La gifle de Pierre Foglia à Québec Solidaire

Comme vous, je suis un lecteur assidu de Pierre Foglia. Son ton, son style, son irrévérence, sa non-rectitude politique le rendent simplement indispensable dans le dialogue québécois.

Il est (était?) un fidèle compagnon de route de Québec solidaire. Depuis le début. Il a une affection forte pour Françoise et Amir. Indépendantiste de gauche, voilà où il loge.

Jusqu’à ce matin. Jusqu’à PKP.

Ce matin, dans sa chronique de La Presse, il remet les priorités dans l’ordre: indépendance d’abord, idéologie ensuite. Qu’Amir et Françoise se le tiennent pour dit.

Extraits:

l’indépendance était sinon morte, moribonde, quand l’autre dimanche arriva M. Péladeau.

M. Péladeau que je déteste de tout mon coeur de journaliste.
Mais mon coeur de souverainiste, lui?