Quand le sirop d’érable sauve notre réputation

Vous le savez sans doute, je suis un fan du Daily Show, la parodie quasi-quotidienne de l’actualité présentée en fin de soirée par le comédien américain Jon Stewart. Un million et demi d’auditeurs sont au rendez-vous.

Jeudi soir dernier, lorsqu’il s’est mis à parler du Québec, je me suis dit qu’on allait se faire servir tout un plat de Pastagate. C’est le genre de l’émission.

Mais non. Le sujet était tout autre: le cartel du sirop d’érable. Sur le fond, loufoque, du vol d’un stock de sirop l’an dernier, le journaliste traite notre sirupeuse substance comme un stupéfiant liquide, dont il devient lui-même accroc.

Une superbe pub pour le Québec et un de ses plus fins produits d’exportation, à un moment où notre réputation avait bien besoin de « comic relief ».

stewart quebec

Cliquez pour vous rendre au segment, sur Comedy central.

Le tournage est raconté dans la Gazette par Anne Sutherland, qui avait la première fait état du vol de 20 millions de dollars de sirop à St-Louis-de-Blandford et qui a accompagné l’équipe du Daily Show à Montréal fin janvier.



6 réflexions au sujet de « Quand le sirop d’érable sauve notre réputation »

  1. Nous sommes à part entière, sans jamais devoir en faire la démonstration. Serions-nous plus complexés que les Pygmés ?

  2. Votre lien dans le dernier paragraphe mène aussi vers la vidéo, au lieu de l’article de la Gazette.

    En tout cas, le Québec s’en sort nettement mieux dans ce segment-là que dans celui qu’ils ont fait sur l’amiante…

  3. c’est piqué chez « les têtes à claques »
    Le programme québécois le plus connu des français… Il n’y aurait pas autre chose à montrer ? Il y a bien des documentaires de Télé-Québec sur TV 5 à 3 heures du matin.

  4. À quoi voulez-vous en venir au juste ?
    Le Pastagate résulte
    i- d’un CA à l’OQLF formé de pas assez de gens de terrain, de trop de linguistes et d’iintellectuels.
    ii- Il y a beaucoup trop d’employés fonctionnaires qui font carrière dans le même service ou ministère sans pouvoir changer d’air, de milieu de travail.
    iii- Une loi juste et équilibrée qui peut être appliquée sans un corps policier tåtillon.
    Le vrai problème du français chez nous se situe surtout au centre-ville de Montréal. Vous devriez vous inspirer de la Loi sur les heures d’affaires qui renferme des dispositions particulières limitée à une partie de la métropole. Pas besoin d’étendre certaines dispositions ä la grandeur du Québec.
    PLQ et PQ sont également responsables; Le premier a fait trop peu et agi sans courage. Au PQ, vous allez trop loin. Qui au PQ invite la population d’abord à bien parler son français, correctement et avec fierté. On devrait inclure des tests à la fin du secondaire et du cégep. Le soit-disant accès à l’université serait alors plus crédible et rigoureux.

Les commentaires sont fermés.