étudiants d’entrer de la dope dans les écoles.. et les conséquences associées (décrochage, intimidation, violence, etc.)? M.Bédard SVP? (Ne me dites pas d’appeler la police, nous n’aurons pas assez de policiers.)

    • Votre commentaire, M Luc, reflète la peur, la bonne vieille peur, aveugle, que les forces conservatrices tentent d’implanter. Une société qui fonctionne sur la peur !!! Bravo! L’apocalypse … La drogue, excusez la «dope» (ça fait plus sérieux), vient d’envahir nos écoles, on n’a jamais vu avant … On n’a aucun moyen de lutter contre ces forces occultes. Si les fouilles à nue ne fonctionnement pas, pourquoi pas la torture? La sécurité l’exige … etc etc …

      Réfléchissez un peu M Luc. Je suis certain que vous trouverez des moyens «corrects» pour lutter contre tous les fléaux que vous soulevez, à juste titre. En fait, ces moyens existent déjà. Un d’entre eux s’appelle «l’éducation»! Il me semble que c’est pour cela que les écoles existent, non?

    • Je vous invite a relire mon commentaire M.Bianchi. J’ai indique que je trouvais tres sensee l’idee d’interdire la fouille a nu.

      L’autre partie de mon commentaire visait a sonder l’opinion M.Lisee sur les solutions qu’il entrevoyait pour tenter de regler ce probleme et ses implications. Toujours facile de deplorer les stupidites des politiciens (et il faut malheureusement le faire trop souvent), par contre, c’est plus complique d’amener de proposer des solutions concretes aux problemes. A mon tour de vous inviter a reflechir a ces solutions. 😉

  8. Moi, ce qui m’éclate dans cette histoire c’est l’ineptie du ministre Bolduc. Quel cafouillage, d’autant qu’il s’exprime comme un attardé de 15 ans. Ministre ! Pensez-y. Et fédéraliste … ça va de soi.

    • On se rappellera que ce ministre fut présenter par Charest comme une vedette montante dans son milieu, un autre petit t’ami.

  9. Ce qui me désole le plus dans toute cette histoire c’ est qu’on met complètement de côté le pourquoi des soupçons des autorités pour cette fouille à nue incorrectement nommée d’ailleurs. Si c’ était ma fille, je serais bien plus inquiète de savoir le pourquoi de cette fouille et au lieu de poursuivre les autorités j’ aurais une bonne discussion avec ma fille et je serais rassurée que lesdites autorités ont le même souci que moi qui est de protéger nos enfants!

  10. J’ai aimé cet article , cela prouve que PL avec le chef Couillard , ne peux fonctionner , son moi et plus gros comme une porte de garage .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *