Revenu: 99% des Québécois font mieux que 99% des Américains

tobinDepuis des années, le patronat et la droite en général affirment démontrer la médiocrité des Québécois en utilisant un argument canon: les Américains ont un niveau de vie d’au moins 21% plus élevé que les Québécois.

Ils ont raison lorsqu’ils parlent de 100% des Américains. Mais si on compare avec 99% des Américains, ils ont tort. Pourquoi ? Parce que le 1% des Américains les plus riches captent une portion absolument disproportionnée de la richesse produite chez nos voisins: 24%.

Dans des chiffres publiés ici pour la première fois, je présente trois graphiques, utilisant les calculs récents de l’économiste Pierre Fortin qui établit le revenu réel des Américains et des Québécois*.

Dans un premier temps, voici ce qui se produit lorsqu’on compare 90% des Américains à 90% des Québécois:

Nous interrompons, comme chaque vendredi, le lancinant commentaire anti-modèle québécois des plumes économiques locales pour vous transmettre ce bref message d’intérêt public, qui reprend le texte signé par Pierre Fortin et moi-même dans L’actualité de juin 2011.

Depuis au moins une décennie, nous sommes régulièrement bombardés de chiffres affirmant que nous, Québécois, jouissons d’un niveau de vie considérablement plus faible que celui de nos voisins Américains. D’environ 20% de moins, disent les uns. De 45% de moins, affirment les plus hardis, comme François Legault.

Notre pauvreté serait telle qu’on lit dans les gazettes que les habitants de chaque État américain, y compris les historiquement pauvres Mississippi ou Louisiane, sont plus riches que les Québécois. Pour qui a voyagé dans ces États, ou dans le Michigan dévasté par la désindustrialisation, ou dans la plupart des villes moyennes, voilà une conclusion difficile à avaler.

Il ne nous viendrait pas à l’esprit de nier que la plus grande puissance économique mondiale génère, par personne, davantage de richesse que le Québec. Toutefois, ayant été attentifs aux nombreux articles et rapports sur les difficultés de la classe moyenne américaine, étranglée par les coûts exorbitants d’assurance médicale privée et de frais de scolarité et par un revenu stagnant, il nous a paru  louche que l’Américain moyen ait vraiment, dans ses poches, 20 à 45% de plus de sous que le Québécois moyen.

Nous savons également que, chez nos voisins du Sud et plus que partout en Occident, on a assisté depuis 30 ans à une alarmante montée de l’inégalité de la richesse. L’écart entre les super-riches et l’Américain moyen est revenu à son niveau des « années folles » ayant précédé la dépression des années 1930. Au Québec, nous avons su éviter ces excès.

Il nous est donc venu à l’esprit de poser une hypothèse simple. Se pourrait-il que l’immense majorité des Québécois soient au moins aussi riches que l’immense majorité des Américains, si on exclut du calcul les super-riches ?

C’est précisément le résultat que nous avons obtenu. En mettant de côté les 5% des contribuables américains les plus riches, (qui absorbent chaque année 39% du revenu national) ainsi que les 5% des contribuables québécois les plus riches, (qui en absorbent 25%), on obtient, pour 95% de la population, les revenus suivants, par habitant, selon le pouvoir d’achat québécois :

951

Un écart légèrement favorable au Québec.

C’est donc dire que le revenu moyen de 95% des Québécois est égal (en fait, supérieur d’un mince 0,3%) à celui de 95% des Américains. Notez, ce sont les chiffres de 2007, donc avant la crise économique qui a été beaucoup plus dure chez nos voisins du sud que chez nous.

Ce revenu moyen par contribuable tient compte des différences de coût de la vie aux États-Unis et au Québec, tel qu’estimé par Statistique Canada. Il ne soustrait pas les impôts payés, mais n’inclut pas les prestations reçues des gouvernements. Certes, les impôts sont moins élevés aux États-Unis, mais en échange les Américains paient davantage, au privé, leurs soins de santé, leurs garderies, leurs frais de scolarité. Et ils reçoivent beaucoup moins de services publics et de prestations de toutes sortes que les Québécois.

Et le temps de travail ?

Il y a d’importantes différences entre les Québécois et les Américains. L’une d’entre elles est le temps de travail. Globalement, les Québécois travaillent davantage d’heures que la plupart des Européens, mais moins que les Américains. En gros, les travailleurs américains travaillent 270 heures de plus par an que leurs confrères québécois, soit plus de cinq heures supplémentaires par semaine.

C’est essentiellement par choix. Lorsqu’ils le désiraient, avant le milieu des années 1970, les Québécois travaillaient bien davantage d’heures par an, plus même que les Ontariens. Aujourd’hui, ils favorisent le temps libre, choix parfaitement légitime. La proportion de Québécois qui travaillent à temps partiel, mais souhaiteraient travailler à temps plein, n’est pas plus élevée qu’ailleurs.

Bref, pour en revenir à notre premier résultat, il signifie qu’en moyenne 95% des Américains doivent travailler 270 heures de plus par année pour atteindre le niveau des Québécois qui, eux, ont cette richesse supplémentaire, mais non monétaire, d’avoir cinq heures par semaine de plus à consacrer à la famille, aux loisirs, aux amis, aux sports, à la lecture et à la culture.

Oui mais, à 99% ?

Nous avons prolongé notre calcul pour ne soustraire de l’équation que les super-riches, ceux qui forment le 1% de la population la plus riche. Historiquement, depuis la seconde guerre jusqu’aux années 1980, ces super-riches captaient, en Occident, environ 8% des revenus chaque année. Aujourd’hui, aux États-Unis, ils en empochent trois fois plus : 24%. Au Québec, à peine plus : 11%.

Voici ce que touchent en moyenne 99% des contribuables américains et québécois :

991

Bref, 99% des Américains travaillent 15% plus longtemps pour 4% plus d’argent.

Le revenu moyen de 99% des Américains n’est donc que de 4% plus élevé que celui de 99% des Québécois. On est loin des 20% ou des 45% de niveau de vie supérieur dont on entend si fréquemment parler.

Reste la question des heures travaillées. Pour arriver à ce 4% de niveau de vie supplémentaire, notre voisin Américain doit travailler presque 15 % plus d’heures par année. C’est beaucoup, pour avoir son 4% !

Reprenons le calcul autrement. Quel serait le revenu par habitant des deux groupes si les Américains travaillaient le même nombre d’heures que les Québécois:

99travail

Chacun sa richesse !

C’est net : à temps de travail égal, 99 % des Québécois ont un niveau de vie moyen de 10% plus élevé que 99% des Américains.

Lorsqu’on calcule correctement la richesse créée par l’économie québécoise et l’économie américaine, on doit admettre que l’américaine génère au total plus de richesse que la nôtre. C’est simplement qu’une petite minorité de nos voisins s’accapare de presque toute cette richesse supplémentaire et que l’immense majorité n’en profite pas. Et que si les super-riches du Mississippi, de Louisiane et du Michigan sont nettement plus riches que nos super-riches, il est absurde d’affirmer que « les habitants » de ces États sont plus riches que « les Québécois », comme si ces moyennes reflétaient la réalité des habitants ordinaires d’ici et de là-bas !

Si on veut savoir quelle société livre le mieux la marchandise – la qualité de vie – pour l’immense majorité de sa population, force est de constater que le Québec est largement gagnant.

Ces constats ne doivent pas que nous réjouir. Ils doivent nous motiver.

La clé de la réussite de la société québécoise, à l’avenir, est sa capacité à maintenir ses choix sociaux et son respect de l’environnement tout en relevant ses défis, notamment du vieillissement et de l’endettement.  Les Américains, mais plus encore les Français, les Néerlandais et d’autres Européens, montrent qu’il est possible de produire davantage de richesse par heure travaillée sans augmenter les cadences ou s’épuiser en heures supplémentaires, sans tricher avec l’environnement et sans gaver les super-riches.

Déjà, les Québécois sont plus productifs que les Ontariens et, depuis deux ans, ont dépassé le rythme de croissance de 1,5% de leur productivité nécessaire pour réussir. Avec un réel investissement dans les têtes – par l’éducation, la formation continue en entreprise, un grand chantier pour faire reculer le décrochage  et l’analphabétisme – et dans l’innovation dans les entreprises grandes et petites, il est possible de maintenir et de rehausser ce rythme porteur d’avenir.

Marier la solidarité québécoise avec la productivité des meilleurs occidentaux feraient de nous, pour vrai, un modèle québécois !

– Pierre Fortin et Jean-François Lisée, printemps 2011

*Les chiffres présentés ici diffèrent un peu de la première version de ce billet. Pierre a refait les calculs en mars en utilisant une base un peu différente:  Les revenus de 2007 plutôt que ceux de 2009 et les revenus avant impôts et transferts plutôt qu’après. Il s’explique:

Une comparaison basée sur le revenu APRÈS paiement des impôts et réception des transferts soulève plusieurs problèmes plus techniques. Notons aussi qu’en basant la présentation sur le revenu APRÈS, on se trouverait à défavoriser considérablement le Québec dans la comparaison, parce que la valeur des services publics serait omise et qu’elle est évidemment beaucoup plus importante au Québec. Il n’y a pas non plus de méthode évidente d’attribuer l’avantage des services publics aux diverses catégories de revenu.

Cela nous permettra, sur cette base, de mesurer la progression année après année.

Pour les pointilleux et les matheux, voici ce que ça donne, avec les sources:

Tableau 1. Revenu gagné par habitant, parts captées par les 1 %, 5 % et 10 % les plus riches, et revenu moyen des 99 %, 95 % et 90 % moins riches, États-Unis et Québec, 2007

Élément États-Unis Québec Écart
Population 301 580 k 7 687 423
Revenu gagné (monnaie locale) 8 275 979 M$US 184 255 441 k$CA
Revenu gagné/hab. (monnaie locale) 27 442 $US 23 968 $CA
Revenu gagné/hab. 29 292 $CA 23 968 $CA -18,2 %
Part captée par le plus riche 1% 23,9 % 10,7 %
Revenu moyen des moins riches 99 % 22 516 $CA 21 620 $CA -4,0 %
Part captée par les plus riches 5 % 38,6 % 24,7 %
Revenu moyen des moins riches 95 % 18 932 $CA 18 998 $CA +0,3 %
Part captée par les plus riches 10 % 49,8 % 37,4 %
Revenu moyen des moins riches 90 % 16 338 $CA 16 671 $CA +2,0 %

Sources : La population américaine est estimée par le U.S. Census Bureau; la population québécoise, par Statistique Canada. Le revenu gagné américain correspond au concept de adjusted gross income moins les prestations d’assurance-chômage et du régime de rentes public, tel que publié par le U.S. Internal Revenue Service (IRS). Le revenu gagné québécois est le revenu total tiré des Statistiques fiscales 2007 de Finances Québec, amputé lui aussi des transferts gouvernementaux (RQAP, AE, SV, RRQ, AS, SRG). Le taux de conversion de parité de pouvoir d’achat (PPA) est estimé à 0,937, ce qui signifie qu’il en coûtait 93,70 $US en 2007 pour acheter aux États-Unis un panier représentatif de biens et de services qui coûtait 100 $CA au Québec. En unités de pouvoir d’achat comparables, on a ainsi 27 442 $US = 27 442/0,937 = 29 292 $CA (PPA signifie « parité de pouvoir d’achat »). Le revenu gagné (aussi appelé revenu de marché par Statistique Canada) exclut les avantages sociaux, les bénéfices non répartis des sociétés, les taxes indirectes et les amortissements, tous éléments qui sont inclus dans le PIB. C’est un revenu qui est perçu avant réception des transferts gouvernementaux et paiement des cotisations sociales de l’employé (RQAP, AE, RRQ) et des impôts sur le revenu. Les parts du revenu gagné captées par les diverses tranches de richesse sont obtenues par interpolation des données de l’IRS et de Finances Québec pour l’année 2007. Le fait que les conjoints peuvent faire une déclaration d’impôt commune aux États-Unis nécessite un relèvement de 0,4 point de pourcentage des parts calculées pour les catégories de revenu élevé, afin qu’elles soient applicables aux individus plutôt qu’aux familles (voir E. Saez et M. Veall, American Economic Review, juin 2005, figure 5) et rendues comparables aux parts québécoises, qui sont basées sur les déclarations individuelles et non familiales. L’année 2007 est choisie parce qu’elle est la dernière année complète avant le début de la récession de 2008-2009, ce qui permet d’éviter les distorsions conjoncturelles. Explication du calcul du revenu moyen avec un exemple : 22 516 = (1 – 0,239)*29 292/0,99.

L’égalité entre le revenu moyen du Québec et celui des États-Unis est atteint pour les 95 % les moins riches. Aux États-Unis, il se crée au total plus de richesse qu’au Québec. Mais la richesse des 5 % les plus riches des Américains est tellement extrême qu’en les retranchant on trouve que le reste de la population est globalement aussi riche au Québec qu’aux États-Unis.

La comparaison des heures travaillées entre le Québec et les États-Unis s’effectue en deux étapes. La première consiste à calculer combien d’heures de plus les Américains travaillaient que les Ontariens en moyenne en 2007. Les données utilisées sont celles des feuilles de travail de Jean-Pierre Maynard, de Statistique Canada, qui étendent au Québec et à l’Ontario et prolongent à 2009 les estimations qu’il a déjà publiées dans l’annexe A de son étude intitulée Une comparaison du PIB par habitant au Canada et aux États-Unis de 1994 à 2005 (publication 11-624-MIF, no 16, Ottawa, 2007). Maynard estime que le nombre d’heures travaillées annuellement par emploi en 2007 était de 1 851 aux États-Unis et de 1745 en Ontario. Comme le rapport est 1851/1745 = 1,0607, le travailleur américain travaillait 6,07 % plus d’heures que le travailleur ontarien. Le taux d’emploi des 55-64 de l’Ontario n’était pas très différent de celui des 55-64 des États-Unis. C’était 59,5 % en Ontario et 61,8 % aux États-Unis.

La seconde étape consiste à calculer combien d’heures de plus les Ontariens travaillaient que les Québécois en moyenne en 2007. Deux groupes sont distingués : les 15-54 et les 55 et plus. Dans le cas des 15-54, on fait reposer l’excédent d’heures travaillées en Ontario uniquement sur le nombre d’heures annuelles par emploi qui plus élevé dans cette province qu’au Québec. Ce rapport était de 1,0673 en 2007. Dans le cas des 55+, l’excédent d’heures travaillées en Ontario découle à la fois d’un nombre d’heures annuelles par emploi qui est plus élevé en Ontario qu’au Québec et d’un pourcentage de la population en emploi qui est, lui aussi, plus élevé en Ontario qu’au Québec (en raison de départs à la retraite en moyenne à 60 ans plutôt qu’à 62 ans). Pour les heures par emploi, le rapport Québec-Ontario était de 1,0703; pour le taux d’emploi, il est estimé à 1,0886. Cette dernière estimation est le rapport entre le taux d’emploi que les 55 à 64 ans du Québec auraient affiché en 2007 s’ils avaient gardé le même rapport au taux d’emploi ontarien qu’ils avaient en 1997 lorsqu’ils avaient 45 à 54 ans, d’une part, et le taux d’emploi enregistré effectivement pour ces 55-64 de 2007, d’autre part. Au total, le rapport Québec-Ontario est une moyenne pondérée des rapports respectifs pour les 15-54 (poids = 0,8632) et les 55+ (poids = 0,1368), soit 0,8632 x 1,0673 + 0,1368 x 1,0703 x 1,0886 = 1,0807.

Si on multiplie le rapport USA/Ontario par le rapport Ontario/Québec, on obtient finalement 1,0607 x 1,0807 = 1,1463 pour le rapport USA/Québec. L’excédent américain sur le Québec est de 14,63 %, ou encore le rapport Québec/USA est de 1/1,1463 = 0,8724.

Deux raisons permettent de croire que le nombre d’heures travaillées moins élevé au Québec ne reflète pas un rationnement involontaire d’emploi plus important qu’ailleurs. Premièrement, la prévalence du temps partiel involontaire n’est pas plus importante au Québec qu’ailleurs. Deuxièmement, dans le passé (avant le milieu des années 1970), les heures travaillées par personne employée étaient plus élevées au Québec qu’ailleurs. Quand ils ont voulu travailler volontairement plus d’heures, les Québécois ont été capables de le faire. Tout cela laisse entendre que le nombre d’heures travaillées plus faible au Québec traduit surtout une préférence plus marquée pour le temps hors travail, un choix libre de travailler moins d’heures. La « joie de vivre » a évidemment un coût : un revenu monétaire plus faible.

Tableau 2. Incidence du nombre d’heures travaillées sur la comparaison du revenu moyen des moins riches 99 %, 95 % et 90 % aux États-Unis et au Québec en 2007

Région Les 99% Les 95% Les 90%
Québec, tel qu’observé ($CA de PPA) 21 620 18 998 16 671
États-Unis, avec le même nombred’heures travaillées qu’au Québec ($CA de PPA) 19643 16 516 14 253
Écart favorable au Québec avec le mêmenombre d’heures dans les deux régions +10,1 % +15,0 % +17,0 %
États-Unis, tel qu’observé (avec 14,6 %d’heures de plus qu’au Québec) ($CA de PPA) 22 516 18 932 16 338
Écart favorable aux États-Unis avec14,6 % d’heures de plus qu’au Québec +4,0 % -0,3 % -2,0 %

Source : Tableau 2 et explications du texte.

Attention à l’interprétation : le fait que le revenu gagné moyen des 99 % moins riches soit plus élevé au Québec qu’aux États-Unis ne veut pas dire que chaque centile de Québécois dans ce groupe est plus riche que son pendant américain (à nombre d’heures travaillées égal), mais que, au total, il y a suffisamment de centiles où les Québécois sont plus riches (à nombre d’heures travaillées égal) pour que le résultat global indiqué s’ensuive.

En somme, il n’est pas douteux qu’au total les Américains soient plus riches que les Québécois. Nous en produisons globalement 18 % moins qu’eux. Mais la richesse est beaucoup moins inégalement répartie au Québec. Il y a tellement d’argent qui est capté par les 5 % les plus riches aux États-Unis que les 95 % les moins riches des Américains n’empochent pas plus d’argent que les 95 % les moins riches des Québécois, le fric restant par ailleurs toujours mieux réparti parmi ces 95 % de Québécois que parmi les 95 % correspondants d’Américains.

Bien noter que le calcul des parts porte sur le revenu gagné (avant impôts et transferts) et le non sur le revenu disponible (après impôts et transferts). Sur la base du revenu disponible, le revenu serait encore moins inégalement réparti au Québec qu’aux États-Unis parce que le système est plus progressif au Québec, mais l’écart entre le revenu disponible du Québec et des États-Unis serait plus grand, parce que les impôts nets des transferts (dépensés par l’État pour nous procurer des services publics) sont plus importants au Québec. Les Québécois ont plus de services publics, mais moins de revenu disponible privé en contrepartie.

PF, 28 mars 2011

Nous retournons maintenant à notre programme régulier.

Note en petits caractères :

Les billets du vendredi « Temps durs pour les détracteurs du modèle québécois » ne prétendent pas que tout est parfait au Québec, loin s’en faut. L’auteur a d’ailleurs proposé, dans ses ouvrages et sur ce blogue, des réformes nombreuses et importantes visant à surmonter plusieurs des importants défis auxquels le Québec est confronté. Cependant, la série permet de percer quelques trous dans le discours ambiant qui tend à noircir la situation globale du Québec qui, pourtant, affiche d’assez bons résultats comparativement aux autres sociétés semblables.