Lire: Le parcours singulier de Mme B.

Denise Bombardier nous emporte dans un récit qui est à la fois très personnel et très collectif. Comme elle l’avait fait dans son tout premier ouvrage Une enfance à l’eau bénite, elle nous plonge dans une famille qui la forge, la pousse et la repousse. S’y ajoute ici la suite, d’abord avec sa mère qui reste une présence tout du long. Mme B.  nous laisse aussi entrer dans son éveil sentimental et sexuel, puis dans son parcours amoureux avec les hommes de sa vie. C’est fait avec vérité et tact.

Les attouchements qu’elle a subie, jeune actrice, aux mains d’un réalisateur de Radio-Canada donne une assise au combat qu’elle mènera plus tard contre les pédophiles. Sa salutaire et courageuse sortie, sur le plateau d’Apostrophe en 1990, contre l’auteur Gabriel Matzneff praticien et apologiste de la pédophilie, a fait date et suscité une énorme controverse la présentant, elle, comme coupable d’intolérance. Elle raconte comment le président Mitterrand lui donna rendez-vous à l’Élysée, révéla à la presse la tenue de la rencontre, simplement pour signaler que, dans ce débat, il votait Bombardier. Savoureux.

Madame B. contre Foglia : enfin, une bonne polémique !

Deux des signatures les plus lues au Québec se sont déclarés la guerre. C’est assez rare dans le milieu médiatique québécois, on ne va pas bouder notre plaisir.

Le casting est parfait: Denise Bombardier et Pierre Foglia sont aux deux marges du dialogue social. Bombardier représente la norme, elle se désole de voir les Québécois si mous, si prêts à vivre et laisser vivre, à se tutoyer, à tolérer les déviances. Elle trouve notre colonne vertébrale bien faible. Foglia, c’est presque tout le contraire. Je dis presque, car tout est relatif avec lui. Mais il nous trouve trop normés, trop moutons, trop prompts à se se scandaliser. On assiste donc à une collision frontale. Foglia a choqué Bombardier en affirmant dans une chronique qu’il y avait des cas, très peu, mais des cas, où la pédophilie n’était pas traumatisante (lire son texte ici). Mme B a bondi.Denise Bombardier a dégainé dans Le Devoir de samedi le 17 octobre. Le texte L’intouchable (pas en accès libre sur le site du Devoir mais repris ici), vaut le détour et se conclut comme suit: