Quand Amir Khadir perd les pédales, et son jugement

Amir Khadir avait appuyé l'Ayatollah Khomeini. Pris de remord, il le voit partout !

En 1979, Amir Khadir avait appuyé l’Ayatollah Khomeini. Pris de remords 35 ans plus tard, il le voit encore partout !

Je ne pensais pas écrire deux jours de suite sur les dirigeants de Québec Solidaire. Mais la dérive de leurs propos m’y oblige. Françoise, déjà, avait insulté tous les progressistes qui sont au PQ avec ses affirmations. C’était beaucoup.

Mais voici qu’hier, Amir Khadir est allé encore plus loin, en comparant la direction du PQ à la dictature islamique, liberticide et misogyne de l’Ayatollah Khomeini d’Iran.

Voyons d’abord ce qu’Amir a dit, dans son contexte, avant de commenter. Il est suivi par un journaliste radio de Radio-Canada, micro en mains, dans sa circonscription de Mercier. Il sait donc que ce qu’il va dire sera rendu public. Il entre dans un café et aborde un jeune. Voici l’intégrale de la conversation:

Khadir : « Et puis, M. Péladeau, ça vous sourit? »

Jeune : « Je ne l’aime pas particulièrement personnellement, mais je pense que, pour la souveraineté c’est une bonne chose parce qu’il faut aussi convaincre les gens de droite. Il fallait aller chercher cet appuilà.»

Khadir l’interrompt : « Il faut leur donner les clés de la voiture pour que ce soit eux qui conduisent? S’il est sincère, pourquoi il ne fait pas juste appuyer la souveraineté puis mobiliser son monde. Pourquoi est-ce qu’il faut donner les clés d’un parti social démocrate, au parti de René Lévesque…»

Jeune : « Est-ce qu’elle lui a donné les clés, Mme Marois? »

Khadir : « Ben oui, regardez on a pris ce risque là avec Lucien Bouchard. On a eu le déficit zéro… »

Le jeune l’interrompt : « Je ne pense pas que Daniel Breton est à droite, il y a plusieurs candidats de gauche aussi au PQ »

Khadir : « Ils sont sans pouvoir. C’est que l’indépendance est peut-être promise, mais ce qui est au rendez-vous, certainement, c’est l’austérité, c’est les politiques néo-libérales qui prennent de l’ampleur et ça a des conséquences sur la vie des gens. Moi j’ai fait ce choix là il y a trente ans, une fois. Pour l’indépendance de l’Iran par rapport aux Américains, il y a 35 ans. Des milliers de gens de la gauche à la droite ont appuyé Khomeini. Regardez ce quon récolte aujourd’hui. L’histoire le démontre qu’on y perd son âme, on y perd son objectif.

Vouloir faire une alliance, oui  mais avec l’hégémonie de la gauche, des progressistes comme l’a fait René-Lévesque.

Jeune : « Il y a des décisions avec lesquelles je ne suis pas d’accord, mais moi, mon idéal, c’est de faire du Québec un pays et, en ce sens-là, je suis capable de me rallier, voilà. »

Khadir (qui perd légèrement patience) : « Je dis simplement qu’il y a des dangers là-dedans. Si Pierre-Karl Péladeau, si ce que tu dis, est pour l’indépendance, quel besoin y a-t-il de le mettre au pouvoir ?  Je te pose la question ? Pourquoi ?»

Jeune : « Parce que, Pierre-Karl Péladeau, en étant au pouvoir va pouvoir avoir une plus grande influence… »

Khadir : « Ah! Voilà! »

Jeune : « … sur les gens qui sont à droite et qui vont peut-être appuyer le Parti Québécois et voter pour la souveraineté. »

Khadir : « Tout est dit, c’est là le danger. »

Khadir s’éloigne, n’ayant pas convaincu ce souverainiste de bon sens.

On peut même écouter l’extrait sur le web ici.

Saluons d’abord l’aplomb de ce jeune citoyen de Mercier, qui affronte Khadir et tente de lui faire entendre raison. (Appel à tous: j’aimerais rencontrer ce jeune et voudrais qu’ils s’identifie dans la section commentaire du blogue. Ses coordonnées ne seront pas publiées.)

Maintenant sur Amir. Ce n’est pas PKP qu’il compare à un des pires dictateurs du siècle. C’est Pauline Marois. C’est elle qui réussit à attirer en son sein des ex-syndicalistes et un ancien patron. C’est elle qui dirige ce parti social-démocrate qui a toujours compté en son sein des membres du centre-droit. C’est elle qu’il vise.

Amir admet que, jeune étudiant de gauche, il avait entendu l’appel de Khomeini au rassemblement de tous les Iraniens, de droite et de gauche, opposés au Shah d’Iran, pro-américain, et il s’était rangé derrière Khomeini.

C’est donc la première première ministre du Québec, grande démocrate, l’ex-travailleuse sociale qui a fait les garderies à bas coût, la politique familiale et tant d’autres avancées sociales que le député de QS considère comme comparable à un des despotes les plus méprisables du temps.

Qu’il s’excuse sans délai, c’est la moindre des choses. Dans un parti normal, on le relèverait temporairement de ses fonctions, pour bien marquer le désaccord et prendre de la distance envers un tel manquement au simple savoir-vivre.

Prisonnier de son propre manque de jugement

Mais il y a plus. Amir Khadir semble encore prisonnier de son propre manque de jugement. En 1979, il était dans la rue, à Montréal, à scander des slogans contre le Shah et pour Khomeini.  Il a manqué de jugement. Il s’en repent aujourd’hui.

Mais il n’était pas seul dans la rue. Militant étudiant, j’y étais, avec beaucoup d’autres. Et je me souviens très bien que nous étions plusieurs à refuser de reprendre les slogans pro-Khomeini. Déjà laïcs, il nous semblait hautement risqué de faire confiance à cet Imam moyenâgeux. En 1979, le Parti québécois était déjà au pouvoir, et je ne me souviens pas qu’il ait manifesté la moindre affection pour Khomeini, contrairement à Amir.

Ce qu’Amir Khadir nous révèle dans cet échange surréaliste, c’est qu’il est encore prisonnier de ses propres erreurs de jugement. Ayant succombé à l’attrait de Khomeini il y a 35 ans, et grugé par le remords, il le voit partout. C’est son problème et on lui souhaite de prendre du mieux.

Mais la moindre des choses serait qu’il n’impose pas ses lubies à la discussion publique d’aujourd’hui, à son parti, et aux bons citoyens de Mercier.

Cet écart est également un test de leadership pour Françoise David. Saura-t-elle rabrouer son député et s’en distancier sans réserve ?



49 réflexions au sujet de « Quand Amir Khadir perd les pédales, et son jugement »

  1. Ping : Dossier QS | Amir Khadir, jusqu’au cou dans le marais de l’Unité canadienne!

  2. Nous pouvons lire dans votre texte… Khadir (qui perd légèrement patience) : « Je dis simplement qu’il y a des dangers là-dedans. Si Pierre-Karl Péladeau, si ce que tu dis, est pour l’indépendance, quel besoin y a-t-il de le mettre au pouvoir ? Je te pose la question ? Pourquoi ?»

    Et bien moi, simple citoyen, je dis, (pour aller dans le même sens que Pierre Falardeau, il y a longtemps,) si QS, si Amir Khadir sont pour la justice sociale et la lutte gauche-droite, s’ils défendent des idéaux sociaux, QUEL BESOIN Y A-T-IL DE LES METTRE AU POUVOIR ? Pourquoi QS n’est pas devenue simplement un mouvements socio-politique plutôt qu’un parti politique. Faire des actions sociales, être un mouvement de pression, c’est aussi ça, faire de la politique. Pourquoi viser le pouvoir ? Est-ce qu’aller poser une question par six mois à l’assemblée nationale est plus efficace et utile ? La réponse est claire.
    Que veut Khadir si ce n’est le pouvoir??
    Quant à son rapprochement avec Khomeini et le PQ, c’est tout à fait dans le style habituel, style qui dénote un manque flagrant de maturité, mais surtout une confusion entre ses théâtres intérieures, sa psychée marquée par son passé Iranien et la réalité Québécoise.
    Comment faire confiance à une personne aussi exaltée?
    Un peu de retenue et de clarté de réflexion ajouteraient de la crédibilité à ses discours. En attendant, à ma grande tristesse, son passage sur la scène politique Québécoise n’ajoute que de la confusion bordées de plein de bonnes intentions.

  3. À quoi nous sert l’Histoire s’il ne nous est pas permis de faire des rapprochements? Amir Khadir n’accuse pas, il émet une mise en garde. Il témoigne d’un moment ou, croyant faire pour le mieux, il a appuyé un parti qui ne lui ressemblait pourtant pas. Si je votais pour le Partis Québécois, je voterais pour le pays que je souhaite du fond du coeur. Mais je serais aussi responsable – la question de la responsabilité dans notre démocratie de carton est par ailleurs discutable – je serais donc responsable des politiques économiques essentiellement anti-humaines qui découleront d’une influence plus marquée des députés de droite. Le rapprochement de Khadir est juste. Pas exacte, juste. Il invoque l’Histoire pour nous rappeler que lorsqu’on met l’idéologie de côté, on se positionne contre soi-même, si nobles nous paraissent les raisons. Nous l’aurons, ce pays, mais par les bons moyens.

    • QS exige que nous embrassions leur vision comme condition à leur appui à l’indépendance. Je ne veux pas d’indépendance conditionnelle aux valeurs d’un seul parti.

    • J’ai trop vu de pertes d’emplois, de lock-out et d’appauvrissement dans le peuple par les décisions de PK Péladeau pour accepter qu’on puisse lui faire confi.
      Il a fait ses preuves et n’en a jamais eu honte, aucun remords pour le mal qu’il a fait à ses employés et leurs familles.
      Ce n’est pas de ça dont nous avons besoin. Je suis avec Mme David.

  4. Bonjour, l’un des commentateurs Julien David a écrit que Françoise David s’était prononcée contre la loi 101 au moment de son adoption. Je trouve cette information extrêmement révélatrice et j’aimerais bien retrouver les sources documentaires qui permettent de la confirmer. Quelqu’un peut m’aider là-dessus?
    Françoise David a parlé de PKP comme étant un pestiféré avec lequel elle n’accepterait même pas de s’asseoir parce que c’est un méchant patron de droite. Quelle serait son attitude si sa propre soeur qui se présente au parti Libéral ne serait pas une sociale-démocrate (selon les dires de Françoise elle-même) mais une vilaine femme de droite? Je me souviens très bien que Françoise David a tergiversé pendant plusieurs mois sur la question nationale lorsqu’elle a fondé son parti. Le choix de la souveraineté ne provient pas d’une conviction profonde mais d’un simple calcul stratégique et électoral pour aller chercher les votes du PQ.

    • Elle était dans En-Lutte! à l’époque, qui était sans étonnement contre la Loi 101. Mais Mr Lisé aussi y était… Pendant ce temps Duceppe et PKP étaient au PCO (parti communiste ouvrier) qui ne devait pas être des plus fervant défenseurs de l’idée non plus.

  5. Ping : Les sparages de Mossieu de Jean-François, vicomte de Lisier | la page à papi

  6. Bonjour M. Lisée,

    J’habite votre comté de Rosemont. À l’instar de ce jeune, je suis aussi un jeune travaillant dans le réseau collégial qui souhaiterait s’impliquer davantage également.

    Vous pouvez me contacter.

  7. Merci pour la vigile M. Lisée,
    … pour que l’espoir, la parole et le pain soient au rendez-vous au matin de l’autonomie de notre nation. J’attends ce jour depuis si longtemps …
    Gaëlle De Sève-Martin

  8. La sociale-démocratie en action..solidaires dites-vous? Le 11 mars, mardi sur la rue Laurier entre Brébeuf et Papineau, toutes les pancartes ont été vandalisées, coupées et mises à la poubelle sinon piétinées, sauf celles de Québec solidaires Curieux. Aucune trace, les vidanges ont tout ramassé à 19 h. mais des photos restent…

    • La même chose dans St-Marie Nouvelle façon de faire de la politique mon œil.. je ne parles plus à Manon Massé depuis ce temps et je la rencontre pourtant régulièrement dans différents organismes communautaire encore la semaine passé dans Hochelaga. Je lui tourne tout simplement le dos. Pour ce qui est de Amir.. il a parfois une façon bien à lui de donner des exemples… mais sincèrement je ne crois pas qu’il comparait le PQ à Khomeiny … Par contre vous avez raison lorsque vous dites qu’il fut marqué par cette époque vu qu’il en parle encore et ce n’est pas la première fois… Dans QS il est le plus intéressant selon moi..

  9. Moi j’entend non seulement une comparaison entre PQ et Ayatollah, ce qui est déjà complètement fou, mais j’entend aussi une comparaison entre la démarche nationale des Québecois, des citoyens du Québec, (ce désir historique d’accès à la Souveraineté de façon laïque et démocratique) et de l’autre côté, UNE RÉVOLUION ISLAMIQUE vers un régime religieux et totalitaire. Il devrait non seulement s’excuser auprès de ses collègues politiciens, mais aussi s’excuser auprès du peuple québécois en entier pour une telle vulgarité et une telle malhonnêteté intellectuelle. L’enflure verbale et les amalgames malsains ne seront jamais les fondements d’une pensée claire. Jamais de toute ma vie je n’aurais pensé avoir à écrire une telle chose au sujet de cet homme pour qui j’ai toujours eu non seulement du respect, mais une certaine admiration. Je n’ai plus aucune confiance en son jugement. Il est trop hystérique pour être en politique. Engagé c’est une qualité, enragé c’est un défaut…

  10. Bonjour M. Lisée,
    Je suis l’auteur de « Je suis né en 1976 » que je vous ai fait lire il y a quelque temps. Juste pour vous dire que le jeune en question est mon grand ami Hugo Turgeon, qui m’a beaucoup aidé à écrire ce texte, qui est très politisé, qui admire beaucoup madame Marois. Je peux facilement vous mettre en contact s’il ne vous a pas déjà donné ses coordonnées. Il m’avait déjà dit que ça lui fera un grand plaisir de vous rencontrer.

  11. Françoise David ne veut jamais s’asseoir sur la même banquette que Pierre-Karl Péladeau, mais, au souper de Pâques, elle va s’asseoir à côté de sa soeur qui est candidate pour un parti de droite, fédéraliste et corrompu.

    • Je ne suis pas le fan numéro un de madame David, mais même si les membres de notre famille sont à l’opposé de nous sur le plan idéologique, ça reste des membres de notre famille. Rapprochement douteux…

  12. Pauvres opportunistes désespérés. Ils ont choisi le mauvais véhicule pour espérer se faire élire et sont décourages de voir que Pauline Marois avait tous les as dans son jeu. Vive le Quebec indépendant.

  13. Françoise David ne rabrouera jamais Amir Khadir parce que ce parti est comme l’Asse, il n’y a pas de leader, il n’y a que des porte-paroles qui n’ont aucune marge de manœuvre en dehors de leur mandat étroit. Tout ce monde peut dire n’importe quoi, on ne condamne jamais, même pas du bout des lèvres. On l’a vu dans le conflit étudiant, jamais les porte-paroles n’ont condamné la violence. Ils aspirent à représenter les québécois, les marginaux disons, ils se condamnent à la marge de cette façon. Leur prise de position extrême va leur rallier tous les anarchistes, une bonne affaire finalement, on en a pas besoin au PQ.

  14. Amir Kadir est venu au marché maissoneuve ce dimande et il m a posé la meme question .. C est dire qu ils ont peur ouffff … Je lui ai dit que je voterais PQ parce que ca correspondait plus a mes valeurs. Et il m a servit la meme reponse qu a ce jeune . Il ne m a pas laissé le temps d argumenté , il est partit assez vite.

  15. Merci monsieur Lisée pour cette information…je n’en reviens pas.

    J’avais presque une confiance aveugle envers Amir…

    Quelle déception…

  16. Il serait bien aussi de rappeler au monde que Khadir est un antisémite et qu’il s’était amusé a manifester pendant plusieurs jours devant un petit commerce de son arrondissement car il y vendait des souliers fabriqué en Israël…
    Selon moi, c’est une forme de racisme et étant député, un tel comportement devrait être inacceptable!

    • Je suis entièrement d’accord avec les propos de cet article, indépendance d’abord, idéologie ensuite. Mais lâchez nous avec vos accusations d’antisémitisme. N’importe quoi.

      M. Khadir a été le seul à avoir eu le culot de manifester son désaccord à un état, qui, reconnaissons-le quand même, est raciste et bandit. Son action n’était aucunement portée contre «les juifs», mais contre Israël.

  17. La ligne éditoriale est fixée par les fédérastes à travers les questions de leurs journalistes. On la retrouve dans les points de presse et la mise en page. Les fédérastes veulent parler de référendum, car c’est impopulaire. C’est bizarre qu’ils s’attaquent autant à PKP en prétendant qu’il met la liberté de presse en danger. J’ai perdu mon emploi de journaliste pour des raisons politiques alors que je travaillais à la Tribune de Sherbrooke .

    Quant aux croisades de peur, elle existe depuis 1970. Alors que le le couvrais comme journaliste, Pierre Laporte m’a dit qu’il savait que leurs discours étaient exagérés parfois faux parce que le peuple du Québec doit avoir des caricatures pour comprendre.

    D’autre part, je ne comprends pas pourquoi le PQ ne présente pas l’indépendance comme un investissement puisque nous perdons 2 millards par année en demeurant dans le Canada.

    Il me semble que nous sommes en élections et non en campagne référendaire. Cependant, il faudrait inviter les gens à lire  » Un gouvernement de trop » ou « Le tricheur ». On sait fait voler le référendum de 1995 et on a gagné le référendum de Charlottetown. On l’oublie celui-là.

  18. Je le répète, en constat:
    le peuple québécois a un sens naturel de la démocratie circulaire, difficile à saisir pour les gens venus d’ailleurs, mais à laquelle des français (dont Champlain), irlandais, écossais,anglais, polonais, italiens, espagnols, haïtiens, magrébins, asiatiques, etc., ont adhéré et participé avec intelligence et ouverture depuis 450 ans..
    Il a été, manifestement, impossible en 250 ans à l’intelligentia des bien-pensants du peuple à qui la France a échangé sans notre permission nos « quelques arpents de neige » pour des îles-à-esclaves, cette mentalité qui assimile mais ne s’assimile pas ( où qu’elle oeuvre dans le monde), de saisir l’essence et la beauté de la démocratie circulaire. Les journaux de Toronto en témoignent largement et encore aujourd’hui spécialement le magazine Macleans.

    Alors on ne peut reprocher ou en vouloir à M. Khadir qui, lui, a tout fait pour s’assimiler, devenant ainsi un immigrant correct et impliqué, parfois sympathique et souple, de déraper de temps à autre avec les concepts réducteurs d’une démocratie binaire et horizontale ( donc appelée à s’étirer dans les extrêmes), démocratie à l’européenne ( en gros) qui l’ont modelé dans son jeune âge.
    Je crois que lui, comme Mme David, par leur ton, se rapprochent, hélas!, du ton libéral et non circulaire, horizontal, de la  » vierge offensée » . Cela aide le PQ dans le contexte électoral actuel et je m’en réjouis quasiment , mais cela est bien triste à observer, humainement parlant, car où s’en va la gauche si elle devient aussi humainement détestable ou politiquement démagogique que la droite insignifiante des Couillard et Harper?

  19. Personnellement, j’applaudis les propos d’Amir Khadir. Il ne fait que se discréditer lui-même et en même temps, discréditer sa co-porte-parole (qui ne l’a pas démenti) et son propre parti. Bravo Amir, continue !

  20. Bonjour
    Je suis ce jeune…
    J’ira laisser mes coordonnées à votre bureau de circonscription.
    Je suis dans Rosemont, et je me trouvais dans un café de Mercier.
    J’aimerais m’impliquer davantage dans le monde politique d’ailleurs.
    Merci à vous,
    Hugo Turgeon

  21. Habituellement et sachant que dans une démocratie pluralistes, ils n’ont aucune chance d’accéder au pouvoir, les gauchistes s’arrangent pour faire gagner la droite pour avoir plus de cas à dénoncer. Ce qui les met en valeur. D’où le succès d’Amir, dans la gauche modérée, qu’il est sympa! qu’il est intelligent!, même des amis libéraux voulait voter pour lui. Et Françoise, quelle belle âme, elle veut sauver l’humanité à elle seule. Fondamentalement, Mme David, n’est pas souverainiste. elle serait souverainiste si elle était certaine de changer les choses en étant au pouvoir. N’oublions pas que Mme David a milité très activement CONTRE la Loi 101 au moment de son adoption. Sans parler de sa campagne anti-charte. La défenderesse,(malheureusement sans doute sincère) de toutes les causes nobles, fait la promotion de l’idéologie sociale la plus misogyne, la plus violente et la plus absolue de notre époque. (Nous pouvons lui concéder que c’est pour l’instant, moins pire que la Corée du Nord).

  22. « On ne peut pas dire la vérité à la télé, il y a trop de gens qui regardent! » Coluche

  23. Le comportement de QS me rappelle les années 70 ou les ML et cie cherchaient à noyauter les organismes populaires, cégeps, syndicats et coopératives pour faire passer leur idéologie. Bref, toutes leurs interventions visaient la lutte des classes. Évidemment, ils crachaient sur le PQ, partie qu’ils qualifiiaient de partie bourgeois. Il semble que Françoise et Amir n’ont pas évolué depuis cet époque. Ils n’ont pas compris que l’indépendance est un projet qui doit comprendre toute les couches et idéologies de la société.

  24. Je constate une très grande homogénéité dans les commentaires, pour ne pas dire une certaine hégémonie du discours… Eh bien moi, je trouve que Richard Desjardins a bien résumé la situation => Le PQ flashe à gauche et tourne à droite, et c’est vrai depuis Lucien Bouchard! Il doit y avoir un grand nombre de péquistes socio-démocrates qui marchent sur leurs convictions ces jours-ci, mais ce ne sera pas mon cas. On aura beau se réfugier derrière le paravent des dispositions du code d’éthique, je ne crois pas à cette fausseté de la fiducie sans droit de regard. Peut-être si PKP était dans le domaine de l’alimentation ou s’il fabriquait des bobettes, mais pas quand il est à la tête d’un empire médiatique, l’un des piliers de la démocratie… Les inquiétudes de la FPJQ est tout à fait justifiée. Je n’ai rien contre M. Péladeau et j’admire son désir de se donner lui aussi un pays… mais qu’il reste dans le domaine où il excelle, soit celui des affaires, car son désir de pouvoir politique… je m’en méfie comme de la peste!

  25. Québec Solidaire n’a aucune critique à formuler contre le PLQ, alors que ce parti nous a laissé des dommages et l’image d’une province où la population est corrompue, alors que la population a été victime de corrupteurs qui s’en mettaient plein les poches, pendant que les libéraux refusaient une enquête. Finalement, les libéraux n’ont pas eu le choix, la Commission Charbonneau a été créée, mais avec plus de 2 ans de retard. Devant la Commission Charbonneau, on a découvert que le coûts des travaux était 30% plus chers, et ce sont des milliards qui étaient investis. Combien de ces milliards ont été ajoutés à la dette, privant les pauvres de cet argent ?

  26. Il faut avoir été de Québec solidaire comme je l’ai été pour comprendre que ce parti renvoie à une fausse image de la démocratie et, qu’à l’intérieur, se joue un contrôle absolu sur les idéologies. La base peut sembler avoir du pouvoir qu’elle n’en a pas. Quand j’ai démissionné, je l’ai formellement dénoncé dans ce que j’ai adressé comme lettres aux deux dirigeants. L’actuelle campagne électorale les confronte aux forces souverainistes, à savoir là où ils veulent faire dévier les troupes. Car, dans les faits, à QS…on ne veut pas l’indépendance et il s’agit seulement d’un leitmotiv pour galvaniser, mais on fera tout ce qu’il faut pour empêcher la base de dévier compte tenu que le parti n’est pas dirigé par sa base mais par la tête. D’où le titre: « Vote avec ta tête » sur chacune des pancartes de Québec solidaire. Personnellement, j’ai déjà voté QS et pour Option nationale, mais je sais que le PQ est actuellement le point d’ancrage des forces souverainistes. J’y serai!

  27. Cette comparaison maladroite de Khadir me rappelle le fameux mot de Parizeau, au soir du Référendum de 1995 : « Au fond, on a été battu par l’Argent et les votes ethniques ». Fallait-il alors que chaque québécois originaire de Nouvelle-France se sente coupable vis-à-vis ses amis immigrés qui avaient cru au pays ? Coupable de penser « un peu » comme Parizeau, coupable d’être de la même équipe que lui? Ou simplement se dire (comme avec Khadir) : « ok, sa parole a dépassé sa pensée, il va s’excuser et on va relativiser, tous ensemble ». Ici comme là, quand il y a débordement, on trouve un coupable et on rassure d’avoir raison, sans se demander si on ne pourrait pas mieux s’expliquer, pour se comprendre …et rallier un maximum de citoyens éclairés, au pays à faire ?

  28. Moi, je le poursuivrais pour avoir dit ça! Point à la ligne. J’avais du respect pour Québec Solidaire avant, mais dans cette campagne, je les trouve grincheux et de mauvaise foi. Ils ne font que cracher sur le P.Q. on ne les entend pas sur les autres partis, bizarre!!!

  29. M. Amir Khadir est iranien de souche, il faut bien comprendre qu’une culture est avant tout inconsciente… Par ses comparaisons M. Kadhir vient de le démontrer…

  30. Amir Khadir et QS descendent de plus en plus dans mon estime, voilà pourquoi cette année je comptes donner mon vote au PQ. Québec Solidaire et Françoise David ont eu leur momentum durant le printemps étudiant, cette élection ont dirrait qu’ils sont prêt à tout pour le récupérer et ce n’est pas beau à voir. Lorsqu’on tombe dans les coups bas pour se faire élire,on mérite les ‘bas-fonds’.

  31. khadir et david sont désespérés car ils ne représentent pas une vraie otpion aux souverrainistes,a les entendre parler faudrait jamais rien faire pour stimuler l’économie,non au pétrole,non a la charte,non aux frais de scolarité,ils n’ont aucun plan crédible pour le québec,ils sont faché car pkp est une excellente candidature pour le québec,et oui il a décidé de faire le saut au pq car il a vu que c’était le meilleure parti qui représentait le plus ses valeurs les plus profondes celle de faire du quebec un pays et d’arreter de se faire dicter quoi faire par le fédéral,c’est simple a comprendre décider par nous meme notre destinée et cesser d’avoir des comptes a rendre a qui que se soit,c’est ca l’indépendance de faire nos choix,khadir et david veulent diviser le vote c’est la seule chose qu’Ils font avec quebec solitaire…

  32. je n ai jamais cru que quebec solidaire etait souverainiste avec 2 deputes qui ne savent pas de quoi ils parlent comment voulez vous qu on les prennent au serieux

  33. Elle ne va pas le sermonner, si elle s’en dissocie elle tombe seule, mais elle n’est sans bavure et langage outrancier aussi.

  34. Bonjour Monsieur Lisée,

    Tout ceci est effectivement très choquant et nécessite une réprobation de la part de Madame David à l’endroit de M. Khadir. Cependant, comment qualifieriez-vous certains des écrits de Louise Mailloux à l’endroit des juifs et des musulmans? Si vous ne savez pas de quoi je parle, lisez Lise Ravary dans le Journal de Montréal d’aujourd’hui et procurez-vous les vieilles copies de l’Autjournal où apparaissent les propos litigieux. Elle y parle apparemment d’un « complot juif » mondial pour imposer la nourriture kasher. Il me semble que Madame Marois fut solidaire à l’époque de l’exclusion d’Yves Michaud comme candidat pour bien moins que cela.

  35. – J’ai écouté: il prend aussi ce ton de celui qui « connait » ça le Moyen Orient.
    – Il tente d’amalgamer deux notions formellement opposées: les religieux d’une
    Coalition islamique en Iran et l’Indépendance du Québec!
    – M. Khadir souffre du délire de la persécution!

  36. Je suis très fière de ce jeune, Khadir n’a pas réussi à le faire changer d’idée avec sa clé ! Il y en a quand même qui suivent la politique

  37. C’est intéressant l’amalgame entre Amir Khadir et Khomeini, il manque juste l’agenda islamiste caché, pis une entrevue conjointe avec Éric Duhaime.

    Ce que je vois plutôt dans le débat entre le jeune et Amir, c’est exactement la raison qui fait que QS existe indépendamment du PQ.

    Jeune : « Parce que, Pierre-Karl Péladeau, en étant au pouvoir va pouvoir avoir une plus grande influence… »

    Le PQ accepte depuis longtemps d’être en ligue avec des affairistes. Tant mieux pour vous, y a des québécois qui sont d’accord ? On peut pas changer leurs idées c’est la nature de la conscience individuelle.

    Le virage néo-libéral va-t-il aider le PQ à remettre le débat sur l’indépendance sur le devant et peut-être même le rendre plus populaire ? Très certainement. Tant mieux pour le pays, tant pis pour la société

    Le pays avant toute chose ? Non pas du tout et ça n’empêche pas d’être souverainiste. Vous pouvez pas nous offrir ce faux dilemme pas plus que Sam Hamad a pas le droit de dire « c’est la LNH ou le pays ».

    J’ai voté oui au référendum de 95 et je voterai oui pour un pays dans un autre référendum et oui aux 2 autres que le PQ va tenir et va perdre parce qu’il pense posséder l’idée même de la souveraineté et qu’il veut contrôler 100% de l’agenda « pays ».

    Si vous voulez que je penser voter pour votre parti commencez donc par réaliser la promesse de changer le mode de scrutin que vous avez abandonné y longtemps. En attendant je vote pour me débarrasser de votre opportunisme et de votre cynisme

  38. La réaction de certains leaders « progressistes » à la candidature péquiste de Pierre-Karl Péladeau révèle surtout leur positionnement politique de base. Pour eux, c’est la bonne vieille « lutte des classes » qui prime sur le peuple et sa liberté nationale.. Aussi ces « solidaires » ont-ils la solidarité bien sélective. C’est du bout des lèvres qu’ils adhèrent à l’idée de s’unir pour faire l’indépendance. La solidarité dont ils se targuent n’est pas nationale mais sociale ou « classiste » : elle exclut le bourgeois. Elle excluait Parizeau dans le temps (p. ex. référendum de 1980) ; elle exclut Péladeau aujourd’hui. — Richard Gervais, 12 mars 2014

  39. Faut que QS soit vraiment très inquiet, voire désespéré, pour en venir à utiliser de tels arguments démagogiques et faux. C’est signe que le PQ a le vent dans les voiles.

  40. Il fallait mettre cet échange en lumière.
    Monsieur Khadir… on dirait que c’est n’importe quoi.
    Dommage.
    Merci,

Les commentaires sont fermés.