Sortir: Émotion forte et rigolade d’été sur les planches

Au TNM: Un autre coup de poing émotif de Michel Marc Bouchard

Le prolifique auteur d’Alma revient chez lui (ça se passe à Alma) et sur les planches du TNM avec son complice le metteur en scène Serge Denoncourt pour plonger le spectateur dans un drame émotif de haute tenue.

Julie Le Breton tient le rôle titre (écrit pour elle), d’une âme brisée par un secret vieux de 30 ans. Devenue embaumeuse des stars internationales, façon de réparer, au dernier moment, des vies troubles, elle vient embellir le cadavre de sa mère et, du même coup, ouvrir béantes des plaies familiales jusque là taboues.

Je n’en dis pas plus. Le jeu est juste, l’équipe efficace, la mise en scène tout au service du conflit, de la révélation et de ses conséquences.

Une grande soirée au théâtre.

La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé, au TNM.


De la difficulté de jouer Fernandel en 2019

Denise Filiatrault fait le maximum pour nous faire rigoler en adaptant le scénario de Marcel Pagnol, Le Schpountz, produit en 1938 avec Fernandel dans le rôle titre.

Et, oui, elle nous fait rire à intervalles régulier et Rémi-Pierre Paquin campe avec talent le sans-génie de village qui se croît appelé à une grande carrière cinématographique.

C’est du théâtre d’été et il faut le prendre comme tel. On sent cependant qu’il y a erreur sur le siècle et sur le personnage. On pouvait plus facilement croire qu’en 1938, avant la télé, un villageois puisse avoir une telle naïveté face au monde du cinéma. C’est moins facile à avaler à l’heure d’Instagram. L’adapter au Québec des années 1930 ou 40 eut peut-être été préférable.

Ce n’est pas injure de noter que le scénario d’origine de Pagnol était mince, et qu’on se laissait embarquait entre autres pour le plaisir d’y voir Fernandel. Notamment dans cette scène qui fait époque:

Au Théâtre du Rideau Vert puis en tournée


 

Abonnez-vous et ayez immédiatement accès à ma nouvelle balado:

Laïcité: Guy Rocher ose utiliser le « M Word » – MAJORITÉ 

En voici un extrait:

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *