Voir, lire, sortir : Coco et les filles, Séraphin et Mulder, 2084 et le poqué de Goudreault

J’ai décidé de vous faire part, comme ça le vendredi en fin d’après midi, de mes coups de cœur. Mes avis sont gratuits, et c’est ce que ça vaut !

Théâtre: les filles de Coco

J’ai adoré. Le texte est vif, le ton parfaitement crédible, le jeu juste, la structure efficace. Quatre jeunes québécoises, sœurs et amies, revivent leurs parcours émotif à l’heure du décès de l’une d’entre elle. Une grande entrée en scène pour l’auteure et comédienne Nathalie Doummar. A La Licorne, mais les billets partent comme des petits pains chauds.
cocoTélé (1): Les pays d’en haut

Antoine Bertrand, comme né pour le rôle du Curé Labelle.

Antoine Bertrand, comme né pour le rôle du Curé Labelle.

Je suis assez vieux pour avoir vu la série originale (mais, non pas celle à la radio). J’ai vu trois épisodes de la nouvelle, je suis emballé. D’abord par le rythme. Dès les premières minutes, la situation est installée, les personnages en action. Et quels personnages ! Un Séraphin complètement nouveau, beaucoup plus mystérieux et d’autant plus dangereux. Une Donalda d’une fougue démultipliée. Et un Curé Labelle campé par un Antoine Bertrand qu’on croirait né pour le rôle. Seul bémol: plusieurs acteurs ont les dents beaucoup trop blanches à mon goût ! Mais je pardonne.

En reprise sur ici.tout.tv

Télé (2) : Le retour de Fox Mulder

151110-news-x-files

J’ai un faible pour Gilian Anderson, meilleure dans la série The Fall.

Catastrophé pendant le premier épisode de la nouvelle série de The X-Files. J’avais suivi la série culte à l’époque. Les premières saisons étaient captivantes. Les dernières bâclées. J’espérais un retour de la qualité. Erreur. Réentrée des personnages invraisemblable, scènes loufoques et mal jouées. Et cigarette-smoking-man, le conspirateur-en-chef qui revient dans la dernière scène, n’a-t-il pas reçu un missile en plein visage dans la finale de la série précédente ? Et le bureau des The X-files ne fut-il pas incendié ? Skinner et Mulder ne s’en souviennent pas ? Le deuxième épisode est un peu mieux. Et c’est seulement parce que j’ai un faible pour Gillian Anderson, qui joue Dana Scully. Si vous souhaitez la voir dans une bonne série où elle excelle, essayez The Fall, sur Netflix.
On peut voir les épisodes de X-Files ici.

Livres (1): Big Brother à la sauce islamique

26131294Dans 2084, La fin du monde, Sansal nous transporte dans une contrée où règne sans partage un pouvoir religieux crypto-islamique. A travers l’expérience d’un jeune homme, il en pénètre les rouages, puis les magouilles, pour tenter finalement de trouver des frontières hors de cette contrée pourtant présentée comme sans limite.
La langue est belle, la construction théorique de cette théocratie totale aussi, le voyage du protagoniste ne manque pas d’intérêt. Mais au-delà de la caricature, on ne voit pas en quoi cela fait avancer le débat.
Donc pour ceux qui cherche un assez bon roman, mais pas trop de clef.

Livres (2) : Parcours d’un poqué

25460640Je ne connaissais pas David Goudreault. Je l’ai entendu slammer lors d’une assemblée publique de la Fédération des enseignants du Québec et j’ai été séduit par la qualité de sa pensée et de sa langue. Je le lui ai dit et il m’a donné cet ouvrage, La bête à sa mère, que j’ai dévoré.
On suit les progressions/régressions d’un poqué de l’enfance, qui devient poqué de l’adolescence, puis de l’âge adulte. C’est fascinant et épeurant. On se demande d’ailleurs comment Goudreault en sait autant sur cette sous-culture.

À votre tour

Vous les avez vus ou lus ? Partagez vos propres commentaires et suggestions.



5 réflexions au sujet de « Voir, lire, sortir : Coco et les filles, Séraphin et Mulder, 2084 et le poqué de Goudreault »

  1. A voir, le film «Mustang» au Cinéma Beaubien. La vie de 5 soeurs est bouleversée par la montée de l’intégrisme religieux dans un village situé à 1000 km d’Istanbul … Une coproduction Turquie-Allemagne-France. Ce film représente la France aux Oscars, dans la catégorie «Meilleur film étranger»

  2. Nous avions publié sur le site des Artistes pour la Paix un texte de David Goudreault contre la guerre pour lequel il nous avait gracieusement accordé la permission. C’est un être articulé, ses textes en témoignent, mais il faut l’entendre les dire, avec un sens du rythme aiguisé et la conviction de la vérité dans le ton de voix.

  3. Bonne idée que ce Voir, lire, sortir. C’est donc un rendez-vous hebdomadaire du vendredi après-midi. Avec plaisir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *