Photo compromettante: Boisclair/Parisella/Lisée

Un cadeau pour les amants de conspirations. Sur cette photo, prise en avril 2008, on voit le futur ministre des relations internationales avec l’alors-futur délégué général de Jean Charest à New York, John Parisella, et le futur délégué général de Pauline Marois à New York, André Boisclair.

Une photo digne du Da Vinci Code ? (En plus: crédit photo Gesca !)

Circonstance aggravante: cette photo fut prise lors d’une rencontre organisée par La Presse à la Place des Arts, où André Desmarais Jr a présenté l’ex-vice président Al Gore.

Votre mission, cher internaute, est d’inventer une théorie conspirationniste dont la photo est l’élément principal.

Vous pouvez prendre en compte que: les Desmarais sont présents dans Total, lui même présent dans les sables bitumineux.
André Boisclair fut consultant pour les entreprises de gaz de schiste.
Pourtant, Al Gore est opposé aux sables bitumineux et critique les gaz de schiste.

De plus, John Parisella arbore une abondante chevelure qui semble défier le temps et la gravité. Pourquoi Lisée trouve-t-il tout cela comique ?

Notez derrière le trio deux personnages sulfureux: à gauche avec les lunettes, Éric Bédard, avocat montréalais et frère de l’actuel président du conseil du trésor et, regardant vers la gauche (ce qui est anormal pour lui) Marcel Côté, de Secor, ex-conseiller de Brian Mulroney.

Tout ça est louche. Très louche !



24 réflexions au sujet de « Photo compromettante: Boisclair/Parisella/Lisée »

  1. Je n’avais pas bien saisi en première lecture la mission qui était :

    « Votre mission, cher internaute, est d’inventer une théorie conspirationniste dont la photo est l’élément principal. »

    Comme d’autres ratent l’avion, j’ai raté la mission. Reprise.

    Pour conspirer, il faut s’entendre sur un point. Quel est le point sur lequel les personnes sur la photo et celles impliquées hors photo s’entendaient ?

    Le déménagement de l’ONU à Montréal.

    À la demande de Jean Charest et de Gérard Tremblay, Parizella y travaillait. Il s’en confie à Jean-François Lisée qui pouffe de rire. André Boiclair n’a pas entendu. Y travaillera-il ?

    http://www.populationdata.net/index2.php?option=article&aid=416&article=-LONU-demenage-a-Montreal

  2. Les Desmarais étant investisseur chez Total et Junex, étaient là pour négotier l’entente entre Hydro-Québec et les pétrolières. Messieurs Parisella et Boisclair étant sur place pour représenter l’industrie américaine du pétrole qui savait déjà que le PQ allait être au pouvoir en 2012 et que Mr Boisclair serait nommé à NYC (Quoi?!?!? On conspire là,là, ou on conspire pas?). Marcel Côté, de Secor, ex-conseiller de Brian Mulroney, semble essayer de remettre une envelloppe brune, (ben oui à cette époque on fesait çà, même dans le dos des polititiens), mais ils étaient tous innocents et ne voyaient rien. Me Bédard lui ne se laisse pas corrompre par Mr Côté. Mais la vrai raison pour laquelle Al Gore et Jean-François Lisée sont là, c’est qu’il sont les vrais rédacteur de l’entente entre les pétrolières et l’hydro, c’est la raison pour laquelle nous ne sauront jamais le contenu de ses ententes, il serait obligés de révéler qui les a rédiger. MOUHAHAHAHAHA!

  3. Pour me mettre dans l’ambiance d’une sortie de conférence d’Al Gore, j’ai tapé Gore avril Montréal dans la fenêtre de Google. Mieux que rien, je suis tombé sur un article de Louise Leduc de La Presse qui date de 2010, l’article, pas Louise :

    Je vous offre ce paragraphe de son cru :

    « Il a aussi été applaudi à tout rompre, surtout par les femmes présentes, quand il a dit combien l’éducation des filles était essentielle à la lutte contre les changements climatiques. En quoi? En ce que des femmes instruites, au fait des méthodes de contraception, sont des femmes qui font moins d’enfants et qui, ce faisant, limitent la surpopulation mondiale et la surchauffe planétaire. »

    Ayoye ! C’est pas faux, mais l’affirmer, c’est poser la question et à quel escient ? J’y reviendrais.

    Pour maintenant, en ajoutant 2008 à mon tapage, je n’ai pas appris que nos trois photographiés étaient des 3 000 personnes rassemblées à la Place des Arts ce jour là, là là là. Aucune allusion à un complot. Quand j’ai entendu ce qui se serait passé pendant ce temps là à l’Hôtel de ville … G tremblé.

    La ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs Line Beauchamp, l’explorateur québécois Jean Lemire ainsi que l’environnementaliste David Suzuki y étaient.

    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/environnement/2008/04/05/001-al-gore-montreal.shtml

  4. Un auteur digne de ce titre se doit de se documenter. Donc, pour parler du bon, jusqu’ici : j’ai découvert, c’est du domaine public, que la mère de John avait de l’Irlandais. Le père avait de l’Italien, je m’en doutais, il ne s’appelle pas Parizolla, là là là !

    « Where were you born and raised? I was born in Montreal and raised there. My dad emigrated from Italy and my mom was an Irish woman born and raised in Montreal. » Bilateralist.com ». C’est clair !

    Pour qui ça intéresse et ne le saurais pas déjà, il est aussi depuis quelques années le conjoint de la journaliste Esther Bégin. En cherchant ma source précédente, j’ai trouvé cette photo. http://www.flickr.com/photos/fondationicm/7972459646/. J’ai vu le couple à la télé de passage ou retour de New York : Tout le monde en parle ou Bazzo.tv. Un tuyau, mettez votre deux sur TLMEB.

    Poser ma question, c’est l’affirmer, qu’était venu faire John Parisella, André Boisclair et notre hôte dans cette galère ?

    A+ ! Si notre hôte le veut, comme disait Édouard Carpentier.

  5. L’existence même de cette page est hautement suspecte. Conçue pour désamorcer par le rire une situation hautement troublante, elle participe du grand complot mondial de l’ironie. Angoisse.

  6. Je ne crois pas au trucage de photo ici mais je m’y connais peu.

    Jean-François, pour ne pas écrire Jeff, faut pas confondre mais rassembler, pour la cause qu’on ne sait plus trop sauf Jean-Martin Aussant et Joanne Marcotte la gauche et la droite. Jeff est trop foncièrement transparent.

    Voici au moins un début de suite.

    E pour la suite, on verra, c’était un clin d’oeil.

    « Attendez que je me rappelle … » un souvenir dont je me souviens peu, pas autant que le PQ ou Joseph Facal en tout cas. Je n’ai pas relu récemment mais j’ai encore et il honore notre garage ou notre grenier, « sans plus » disait Hugocentrik.

    Ces niaiseries étant avouées, que reste-t-il de mes amours que j’appelle plus aisément et modestement, mes préférences et pour entre lesquelles choisir j’ai un logiciel de choix artisanal. (Me lire n’est pas plus facile parfois que de conduire une Formule 1).

    Attendez que j’invente en scénario plutôt que de faire appel au rappel.

  7. Pffffffft! Vous avez tout faux.
    Le complot est dans le trucage de la photo. On a rajeunit tout ce beau monde pour faire croire, sur ce blogue, que la photo datait. En réalité, il n’en est rien. Cette photo a été prise le mois dernier et quatre personnes apparaissent en avant-plan, malgré l’excellent trucage Photoshop. On y voit l’actuel Ministre de la Métropole accompagner, dans sa croisade vers un monde meilleur, le futur maire de Montréal (évidemment, les élections de 2013 sont à l’avance déjà truquées, tout le monde le sait bien). Au centre, on reconnaît l’espion envoyé à NYC par le machiavelique Ministre des affaires internationales (le 4e vil personnage, à peine perceptible à l’oeil nu) afin de voler au maire Bloomberg tous les secrets utiles à faire de Montréal la nouvelle destination mondiale des redressements post-catastrophes.
    Voilà, tout cela me semble enfantin d’évidence.
    Mata Hari

  8. Photoshop fait des merveilles? C’est fou le monde qu’on peut désormais réunir sans que les protagonistes même en sache quelque chose?

  9. C’est évident. Monsieur Parisella est sur le point de dire le « f-word » (suite à un commentaire coquin de monsieur Lisée, monsieur Lisée réagit en se bidonnant pendant que monsieur Boisclair trouve que tout ça manque un peu de classe…

  10. Nous sommes en avril 2008. Il y a un an, le 27 mars 2007, la population du Québec se donnait un gouvernement libéral minoritaire sous la chefferie de Jean Charest arrivé premier de justesse avec 48 candidats élus contre 41 pour Mario Dumont de l’ADQ et 36 pour André Boisclair du PQ. Ce dernier remis de sa défaite apparaît sur la photo ci-dessus, dans l’ordre habituel, de gauche à droite, entre la brute et le bon.

    La brute, à gauche, est l’auteur de trois livres sur Robert Bourassa intitulés Le Naufrageur (1994), le Tricheur (1994) et Le petit tricheur : Robert Bourassa derrière le masque (2012). Si elle est toute souriante sur la photo, il ne faut pas si fier, elle est capable de tout y compris devenir ministre des relations internationales, de la francophonie et du commerce extérieur.

    Le bon, à droite, n’a pas écrit grand chose de méchant si je me fie à Wikipédia, mais « Il a été le directeur général du Parti libéral du Québec pendant les années 1980 et il a occupé les fonctions de chef de cabinet adjoint des premiers ministres Robert Bourassa et Daniel Johnson (fils). Il a aussi travaillé dans l’enseignement. » C’est dire.

    L’intrigue est à savoir lequel des trois hommes en front de la photo prononcera dans un avenir imprévisible avant 2044 le discours qui commencera par ces mots : « Premières Nations, Deuxième Nation, Troisième Nation, Dernières Nations ».

    C’est là que je suis rendu et pour la suite, attendez que je me rappelle …
    C’est pas sûr qu’il va y en avoir une. On verra.

  11. Cette photo est coquine.

    Je n’ai pas déjà en tête un scénario eastern nordique que Sergio Leone n’aurait pas dédaigné mettre en scène.

    En tout cas, la photo de Gesca en avril 2008 m’en suggère les trois acteurs principaux et le titre en serait encore Le bon, la brute et le truand.

    Si je m’y mettais,
    si je m’y mettais …

  12. et il y avait aussi deux ou trois autres personnages connus qui- lors de la photo- étaient à une des salles de toilettes de La Place-des-Arts.

  13. Puisque ca fonctionne disons que mon complot tentait de signifier qu`il serais preferable si le conspirateur a gauche sur la photo garde le controle sur celui de droite au centre de la photo plutot que celui de centre-droitegauche a la droite de la photo.
    Andre de Calgary.

  14. J`ai perdu mon complot a cause d`une mauvaise adresse de contact.J`ai pas envie de le reecrire.Je me demande bien si quelqu`un d`autre a recuperer mon complot.De toute facon j`essaie encore de faire parvenir…
    Andre de Calgary.

  15. Ma théorie: Parisella vous a apostrophé relativement à vos livres sur Bourassa pis vous avez trouvé ça drôle…

    En passant, je m’imagine qu’il doit y avoir des députés libéraux prêts à vous sauter dessus avec un grand plaisir SPÉCIAL si vous vous enfargez dans vous gestes politiques.

  16. Ma théorie:
    Je crois que tout ce beau monde était là pour signer la concession d’Anticosti à Pétrolia… La conférence d’Al Gore n’était qu’un « cover ». M. Desmarais qui avait déjà prévu l’alternance de gouvernement dans ses plans s’est assuré d’avoir sous la main tous les acteurs actuels et futurs.

    • Tout le monde d’important se retrouve finalement sous le patronage de M. Desmarais, celui qui tire les vraies ficelles du pouvoir au Québec, quels que soient les partis. Yo.

    • Yeah Anamorphique!

      Mais on pourrait parler du futur accord Canada-Europe qui pourrait faire encore plus mal au Québec…

      Ça! , ça peut amputer une grande partie de la souveraineté québécoise acquise et future!!!

      Watch out, les jeux de coulisse!! Les enjeux sont gros!!!

      Vraiment!

  17. Brillant! « Ecrire, c’est à peu près comme se trouver dans une maison vide et guetter l’apparition de fantômes. »
    de John Le Carré

  18. Ce qu’on ne dit pas c’est le nom de la personne qui a photographié ces gens.

  19. Marcel Côté regarde vers SA droite, ce qui est parfaitement normal… 🙂

Les commentaires sont fermés.