Un anti-virus contre le décrochage scolaire

Prévenir et réduire le décrochage scolaire est un des grands défis sociaux au Québec: 41% ne réussissent pas à terminer leur secondaire en 5 ans.

J’ai rencontré une des équipes qui font concrètement reculer le décrochage: Perspectives jeunesse, établi dans l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie. Présentes chaque jour dans trois écoles secondaires, les intervenantes de Perspectives jeunesse offrent une écoute individuelle et des projets à chaque jeune à risque de décrochage. Deux volets d’intervention permettent de travailler en amont et en aval des situations de décrochage : Option et Drop-in. Le premier vise une réduction du taux de décrochage en décelant dès les premiers jours de classe les jeunes qui seraient plus portés à abandonner afin de leur offrir une approche personnalisée en début de parcours. Drop‑In vise plutôt une réinsertion scolaire des jeunes qui ont perdu leur motivation par une mise en action et l’élaboration d’un projet de vie englobant, notamment par des stages en milieu de travail dans des entreprises telles qu’Ubisoft.

Les résultats sont probants: depuis ses débuts en 2007, 1300 jeunes ont été en suivi et en démarches d’accompagnement psychosocial et plus de 4500 étudiants ont été interpellés par leurs activités de motivation et de persévérance scolaire. Et leurs programmes fonctionnent. Le taux de décrochage est passé de 52% à 37% à l’École Père-Marquette, 79% des jeunes suivis par le programme Option restent à l’école. Leur projet pour l’avenir: étendre leur programme à d’autres écoles afin de raccrocher encore davantage de jeunes.

Cliquez sur la vignette ci-dessous pour télécharger le vidéo de présentation de Perspective Jeunesse

Cliquez sur la vignette ci-dessous pour télécharger le vidéo de présentation de Perspective Jeunesse



3 réflexions au sujet de « Un anti-virus contre le décrochage scolaire »

  1. Perspective Jeunesse fait effectivement un travail exceptionnel dans plusieurs écoles secondaires de la CSDM. Cependant, comme vous le savez, les coupures budgétaires imposées à la CSDM nous force à réduire nos dépenses de 12M$ par année pendant les 4 prochaines années. Ainsi, après avoir abolis une centaine de postes administratifs en juin dernier, augmenté le nombre d’élèves par classe et revu l’ensemble de l’offre de services, nous devons maintenant renoncer à de magnifiques projets comme celui-ci.

    Quelques exemples d’autres projets abandonnés où qui sont actuellement sur le respirateur artificiel :

    Navettes culturelles dans les quartiers, compétitions de robotique à l’école Louis-Riel, programme de hockey à l’école Pierre-Dupuy, etc.

    Mon plus grand souhait serait donc de voir votre visite chez Perspective Jeunesse se concrétiser au moment de la confection du prochain budget! 🙂

  2. Ayant enseigné 1 an et fait du remplacement dans les années 2000 à 2004, je peux vous dire, au sens figuré, que les jeunes sont comme un âne qu’on fait avancer avec une carotte. Pas de carotte, ils n’ont pas de bût, ils ne se sentent pas bien dans ce genre de vide, et certains tombent dans la drogue ou …

    J’avais plusieurs trucs, notamment la motivation des jeunes à la fin du cours pour le prochain cours, la promenade dans la salle de récréation afin que le jeune arrête de me craindre ou de me mettre sur un pied d’estale, qu’il prenne l’initiative de me parler et ainsi établir un lien qui ne peut se faire dans une salle de classe.

Les commentaires sont fermés.